Bilan de saison 2019/20 – Villarreal CF

Oublier les fantômes de l’année dernière et retourner en Europe. C’était la mission du sous-marin jaune. Objectif atteint après une saison passée dans le doute et l’optimisme et qui s’est terminé sur une cinquième place.. L’équipe de Calleja, portée par un Gerard Moreno titanesque et un Santi Cazorla de la grande époque a saisi l’opportunité que lui ont offerte ses adversaires directs pour s’installer dans la zone noble du classement au moment décisif.

Malgré la rupture de son contrat au lendemain de la dernière journée, Javier Calleja peut se féliciter de son bilan. Rappelé à la rescousse le 29 janvier 2019, un mois après son limogeage, pour sauver une équipe de Villarreal qui filait tout droit en deuxième division, le Madrilène a remonté la pente avec un maintien obtenu à la pénultième journée après une élimination douloureuse en quarts de finale de la Ligue Europa contre Valencia. Cette saison, l’aventure n’a pas été facile, mais il a pu compter sur un groupe déterminé à redonner le sourire à la Cerámica et sur un Gerard Moreno qui devait confirmer son transfert au club de La Plana après une première saison complètement décevante. 

La recette de Calleja

Le vent de l’Europe souffle de nouveau à La Plana. L’aventure n’aura pas duré encore longtemps, mais Javi Calleja a une nouvelle fois rempli l’objectif sportif du Villarreal CF. Il était resté sur une cinquième place en 2017/2018 avant d’être remercié en décembre 2018 et rappelé cinquante jours plus tard. Il a de nouveau sorti la recette pour remettre les Amarillos sur la carte de l’Europe. Un Villarreal plus efficace et plus sûr de lui a terminé sa campagne en éliminant tous les maux qui lui ont été attribués avant la pandémie du Covid-19. Une équipe sensationnelle en attaque, mais parfois fébrile en défense a profité de la chute libre du Valencia CF, de la Real Sociedad et de Getafe pour se hisser dans le top 5 de LaLiga. 

Avec quasiment la même équipe que la saison dernière (le départ majeur fut Pablo Fornals, vendu à West Ham, NDLR), le technicien madrilène n’a pas renoncé à son 4-4-2 qui parfois se transformait en 4-1-4-1. Il a trouvé la clé au milieu qu’il a musclé avec Frank Zambo Anguissa, une belle révélation cette saison. À côté de l’ancien Marseillais, la puissance de Vicente Iborra, bien complétée par Manu Trigueros et tardivement par Bruno Soriano ainsi que l’apport de Manu Morlanes ont libéré la créativité et la classe de Santi Cazorla.  

Santi Cazorla ovationné par ses coéquipiers après deux saisons passées à Villarreal.
Santi Cazorla est revenu dans le club de ses débuts après plusieurs opérations subies pendant deux ans, l’aventure se termine dans la joie. (Crédit : Sud Info Belgique)

De retour chez les groguets l’année dernière, l’Asturien a retrouvé une seconde jeunesse avec onze but marqués et neuf assists cette saison. L’explosivité de Samu Chukwueze a ébloui, le travail de Moi Gómez et les coups d’éclat de Javi Ontiveros faisaient chaud au cœur. De quoi régaler Gerard Moreno qui a été le protagoniste principal de la saison du sous-marin jaune.

En effet, la force de Villarreal cette saison a été sa faculté à se projeter vers l’avant. Rien d’étonnant chez Calleja, qui nous avait déjà montré cette facette de sa philosophie de jeu lors de son passage sur le banc castellón. Avec des flèches comme Chukwueze, l’apport des latéraux, Rubén Peña, Xavier Quintilla, Alberto Moreno ou encore Mario Gaspar, la vision de jeu de Cazorla et l’efficacité de Moreno, l’équipe a terminé troisième attaque de LaLiga derrière le Barça et le Real Madrid avec 63 buts marqués.

Javi Calleja a encore mené Villarreal vers l'Europe.
En parlant de retour réussi, en voilà un autre. Celui de Javi Calleja, qui a sauvé le club jaune de la descente la saison et qui l’a ramené en Europe un an plus tard. (Crédit : En 24 News)

Toujours dans ce style offensif lié à la prudence démontrée par la présence d’un double pivot dans l’entrejeu, Villarreal, toujours derrière les deux intouchables, a été  la troisième équipe qui a réalisé le plus de tirs par match en moyenne (13 à égalité avec le club blaugrana, NDLR), malgré une possession moyenne (52,6%) inférieure à celle du Real Betis ou du Sevilla FC par exemple. De quoi justifier cette sixième qualification européenne depuis son retour dans l’élite en 2013.

Une saison marathon

On ne le répète jamais assez, mais le confinement a métamorphosé des équipes. S’il y en a certains qui ont suivi une mauvaise voie, d’autres en ont profité pour se clarifier les idées. Villarreal fait partie de la seconde catégorie. Une cure de jouvence radicale, qui a fait de l’équipe castellón l’une des révélations de la période post-covid.

Un travail physique suivi d’une gestion optimale de l’effectif lui a permis de s’installer dans les places européennes après avoir pris 16 points sur 18 possibles lors des six premiers matchs de ce mini championnat express. Une série stoppée par le Barça (1-4), mais qui n’aura pas eu de conséquences négatives sur l’objectif principal. Villarreal s’était déjà installé à la 5e place trois jours plus tôt après son triomphe au Benito Villamarin (0-2, journée 33) et ne le quitta plus jusqu’à l’épilogue de LaLiga.

