Bilan de saison 2019/20 – Atlético de Madrid

Le club colchonero a conclu la saison 2019/2020 à la troisième place derrière ses deux gros rivaux que sont le Real Madrid et le FC Barcelona. Alors que la pré-saison augurait une équipe redoutable, l’année de transition s’est finalement imposé à la formation de Diego Simeone, qui a perdu plusieurs de ses cadres au mercato d’été.

Les adeptes du tiki-taka de Guardiola ou même du Barça sont quasi unanimes sur la difficulté d’adhérer à ce système de jeu. On peut dire aussi qu’il en va de même pour le cholismo, qui dans un sens, est son parfait opposé. Simeone l’avait annoncé au moment où tout le monde était bluffé d’abord par le recrutement homogène, ensuite par les premières prestations de l’Atléti durant l’été. Loin de s’enflammer, il avait déjà considéré cette campagne comme une saison transitoire et il ne s’était pas trompé. L’Atlético de Madrid a probablement vécu sa saison la plus compliquée depuis que l’Argentin a pris les rênes de l’équipe. Avec des hauts et des bas, les rojiblancos ont réussi à atteindre l’objectif de la Ligue des Champions dans une reprise post-covid d’un autre niveau.

Le renouveau

Une nouvelle ère a débuté cette saison au Wanda Metropolitano. L’Atlético de Madrid a presque tourné la page de la génération qui l’a mené sur le trône espagnol en 2014 et qui l’a fait rêver à deux reprises d’une victoire en Ligue des Champions. Après le départ de l’emblématique capitaine Gabi Hernández un an plus tôt, c’était maintenant au tour de Diego Godin, Filipe Luis ou encore Juanfran de quitter le navire. Et comme-ci cela ne suffisait pas, certains jeunes qui devaient incarner le futur comme Rodri ou encore Lucas Hernández ont rejoint d’autres contrées ainsi que la star Antoine Griezmann.

Recruté pour 126 millions d'euros, João Félix incarne le futur de l'Atléti, mais sa première saison a été décevante.
Espoir du foot portugais et européen, João Félix est arrivé à Madrid pour plus de 120 millions d’euros afin de faire oublier le départ de Griezmann. (Crédit : Euronews)

Le départ de ce dernier au Barça a engendré quelques représailles entre les deux entités, mais a surtout laissé un vide dans l’attaque rojiblanca. L’arrivée de la jeune pépite portugaise, João Félix, devait combler ce trou, hélas le costume était trop grand pour lui lors de sa première saison en Espagne. Malgré les espoirs suscités, Félix a été à l’image de son équipe, inconstant devant l’exigence que demande le meilleur championnat du monde.

Dans cet Atlético new look, Simeone savait déjà que son système n’allait pas prendre forme très rapidement. Le mercato a été loué avec quelques signatures de qualité. Kieran Trippier, qui a réalisé une campagne encourageante. Renan Lodi et Marcos Llorente, deux joueurs qui ont donné satisfaction au fil des matchs. Felipe, qui s’est rapidement installé en patron de la défense durant les indisponibilités de José Maria Giménez ou encore Mario Hermoso, qui n’a pas répondu aux attentes après ses belles performances l’année dernière à l’Espanyol.

De bons joueurs venus prendre les places laissées vacantes par les gloires de la première époque. Les matchs de préparation ont laissé planer le rêve de l’année du titre chez certains surtout après la déroute infligée au Real Madrid dans l’International Champions Cup. Cependant, les blessures, la sécheresse en attaque et les problèmes à gérer les matchs à l’extérieur ont failli plomber la saison d’une équipe qui s’est enfin trouvé à la fin du confinement.

Des espoirs rapidement douchés

Si le Covid 19 n’avait pas tant bouleversé le monde, on aurait pu se demander si l’Atlético allait assurer une place en Ligue des Champions la saison prochaine. La reprise de LaLiga après l’état d’urgence sanitaire a dévoilé une équipe métamorphosée. Longtemps menacée par la Real Sociedad, le Sevilla FC ou encore Getafe, la formation de Diego Simeone a profité de cette longue coupure de deux mois pour d’abord récupérer quelques blessés, se renforcer physiquement, enchaîner les onze derniers matchs sans défaite et profiter ainsi de la dégringolade des azulóns et des Basques. 

