Bilan de saison 2019/20 – RC Celta

L’exultation pour prendre le relais de la souffrance lors du coup de sifflet final de cette saison. Pour une seconde campagne de suite, le RC Celta a joué le maintien et n’est pas passé loin d’une catastrophe. L’espoir d’une équipe composée d’individualités talentueuses aura fini par l’emporter difficilement sur la crainte de retomber en Segunda.

Une dernière journée et un match nul sur la pelouse de l’Espanyol pour se sauver et ainsi décrocher son maintien. Une rencontre terne et triste pour illustrer la campagne ratée d’une équipe en manque de créativité. Après la saison 2018/19, le Celta a de nouveau dû batailler pour conserver sa place en Primera, jusqu’à la dernière journée. Une place à laquelle l’équipe galicienne ne devrait pas se situer, mais évoluer dans la première partie du tableau. Les exploits du génie Iago Aspas n’ont pas suffi à sortir le club de la souffrance et à le ramener à sa place.

Capables du meilleur, comme du pire…

Des résultats en montagnes russes pour une équipe capable d’afficher un visage étincelant, mais aussi capable d’être complètement submergée et méconnaissable lors de la rencontre suivante. Chiffrement, la saison du Celta est mauvaise. Déjà avec cette place de premier non relégable mais aussi avec ces sept succès, un total faible pour une équipe de cette qualité.

L’irrégularité du Celta se traduit par des succès notables contre des équipes jouant pour l’Europe, telles que la Real Sociedad (1-0), l’Athletic (1-0), Valencia (1-0), Villarreal (3-1), ou contre des rivaux directs pour le maintien comme Leganés (1-0) et même le grand succès contre le Deportivo Alavés (6-0), soit la victoire la plus large de cette saison en Liga.

L’équipe de Vigo a aussi confirmé qu’elle pouvait faire le travail en obtenant de bons points, contre des clubs du haut de tableau notamment, comme l’Atlético (0-0 et 1-1), Sevilla (1-1), Osasuna (1-1), Athletic (1-1), Real Madrid (2-2), Barça (2-2) ou encore Getafe (0-0). Des équipes qui ont donc joué les premiers rôles, ou du moins, ont évolué en première partie de tableau. Pour une équipe en difficulté, ces points récoltés étaient synonymes d’excellentes opérations et donnaient de l’espoir à tout un groupe.

The best images of RC Celta - JuniperSports
Malgré la 17e place, tout n’est pas à jeter dans la saison du Celta (crédit : Juniper Sports)

L’autre partie des résultats est, quant à elle, bien plus terne et décevante. Les Galiciens ont connu des revers difficiles contre des adversaires tels que Mallorca (2-2 et 5-1), Leganés (3-2), Alavés (2-0), le Betis (2-1), Levante (3-2), ou de pauvres matchs nuls comme contre l’Espanyol (1-1 et 0-0), qui étaient pourtant des matchs à la portée des hommes de Óscar García. Des rencontres à gagner face à des équipes prenables et qui, en plus de ça, luttaient dans la même partie du classement.

Capable d’accrocher les plus grands, le Celta a donc aussi perdu des points précieux, que cette équipe aurait pu et dû prendre. Un groupe capable de se surpasser face aux cadors et qui, pour se rapprocher des premières places, doit afficher ce niveau de jeu de battant un maximum de fois dans la saison. L’équipe d’Óscar doit aussi prendre tous les matchs au sérieux pour engranger un maximum de points.

L’objectif du Celta est clairement loin du maintien. Si l’équipe galicienne n’est peut être pas la mieux taillée, parmi les nombreuses en lice, pour se qualifier en Europe, elle doit évidemment se rapprocher des positions continentales, ou du moins terminer en première partie de tableau. Il reste beaucoup à faire.

Polémica: Penalti de Diego Llorente a Iago Aspas, Real Sociedad ...
La force collective du Celta est redoutable, d’autant plus quand elle est emmenée par Iago Aspas (crédit : El Desmarque)

Des individualités ont brillé, d’autres ont sombré

L’exercice raté du Celta est un véritable échec sur le plan sportif, mais il l’est également sur le plan économique. La 17e place obtenue est évidemment mauvaise en raison de la crise financière mais elle ne permet pas de rentabiliser de façon optimale les transferts effectués. Certaines de ses recrues n’ont d’ailleurs pas été au rendez-vous quand d’autres n’ont fait que confirmer leur talent. Une telle hétérogénéité entre les différents acteurs a rendu difficile la tâche de trouver un équilibre entre les joueurs galiciens.

Dans ceux qui ont réussi, et même plus, on ne peut pas oublier Iago Aspas. Avec quatorze buts inscrits en championnat, l’attaquant légendaire du Celta n’a pas autant marqué que l’an dernier mais a continué de porter son équipe. Véritable moteur sur le terrain, Aspas a souvent remobilisé ses troupes dans les moments difficiles et n’a cessé de croire au maintien de son club.

Iago Aspas: I knew the Barcelona wall would jump - Barca Blaugranes
Sans ce but d’importance maximale, le Celta aurait terminé 17e, à égalité de points avec Leganés (crédit : Barça Blaugranes)

C’est également lui qui a ramené de précieux points à son équipe. Son but sur coup-franc direct, contre le Barça, pour égaliser s’est révélé être crucial, comme lors des victoires contre l’Athletic, Leganés et la Real Sociedad, entre autres, où sa présence a été vitale. Le natif de Moaña ne tremble pas et sa confiance se dégage sur le terrain. Il faut aussi préciser que Iago Aspas n’a manqué qu’une seule rencontre en Liga, face à Getafe (suspension pour accumulation de cartons jaunes, NDLR). En bref, un génie qui a complété sa tâche, impliqué sur près de la moitié des buts de son équipe en championnat.

