Economie : LaLiga face à la concurrence

Les années passent et les étoiles s’en vont. C’est ainsi qu’est souvent vu le championnat espagnol à mesure que les fenêtres estivales se succèdent : les départs de Neymar, puis Cristiano Ronaldo et encore plus récemment Lionel Messi ne font que renforcer ce sentiment. Cependant, la réussite sportive avec les titres européens remportés en C3 par le Sevilla FC et Villarreal ainsi qu’en C1 avec le Real Madrid relèvent un caractère compétitif toujours présent.

Nous allons ici nous intéresser à la situation économique de LaLiga via les différentes activités de ses clubs sur les précédents mercatos, puis nous dresserons un comparatif économique detaillé visant à mettre en relief ses différences avec autres membres du « big five ». Il est important de préciser que les données que nous utilisons proviennent exclusivement de LaLiga elle-même.

Evolution des investissements et ventes, et bilans économiques en Liga

Le graphique ci-dessus nous présente les bilans économiques (achats, ventes, balances) des sept derniers marchés des transferts estivaux.

À l’instar de toute la société, les clubs espagnols ont terriblement souffert de la pandémie, c’est ce qui ressort principalement de cette analyse avec des chiffres en constante hausse avant 2020. Les dépenses avaient plus que doublé sur la période 2016-2019 avec des recettes qui elles aussi ont progressé de la même manière, avant de plonger à partir de l’été 2020 puis de s’effondrer en 2021 une fois les pertes établies. Ce n’est que depuis cette fenêtre estivale que les chiffres semblent repartir à la normale avec des sommes légèrement supérieures à celles du début d’étude. Le marché s’est écroulé à hauteur d’environ 80% sur les deux variables prises en compte entre 2019 et 2021, un trou colossal quand on sait à quel point l’économie du mercato est importante pour les clubs.

L’actuelle reprise peut s’expliquer par deux facteurs évidents. Le premier est à mettre à l’initiative du deal CVC dans le cadre de LaLiga Impulso. Et le second est lié aux deux géants, restés en compagnie de l’Athletic Club en dehors de l’accord, avec tout d’abord le Real Madrid et sa stratégie de sobriété qui lui a permis de maintenir ses comptes à flot puis de pouvoir investir, ainsi que du Barça et ses leviers économiques qui n’ont pas manqué de faire couler beaucoup d’encre. Tout ceci évoluant dans le cadre de la reprise économique globale qui a également été permise par l’assouplissement puis la levée des restrictions sanitaires.

LaLiga et Premier League, rivaux économiques au fonctionnement bien différent

La grande rivale de LaLiga est bien sûr la Premier League et ses contrats astronomiques qui
garantissent à ses clubs une puissance économique sans égale. En marge de cette influence qui en devient même prédative au fil des saisons, on notera que le modèle espagnol est inconstablement plus sain comme le démontre cette statistique comparant les pertes cumulées sur les 5 exercices de 2016/2017 à 2020/2021 entre Espagnols et Anglais avec un taux presque 12 fois supérieur chez ces derniers. Plus choquant encore, les clubs de deuxième division anglaise affichent des pertes nettes plus de 58 fois supérieures à celles de leurs homologues espagnols !

En ce qui concerne les investissements nets réalisés sur les joueurs sur la même période, on constate une différence plus de 3 fois supérieure côté anglais en prenant toujours en compte les deux premières divisions des deux pays. Malgré des pertes nettes profondément inégales, la différence entre les investissements des deux premières divisions n’est même pas doublée en faveur des Anglais, ce qui nous amène au troisième point de ce document : « l’équité ».

Ce troisième indicateur met en lumière la contribution totale des actionnaires dans leurs clubs (grossièrement, « combien le boss remet dans la caisse »). La différence est, là encore, sans appel avec 277M d’euros pour LaLiga Santander contre 2376M d’euros pour la Premier League, soit 8.5 fois plus. LaLiga présente le total le plus bas face à ses voisins anglais, italiens, français et allemands. Cette statistique sert à confirmer que le modèle espagnol est bien plus autosuffisant que celui de ses concurrents, elle démontre aussi que l’outrageuse domination britanique n’est possible que par la présence directe des propriétaires des clubs et non pas de ce qu’ils peuvent générer eux-mêmes. Sujet visiblement moins médiatique que certaines « palancas« …

Un retour progressif à la normale pour le marché espagnol grâce à un contrôle strict


Enfin, toutes ces informations nous permettent de mieux comprendre les bilans des mercatos dans les 5 marchés les plus puissants d’Europe au cours des deux dernières saisons. Alors que l’Espagne affichait le bilan le plus faible en terme de dépenses à l’été 2021, elle est remontée d’une place en 2022, doublant l’Allemagne précédement troisième. Les investissements ont presque doublé et la balance avec les ventes s’est réduite de 18M d’euros en l’espace d’un an. Le contrôle financier très strict en vigueur jouant pour beaucoup dans cette évolution. À titre de comparaison, le football anglais affichait une balance négative de 620M d’euros en plein Covid et a même doublé ce déficit cette saison avec un bilan négatif presque aussi élevé que les seules dépenses des clubs de LaLiga avant la pandémie ! Sans les investissements massifs du FC Barcelone et de son rival madrilène pour Aurélien Tchouaméni, le résultat des autres clubs combinés ressort en positif.

