Bilan de saison 2019/20 – SD Eibar

L’aventure dans l’élite continue pour la formation armera qui a de nouveau assuré son maintien. La saison a été compliquée pour l’équipe de Mendilibar. Elle a passé la totalité de la campagne dans la deuxième moitié du tableau, flirtant dangereusement avec la zone rouge. Mais le break de trois mois a permis de casser la mauvaise dynamique et de sauver une 14e place.

Saison quasi identique à 2015/2016, quand Eibar a profité de la relégation administrative d’Elche un an plus tôt pour rester dans une Liga qu’il n’a plus quittée depuis. Au niveau des statistiques, les chiffres se ressemblent mais la trajectoire est différente. À l’époque, Eibar avait bien débuté la campagne, occupant pendant quelques journées les places nobles avant d’amorcer une chute libre jusqu’à la 14e place. Cette année, il n’a jamais posé les pieds dans la première partie du classement. Chose qui était pourtant habituelle. Mais que demander de plus à cette courageuse équipe du Guipúzcoa à part le maintien ? C’est l’objectif que se fixe chaque année la direction. Toutefois, la forme affichée et les prestations ont été loin des attentes. Eibar nous a habitués à mieux dans le jeu.

Merci le confinement

Comme chaque saison depuis sa montée historique en Primera en 2014, Eibar continue de valider sa place dans l’élite. Plus petite structure du football professionnel, l’entité basque se construit une image forte au sein du football espagnol et démontre année après année, qu’elle est une équipe à ne pas sous-estimer.

Durant le confinement le doute existait sur la capacité des Armeros à conserver leur place en première division. Parce que, depuis son installation dans l’élite, le club a rarement connu un parcours aussi compliqué. Mais avec José Luís Mendilibar, les bras ne tombent jamais.

Eibar vs Real Sociedad, 12 mars 2020, Ipurúa.
Dans un Ipurúa vide, Eibar a perdu contre la Real Sociedad juste avant le confinement. Les Armeros comptaient 27 points, soit deux de plus que Mallorca, premier relégable. (Crédit image : 20 Minutos)

Treize points ont suffi à Eibar à la reprise de LaLiga pour valider une septième saison consécutive dans la plus haute catégorie du football espagnol, la moitié du total récolté avant la suspension du championnat. Une révolution défensive et mentale pour redonner à Ipurúa sa réputation de stade où quel que soit le résultat, l’adversaire y laissera toujours quelques plumes.

Ce petit stade, où un peu plus de 7000 âmes peuvent s’entasser, a déplumé quelques cadors comme le Sevilla FC (3-2), Villarreal (2-1) ou encore l’Atlético de Madrid (2-0). Des succès prestigieux, mais souvent obtenues après de longues périodes de disette. D’ailleurs, les Andalous ont permis à Eibar de célébrer sa première victoire de la saison, après un début très moyen.

Deux points seulement pris en cinq matchs, ce qui annonçait une campagne sans repos pour l’Armaginak. Toutefois, quelques victoires par-ci et par-là (sept en vingt-sept matchs, NDLR), combinées avec quelques résultats favorables sur les autres pelouses, ont maintenu l’équipe guizpucoano hors de la zone de largage jusqu’au confinement.

Sans doute le plus gros succès d’Eibar cette saison qui a dominé l’Atlético de Madrid lors de la 20e journée. (Vidéo : Bein Sports France)

Même si la reprise n’a pas été couronnée de succès d’entrée, avec une défaite à Valdebebas contre le Real Madrid, les prestations contre l’Athletic (2-2) et Getafe (1-1) ont laissé paraître une équipe métamorphosée, capable de rivaliser dans cette trame finale pour se maintenir.

Le rythme des rencontres était effréné et Mendilibar a su compter sur son groupe en intégralité pour faire face à la fatigue physique. vingt-trois joueurs ont contribué aux triomphes importants (quatre victoires : Valencia, Granada, Espanyol et Valladolid, NDLR) qui ont permis de valider le ticket pour l’édition 2020/2021 à deux journées de la fin.

Cependant, même si Eibar mérite des félicitations pour cette longévité de six ans dans l’élite, il a donné l’impression d’avoir atteint une limite. Souvent au bord de l’agonie, l’équipe de Mendilibar n’a pas dégagé cette ténacité qui faisait sa particularité ces dernières années. Une perte de vitesse et d’intensité dans le jeu qui l’a très souvent rapproché de l’enfer.

Une défaillance collective

À l’exception de Marko Dmitrovic, le gardien de but, le reste des joueurs étaient bien en dessous du niveau exigé par la compétition durant une bonne partie de la saison, à l’image de Sergi Enrich, l’attaquant vedette qui n’aura marqué qu’un seul but en trente matchs.

D’abord, en défense, où le capitaine et vétéran, Iván Ramis a rapidement terminé sa saison en raison d’une blessure, personne n’a réussi à sécuriser cette ligne où Anaitz Arbilla et Paulo Oliveira ont été les titulaires dans l’axe. La rotation avec Pedro Bigas ou encore Esteban Burgos n’a pas permis d’établir une connexion fiable.

Paulo Oliveira, défenseur central portugais d'Eibar
Paulo Oliveira a débuté la saison sur un but et un csc contre Mallorca (défaite 2-1). Ni lui, ni Arbilla n’ont pu apporter de la sérénité dans la défense basque. (Crédit image : Diario AS)

Au niveau des latéraux, le départ de Marc Cucurrella a laissé un vide dans le rythme et l’intensité. Rafa Soares, prêté par le Vitoria Guimarães durant le mercato d’hiver, a mis du temps à rentrer dans le moule et a laissé le monopole du poste à José Ángel « Cote » jusqu’à la reprise du championnat au mois de juin.