Il faut aussi parler de l’importance de Rubén Blanco. Le canterano galicien vient de réaliser une nouvelle saison de grande classe. Le gardien du Celta n’a pas cessé de bondir et de rassurer ses coéquipiers. Il a disputé 33 matchs de Liga pour 10 clean-sheets, ce qui est honorable. De plus, il est également l’un des grands acteurs de la défense correct du club, et ses 49 buts encaissés.

L’autre patron de cette défense, c’est Jeison Murillo. Le central prêté par la Sampdoria au mercato hivernal a été spectaculaire tout au long de la seconde partie de saison. Imposant par son physique et sa force, le joueur colombien possède un jeu de tête remarquable, utile dans le secteur défensif mais aussi offensif. Son profil ressemble également à celui d’un capitaine, véhiculant ainsi l’image de la sérénité au sein de son équipe. Il pourrait d’ailleurs porter les couleurs celtistas définitivement dès le prochain exercice.

Jeison Murillo convence en su debut con el Celta ~ Celta de Vigo ...
L’agilité technique de Murillo aura été accompagnée par Néstor Araujo et Joseph Aidoo lorsque la défense à trois était de sortie (crédit : Moi Celeste)

Enfin, il est aussi nécessaire d’évoquer la saison réussie de Rafinha. Prêté par le Barça, l’attaquant n’a marqué qu’à quatre reprises mais sa technique et sa prise de risque dans le jeu ont été bénéfiques au Celta. Constat similaire pour Denis Suárez, élément essentiel du milieu dont le recrutement s’est révélé payant. Lucas Olaza, cédé par Boca, a été une des révélations de cette saison, tandis que des joueurs comme Fran Beltrán ou Nolito, arrivé en toute fin de saison grâce au joker médical, ont également apporté à cette équipe de par leur talent indéniable.

Pour d’autres joueurs de qualité, ils n’ont pas été au rendez-vous. C’est le cas pour Santi Mina, intégré dans un échange avec Maxi Gómez au Valencia, qui sort d’une saison moyenne avec six réalisations en 34 matchs, peu impliqué dans le jeu de son équipe. Prêté du Lokomotiv Moscou, Fedor Smolov n’a également pas convaincu en attaque afin de remédier au faible rendement offensif de l’équipe avec deux buts en quatorze rencontres jouées. En effet, avec 37 buts inscrits en 38 journées, l’attaque celeste a connu de sérieuses difficultés lors de cet exercice.

Au cours de cette campagne, le capitaine Hugo Mallo a également déçu dans son couloir droit. De même pour Brais Méndez qui n’a pas marqué en championnat, ayant pourtant joué une trentaine de matchs, une véritable déception. Bilan critique aussi pour Pione Sisto. L’ailier danois a été pris par plusieurs problèmes extra-sportifs et n’a pas répondu sur le terrain.

El Celta de Vigo renueva a Brais Méndez
Pour la première fois de sa jeune carrière, Brais Méndez n’a pas marqué en championnat (crédit : Fichajes.com)

Entre les stars du Celta et les déceptions, il y a un fort contraste qui n’a pas permis de trouver une homogénéité dans le groupe. Quand certains ont porté le club, d’autres l’ont malheureusement alourdi et rendu la tâche du maintien assez difficile.

Óscar García, sauveur dans la continuité ?

Alors que le Celta occupe la 18e place, avec neuf points, Óscar García est nommé le 3 novembre 2019 pour sauver l’équipe galicienne. La direction a voulu agir tôt dans la saison, après douze journées, pour rectifier le tir le plus tôt possible. Ainsi, le club se sépare de Fran Escribá, qui avait lui même sauver le Celta de la relégation lors des derniers matchs de la saison passée.

De la treizième à la dernière journée, le Celta n’ira jamais plus haut que la seizième place, à cinq points de la première place de relégable. Le coach catalan a donc assuré le maintien de l’équipe, non sans difficulté. Les problèmes d’irrégularité et la différence importante de niveau entre les joueurs titulaires ont été des problèmes, déjà présents depuis un moment, non résolus par Óscar.

Celta | Oscar García: "El Óscar futbolista no sería titular en ...
Objectif maintien atteint, mais, maintenant, rebondir est impératif pour le Celta (crédit : Diario As)

L’entraîneur ne reprend pas l’équipe dans de bonnes conditions, certes, mais il atteint l’objectif réajusté de maintenir le club qui vient de fêter son 97e anniversaire. Cependant, les résultats et le jeu n’étaient pas toujours au rendez-vous.

Ses choix ont parfois été décriés, comme celui de partir avec un jeu axé défense contre des équipes que le Celta avait les moyens d’inquiéter. Sa volonté de ne pas chercher à tuer le match, mais à préserver le score est un des reproches qui peut lui être fait par le public vigués. Pourtant, la direction a acté à la fin du mois de juin, avant même le maintien assuré, la prolongation d’Óscar jusqu’en juin 2021. Une décision loin de faire l’unanimité parmi les supporters.

Ces derniers estiment que leur technicien a fait le travail en garantissant la place du Celta en Primera mais qu’en ayant disputé deux tiers du championnat, il aurait pu amener l’équipe encore bien plus haut. Le choix de la facilité est pointé du doigt, remettant ainsi la volonté de la direction qui, pour certains, s’est contentée du minimum. Désormais, il ne reste plus qu’à répondre par les résultats pour Óscar afin de montrer qu’il a su saisir la chance donnée par sa direction. Cela passera par un vaste changement du type de jeu et par des victoires plus régulières en championnat.

Celta: Oscar García: "Los errores individuales nos están ...
Óscar García a déjà son mercato en tête et souhaite la venue de plusieurs joueurs, à différents postes, pour renforcer son équipe (crédit : Marca)

La menace plane, et le Celta le sait. Le club galicien a échappé de peu, pour la seconde fois consécutive, à la relégation en Segunda. Avec quatre points de moins que l’an dernier, le Celta a fait moins bien et doit impérativement s’activer pour espérer conserver une place dans l’élite. Les cadres devront continuer de briller quand les autres joueurs devront hausser leur niveau de jeu et ce collectif devra trouver, ensemble, une régularité dans ses résultats pour jouer plus haut dans le classement. Critiqué, Óscar doit voir cette prolongation comme une véritable chance, la saisir et ainsi espérer redorer le blason d’une équipe taillée pour terminer bien plus haut qu’à quelques unités de la zone rouge. Se servir des échecs pour rebondir, telle est la nouvelle mission du Celta de Vigo, club historique du championnat espagnol.