Pour conclure, on peut donc voir que la pandémie n’a pas ébranlé le système de LaLiga malgré les pertes occasionnées. En présentant la plus faible part d’augmentation de capitaux parmi ses clubs, elle confirme que son modèle, souvent ignoré et critiqué, est en réalité le plus « fair-play » parmi ses concurrents.

Place aux joutes européennes pour les clubs espagnols

L’Espagne retrouve son terrain de chasse de prédilection, l’Europe. Depuis le début du siècle aucune autre ligue ne peut rivaliser avec LaLiga en terme de succès dans les compétitions organisées par l’UEFA. A l’heure d’une supériorité économique totale des Anglais, les campagnes victorieuses du Sevilla et de Villarreal en C3 en plus de la quatorzième Ligue des Champions remportée par le Real Madrid rappellent la compétitivé maximale des clubs espagnols. Voici un tour d’horizon des clubs engagés dans les trois compétitions du milieu de semaine avec la C1, suivie de la C3, puis de la C4.

Quelques mois ont passé et la plus prestigieuse des compétitions européennes est de retour avec un
quatuor composé du Real Madrid, du FC Barcelone, de l’Atlético de Madrid et du Sevilla FC pour
représenter l’élite du football espagnol.

Le retour du champion

Les Merengues, tenants du titre, se présentent pour cette nouvelle édition avec un carton plein en championnat et un succès en Super Coupe d’Europe. La confiance qui se dégage de l’équipe dirigée par Carlo Ancelotti est maximale malgré la perte d’un joueur fondamental comme Casemiro. Les Madrilènes n’ont pas connu la période estivale la plus mouvementée mais ils en ont tout de même profité pour se renforcer avec un défenseur confirmé, Rüdiger, en plus d’un jeune milieu très prometteur, Tchouaméni. Un premier déplacement à Glasgow pour aller y défier le Celtic dans un groupe plus qu’abordable les attend mardi 6 septembre. Être au rendez-vous des huitièmes de finale apparaît comme une simple formalité pour les coéquipiers du très propable futur Ballon d’or, Karim Benzema.

Karim Benzema, devançant Aurélien Tchouaméni et Ferland Mendy (crédit : site officiel du Real Madrid)

Le chaos sévillan

À la même heure ce mardi, c’est une toute autre aventure qui commencera pour un Sevilla déjà plongé dans une crise pourtant annoncée depuis le début de l’année civile : les hommes de Lopetegui sont au plus mal et le Basque n’est pas sûr de garder son poste. La crise de croissance semble bien réelle pour le multiple vainqueur de la C3 qui peine à confirmer dans la compétition reine. À la suite d’un mercato jugé décevant, on constate que l’effectif andalou semble être déséquilibré avec des profils présents en trop grande quantité et des secteurs dégarnis. La première échéance de cette phase de groupe aura lieu à domicile contre le Manchester City de Pep Guardiola et sa multitude de stars pour ce qui ressemble à un enterrement de l’ère Lopetegui. Dortmund sera le principal concurrent pour une deuxième place nécessaire mais difficile après le nauffrage de la saison passée.

Mis de côté au Real Madrid, Isco a fait le choix de prendre la direction de Sevilla cet été pour se relancer (crédit : Estadio Deportivo)

L’espoir revient en Catalogne

Le Barça fera son grand retour en C1 ce mercredi et aura à coeur de faire oublier la terrible campagne passée durant laquelle trois entraineurs se sont succédés sur son banc avec un reversement en C3 à la clef. Xavi avait laissé entrevoir un futur meilleur sur les derniers mois en Liga avec des succès de taille contre les colchoneros, à Mestalla ou encore au Bernabéu et se retrouve maintenant à la tête d’une équipe tranformée et très largement supérieure à celle dont il disposait avant le mercato. Le travail considérable de la direction Laporta avec l’activation des leviers économiques approuvés par les socios ainsi que la force de persuasion du natif de Terrassa ont permis au club catalan de retrouver une ambition digne de son histoire. Ce 7 septembre marque les débuts d’une campagne qui commence de la plus rude des manières dans le groupe le plus relevé avec le Bayern et l’Inter. Cette première rencontre contre Plzen devrait faire office de préparation idéale avant les chocs à venir.

