Luis Suárez : à l’aube d’une revanche ?

Ce soir, à l’Allianz Arena, l’Atlético de Madrid affronte le Bayern Munich, récent vainqueur de la Ligue des champions. Un test grandeur nature pour les joueurs d’El Cholo mais aussi l’occasion pour Luis Suárez de démontrer qu’un grand attaquant ne meurt jamais. Ou alors plus tard que l’on ne l’aurait imaginé.

« Je suis revenu au fait de profiter, au fait d’être valorisé en tant que joueur, au fait d’être aimé ». Le 9 octobre dernier, en marge de la victoire de l’Uruguay contre le Chili (2-1) durant laquelle il a marqué, El Pistolero résumait parfaitement son récent transfert. Le goleador avait quitté le FC Barcelone en pleurs, blessé d’être si mal remercié.

Aujourd’hui, il est heureux à la pointe de l’attaque de l’Atlético de Madrid. Pour autant, l’Uruguayen éprouve toujours de la rancœur envers son ancien club comme il s’en est expliqué auprès de ESPN Argentina.

« Ce qui dérange, ce sont les formes, qu’un coach (Koeman) vienne en disant qu’il ne compte pas sur moi alors que la direction avait déjà dit qu’il y aurait des changements. Cela pose la question de savoir si c’est vraiment le coach qui ne t’aime pas […] Personne au club ne m’avait rien dit jusqu’à l’appel du coach »

Du côté des Colchoneros, l’entraîneur Diego Simeone s’est réjoui d’une telle opportunité, résumant au passage l’enjeu de cette transaction. « Il savait que c’était l’endroit pour continuer de montrer qu’il est un attaquant important » déclarait-t-il en conférence de presse avant d’affronter Granada, pour le premier match de la saison. 

Un départ canon

https://static.standard.co.uk/s3fs-public/thumbnails/image/2020/09/27/17/gettyimages-1228748440.jpg?w968
Luis Suárez après avoir inscrit son second but face à Granada (crédit : Evening Standard)

El Cholo ne croyait pas si bien dire. Entré à ving minutes de la fin, l’ancien des Reds a parachevé le succès des siens (6-1) d’un doublé tout en offrant une passe décisive à Marcos Llorente. Des débuts en fanfare qui rappellent que le grand attaquant est une espèce rare. Ce n’est pas pour rien si les numéros 9 à fort potentiel s’arrachent à prix d’or. Victor Osimhen, acheté au LOSC par le Napoli pour la somme de 80 millions d’euros, n’est que le dernier exemple d’une longue liste.

Seulement, les clubs, obnubilés par la recherche du joueur à fort potentiel, oublient parfois ce qu’ils ont entre les mains. Prenons le temps de faire exception au Milan AC qui remercie encore Zlatan Ibrahimovic, 39 ans, pour son doublé contre l’Inter ce week-end. Pour revenir au sujet qui nous intéresse, le mieux est de retranscrire ce qu’en disait récemment la légende blaugrana Rivaldo dans un entretien au quotidien espagnol AS.

« Il est difficile pour le FC Barcelone de signer quelqu’un avec les caractéristiques et l’esprit combatif que Luis Suárez offrait »

Une remarque judicieuse à laquelle on peut ajouter deux observations supplémentaires. D’abord, la difficulté de Griezmann à convaincre en position de numéro 9. Ensuite, fait non négligeable, le Barça n’a pas trouvé de remplaçant à Luis Suárez. Un temps pressenti pour rejoindre son ancien sélectionneur, Memphis Depay joue toujours à l’OL.

Encore tout à prouver

Espagne - Barça - Âge, méforme et perte de confiance : Luis Suarez (FC  Barcelone) est-il sur la fin ? - France Football
Luis Suárez n’a pas marqué à l’extérieur en Ligue des champions depuis 22 matchs (crédit : France Football)

De là à dire que le Pistolero est de retour à son meilleur niveau et que le club catalan peut se mordre les doigts, il y a un pas. Il est encore trop tôt pour le franchir. N’en déplaise à ceux qui rappellent qu’avec un but toutes les 53 minutes, le natif de Salto réalise un meilleur début de saison que toutes les anciennes idoles du Vicente Calderón. Faire mieux que Falcao et consorts n’est pas rien mais cette statistique est avant tout un symbole.

Elle ne doit pas passer sous silence le fait que Suárez peut également gâcher des munitions importantes. Il l’a rappelé lorsque l’Atleti affrontait le promu Huesca (0-0) pour le compte de la seconde journée de Liga. En deuxième mi-temps, lancé idéalement par João Felix, il n’avait pas réussi à tromper Andrés Fernández.

À l’Atlético, personne ne lui en voudra, encore moins s’il parvient à se distinguer contre le Bayern Munich. C’est là, en terres européennes, que le débat pourra se trancher. En effet, la réalité des dernières années, bien que déstabilisée par le duo Messi-Ronaldo, nous apprend qu’au moment de désigner un grand joueur, la Ligue des champions fait souvent office de juge de paix. Si Suárez plante une vingtaine de pions en Liga, les Colchoneros s’en réjouiront mais les Blaugranas ne seront pas envahis par les remords. D’ailleurs, il ne faut pas oublier qu’en Ligue des champions, en dehors du Camp Nou, Suárez n’a toujours pas réussi à trouver le chemin des filets depuis 2015. Alors, pour savoir si le cru uruguayen devient meilleur avec l’âge, rien de mieux que de le goûter à l’instant fatidique. En brillant ce soir, Suárez prouverait qu’il reste l’un des meilleurs à son poste. Il tiendrait sa revanche. En attendant, il n’a fait que confirmer aux observateurs qu’il est un excellant attaquant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s