Bilan de saison 2019/20 – Deportivo Alavés

Seizième de LaLiga, l’équipe albiazule a rempli l’objectif du maintien, mais le goût était amer. Elle n’avait jamais connu une saison aussi difficile depuis son retour dans l’élite en 2016/2017. Habitué à se maintenir plus tôt, le club basque a validé le ticket pour sa cinquième saison de suite en Liga à la pénultième journée avec seulement trente-neuf points. Trop faible !

Le Deportivo Alavés a clôturé une saison déconcertante, sans doute marquée plus par l’irrégularité de l’équipe et la frilosité de son entraîneur, que par la pandémie du Covid-19. Mené par un Asier Garitano qui n’a jamais pu trouver un équilibre parfait pour enchaîner les résultats, le club d’Álava était loin du niveau exigé par LaLiga. Une situation qui a provoqué son limogeage à quatre journées de la fin de l’exercice après les sévères critiques du big boss de Baskonia-Alavés, Josean Kerejeta, envers les joueurs et leur coach.

Asier Garitano n’a jamais trouvé la clé

On est bien loin du Deportivo Alavés, finaliste de la Copa et neuvième de LaLiga en 2016/2017. Plusieurs fois cette saison, Mendizorroza a perdu son pouls et heureusement que la fin du championnat s’est joué à huis clos sinon, il y aurait eu des suicides collectifs dans les tribunes.

Le projet de continuité qu’Asier Garitano entendait bien mener ne s’est pas concrétisé et son licenciement a répondu à une question logique. L’équipe babazorro ressemblait peu à celle qu’Abelardo avait laissée derrière lui.

Asier Garitano, Deportivo Alavés
Neuf victoires en trente-cinq matchs, bilan décevant pour Garitano sur le banc du Deportivo Alavés. (Crédit image : Unidad Editorial)

L’attitude conservatrice du technicien basque et le peu de spectacle offensif ont amené un blocage qui s’est éternisé durant toute la saison. D’autant plus que la situation s’est gravement dégénéré après la reprise de LaLiga au mois de juin. Garitano n’a pas été en mesure de renverser la vapeur.

« Nous sommes clairement dans une situation d’équipe relégable. Si les joueurs n’avancent pas, l’année prochaine nous serons en Segunda […]. Tout le monde peut être en danger, ce n’est pas une question de coach, ce sont les joueurs qui sont sur le terrain et ce que nous avons vu jusqu’à présent est déprimant ».

Kerejeta a mis tout le monde dans le même sac, mais à chaque fois dans ce genre de situation, la tête de turc reste toujours l’entraîneur. (Source : El Pais)

La relégation, un scénario que le dirigeant glorioso ne voulait même pas envisager puisque le destin d’Alavés en Liga est étroitement lié au club de basket du Baskonia. Les deux entités forment le même groupe du nom de Baskiona-Alavés et les revenus que gagne l’équipe de football dans la première division espagnole, apportent un soutien non négligeable à celle du basket-ball.

Josean Kerejeta, Baskonia-Alavés
Alavés est sous le giron de la famille Kerejeta depuis 2011 et l’ancien basketteur, José Antonio Kerejeta aurait mal digéré une relégation des albiazuls pour le business du Baskonia. (Crédit image : Marca)

De ce fait, avant le déplacement à Valladolid (34e journée), Kerejeta, le patron de cette organisation, n’a pas hésité à fustiger l’attitude de ses joueurs et l’incapacité de l’entraîneur à remédier à la situation. Ainsi, la défaite au Zorrilla a scellé le sort du technicien de Bergara. Alavés venait d’enchaîner un cinquième revers de suite, dont une cinglante défaite au Balaidos (6-0) face à une équipe du Celta, qui elle aussi, cherchait le salut.

Cependant, ce n’est pas seulement cette séquence horrible qui a condamné Garitano. Ses méthodes n’ont jamais été au goût des fans albiazuls, sa tendance conservatrice a coûté beaucoup de points à Alavés et même certains joueurs, comme Aleix Vidal, lui ont ouvertement reproché cette frilosité.

« Ils avaient un joueur en moins, nous aurions dû avoir plus de joueurs offensifs », avait lâché le Catalan le 5 janvier dernier lors du match contre le Real Betis. Une critique ouverte pour son entraîneur qui, après l’expulsion de Zouhair Feddal, avait décidé de le sortir pour faire rentrer un milieu à vocation plus défensive alors que le score était d’un but partout, à dix minutes de la fin.

« Mettre plus de joueurs offensifs est difficile. On devait être un peu prudent, il est important de savoir où vous êtes, quelle équipe vous avez et quelle est votre objectif. Si vous l’oubliez, cela peut vous coûter cher », avait répondu le technicien. Vidal n’est pas surement le joueur le plus exemplaire du vestiaire, mais cette réponse en dit long sur la philosophie de Garitano durant cette campagne. Il a donné l’impression de ne pas vouloir forcer le destin malgré les deux machines à but qu’il avait devant.

Toutefois, la décadence d’Alavés ne peut se résumer uniquement au manque d’ambition de son entraîneur, malgré les prestations de haut niveau de ses deux meilleurs buteurs. Derrière eux, il manquait des joueurs capables de se transcender et de tirer l’équipe vers le haut.

Joselu et Pérez, les références

Avec trente-quatre buts marqués, Alavés a été l’une des mauvaises attaques de LaLiga. Seuls l’Espanyol (vingt-sept), Leganés (trente) et le Real Valladolid (trente-deux) ont fait pire. Et pourtant, la formation gazteiztarra possédait deux buteurs que toute équipe de son niveau aimerait avoir.