Sur le côté droit, Álvaro Tejero ne s’est pas imposé de même que Jordi Cavalera et Róber. D’ailleurs, le vétéran argentin, Pablo De Blasis, couteau suisse de l’équipe, a souvent occupé le poste devant les timides prestations des spécialistes du domaine.

À LIRE : Le bilan de la saison du Real Valladolid

Ensuite, le départ de Joan Jordan au Sevilla FC a également entravé le fonctionnement du milieu. Gonzalo Escalante et Pape Diop ont dépensé beaucoup d’énergie pour réduire le travail des trois autres plus offensifs, qui, non plus, ne se sont pas démarqués. Takashi Inui, de retour à Ipurúa après un bref passage au Benito Villamárin et au Mendizorroza, Pedro León et Fabián Orellana n’ont pas montré leur meilleur visage cette saison.

Takashi Inui, milieu de terrain japonais, SD Eibar
Après un passage au Betis et un prêt à Alavés, le Japonais est retourné à Eibar où il a été un joueur important, mais à 32 ans, ses beaux jours sont derrière lui. (Crédit image : Monde du foot)

Enfin, en attaque, les filets ont rarement tremblé, seulement trente-neuf buts marqués, la pire statistique depuis les trente-quatre plantés lors de la première saison dans l’élite. Kike García (cinq buts) a mis du temps pour ouvrir son compteur et Enrich a complètement disparu.

Quique González était plus un défenseur supplémentaire pour l’équipe adverse qu’un attaquant d’Eibar. Pour sa part, Charles Diáz, avec ses trente-six printemps, a apporté sa maigre contribution avec ses six buts, qui l’ont classé deuxième meilleur buteur derrière Orellana (huit buts).

Par conséquent, pour surmonter tous ces problèmes évoqués ci-dessus, Mendilibar a dû changer son fusil d’épaule à la reprise. Fidèle à ses idées, l’entraîneur basque a choisi de varier son système pour s’adapter le plus souvent possible aux adversaires. Une remise en question ou un pragmatisme qui lui a permis d’aborder le sprint final du bon pied et de renverser la dynamique chaotique de son équipe.

Mendilibar a prolongé, Eibar doit-il se renouveler ?

À la tête de l’équipe depuis le départ de Gaizka Garitano en juin 2015, l’enfant de Zaldibar (Vizcáya, Pays Basque) rivalise avec Diego Simeone sur la longévité dans un club de LaLiga. Cinq saisons et cinq maintiens, un bilan suffisament honorable pour que la direction lui confie encore les rênes de l’équipe pour une année supplémentaire.

Après la saison 2014/2015 ratée de Garitano, qui a vu Eibar, 18e de LaLiga, être sauvé par la relégation administrative d’Elche, Mendilibar est donc revenu à Ipurúa, où il avait déjà officié en 2004/2005. Il a installé une identité et un style de jeu qui a fait de l’équipe, l’une des plus difficiles à aborder de la compétition.

José Luis Mendilibar, Entraîneur, SD Eibar
À 59 ans, l’empereur d’Ipurúa est toujours actif sur la ligne de touche (Crédit image : L’Équipe)

Une défense haute, un pressing intense et un style tourné vers l’attaque, qui a fait d’Eibar, la saison dernière, l’équipe la plus offensive du championnat. Même si la défense subissait souvent les failles de cette philosophie, c’était quand même agréable à voir pour un club qui a si peu de moyens financiers.

Soumis à une austérité dans le marché des transferts, l’effectif est rarement renouvelé de manière profonde et pourtant Mendilibar continue toujours d’atteindre l’objectif de la direction. Cependant, quand on a une telle politique de recrutement aussi modeste, il faut s’assurer de piocher les bons éléments qui peuvent rentrer rapidement dans le moule, et cette saison, seul Edu Exposito a été convaincant.

« Une autre saison, Mendilibar a fait encore de la magie », a affirmé Fran Garagarza, le directeur sportif de l’entité basque. Oui pour Eibar, une telle longévité en Primera ne mérite que des applaudissements, mais ce que l’équipe a montré cette saison peut faire craindre le pire.

Fabián Orellana, milieu de terrain chilien, SD Eibar
Le Chilien a porté l’équipe comme il a pu avec ses huit buts, mais l’image de ses coéquipiers sa saison a été plutôt décevant. Il est temps de tenter une nouvelle aventure. (Crédit image : El Desmarque)

Est-il temps de renouveler cette ossature qui a la moyenne d’âge la plus élevée en Liga ? Ou bien, était-ce seulement une saison compliquée comme il peut arriver de temps en temps ? La réponse, on l’aura peut-être la saison prochaine. Pour le moment, Ivan Ramis, trente-cinq ans, a raccroché les crampons et Pedro León, trente-trois ans, a renouvelé son contrat.

Fabián Orellana, trente-quatre ans, a pris la direction du Real Valladolid et Charles Días est parti prendre sa retraite à Pontevedra (troisième division), l’équipe qui lui a ouvert les portes du football espagnol en 2004.. Trois joueurs emblématiques de ses dernières années qui tournent la page armera et qui ouvrent la possibilité d’un recrutement plus jeune et plus frais, même si rien ne bouge encore dans les bureaux d’Ipurúa.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s