Ces joueurs de Liga dont on parle trop peu (#1)

Ce ne sont quelques noms parmi tant d’autres, à première vue. Des noms dont on entend en réalité très peu parler. Et pourtant, ils mériteraient sans doute plus d’attention. Cet article sera l’occasion de s’intéresser, dans les différents clubs de Primera, aux joueurs trop peu médiatisés de notre beau championnat espagnol. Dans cette première partie, nous vous présenterons, en détail, cinq joueurs trop peu mentionnés que nous avons sélectionné.

Le menu de ce premier épisode nous emmènera à la découverte de joueurs dont beaucoup ont des qualités communes. A commencer par Ander Capa, le brillant latéral de l’Athletic, puis, Marc Cucurella, une des pièces maîtresses du jeu du Getafe qui fait un excellent travail sur son côté gauche, ou encore Chimy Ávila, l’intenable auteur de golazos à Osasuna. Pour terminer, nous aborderons également le cas de Darwin Machís, porteur permanent de danger sur le flan offensif du Granada, sans oublier Emerson Jr, imperturbable sur son aile droite, au Betis. C’est parti pour ce premier épisode !

Ander Capa 🇪🇸 (Athletic Club)

Installé en tant que titulaire sur le flanc droit du XI de Gaizka Garitano, Ander Capa réalise une saison admirable pour son deuxième exercice chez les Leones. Arrivé pour un montant de trois millions d’euros en provenance de la SD Eibar, au mercato estival de 2018, le natif de Portugalete a explosé sur ces derniers mois après avoir passé la saison dernière un peu plus dans l’ombre de son coéquipier, Óscar de Marcos.

Il faut dire que Capa avait des raisons d’être remarqué dès l’été dernier, notamment lors des premiers matchs de Liga. En effet, le Basque s’était hissé en tête du classement des passeurs en réalisant trois passes décisives lors des trois premières rencontres. Avec quatre unités à l’heure actuelle, Ander Capa se place parmi les latéraux droits les plus décisifs de cette Liga, derrière Daniel Wass ou Emerson, sur qui nous reviendrons un peu plus tard, entre autres.

L’arrière droit de 28 ans s’est même montré presque indispensable en inscrivant deux beaux buts cette saison, ses premiers sous les couleurs de l’Athletic. Le latéral possède de bonnes qualités offensives en partie grâce à son passage chez les Armeros. Sous Mendilibar, Ander Capa a débuté au poste d’ailier droit avant de, progressivement, en venir au poste qu’il occupe aujourd’hui.

Ander Capa inscrivait sa première réalisation chez les Zuri-gorriak d’une superbe reprise de volée pour offrir la victoire à son équipe (crédit : LaLiga)

Ce qui fait la force du défenseur rojiblanco, c’est aussi sa robustesse qui l’amène souvent à user de son physique pour attaquer. Sa vélocité, également, fait de lui un joueur redoutable comme le montre la pointe de vitesse qu’il a réalisé, une des plus grosses de la saison, à 34.5km/h. La force de frappe qu’il possède est également notable et apporte un vrai danger devant.

Agile pour centrer, Capa sait aussi défendre de manière assez virile dans ses interventions. Peut-être même un peu trop par moments puisqu’il a écopé de dix cartons jaunes cette saison (le classant ainsi comme le 5e joueur ayant pris le plus de jaunes cette saison en Liga), qui lui ont valu deux suspensions pour accumulation d’avertissements. Mais Ander Capa joue bien évidemment un rôle majeur dans la défense très solide que l’Athletic tient en ce moment.

L’arrière droit de l’Athletic a donc de nombreuses qualités, notamment sur le plan offensif. Des qualités qui lui vaudront peut être une sélection avec la Roja de Luis Enrique dans les prochains mois dans un couloir droit où la hiérarchie des joueurs semble remise en jeu, comme à beaucoup de postes.

Sevilla - Athletic: Gol de Ander Capa, en Vídeo, Jornada 19
Ander Capa célébrant son but face à Sevilla (1-1), au début du mois de janvier (crédit : El Desmarque)

Marc Cucurella 🇪🇸 (Getafe CF)

Marc Cucurella, c’est la vivacité et la tonicité. Deux atouts qui font que le milieu gauche est très dur à contenir en raison de ses mouvements, offensifs ou défensifs, constants. Principalement habitué à évoluer sur l’aile gauche du traditionnel 4-4-2 de Getafe, Cucurella peut également être positionné en tant qu’arrière gauche. A Eibar, où il était cédé la saison dernière, son talent n’avait fait que se confirmer aux yeux du public. Et aujourd’hui, de nouveau prêté une saison par le Barça, l’Espagnol joue à un niveau plus élevé. Oui, puisqu’en portant le maillot des Azulones, Cucurella dispute, par la même occasion, l’Europa League. Une compétition qui a endurci le jeune catalan et l’a fait s’améliorer.

