Bilan de saison 2019/20 – Levante UD

Beaucoup moins populaire que son voisin, petit frère et rival du Valencia CF, Levante continue d’écrire son histoire en Primera. Un troisième maintien de suite pour ce club qui a passé la majeure partie de son existence entre la deuxième et la troisième division. Les Granotas ont réalisé leur deuxième meilleure saison dans l’élite après avoir récolté 49 points et terminé à la douzième place. Une campagne moins fatigante que celle de l’exercice précédent durant lequel, ils ont obtenu le salut à l’avant-dernière journée.

Son histoire en première division est moins riche que celle de son voisin, mais le Levante UD a réécrit son nom dans la liste des vingt clubs de la saison 2020/2021. L’équipe d’Orriols vit actuellement la période la plus faste de ses 110 ans d’existence. Ce club qui, auparavant, n’arrivait pas à enchaîner trois saisons dans l’élite sans retrouver la deuxième division, va vivre sa dixième campagne en Primera depuis 2011. Et pourtant, avant cette année-là, il n’avait connu que cinq petits passages dans la plus haute catégorie du football professionnel. Si le maintien de la saison dernière a été très compliqué, celui de cette année a été accompli sans grande souffrance. Paco López continue de faire durer le rêve du Levantinismo dans un style reconnaissable et révolutionnaire. Il n’a pas égalé les 55 points et la sixième place de Juan Ignacio Martínez en 2011/2012, mais ce que son groupe a montré cette saison mérite des encouragements.

La philosophie de López : l’ADN de Levante

Depuis l’arrivée de Paco López sur le banc d’Orriols, Levante ne fait que progresser. Le natif de Silla (Valencia) a pris les commandes en mars 2018 à la place de Juán Muñiz, qui venait de remonter l’équipe en Liga Santander. Alors qu’un retour rapide en Segunda se profilait avec une formation de Levante qui n’avait enregistré que trois victoires en vingt-sept matchs, López a remonté la pente en terminant la saison 2017/2018 en boulet de canon. Huit succès sur les onze dernières rencontres qui ont assuré le maintien.

Paco López, entraîneur du Levante UD
Paco López, le technicien qui a révolutionné le Ciutat de València. (Crédit image : El Periodico)

Depuis, le club granota a montré un autre visage avec son technicien qui a révolutionné la manière de jouer sur beaucoup d’aspects. L’équipe est devenue plus solide à domicile où elle récolte la plupart de ses points et aussi, où les gros calibres de LaLiga ont du mal à imposer leur loi. Le FC Barcelona et le Real Madrid ont tous les deux échoué cette saison au Ciutat de València.

Avec López, Levante s’identifie à un style dont la maxime est simple :  aucune limite tant qu’il y a de l’envie, le désir et la passion. Un ADN qu’il continue de perfectionner chaque année pour améliorer ses résultats et atteindre ses objectifs. Cette saison, malgré la pandémie du Covid-19 qui a beaucoup bouleversé la campagne, Levante a montré une certaine régularité au niveau de ses performances, même si la défense reste un problème à régler.

En 2018, le maintien était passé par une victoire spectaculaire contre les Azulgranas (5-4), cette année, le Barça a encore mordu la poussière à Orriols (Crédit vidéo : Bein Sport)

Ce secteur a été le point faible de l’équipe l’année dernière, ce qui lui a valu une lutte intense pour assurer son maintien. Un salut obtenu après avoir encaissé 66 buts et arraché une victoire salvatrice à la 37e journée à Montilivi. Les choses ont été beaucoup plus simples durant cet exercice avec une arrière-garde qui s’est un peu amélioré même si elle reste encore un peu friable et une attaque correcte de par ses individualités, mais qui a été moins prolifique.

L’évolution défensive a été bénéfique

Les prestations d’Aitor Fernández lors de cette saison 2019/2020 resteront dans les mémoires. Si Levante a pu améliorer ses statistiques défensives c’est en grande partie grâce à son gardien de but. Le Basque a été le portier qui a réalisé le plus de d’interventions au cours de cet exercice avec 158 arrêts réalisés dont trois pénaltys, selon les statistiques enregistrées par le site officiel de LaLiga.  Une réussite de 50% sur les tirs depuis les onze mètres qui lui a valu le surnom de « parapenalty » que lui a donné le quotidien catalan Mundo Deportivo.

Aitor Fernandez, gardien de but du Levante UD
Sans doute le meilleur joueur de Levante cette saison, l’équipe lui doit son maintien cette saison. (Crédit image : Cope)

L’impact du natif d’Arrasate (Guipúzcoa, Pays Basque) a été déterminant sur la saison qui a vu Levante concédé treize buts de moins que la précédente. Paco López a initié le travail de cette amélioration défensive au milieu avec l’incorporation du milieu défensif serbe Nemanja Radoja. L’intégration de l’ancien joueur du Celta a amené plus d’assurance dans l’entrejeu protégeant un peu plus la charnière centrale où les tauliers ont été Rubén Vezo et Sergio Postigo devant Róber Pier et Oscar Duarte qui ont fait quelques apparitions.