Un nouvel Atléti post-covid a mené Simeone vers son huitième podium consécutif en Liga (Twitter : @Atletico_Fra)

Plus frais et mieux armé, mais surtout avec un banc efficace (Vitolo en super-sub, NDLR), elle a simplement repris la saison là où elle l’avait laissé. Autrement dit, après la défaite dans le derby au Bernabéu (1-0) début février, un vent nouveau semblait souffler. Le succès contre Granada (1-0) qui a mis fin à un mois de disette de buts en Liga, suivi du nul à Valence (2-2) et de la victoire contre Liverpool au Wanda (1-0) a relancé une équipe qui durant la première partie de la saison nageait entre deux eaux.

Pourtant, au coup d’envoi de cette édition 2019/2020, comme d’habitude, elle faisait partie des sérieux candidats pour le titre de champion qui est finalement allé dans la maison voisine. Seule équipe à avoir ajouté neuf points lors des trois premiers matchs, l’Atléti n’aura passé qu’une journée à la tête de LaLiga. Tandis que ces principaux rivaux marquaient le pas (défaite du Barça d’entrée à Bilbao et le Real enchaînait deux nuls, NDLR), les colchoneros se contentaient du minimum face à Getafe et à Leganés. 

L’Atléti a renversé Eibar alors qu’il perdait 0-2 après vingt minutes de jeu, un match qui montrait déjà que la nouvelle équipe de Cholo aura du pain sur la planche. (Vidéo : Bein Sports)

Mais l’illusion n’aura que peu duré. Déjà la victoire étriquée contre Eibar (3-2) montrait des premiers signes d’inquiétude sur la capacité des rouges et blancs à confirmer ce qu’ils ont montré durant la pré-saison. Des doutes confirmés une semaine plus tard à San Sebastián à la suite d’une défaite sans appel face à la Real Sociedad (2-0). Ce match a été un révélateur de ce qui aller miner la saison de l’Atléti jusqu’en février :  le réalisme.

Avec seulement sept buts marqués après huit matchs de Liga, des questions se posent déjà sur l’efficacité offensive. Leader lors de la troisième journée, l’Atléti n’aura occupé cette position qu’à cette occasion. La suite a été un ascenseur entre la 6e et la 3e place. Sixième comme lors de la réception du Barça à la 15e journée qui a mis fin au rêve du titre. Une défaite 0-1  qui a vu les blaugranas et les merengues prendre le large avec sept points d’avance.

Toujours avec une défense irréprochable, l’Atléti aura tenu en échec le Barça durant 85 minutes avant que Messi n’invente une autre merveille. LaLiga est terminée pour les Madrilènes (Vidéo : Bein Sports)

Entre les matchs nuls qui se sont succédé à l’extérieur (dix au total sur les seize obtenus cette saison), les séries de blessures (Giménez, Koke, Costa, Félix etc.), l’équipe nous avait confirmé son regain de forme lors d’une folle soirée à Anfield marquée par l’explosion de Marcos Llorente, auteur d’un doublé pour éliminer Liverpool en huitième de finale de Ligue des Champions. Avant cela, la finale perdue en Supercoupe d’Espagne face au Real Madrid avait entamé la période d’un mois sans le moindre but marqué en Liga, en plus d’une élimination en huitième de finale de la Copa face à la modeste équipe du Cultural Leonesa, pensionnaire de Segunda B (troisième division).