Lucas Pérez et Joselu Mato ont largement contribué au maintien de l’équipe avec un total de vingt-deux pions plantés, onze chacun, avec des profils différents. Joselu est plus à l’aise dans le jeu aérien tandis que Lucas offrait plus de mobilité dans la surface avec une meilleure vision de jeu. Un duo qui se complétait parfaitement et qui a permis à Alavés de récolter le maximum de points possible pour éviter la zone rouge.

Lucas pérez et Joselu, Alavés
Goleadores. Pérez et Joselu ont été les seules satisfactions d’Alavés cette saison. (Crédit image : Diario AS)

Si les autres joueurs à vocation offensive, comme Aleix Vidal ou Oliver Burke, étaient mieux inspirés, le parcours aurait été plus facile. Mais le trentenaire prêté par Sevilla, titulaire indiscutable sur le côté droit, n’aura pas pesé à la finition, deux buts marqués, et son comportement dans la trame finale a été plus que douteux.

L’Écossais, quant à lui, n’a pas réussi à s’imposer sur le flanc gauche et a souvent laissé le poste à Luis Rioja, qui a subi le coup de l’adaptation en Liga. Ses efforts pour aider la défense ont été louables, mais en attaque, sa contribution a été faible.

Borja Sáinz et Edgar Méndez ont également tenté de tenir le rôle, mais personne n’a réussi à s’y installer. La défaillance dans ce couloir a été souvent compensée par un Lucas Pérez qui préférait dézoner pour y apporter plus de danger.

Au milieu, Pere Pons était l’option préférée de Garitano pour rafraîchir l’équipe après la longue blessure de Tomás Pina et le départ de Mubarak Wakaso pour le club chinois du Jiangsu Suning en janvier. Sans doute, un meilleur projet sportif l’attendait là-bas.

Les arrivées de Ljubomir Fejsa (Benfica) et de Víctor Camarasa (Real Betis) ont relégué l’ancien de Girona sur le banc, mais le rendement ne s’était pas pour autant amélioré, même si Garitano espérait apporter plus de fluidité dans la circulation du ballon avec le Betico.

Lisandro Magallán, Ajax, Alavés
Prêté par l’Ajax Amsterdam, Lisandro Magallán avait l’occasion de jouer dans une ligue de meilleur niveau, mais ses performances ont été décevantes. (Crédit image : El Intra)

En défense, c’était la catastrophe, surtout dans le sprint final. Vingt-deux buts concédés en onze matchs, dont la moitié en deux matchs seulement (Celta, 6-0 et Barcelona, 0-5). Une fébrilité qui a porté à cinquante-neuf, le nombre de buts encaissés durant toute la campagne, la pire statistique depuis le retour en Liga.

Víctor Laguardia a été le taulier bien que ses performances aient été à un niveau nettement inférieur que lors des saisons précédentes. À côté de lui Rodrigo Ely a vécu une saison dans l’ombre et dans la lumière.

Il a tout de même marqué deux buts importants qui ont apporté des victoires (Athletic 2-1, journée 25 et le Real Betis 1-2, journée 37) mais qui n’ont pas masqué son manque de sécurité et d’autorité. Toujours au niveau de la charnière, le prêt de Lisandro Mágallan n’a pas été aussi une totale réussite.

L’Argentin, cédé par l’Ajax, a été assez irrégulier dans ses performances. Il a réalisé quelques bons matchs, mais aussi, de nombreuses erreurs. Il a été en dessous des deux titulaires et n’a jamais été capable de prendre définitivement la place d’Ely.

Par ailleurs, la vente de Guillermo Maripán à Monaco a beaucoup pesé sur les prestations défensives de la formation d’Álava. Un vide que Ximo Navarro ou encore Rubén Duarte ont peiné à combler.

Un parcours chaotique avec beaucoup de tensions

Durant ses trois précédentes campagnes, Alavés avait montré qu’il était plus qu’un candidat au maintien, comme peuvent l’être certaines équipes, dont la survie dans l’élite tient souvent à un fil. En 2016/17, l’année du retour dans la meilleure liga du monde, il avait réussi à se sauver avec brio et avait disputé la finale de la Copa, deuxième plus grand succès de son histoire.

À LIRE : Le bilan de la saison du Real Betis

La saison suivante, après un début horrible, l’arrivée d’Abelardo en décembre lui a permis de se relancer et de valider le maintien avec facilité. L’année dernière, le parcours durant la première moitié du championnat a été excellent. Cette saison, l’équipe a presque toujours navigué entre la zone tempérée et la limite de la zone rouge, oscillant entre la 11e et la 17e place.

Malgré le fait qu’elle n’a jamais occupé les places interdites, la campagne n’a pas été un long fleuve tranquille. Avant la suspension du championnat, Asier Garitano avait déjà connu deux moments très compliqués qui avaient déjà mis un prix sur sa tête.

Le premier, peu de temps après un début de saison encourageant, quand, à la sixième journée, l’équipe venait de s’incliner 2-0 à San Mamés, après avoir concédé un 3-0 face à la Real Sociedad. Toutefois la victoire immédiate, trois jours plus tard, contre Mallorca (2-0) et les quelques solides prestations au Mendizorroza (sept victoires, six nuls et six défaites) ont chassé les fantômes.

Real Jaén vs Deportivo Alavés, Copa del Rey 2019/2020
Le nouveau format de la Copa a fait des ravages et Alavés a été l’une des première victoire, éliminé sans gloire à Jaén (Crédit image : Marca)

Cependant, tout ce que l’équipe faisait de bien devant son public, était transformé en déchet à l’extérieur, où elle a subi treize de ses dix-neuf défaites. En décembre, est alors arrivée une deuxième traversée du désert avec seulement deux points pris en cinq matchs et une piteuse élimination en Copa contre le Real Jaén (3-1), une équipe de quatrième division.