Tenace tout en refusant de baisser les bras, Marc Cucurella fait mal sur son côté gauche. Aussi bien offensivement, avec ses nombreuses percées, que défensivement, où sa mobilité lui permet de ne pas quitter son adversaire d’une semelle. Statistiquement, le joueur apprécié par José Bordalás se montre crucial dans la conclusion des occasions grâce à ses quatre assistances et son unique réalisation cette saison en Liga.

Arsenal Willing to Pay Release Clause of Barcelona's Marc ...
Marc Cucurella, dont la coiffure fait parfois sourire, sait sans doute qu’il n’est qu’au début de sa fulgurante progression (crédit : Football Addict)

Là où l’ailier crée de l’insécurité dans la défense adverse, c’est quand il vient percer dans l’axe pour ensuite lancer en profondeur les finisseurs de l’équipe madrilène. Cucurella aime partir de son côté gauche pour s’introduire petit à petit vers le cœur du terrain. C’est d’ailleurs en effectuant ce repli axial qu’il a été le plus décisif. Un replacement qu’il fait sans particulièrement utiliser les dribbles mais plutôt sa vitesse et aussi grâce à sa capacité à se faufiler entre les défenseurs rivaux.

Pour terminer de vanter les mérites du natif de Alella, dans la province de Barcelone, il faut parler de ses centres millimétrés. De véritables délices, minutieusement déposés sur la tête ou le bout du pied du buteur. Et à Getafe, les attaquants sont connus pour ne pas se faire prier quand il s’agit de conclure.

Même si ce n’est pas le poste où il joue le plus souvent, Marc Cucurella pourrait bien dépanner dans la ligne défensive blaugrana. Sur une aile gauche où Junior Firpo ne semble pas avoir convaincu et sur laquelle Jordi Alba qui vieillit, et est de plus en plus souvent victimes de blessures, le joueur de 21 ans pourrait se faire une place dans l’équipe dirigée par Quique Setién. Néanmoins, les dernières rumeurs penchaient plutôt vers le recrutement d’un nouveau latéral gauche.

Un exemple pour illustrer le déplacement crucial de Cucurella de la gauche vers l’axe
(à partir de 0:05) (crédit : LaLiga)

Rajoutons que les Catalans auraient pu le perdre l’an dernier. En effet, lors de son prêt à Eibar, le club Armero avait fait le choix de lever l’option d’achat de deux millions d’euros. Le Barça avait, auparavant, fixé une clause de rachat à quatre millions d’euros que le club a choisi d’activer aussitôt que les Basques avaient officiellement acheté l’Espagnol. Dans cette affaire, le club du Gipuzkoa a pu se faire une petite marge intéressante de deux millions d’euros ! Déjà sélectionné avec la Roja U16, U17, U19 et U21, Marc Cucurella peut rêver de porter le maillot de l’équipe senior dans le futur.

Chimy Ávila 🇦🇷 (CA Osasuna)

Un des moteurs de l’équipe gorritxoak, nous parlons bien évidemment de Chimy Ávila. Doté d’une incroyable finition et d’une agilité distinguée, le matador d’Osasuna n’en finit plus de surprendre. Et c’est sans compter sur les merveilles qu’il inscrit très souvent. L’Argentin a débarqué en Navarre cet été en étant transféré en provenance de San Lorenzo, pour la somme de 2.7 millions d’euros. Un prix qui paraît bien dérisoire quand on voit comment le buteur a explosé. Choisi et mis en confiance par la direction du club, aux trois quarts de la saison, le pari semble déjà être plus que réussi.

Ezequiel Ávila, de sa véritable identité, connaissait déjà la Liga. Effectivement, le goleador, originaire de la célèbre ville de Rosario, a évolué la saison passée sous les couleurs de Huesca, en prêt. Le club aragonais est aujourd’hui en Segunda mais Chimy, lui, continue de jouer en première division, à Osasuna, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas tendre avec les défenses…

Chimy Ávila, autor del gol: "Contento porque gracias a Dios pude ...
Chimy Ávila, toujours très expressif sur le terrain (crédit : Navarra.com)

Impliqué dans quatorze des buts Rojillos dans l’exercice en cours (neuf buts et trois passes décisives), en Liga, Chimy Ávila s’est très vite montré indispensable dans le XI de Jagoba Arrasate. La preuve ? Avec lui, Osasuna compte six victoires, cinq défaites et neuf nuls en vingt matchs. Sans lui, c’est seulement deux succès, quatre défaites et un nul en sept rencontres. Le bilan est donc nettement moins bon quand l’Argentin n’est pas sur le terrain. Osasuna, dépendant de Chimy ?