A LIRE AUSSI : Bilan de saison 2019/20 – FC Barcelona

La pire saison de Cholo

Pour la huitième année de suite, Diego Pablo Simeone a rempli l’objectif minimum, c’est-à-dire qualifier son équipe en Ligue des Champions et assurer une nouvelle fois sa place sur le podium. En dépit des problèmes qui ont longtemps remis en cause cet accès à la compétition reine de l’UEFA, l’Atlético a fait le travail dans le sprint final, là où ses rivaux directs ont failli. L’équipe a montré moins de dépendance au niveau de l’attaque avec huit buteurs différents durant ces onze derniers matchs. Le retour de Carrasco, cet hiver, a apporté plus de vitesse dans les transitions et des résultats essentiels ont été notés comme le nul au Camp Nou face à un Barça englué dans une crise sportive et institutionnelle (2-2) mais aussi les succès face à Osasuna (0-5), Mallorca (3-0) ou encore Getafe (0-2).

La qualification en Ligue des Champions assurée à la 36e journée après la victoire contre le Real Betis. (Vidéo : Bein Sports)

Mais comme l’avait prédit le technicien argentin, cette saison n’a pas été de tout repos et a été la moins productive depuis son arrivée sur le banc matelassier. Déjà durant ces deux dernières années, la nécessité de renouveler se sentait dans la première génération qui arrivait en fin de parcours. Offensivement, l’Atlético devenait de moins en moins tranchant malgré la présence de Griezmann.

Les statistiques de l'Atlético depuis que Diego Simeone dirige l'équipe.
Depuis qu’il a pris les rênes de l’Atléti, Simeone a réalisé la saison la plus pauvre en termes de points et de buts marqués.

Tout d’abord, les 70 points obtenus. L’Atléti n’a jamais enregistré un si faible nombre sous l’ère Simeone. Ensuite, pour la première fois, l’équipe n’a pas dépassé les vingt victoires en Liga. Cependant, la statistique la plus frappante reste le nombre de buts marqués, cinquante et un au total. On notera aussi que depuis trois ans, l’équipe peine à franchir la barre des soixante buts en une saison et celle-ci a été la pire.

L’attente suscitée par le recrutement de João Félix est vite redescendue. Auteur de six buts en Liga, le Lusitanien a plus brillé par son inconstance que par ses performances. Cette saison a été un apprentissage pour le joueur le plus cher de l’histoire du club. De son côté, Alvaro Morata a connu de bien meilleures performances même s’il a terminé meilleur buteur de l’équipe avec douze réalisations.  

Quant aux autres attaquants, Diego Costa, absent pendant une longue période à cause d’une hernie discale, a signé une très mauvaise campagne malgré l’amélioration de son rendement dans la trame finale. Angel Correa a surfé dans la vague de son équipe avec quelques étincelles par moments, mais rien de plus.

Jan Oblak a une nouvelle fois réalisé une saison exceptionnelle dans les cages de l'Atléti.
Encore une saison magnifique du Slovène qui a tenu l’Atléti en vie avec 0,7 but encaissé par match et 77% d’arrêts. (Crédit : Javier Soriano / AFP)

En revanche, si les offensifs n’ont pas brillé de mille feux, le cholismo n’a pas dérogé à sa règle de base qu’est la défense. Il ne s’agit pas de la meilleure saison dans ce domaine, ni la plus mauvaise. L’Atléti a terminé deuxième meilleure défense de LaLiga derrière le Real Madrid avec seulement 27 buts concédés. A défaut de gagner, l’équipe ne perdait pas non plus grâce à son gardien Oblak, qui par ses miracles, a encore fois a sauvé beaucoup de points.

En somme, le club de la capitale a encore démontré qu’il fallait toujours compter sur lui, malgré les difficultés traversées durant cette saison. Il l’a prouvé en championnat mais surtout en Ligue des Champions après avoir éliminé le tenant du titre et champion d’Angleterre, Liverpool, dans une double confrontation épique. Avec les résultats qui ont accompagné les bonnes sensations affichées au retour du confinement, l’équipe pourra maintenant se concentrer sur la suite du tournoi européen après avoir réalisé un dur travail pendant la pause et maintenir sa série d’invincibilité à dix-huit matchs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s