La seconde partie du championnat a été un peu mieux, ce qui donnait l’espoir d’un maintien un moins compliqué. Alavés est arrivé au confinement avec trente-deux points. Faible, mais rassurant, vu que la zone rouge était à sept unités, ce qui donnait le sentiment que le salut est déjà dans la poche.

L’émotion du capitaine Manu García après la victoire contre le Real Betis, synonyme de maintien.

Cependant, tout a basculé de manière tellement rapide que personne ne s’y attendait. D’abord durant la pause, les négociations étaient difficiles pour la réduction des salaires. Ce qui s’ajoute au stress déjà provoqué par la situation atypique causée par la pandémie.

Le confinement a étouffé le vestiaire au point qu’au retour à la compétition, il est devenu une caricature de lui-même. Sans le niveau physique nécessaire, sans le temps de bien préparer les matchs, la débâcle était quasiment déjà écrite.

Une victoire dans le derby contre la Real Sociedad qui souffrait des mêmes maux, puis l’hécatombe. La défaite à Valladolid a signé le testament de Garitano, et la nomination de López Muñiz pour les quatre derniers matchs a finalement servi à faire réagir l’équipe, totalement coulée.

Quatre points pris, un à Getafe et trois contre le Real Betis, ont permis d’atténuer la chute brutale et de sauver la place dans l’élite. Le dernier match contre le Barça, qui s’est terminé sur un humiliant 0-5, après une pauvre première période, a été le reflet d’une équipe qui, après avoir perdu son caractère compétitif, a clôturé la saison comme une âme en peine.

Bilan de saison 2019/20 – Real Betis

La saison de la débâcle, c’est ainsi que l’on pourrait nommer l’exercice du Real Betis. Après une campagne 2018/19 décevante, l’équipe andalouse était attendue au tournant mais a de nouveau déçu en accrochant une quinzième place inquiétante. Le bas de tableau aura été la zone occupée par cette équipe qui revendique pourtant vouloir jouer l’Europe. Dans ces conditions, et avec un tel manque de rigueur, l’objectif est logiquement manqué.

Un calvaire interminable et de la souffrance tout au long de la saison. Rares ont été les moments de répit et de réconfort qu’ont pu connaître les joueurs du Betis, d’abord guidés par Rubi, et qui ont fini la saison avec Alexis Trujillo, assurant l’intérim. Pénalisé par ses énormes lacunes défensives, le Betis semble aussi avoir échoué lors de son mercato estival, et les erreurs se voient aujourd’hui. Une équipe de qualité mais dans l’incapacité de se réveiller, pour viser le haut du classement, qui a même finalement lutté pour son maintien, malgré les divins exploits de sa légende, Joaquín.

Avec un tel effectif, comment et pourquoi avoir si peu gagné ?

Comme c’est le cas pour certains clubs de Primera, l’interrogation réside autour de la qualité d’un tel effectif à ne pas avoir pu atteindre les plus hautes places du classement. Les problèmes du Betis ont été nombreux cette saison, mais principalement en défense. Mais de façon plus générale, avec un groupe des mieux valorisés économiquement et qualitativement en Liga, le Real Betis a connu une défaillance majeure dans tous ses secteurs pour cette campagne.

Les lacunes de cette équipe demeurent en grande partie dans l’arrière garde du terrain. La défense a été un véritable souci comme le démontrent les soixante buts encaissés en championnat. Autrement dit, il s’agit de la 19e défense de Liga, devant Mallorca et ses 65 buts. En étant quinzième, le Betis possède donc des chiffres défensifs digne d’un relégable, ce qui est inquiétant.

Joel Robles, gardien titulaire depuis le départ de Pau López à la Roma, est probablement le moins bon joueur de cette équipe. Auteur de nombreuses bourdes et peu rassurant, la fébrilité défensive du Betis s’explique en grande partie par ses mauvaises performances. La question autour du recrutement à ce poste se pose naturellement, mais la direction songe aussi à donner une chance à sa jeune doublure Dani Martín, qui avait été convaincant sur la fin de saison qu’il avait pu disputer.

Celta-Betis: Fallo de Joel Robles en la Barrera y Gol de Nolito
Sur ce coup-franc de Nolito, le placement du portier espagnol avait été vivement critiqué (crédit : ElDesmarque)

Autrement, le reste de l’effectif du Betis est évidemment riche en terme de qualité, mais les joueurs ont tout simplement déçu, à l’image de la charnière Bartra-Mandi. Les deux joueurs ont une expérience importante mais n’ont pas toujours été au niveau. Offensivement, les latéraux Emerson et Álex Moreno sont quasiment irréprochables mais en revanche plus critiqués sur le plan défensif.

Des joueurs tels que Andrés Guardado et William Carvalho au milieu ont été en dessous de leur niveau, même si le second a connu de grosses blessures. L’arrivée hivernale de Carles Aleñá ou de Guido Rodríguez ont servi à renforcer ce secteur du terrain mais ils n’ont pas été assez impactants pour instaurer une nouveauté dans le jeu bético.

Parmi les recrues, le buteur Borja Iglesias est probablement le grand manqué de ce mercato estival 2019. En 35 rencontres de Liga jouées, l’ancien attaquant de l’Espanyol n’a marqué que trois buts et a reçu de nombreuses critiques sur ses performances. Néanmoins, il faut aussi souligner les signatures intelligentes de joueurs comme Dani Martín (5M€, venu du Real Sporting, et champion d’Europe espoir avec la Roja, NDLR) en tant que doublure, Emerson et même Álex Moreno, dont nous avons brièvement parlé précédemment.

