[MD] Raúl García : « Je veux rester à l’Athletic »

Dans une interview consacrée à Mundo Deportivo, Raúl García a reconnu ne pas avoir été au niveau lors de certains moments dans la saison. Dur à cuire sur le terrain, le Navarrais, déjà présent à l’Athletic depuis six saisons, veut prolonger son aventure chez les Leones alors que son contrat prend pour l’instant fin en juin prochain.

–  Tu as été expulsé contre le Real Madrid, en championnat dès la 13e minute, puis en SuperCopa tu as inscris deux buts contre cette même équipe. Presque d’un méchant à un héros. Le football peut-être si différent ?

« Le football fonctionne très souvent comme ça. Les gens voulaient que je prenne ma retraite et que je me retire du football, à cause de mon âge, de mes erreurs et d’autres choses qui n’allaient pas lors de ce premier match. Et puis, en un mois et demi, ils ont changé d’avis et c’est malheureusement ainsi que ça fonctionne. »

– Et comment tu fais pour gérer ces oscillations et changements de niveau que tu as pu avoir ?

« Dans le football d’aujourd’hui, les gens (surtout les supporters) pensent souvent plus qu’ils ne le devraient, mais je vis avec ça depuis longtemps et c’est pourquoi j’accorde surtout de la valeur à mes proches et aux personne qui m’entourent. Je m’attache surtout à ces individus qui ne sont pas seulement là quand les choses vont bien, mais qui me soutiennent aussi quand c’est plus compliqué. Ils sont toujours capables de te dire quelque chose pour te remonter le moral ou te faire comprendre que tu te trompes, que tu ne fais pas les choses correctement. »

– Après cette expulsion à Valdebebas, tu as déclaré t’être excusé auprès de tes coéquipiers. Comment ça s’est passé entre toi et eux ?

« Il y a beaucoup de choses que nous faisons sans toujours y trouver des explications. Je suis une personne qui assume la responsabilité, non seulement personnelle, mais celle des autres. En fait, je suis beaucoup plus préoccupé par l’erreur lorsqu’elle collective que lorsqu’elle est personnelle. Avec mes coéquipiers, on passe beaucoup de temps ensemble, on aime se parler franchement et en face à face. C’est la meilleure façon pour se parler sereinement et se dire les choses. Quiconque doit s’excuser, doit le faire franchement. »

Résultat de recherche d'images pour "raul garcia"
(crédit photo : Eurosport)

– Comment tu expliques avoir connu un tel passage à vide dans certains moments de la saison ?

« Je ne veux pas dire que j’ai passé un mauvais moment parce les gens se demanderont comment on peut se plaindre s’il ne s’agit que de football. Je parle du point de vue mental. Évidemment, il y a des choses plus importantes que le football, cela ne fait aucun doute, mais sur le plan mental, je suis une personne très exigeante, qui a beaucoup de responsabilités pour son travail et quand les choses ne fonctionnent pas comme je le souhaite, c’est compliqué de s’y faire. Il y a beaucoup de choses à supporter que l’on juge injustes et qui, pourtant, dans le football sont très fréquentes. »

– Quand tu as marqué à Valencia (2-2), tu as à peine célébré le but. Pourquoi ?

« En fait, sur ce but c’est la colère qui sort de moi parce que la saison ne se passe pas comme je le voulais, et parce que je veux vraiment contribuer à aider l’équipe, toujours. Mon état d’esprit et mon moral ne dépendent pas du fait que je joue ou non, mais surtout de savoir si l’équipe se porte bien, que ce soit avec ou sans moi. »

– Toi et l’équipe avez retrouvé votre sourire depuis l’arrivée de Marcelino

« Oui, nous affrontons désormais les matchs et les situations adverses d’une manière différente qu’auparavant. Sur le plan personnel, je dirais que je prends du plaisir à jouer en ce moment, je me sens libéré et j’espère que tout continuera sur cette voie. »

– Gagner un titre avec l’Athletic, qu’est ce que ça représentait pour toi ?

« C’était l’une des choses que je voulais réaliser ici et j’y suis parvenu. J’accorde beaucoup d’importance à l’obtention de titres, et à les obtenir avec différentes équipes. En raison de la situation actuelle, on ne peut pas le célébrer avec tout notre public, ce qui aurait été incroyable, mais on sait que nos supporters aiment que leur équipe se porte bien. C’est très spécial. »

Résultat de recherche d'images pour "raul garcia"
(crédit photo : New Straits Times)

– Pourquoi est ce que tu n’as pas encore prolongé ?

« Je n’ai pas peur de dire les choses comme je l’ai toujours fait mais je me porte bien ici, je suis content, j’ai toujours le sentiment d’avoir le même rôle depuis mon arrivée. Il faut échanger avec la direction et essayer de parvenir à un accord. Je n’ai aucun doute sur le fait que je veuille continuer ici et j’espère que cet accord arrivera le plus tôt possible. »

– C’est au niveau économique qu’il y a un problème pour trouver l’accord ?

« Ce qui m’intéresse surtout, et c’est là où je suis exigeant, c’est quand il s’agit de performance et d’engagement pour le club. Et en ce sens, depuis que je suis ici, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de doutes sur ça. Pour moi, ce qui est surtout très important c’est mon ressenti actuel, en comparaison de ma première saison ici, qui est toujours le même. »

– Et justement, quel est ce ressenti ?

« Que je suis toujours un joueur important et que je suis très important pour l’équipe. Toute décision prise doit être calquée sur ça, mon rendement sportif avant tout. »

Résultat de recherche d'images pour "raul garcia"
(crédit photo : Mundo Deportivo)

– Qu’est-ce que Marcelino vous a apporté ?