Dans ce bon début de saison du Barça, Robert Lewandowski carbure en totalisant déjà 5 unités au classement des meilleurs buteurs (crédit : site officiel du FC Barcelona)

L’Atleti part en mission

L’Atlético de Madrid de Cholo reprend ses habitudes européenes au même moment que les Catalans ce mercredi en accueillant Porto pour une revanche de la saison dernière qui avait vu les Colchoneros passer au détriment des Portugais. Les Madrilènes croiseront le fer avec les Allemands du Bayer Leverkusen et les Belges du Club Bruges pour le compte d’un groupe intéressant mais largement à leur portée. Suite à un mercato d’abord calme, puis agité ensuite, l’effectif dont dispose Diego Simeone semble armé pour effacer le souvenir plutôt amer de la saison dernière. C’est du moins ce que semble confirmer une bonne préparation estivale avec des succès de prestige et un début de championnat correct avec 7 points sur 12 acquis contre des adversaires de qualité. L’interminable feuilleton Griezmann sera au centre de l’attention avec un chronomètre qui n’aura jamais été autant scruté dans une campagne où João Félix devra assoir son rôle de leader technique.

Les joueurs de l’Atlético, José María Giménez et Axel Witsel, préparant la rencontre face à Porto (crédit : site officiel de l’Atlético de Madrid)

Les lumières bleues laissent désormais place aux lumières oranges et vertes, ce qui nous amène à evoquer trois clubs : le Real Betis et la Real Sociedad en ce qui concerne la C3, puis Villarreal pour la C4…

Le Betis peut y croire

Bien plus en forme que son éternel rival, le Real Betis, très proche d’intégrer le top 4 la saison dernière, va démarrer une nouvelle aventure en Europe avec comme objectif d’aller le plus loin possible dans une compétition que les Béticos avaient quitté à la dernière seconde contre l’Eintracht, il y a quelques mois. Si le mercato du FC Barcelone n’a pas manqué de faire couler beaucoup d’encre, celui des Verdiblancos est sans doute celui qui s’en rapproche le plus, alliant leviers économiques et inscriptions tardives des nouvelles recrues. Là aussi on retrouve un effectif qui a été amélioré selon les déclarations de son entraineur qui a finalement décidé de prolonger l’aventure. Un début de saison plus que convaincant malgré une défaite au Bernabéu leur permet d’arriver en pleine confiance pour affronter des adversaires tels que Ludogorets, l’EJK Helsinki et l’AS Roma de José Mourinho avec qui Pellegrini aura quelques comptes à régler. La première place du groupe doit être l’objectif dans le but de s’éviter un choc contre un reversé de C1.

Equipe réputée pour sa puissance offensive, le Betis débute cette nouvelle saison avec confirmation et assurance (crédit : site officiel du Real Betis)

La Real veut grandir

Toujours privée de son génial numéro 10, Mikel Oyarzabal, la Real Sociedad d’Imanol arrive pleine de promesses à la suite d’une fenêtre estivale durant laquelle ont signé Kubo, Brais Méndez, Ali Cho ainsi que Sadiq, tout droit débarqué d’Almería pour venir combler le départ pour une somme record d’Isak du côté de Newcastle. Les recrues auront pour objectif de contribuer à la croissance d’une équipe et d’un club qui compte bien faire de cette saison une référence. Un premier choc de taille attend les Txuri Urdin qui se déplaceront à Old Trafford pour y défier le favori du groupe, Manchester United, dans le cadre d’une rencontre déjà capitale dans la quête de la première place d’une poule où évolueront aussi l’Omonia Nicosie et le Sheriff Tiraspol. Le moment ou jamais pour la bande à Robin Le Normand, malheureusement absent pour les 6 prochaines semaines, de se faire remarquer aux yeux du grand public.

Umar Sadiq n’aura eu besoin que d’une poignée de minutes le week-end dernier pour inscrire son premier but sous les couleurs de la Real (crédit : site officiel de la Real Sociedad)

Villarreal pour une première

Enfin, place à l’unique représentant de la communauté de Valence, le Villarreal d’Emery qui avait enthousiasmé une partie de l’Europe en éliminant la Juventus puis le Bayern Munich avant de tomber avec les honneurs contre Liverpool lors de la saison passée. Le sous-marin jaune réalise tout simplement un début de saison historique en ayant préservé sa cage grâce à un Rulli très inspiré lors des quatre premières journées de Liga. Les groguets sont les premiers Espagnols à débuter dans cette compétition et devront faire honneur à la réputation des clubs hispaniques dans un groupe très à leur mesure, composé de l’Austria Vienne, de l’Hapoël Beer Sheva et des Polonais de Lech Poznan.

Au centre de l’image, Johan Mojica, une des dernières recrues bouclées par le sous-marin jaune (crédit : site officiel du Villarreal CF)

Un calendrier très riche attend les clubs mais aussi les fans cette saison avant le début du Mondial en novembre prochain, avec comme but de pouvoir retrouver chacun de ces sept clubs encore en lice en février prochain…

Rédigé par Sacha, de l’équipe LigActu.