Borja Iglesias reveals why he picked Real Betis over West Ham ...
Arrivé à l’été dernier pour un peu moins de 30 millions d’euros, Borja Iglesias est encore loin d’avoir convaincu le club et les supporters (crédit : Hammers News)

En bref, le gros problème de ce collectif est sans doute la régularité. Très peu de joueurs ont su rester à un niveau stable toute la saison. Et cela se démontre par les succès importants que les Andalous ont pu décrocher quand, ensemble, ils ont performé, comme face à la Real Sociedad (3-0), le Real Madrid (2-1) ou Osasuna (3-0).

Mais, en face, l’irrégularité leur a coûté des revers cruciaux : Villarreal (2-4), Alavés (0-2), Levante (4-2) contre des adversaires pas toujours supérieurs. Comme pour beaucoup d’équipes possédant un bon effectif, la régularité a manqué et fait que la saison a été décevante. Un véritable frein pour jouer le haut de tableau.

À LIRE : Le bilan de saison de la SD Eibar

Rares sont les joueurs qu’on pourrait qualifier d’irréprochables au cours de cette saison, au Real Betis Balompié. Joaquín et Sergio Canales sont les seuls qui ont vraiment affiché un niveau correct et constant. D’autres joueurs ont été très bons, comme Emerson ou Loren, mais leur irrégularité n’aura pas aidé l’équipe à rebondir. De même pour Nabil Fekir, arrivé de Lyon, qui a su être étincelant, voire même exceptionnel, en portant son équipe. Cependant, il a parfois été invisible dans certaines rencontres.

Rubi et le Betis, un duo qui n’a pas marché

Nommé au cours de l’intersaison 2019, Rubi arrive au Betis en provenance de l’Espanyol, club qu’il vient de qualifier pour l’Europa League. Si tout le peuple bético, ou presque, approuve sa nomination, les choses ne vont pourtant pas se passer comme prévu. Dès le début de saison, le Betis va avoir du mal à décoller et va en fait occuper la seconde partie de tableau durant 36 des 38 journées de cet exercice.

Le technicien catalan fait aussi des choix qui ne sont pas toujours compris et appréciés. Il donne peu de minutes à des joueurs prometteurs comme Diego Lainez et Edgar González, qui montrent pourtant de bonnes choses. En revanche, d’autres joueurs en difficulté, comme Cristian Tello ou Andrés Guardado disposent d’un temps de jeu convenable.

Real Betis: Claúsulas de Despido Incluidas en el Contrato de ...
Le manque de remise en question tactique de Rubi est aussi un des facteurs de la mauvaise saison du Betis (crédit : El Desmarque)

Pendant une très grosse partie de la saison, le Betis occupe la seconde partie de tableau, constamment menacé par la zone rouge qui n’est que quelques points derrière. En 34 matchs occupés sur le banc verdiblanco, toutes compétitions confondues, Rubi ne va ramener que dix succès et dix matchs nuls, contre quatorze revers. Soit une très faible moyenne de 1.14 points par match en moyenne. L’élimination prématurée contre le Rayo Vallecano, dès le 3e tour de Copa, est le symbole de l’impuissance renvoyée par cette équipe.

Pour couronner le tout, Rubi s’avère même être l’entraîneur du Betis avec le moins bon pourcentage de victoires en Primera División (26.66%)

A de nombreuses reprises, le Catalan a reçu des avertissements de sa direction. Mais pratiquement à chaque fois, il a su obtenir un succès lorsque la situation devenait critique. Finalement, le 21 juin, après la défaite (1-0) contre l’Athletic, le technicien sera démis de ses fonctions, pour laisser place à Alexis Trujillo. Tactiquement, l’entraîneur catalan n’aura jamais su innover pour se relancer.

Dans cette campagne digne d’un échec, la direction a aussi une grosse part de responsabilité. Certains supporters et journalistes estiment que cette dernière a mis trop de temps à réagir, a pris une décision tardivement et que le changement de coach aurait déjà dû être fait avant l’arrêt provisoire des compétitions. L’arrivée par intérim de Alexis n’aura, en plus de ça, pas permis à l’équipe de se relever en accrochant une quinzième place, révélatrice des maux du Betis au cours de cet exercice.

https://fotos01.deia.eus/2020/06/20/690x278/canalespenalti.jpg
Le pénalty manqué de Canales, lors des dernières minutes de jeu à San Mamés, scellera la défaite du Betis et surtout le renvoi de Rubi (crédit : Deia)

Joaquín, l’éternelle légende

Il est entré un peu plus dans la légende du Betis au cours de cette saison, pour tenter d’apporter une touche de bonheur à cet exercice. Joaquín aura été un élément précieux de l’équipe verdiblanca en championnat, où il a beaucoup servi de par son expérience. Ses huis réalisations et trois passes décisives en Liga démontrent qu’à 39 ans, l’Espagnol n’a rien perdu de son génie et continue de tirer son équipe vers le haut. Son expérience reste grandement utile, d’autant plus pour un joueur qui a déjà disputé la Champions League.

Revenu en 2015 de la Fiorentina dans son club formateur, le natif de la commune d’El Puerto de Santa María, en Andalousie, impressionne par son physique, loin d’être rongé par les blessures. Joueur le plus âgé du championnat, depuis le départ d’Aritz Aduriz à la retraite, Joaquín fait partie de ces attaquants vétérans mais qui continuent de carburer, et ils sont nombreux en Espagne.

En effet, l’Andalou n’a manqué que quatre rencontres cette saison, une où il était sur le banc et trois autres pour une blessure vers la reprise du championnat, en juillet. Pour les 34 autres, il n’a pas toujours débuté en tant que titulaire mais il est clair que sa présence a été plus que vitale pour une équipe dont la saison a été difficile.

https://img.bfmtv.com/c/1256/708/dae/1e09a4fcc65babd81436926ab7f11.jpeg
En fin d’année 2019, Joaquín a prolongé son contrat jusqu’en 2021, au plus grand bonheur de ses supporters (crédit : RMC Sport)

Si Joaquín est peut-être le meilleur bético de cette saison, et également le plus régulier, c’est parce qu’il a de nouveau écrit l’histoire. Le 8 décembre 2019, devant 45 322 spectateurs, face à l’Athletic, l’Estadio Benito Villamarín va assister à un moment unique. En vingt minutes, Joaquín Sánchez va inscrire un triplé et ainsi entrer dans l’histoire en devant le joueur le plus âgé à éditer cette performance en Liga ! Trois buts qui scelleront un succès important (3-2) du Betis, face aux Basques.