Je ne sais pas, ce n’est pas facile à expliquer. C’est la question à laquelle nous aimerions tous répondre de manière compréhensible. Je ne veux pas bien parler d’un tel pour qu’on ait l’impression que je parle mal de quelqu’un d’autre. Gaizka (Garitano) a été un entraîneur qui nous a beaucoup apporté et aidé. À un moment donné, il y a eu des critiques assez injustes envers lui, parce qu’il n’a pas été jugé à sa juste valeur. Il y a eu un changement d’entraîneur ensuite, mais c’est le football qui l’a voulu comme ça. »

– Tu penses que ce changement était nécessaire ?

« Cette décision doit et a été être prise par ceux qui se devaient de la prendre. Comme vous pouvez le voir, ce changement nous aide beaucoup aujourd’hui mais mon but n’est pas de dire que nous pensions que Gaizka était le coupable de tous les problèmes. On doit d’abord se remettre en question et ensuite commencer à chercher des solutions, je pense que c’est ce que nous avons fait. »

– Et qu’a fait Marcelino pour relever cette équipe ?

« Il est arrivé dans une situation dans laquelle l’équipe, il est vrai, on voulait que les choses changent au niveau des résultats et en croyant un peu à ce qu’il a amené et ce qu’il nous propose, les choses semblent aller dans le bon sens »

– On dirait que son arrivée t’as libéré, par exemple, dans les duels aériens.

« Oui, et c’est ce que j’apprécie aussi. Quand Aritz (Aduriz) était là, il a également joué un rôle important dans ce domaine aérien, mais nous avons beaucoup partagé ce rôle. C’est à mon tour de prendre cette responsabilité depuis son départ. »

Résultat de recherche d'images pour "raul garcia aduriz supercopa"
(crédit photo : Mundo Deportivo)

– Tu apprécies ce repositionnement dans un rôle plus offensif ?

« J’essaie d’aider l’équipe et c’est la façon dont le staff me dit de jouer que j’applique. C’est vrai que j’ai toujours aimé être en contact avec le ballon, j’aime être bien placé dans la surface de réparation, mais je ne pense pas que tout doive se résumer, dans mon jeu, à des duels aériens »

– Concernant ce quart de finale de Copa contre le Betis (1-1, victoire de l’Athletic aux tirs aux buts, le 5 février). Centre de Iñigo Martínez, but de Raúl García et avec Marcelino sur le banc. Si on avait dit ça à des supporters de l’Athletic il y a quelques années…!

« A moi, on me parle seulement d’engagement et de travail, rien d’autre. Malheureusement, on a souvent des étiquettes qui sont inutiles. C’est clair que si je suis ici, c’est parce que je le veux, c’est la même chose pour Iñigo et Marcelino. A partir du moment où j’ai accepté de venir ici, c’est parce que j’ai compris que c’était le meilleur pour moi. Et à ce jour, je peux affirmer que je ne me suis pas trompé. »

– As tu apprécié le fait que le geste que tu as fait avec les joueurs de Alcoyano (en leur offrant un maillot après le match de Copa), fasse parler de toi en bien ?

J’en ai parlé avec leur capitaine mais mon but n’était pas de le faire pour qu’on parle de moi ensuite. J’aurais aimé que ça reste confidentiel, entre les joueurs de Alcoyano et moi, mais leur capitaine m’a dit qu’ils voulaient juste me remercier publiquement. Je ne cherche pas ça, chaque fois que je fais quelque chose, j’essaye de ne pas faire parler de moi, car je n’en ai pas besoin. »

Avec la crise sanitaire, de ce que j’ai entendu, tu as fait plusieurs dons

« Je fais partie de ceux qui pensent que tout le monde peut aider de n’importe quelle manière les autres, pas seulement en matière économique. Si demain j’avais un problème sur le plan personnel ou financier, j’aimerais aussi que les gens m’aident. »

– Le club envisage une nouvelle réduction des salaires, allez-vous, toi et les autres joueurs, l’accepter ?

« C’est un problème au sein du club, et nous sommes tous sur la même longueur d’onde. Nous ne sommes pas deux parties différentes (la direction et les joueurs), mais les mêmes et nous sommes tous là pour aider le club quand il en a besoin »

– Tu penses que l’Atlético va remporter la Liga ?

« L’équipe aujourd’hui est plus complète, en termes de quantité et de qualité de joueurs, que celle de mon passage là-bas (entre 2007 et 2015, NDLR), et en plus, les poursuivants ne sont pas au niveau de l’Atlético cette saison. Ils ont de grandes options de l’être et s’ils continuent dans cette lignée, ils seront champions. »

Résultat de recherche d'images pour "raul garcia"
(crédit photo : Zimbio)

– Egalement, tu vois Osasuna se maintenir ?

« Je l’ai toujours dit et je ne vais pas me cacher : Osasuna est mon club formateur, celui qui m’a tout donné sur le plan personnel et footballistique. Ils ont la qualité pour se maintenir et j’espère qu’ils y parviendront. Tant qu’il leur arrive du bien, je serai toujours heureux. »

– Et qu’en est-il de ton opinion sur l’Athletic, avec deux potentiels titres en Copa ?

Comme je fais partie des anciens combattants, j’ai appris qu’il n’était pas nécessaire de regarder trop loin et trop vers le futur. Nous travaillons déjà à nous rapprocher de cette finale et nous espérons pouvoir parler, après, de ce que nous aurons accompli. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s