Difficile de répondre à cette problématique mais une chose est claire. Sans sa présence, l’attaque des Rojillos n’a plus autant de mordant. Un mordant que Chimy amène, justement. Appel, démarcation et finition : ce sont les trois « devoirs typiques » d’un buteur pour terminer une action au fond des filets. Mais avec le numéro neuf que porte l’avant-centre gorritxoak, on a presque l’impression de redécouvrir la finition d’un but tellement il l’accomplie magnifiquement bien.

Malheureusement, les supporters pamplonais devront patienter pour revoir leur attaquant fétiche sur la pelouse. En effet, Chimy a été victime de la pire des blessures, une rupture des ligaments croisés, au début du mois de février, qui devrait l’écarter des terrains au minimum jusqu’au mois d’août. Saison terminée probablement, mais tout dépendra de quand celle ci s’achèvera. Une absence qui fait déjà mal et qu’il faudra combler du mieux possible. Récemment, son nom a d’ailleurs été lié à de grandes écuries d’Espagne et même d’Europe, de quoi laisser penser à l’Argentin qu’il peut encore rêver plus grand…

Mais ce qui étonne toujours chez Ezequiel Ávila, c’est sa faculté à marquer des buts de n’importe quelle partie du corps et dans n’importe quelle position. Et même, à n’importe quel moment. Reprise, tête, piqué, acrobatie… Chimy donne l’impression de tout maîtriser et montre qu’il sait saisir les opportunités pour marquer !

Un golazo de l’Argentin, rien que ça (crédit : Aficionado Azul)

Darwin Machís 🇻🇪 (Granada CF)

Fraîchement de retour sur l’aridité des terres andalouses, Darwin Machís fait parler de lui à Granada. De retour, oui, puisque le Vénézuélien ne découvre pas le club. En effet, c’est de 2012 à 2018 qu’il a porté le maillot Granadista enchaînant, pendant cette période, plusieurs prêts au Portugal et en Espagne ou des titularisations avec la réserve du club. Le joueur appartenait en réalité à l’Udinese, mais qui a décidé de le laisser partir en Espagne afin qu’il s’acclimate au football européen.

En 2018, il revient à l’Udinese alors que Granada est en D2. Mais finalement, le joueur ne s’est pas imposé et a été prêté la deuxième partie de saison dernière, au Cádiz CF, avant d’acter son retour définitif au club, cette fois en Primera, l’été suivant, pour trois millions d’euros.

Lors de l’exercice en cours, Darwin Machís a pu se faire sa place dans le XI du Granada. Présent en tant qu’ailier gauche dans l’équipe de Diego Martínez, El Niño Maravilla a inscrit six buts et délivré trois passes décisives, dans le championnat espagnol. Sa rapidité et son sens du placement dans les phases offensives sont un point clé de la réussite du Granada face aux cages adverses.

A 27 ans, Darwin a été disputé 24 matchs avec la sélection vénézuélienne (crédit : Extra Venezuela)

Sur le front de l’attaque, Darwin Machís a la chance d’avoir un compagnon bien connu : Roberto Soldado. L’expérimenté buteur espagnol s’entend parfaitement avec l’ailier gauche si bien que leur duo dégage une belle complicité. Le coach Diego Martínez accorde une totale confiance dans son attaquant, parfois reconduit en tant que milieu offensif ou ailier droit. Et cela se prouve simplement puisqu’il est le joueur qui a joué le plus de matchs au club en championnat, cette saison, à égalité avec Domingos Duarte et Rui Silva.

Rusé, et même renard des surfaces, Machís sait qu’il pèse dans le jeu offensif rien que dans son placement. Il n’hésite pas à se proposer en retrait pour enrayer le marquage adverse quitte à laisser des joueurs plus défensifs monter aux avants-postes ou alors à s’exécuter sur des centres extrêmement précis. Autrement, s’approcher à petites enjambées de la surface pour commencer à percuter avant de frapper est une de ses spécialités.

Plus discret dans la première moitié de la saison, le Vénézuélien est passé dans une autre dimension ensuite. Son doublé face à Osasuna ou encore son match remarquable contre l’Espanyol sont des témoignages de son amélioration continue depuis le lancement de cet exercice 2019/20. Pour le public du Granada et ses supporters, continuer d’observer Darwin restera sans aucun doute un plaisir. Un joueur souriant, heureux et qui porte avec fierté l’écusson du club qu’on espère voir encore longtemps sur les pelouses de Liga alors que l’intérêt de plusieurs équipes prestigieuses pourrait s’accumuler prochainement autour de lui.