Par ailleurs, c’est aussi le premier triplé de sa longue carrière. Enfin, l’oeuvre laissée par cet immense joueur se résume aussi à son historique de matchs. Il est aujourd’hui un des joueurs les plus capés du championnat, ayant 552 rencontres disputées à son actif, au Betis, à Valencia et Málaga. Déjà joueur ayant joué le plus de fois au Betis, Joaquín achèvera sans doute sa carrière parmi les joueurs les plus utilisés dans l’histoire de ce championnat. Une belle preuve de la carrière respectable d’un joueur tout simplement légendaire.

Joaquín Overtakes Real Madrid Legend to Become Oldest Player to Score La  Liga Hat-Trick | ht_media
Joaquín, lors de son triplé historique (crédit : 90min)

Un exercice sans Europe s’achève donc pour le Betis. Un exercice raté, tout simplement, avec peu d’enseignements positifs à tirer. L’effectif n’aura pas répondu présent, malgré sa qualité, en raison de son irrégularité mais aussi des choix parfois incohérents de Rubi, dont le passage au club aura peut-être été mal géré par la direction. Beaucoup de fautifs, donc. Un enchaînement d’erreurs au sein du club qui a fait que cette saison se classe comme l’une des pires du club, lors de ces dernières années. Avec l’arrivée de Manuel Pellegrini et le projet ambitieux qui se profile, il faudra faire mieux pour la prochaine campagne, rien que pour faire finir en beauté la carrière de la légende de ce club, Joaquín.

Bilan de saison 2019/20 – SD Eibar

L’aventure dans l’élite continue pour la formation armera qui a de nouveau assuré son maintien. La saison a été compliquée pour l’équipe de Mendilibar. Elle a passé la totalité de la campagne dans la deuxième moitié du tableau, flirtant dangereusement avec la zone rouge. Mais le break de trois mois a permis de casser la mauvaise dynamique et de sauver une 14e place.

Saison quasi identique à 2015/2016, quand Eibar a profité de la relégation administrative d’Elche un an plus tôt pour rester dans une Liga qu’il n’a plus quittée depuis. Au niveau des statistiques, les chiffres se ressemblent mais la trajectoire est différente. À l’époque, Eibar avait bien débuté la campagne, occupant pendant quelques journées les places nobles avant d’amorcer une chute libre jusqu’à la 14e place. Cette année, il n’a jamais posé les pieds dans la première partie du classement. Chose qui était pourtant habituelle. Mais que demander de plus à cette courageuse équipe du Guipúzcoa à part le maintien ? C’est l’objectif que se fixe chaque année la direction. Toutefois, la forme affichée et les prestations ont été loin des attentes. Eibar nous a habitués à mieux dans le jeu.

Merci le confinement

Comme chaque saison depuis sa montée historique en Primera en 2014, Eibar continue de valider sa place dans l’élite. Plus petite structure du football professionnel, l’entité basque se construit une image forte au sein du football espagnol et démontre année après année, qu’elle est une équipe à ne pas sous-estimer.

Durant le confinement le doute existait sur la capacité des Armeros à conserver leur place en première division. Parce que, depuis son installation dans l’élite, le club a rarement connu un parcours aussi compliqué. Mais avec José Luís Mendilibar, les bras ne tombent jamais.

Eibar vs Real Sociedad, 12 mars 2020, Ipurúa.
Dans un Ipurúa vide, Eibar a perdu contre la Real Sociedad juste avant le confinement. Les Armeros comptaient 27 points, soit deux de plus que Mallorca, premier relégable. (Crédit image : 20 Minutos)

Treize points ont suffi à Eibar à la reprise de LaLiga pour valider une septième saison consécutive dans la plus haute catégorie du football espagnol, la moitié du total récolté avant la suspension du championnat. Une révolution défensive et mentale pour redonner à Ipurúa sa réputation de stade où quel que soit le résultat, l’adversaire y laissera toujours quelques plumes.

Ce petit stade, où un peu plus de 7000 âmes peuvent s’entasser, a déplumé quelques cadors comme le Sevilla FC (3-2), Villarreal (2-1) ou encore l’Atlético de Madrid (2-0). Des succès prestigieux, mais souvent obtenues après de longues périodes de disette. D’ailleurs, les Andalous ont permis à Eibar de célébrer sa première victoire de la saison, après un début très moyen.

Deux points seulement pris en cinq matchs, ce qui annonçait une campagne sans repos pour l’Armaginak. Toutefois, quelques victoires par-ci et par-là (sept en vingt-sept matchs, NDLR), combinées avec quelques résultats favorables sur les autres pelouses, ont maintenu l’équipe guizpucoano hors de la zone de largage jusqu’au confinement.

Sans doute le plus gros succès d’Eibar cette saison qui a dominé l’Atlético de Madrid lors de la 20e journée. (Vidéo : Bein Sports France)

Même si la reprise n’a pas été couronnée de succès d’entrée, avec une défaite à Valdebebas contre le Real Madrid, les prestations contre l’Athletic (2-2) et Getafe (1-1) ont laissé paraître une équipe métamorphosée, capable de rivaliser dans cette trame finale pour se maintenir.

Le rythme des rencontres était effréné et Mendilibar a su compter sur son groupe en intégralité pour faire face à la fatigue physique. vingt-trois joueurs ont contribué aux triomphes importants (quatre victoires : Valencia, Granada, Espanyol et Valladolid, NDLR) qui ont permis de valider le ticket pour l’édition 2020/2021 à deux journées de la fin.