Le match aller entre les deux formations a été le plus abouti de la saison des Amarillos avec une victoire 5-1. le retour n’aura été qu’une formalité dans l’enceinte verdiblanca. (Crédit : Bein Sport)

Toutefois, avant de réaliser un tel exploit, les Amarillos ont connu une instabilité au niveau du classement. Englués dans le ventre mou jusqu’au confinement et soutenu par son attaque de feu, Villarreal a rapidement surmonté son début de saison sur la pointe des pieds. Un premier succès obtenu lors de la 4e journée à Butarque (0-3) après deux nuls spectaculaires contre Granada (4-4) et le Real Madrid (2-2) et une défaite amère à Levante (2-1).

À LIRE AUSSI : Le bilan de la saison 2019/20 du Sevilla FC

La suite a été marquée par des hauts et des bas comme cette série noire de six matchs sans succès entre fin octobre et début décembre. Si l’attaque faisait le travail, parce que rares ont été les matchs dans lesquelles l’équipe n’a pas trouvé les buts (trois seulement Liga et Copa confondues, NDLR), la défense elle semblait moins sûre et moins efficace. Un fait que l’entraîneur a bien reconnu après le revers à domicile contre le Celta, le 24 novembre dernier.

« Je suis préoccupé par le nombre de buts que nous concédons, mais l’équipe ne baisse pas la tête. Nous pouvons y remédier et nous sommes tous conscients qu’il nous reste encore du travail pour réaliser notre objectif […] Cela fait déjà quatre matchs sans victoire et ça commence à peser, mais le rêve de cette équipe ne s’arrête pas ».

Entre optimisme et inquiétude, Calleja n’a pas baissé les bras même si les errances défensives ont été le point faible de son équipe (Source : El Intra Sports)
Espoir du football espagnol, Pau Torres a réalisé une saison encourageante à côté de l'expérimenté Raúl Albiol
À 23 ans, Pau Torres s’est installé comme titulaire dans la défense de Villarreal cette saison. Le jeune joueur attise les convoitises, notamment le Barça. (Crédit : Tribuna)

Évidemment, l’espoir ne s’est jamais envolé et la reprise après la crise sanitaire nous a dévoilé un Villarreal plus hermétique avec l’amélioration des performances du duo central. L’expérimenté Raúl Albiol, de retour en Liga à 34 ans et à ses côtés, le jeune Pau Torres, 23 ans qui s’est révélé avoir le coffre pour être l’un des futurs meilleurs défenseurs d’Espagne. Rapide dans ses interventions et élégant dans les sorties de balle, il a fait la paire avec le vétéran Albiol au détriment de Ramiro Funes Mori, pris en grippe par la Ceramica et qu’on aura peu vu cette saison.

« Pichichi » Moreno

Bien sûr, le meilleur buteur de LaLiga est Lionel Messi suivi de Karim Benzema, mais il ne faut pas oublier la saison remarquable du pichichi espagnol qui n’est autre que Gerard Moreno. Avec ses 18 buts, il a été l’un des artisans majeurs de la réussite des jaunes.

En plus d’avoir remporté le trophée Zarra, Moreno a réalisé cinq passes décisives et quarante-quatre passes clé (Twitter : @LigActu)

Gerard Moreno, une recrue qui semblait vouée à l’échec après sa saison fantomatique l’année dernière dans une équipe agonisante. Recruté en 2018 pour 20 millions d’euros (le transfert le plus cher du club avant l’arrivée de Paco Alcácer cet hiver, NDLR), l’ancien perico avait du mal à répéter les performances réalisées sous les couleurs de l’Espanyol. 

Sa mauvaise première année l’avait relégué sur le banc, mais cette saison il s’est imposé titulaire indiscutable dans le onze de Calleja devant Carlos Bacca et Karl Toko Ekambi. Le Colombien a réalisé une saison compliquée, deux buts seulement en dix-neuf matchs et le Camerounais, lui a fini la saison en Ligue 1 à l’Olympique Lyonnais après avoir marqué six buts en dix-huit apparitions sous le maillot jaune.

La saison de Villarreal ne serait pas couronnée de succès sans son goleador Gerard Moreno
Buteur et passeur décisif pour Alcácer, Gerard Moreno et son coéquipier ont douché Valence lors de la 32e journée (Crédit : LaLiga)

Le Catalan a été décisif tout au long de la saison, notamment lors de son doublé contre Leganés qui allait donner à Villarreal sa première victoire de la saison et terminer une série de quatre matchs avec au moins un but marqué. Sa complicité avec Paco Alcácer, de retour en Espagne en janvier après avoir traversé la Bundesliga a été aussi l’élément-clé dans la qualification en Ligue Europa après le confinement. Sept réalisations pour le Catalan et deux pour le Valencien sur les vingt des groguets

S’ajoutent à cela ses deux buts en Copa del Rey qui ont permis d’éviter le piège d’Orihuela (1-2 après prolongation) lors du deuxième tour. Une compétition dans laquelle, Villarreal ne passera pas les quarts de finale après avoir été surpris par Mirandés à Anduva (4-2). 

Villarreal a prouvé que la saison 2018/2019 était un faux pas. Le président Fernando Roig, lors de la dernière assemblée générale des actionnaires avait maintenu « qu’avec un budget de 120 millions d’euros, il est important d’être Europe ». Une nécessité que Javi Calleja et son groupe ont comprise et qui récompense cet entraîneur qui ne poursuivra pas l’aventure de même que Santi Cazorla, qui devrait rejoindre le Qatar, et Bruno Soriano, qui raccroche les crampons après une longue blessure qui a l’a tenu loin des terrains pendant trois ans. L’avenir de la saison prochaine est maintenant entre les mains d’Unai Emery, qui a la tâche de perpétuer cet héritage européen que lui ont laissé ses prédécesseurs, Calleja, Marcelino ou encore Manuel Pellegrini.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s