Placé à l’opposé de l’action, Darwin se fait discret avant de débouler dans la surface ! (crédit : Aficionado Amarillo)

Emerson Jr 🇧🇷 (Real Betis)

A l’image du style d’Ander Capa et de Marc Cucurella, Emerson Junior apporte un vrai plus à une équipe du Betis parfois trop molle. Le Brésilien possède un statut de joueur en prêt dans le club sévilllan. En effet, après avoir fait une demie-saison concluante, étant arrivé en prêt de Clube Atlético Mineiro, au Brésil, lors du mercato hivernal, Emerson a tout de suite intéressé les recruteurs du Barça qui ont déboursé douze millions d’euros pour s’acheter ses services.

Dans un couloir droit où il n’était pas destiné à avoir une place dans l’immédiat, la direction de Bartomeu a fait le choix de l’envoyer dans le sud de l’Espagne pour deux ans, le faisant revenir plus près des Pyrénées à l’été 2021. Notons d’ailleurs que c’est un prêt payant de six millions d’euros chez les Béticos. Pour préciser d’avantage, si ses possesseurs souhaitent le rappeler avant la fin de son prêt, ils seront contraints de payer le double du montant évoqué à l’instant. Estimé à trois millions quand il a débarqué en terre ibérique, il en vaudrait déjà dix-huit, en ce moment même, selon le site Transfermarkt. Une progression sur le plan financier qui concorde, sans surprise, avec un progrès remarquable sur le gazon du Benito Villamarín.

Emerson says he's ready to play for Barcelona - Barca Blaugranes
Le jeune brésilien de 21 ans est probablement une des révélations de la saison (crédit : Barca Blaugranes)

Placé en tant qu’arrière droite par Rubi, Emerson se montre tout de même précieux quand il s’agit de sauver une défense parfois en difficulté. Le latéral droit, et international brésilien, ne se livre pas et reste sur ses appuis mais éprouve parfois des difficultés à contenir les adversaires qui aiment varier les directions de leur course. Cependant, Emerson est un maître des tacles défensifs, ce qui lui permet de revenir sur ce genre d’adversaires justement. Il possède également un niveau technique que peu de joueurs défensifs du championnat ont. Assez discret sur le terrain, le défenseur Verdiblanco affiche toujours un mental combatif, ce qui lui confère un état d’esprit solide.

Concernant le plan de l’attaque, Emerson maîtrise bien les transversales renversant rapidement le jeu et parvient à distribuer de très bons ballons en profondeur, souvent à ras de terre. Son habitude à s’engouffrer proche des buts adverses pour centrer à ras de terre, en retrait, est créatrice d’actions dangereuses. De plus, il aime se positionner dans l’angle droit de la surface, en proposant une solution, pour tenter sa chance, même si ses frappes terminent rarement au fond des filets. Sa forte présence dans la zone de vérité, lors des attaques andalouses, se remarque puisqu’elle est souvent source de bonnes occasions. Emerson n’hésite pas également à déployer sa vitesse lors des contres. Les trois buts qu’il a inscrit et les cinq passes décisives qu’il a délivré en Liga sont aussi le fruit de son bon jeu de tête.

Avec un avenir qui s’inscrira sans doute dans la Seleção brésilienne, Emerson peut également espérer revêtir, dans le futur, la tunique de l’actuel Champion d’Espagne. Surtout à un poste où, là aussi, la confiance, en l’occurrence envers Sergi Roberto et Nélson Semedo ici, n’est plus la même qu’il y a encore quelques temps. En continuant sur la voie du progrès et avec de la motivation, Emerson aura sûrement la possibilité de devenir un des meilleurs à son poste en Liga et, pourquoi pas, à l’échelle continentale ou même mondiale.

Un boulet de canon signé Emerson propulsé dans les cages d’Asenjo, avec un peu de réussite
(à partir de 0:17) (crédit : LaLiga)

C’est donc la fin de notre premier épisode qui nous a emmené à la rencontre de cinq joueurs, comme l’indique le titre, dont on parle bien trop peu. Alors qu’en fait, ces footballeurs regorgent de véritables talents en eux. Pour les prochains épisodes, d’une « série » qui n’aura sans doute pas de fin (en terme de nombre d’épisodes), l’idée sera de vous faire découvrir des joueurs d’autres postes et d’autres clubs tout en décrivant principalement ce qui savent le mieux faire. En attendant le retour du football, n’hésitez pas à faire quelques recherches sur ces joueurs afin de mieux les connaître !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s