Ainsi donc, Levante a trouvé l’équilibre que voulait Paco López l’année dernière pour mieux s’adapter à chaque circonstance. Sur les flancs, Jorge Miramón, rapatrié de Huesca, a relégué Coke Andújar  sur le banc. Le Madrilène de 33 ans a perdu une certaine importance, mais faisait partie de la rotation. Les 17 matchs qu’il a disputés ont attesté que son jeu et son expérience ont compté aux yeux de l’entraîneur. En plus il a terminé la saison en inscrivant le but vainqueur contre Getafe (1-0). Son unique but de l’exercice mais qui a fait de lui le défenseur ayant marqué le plus de buts de l’histoire du club avec onze réalisations.

À LIRE : Le bilan de la saison de l’Athletic Club

À gauche, c’était un problème de riche entre Toño Garcia qui, a disputé son centième match en Liga sous les couleurs granota, et Carlos Clerc. Les deux joueurs se sont partagé le temps de jeu avec un excellent niveau de performance qui a donné satisfaction. L’idée était donc claire. Partir sur une bonne défense pour construire une bonne attaque même si l’équipe n’a pas connu un succès fulgurant devant les buts adverses. 

Roger Martí, meilleur buteur pour la deuxième saison de suite du Levante UD
Les belles performances de Roger Martí en début de saison ont attiré l’œil du Barça qui recherchait un joker médical. Finalement le choix s’est tourné vers Braithwaite. (Crédit image : FCB Noticias)

Le poids de l’âge a commencé à avoir raison de l’emblématique José Luís Morales qui n’a marqué que quatre buts, loin des douze pions plantés l’année dernière. Pour sa part, Borja Mayoral a trouvé huit fois les filets derrière Roger Martí qui a terminé pour la deuxième saison de suite meilleur buteur du club avec onze réalisations, deux de moins que l’édition précédente. Le natif de Torrent (Valencia) a réalisé de belles performances durant la première partie de la saison mais a pratiquement disparu dans la seconde moitié et surtout après le déconfinement.

Si les attaquants ont moins brillé cette année à Levante, c’est parce que López, sans renier à son ADN, a donné plus de solidité à sa défense, mais aussi plus d’équilibre à son milieu. L’entrejeu où José Campaña a réalisé un excellent parcours et où Enis Bardhi est rentré un peu plus dans l’histoire des Ranas.

Le Macédonien, lui aussi centenaire avec le maillot Blaugrana, est revenu du confinement en mode killer. Discret pendant un bon moment tout en faisant le nécessaire, il a largement contribué à la tranquillité de Levante dans la trame finale. Ces cinq buts marqués dans cette période, ajoutés aux deux autres qu’il comptait déjà avant l’arrêt du championnat, ont fait de lui, le meilleur buteur étranger de l’Equip del Valencians avec dix-huit golazos.

Le droit d’exiger plus

Le maintien validé à l’ouverture de la 34e journée après la défaite de Mallorca au Wanda Metropolitano, Levante avait cinq matchs devant lui pour rêver d’un meilleur classement. L’équipe a montré tout au long de la saison qu’elle avait le potentiel de jouer mieux que la survie en Liga.

À LIRE : Le bilan de la saison du Sevilla FC

Dans son stade, elle a affiché une certaine régularité marquée par deux victoires de prestige. D’abord contre le Barça (3-1), puis contre le Real Madrid (1-0) sur les neuf succès qu’elle a obtenus. Cependant, à l’extérieur, elle manque encore de la force et de la conviction pour imposer sa loi. Elle a enregistré douze revers hors de ses bases sur les dix-sept qu’elle a subis et souvent certains de manière incompréhensible face à des formations qu’elle pouvait carrément dominer du fait de son expérience dans l’élite et de son effectif qui semble meilleure sur le papier.

Encore un gros coup des Granotas qui ont montré un potentiel indéniable cette année. Faire tomber le Barça et le Real dans la même saison n’est pas donné à n’importe qui. (Crédit vidéo : Bein Sport)

La défaite contre Mallorca (2-0) lors de la 35e journée alors que l’équipe des Baléares était quasiment condamnée et que Levante se trouvait à ce moment-là à quatre points de la première moitié du classement, a questionné sur les ambitions de Paco López et de son groupe. Durant cette dernière décennie, le club est parvenu à se faire une place durable dans la crème du football espagnol et pourtant l’objectif est toujours la permanencia.

L’entraîneur considère que son effectif s’améliore chaque saison, ce qui est certes vrai, mais qui ne doit pas justifier le relâchement après que l’objectif ait été atteint. Selon lui, viser plus haut doit « passer par le rêve et non par l’obligation ». Une phrase qui cache le manque d’ambition de son équipe qui n’a pas voulu pousser encore plus pour entrer au moins dans la première partie du classement, même si elle a bien terminé la campagne avec deux triomphes face au Celta et à Getafe.

Statistiquement, à l’épilogue du championnat, Levante était à sept unités de la dernière place européenne prise par Granada à la dernière journée, une équipe promue cette année qui a cru en ses capacités de réaliser l’exploit de la saison. Sa fébrilité à l’extérieur lui a coûté beaucoup de points et l’a mis derrière des équipes comme l’Athletic ou Osasuna qui n’ont pas gagné autant de matchs que lui (quatorze victoires contre treize pour les Basques et les Navarrais,NDLR).

Paco López peut se réjouir de l’amélioration de son équipe et d’avoir réalisé la deuxième meilleure performance du club dans l’élite, mais il n’est pas interdit de viser plus haut quand l’occasion se présente.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s