Cependant, même si Eibar mérite des félicitations pour cette longévité de six ans dans l’élite, il a donné l’impression d’avoir atteint une limite. Souvent au bord de l’agonie, l’équipe de Mendilibar n’a pas dégagé cette ténacité qui faisait sa particularité ces dernières années. Une perte de vitesse et d’intensité dans le jeu qui l’a très souvent rapproché de l’enfer.

Une défaillance collective

À l’exception de Marko Dmitrovic, le gardien de but, le reste des joueurs étaient bien en dessous du niveau exigé par la compétition durant une bonne partie de la saison, à l’image de Sergi Enrich, l’attaquant vedette qui n’aura marqué qu’un seul but en trente matchs.

D’abord, en défense, où le capitaine et vétéran, Iván Ramis a rapidement terminé sa saison en raison d’une blessure, personne n’a réussi à sécuriser cette ligne où Anaitz Arbilla et Paulo Oliveira ont été les titulaires dans l’axe. La rotation avec Pedro Bigas ou encore Esteban Burgos n’a pas permis d’établir une connexion fiable.

Paulo Oliveira, défenseur central portugais d'Eibar
Paulo Oliveira a débuté la saison sur un but et un csc contre Mallorca (défaite 2-1). Ni lui, ni Arbilla n’ont pu apporter de la sérénité dans la défense basque. (Crédit image : Diario AS)

Au niveau des latéraux, le départ de Marc Cucurrella a laissé un vide dans le rythme et l’intensité. Rafa Soares, prêté par le Vitoria Guimarães durant le mercato d’hiver, a mis du temps à rentrer dans le moule et a laissé le monopole du poste à José Ángel « Cote » jusqu’à la reprise du championnat au mois de juin.

Sur le côté droit, Álvaro Tejero ne s’est pas imposé de même que Jordi Cavalera et Róber. D’ailleurs, le vétéran argentin, Pablo De Blasis, couteau suisse de l’équipe, a souvent occupé le poste devant les timides prestations des spécialistes du domaine.

À LIRE : Le bilan de la saison du Real Valladolid

Ensuite, le départ de Joan Jordan au Sevilla FC a également entravé le fonctionnement du milieu. Gonzalo Escalante et Pape Diop ont dépensé beaucoup d’énergie pour réduire le travail des trois autres plus offensifs, qui, non plus, ne se sont pas démarqués. Takashi Inui, de retour à Ipurúa après un bref passage au Benito Villamárin et au Mendizorroza, Pedro León et Fabián Orellana n’ont pas montré leur meilleur visage cette saison.

Takashi Inui, milieu de terrain japonais, SD Eibar
Après un passage au Betis et un prêt à Alavés, le Japonais est retourné à Eibar où il a été un joueur important, mais à 32 ans, ses beaux jours sont derrière lui. (Crédit image : Monde du foot)

Enfin, en attaque, les filets ont rarement tremblé, seulement trente-neuf buts marqués, la pire statistique depuis les trente-quatre plantés lors de la première saison dans l’élite. Kike García (cinq buts) a mis du temps pour ouvrir son compteur et Enrich a complètement disparu.

Quique González était plus un défenseur supplémentaire pour l’équipe adverse qu’un attaquant d’Eibar. Pour sa part, Charles Diáz, avec ses trente-six printemps, a apporté sa maigre contribution avec ses six buts, qui l’ont classé deuxième meilleur buteur derrière Orellana (huit buts).

Par conséquent, pour surmonter tous ces problèmes évoqués ci-dessus, Mendilibar a dû changer son fusil d’épaule à la reprise. Fidèle à ses idées, l’entraîneur basque a choisi de varier son système pour s’adapter le plus souvent possible aux adversaires. Une remise en question ou un pragmatisme qui lui a permis d’aborder le sprint final du bon pied et de renverser la dynamique chaotique de son équipe.

Mendilibar a prolongé, Eibar doit-il se renouveler ?

À la tête de l’équipe depuis le départ de Gaizka Garitano en juin 2015, l’enfant de Zaldibar (Vizcáya, Pays Basque) rivalise avec Diego Simeone sur la longévité dans un club de LaLiga. Cinq saisons et cinq maintiens, un bilan suffisament honorable pour que la direction lui confie encore les rênes de l’équipe pour une année supplémentaire.

Après la saison 2014/2015 ratée de Garitano, qui a vu Eibar, 18e de LaLiga, être sauvé par la relégation administrative d’Elche, Mendilibar est donc revenu à Ipurúa, où il avait déjà officié en 2004/2005. Il a installé une identité et un style de jeu qui a fait de l’équipe, l’une des plus difficiles à aborder de la compétition.

José Luis Mendilibar, Entraîneur, SD Eibar
À 59 ans, l’empereur d’Ipurúa est toujours actif sur la ligne de touche (Crédit image : L’Équipe)

Une défense haute, un pressing intense et un style tourné vers l’attaque, qui a fait d’Eibar, la saison dernière, l’équipe la plus offensive du championnat. Même si la défense subissait souvent les failles de cette philosophie, c’était quand même agréable à voir pour un club qui a si peu de moyens financiers.

Soumis à une austérité dans le marché des transferts, l’effectif est rarement renouvelé de manière profonde et pourtant Mendilibar continue toujours d’atteindre l’objectif de la direction. Cependant, quand on a une telle politique de recrutement aussi modeste, il faut s’assurer de piocher les bons éléments qui peuvent rentrer rapidement dans le moule, et cette saison, seul Edu Exposito a été convaincant.

« Une autre saison, Mendilibar a fait encore de la magie », a affirmé Fran Garagarza, le directeur sportif de l’entité basque. Oui pour Eibar, une telle longévité en Primera ne mérite que des applaudissements, mais ce que l’équipe a montré cette saison peut faire craindre le pire.

Fabián Orellana, milieu de terrain chilien, SD Eibar
Le Chilien a porté l’équipe comme il a pu avec ses huit buts, mais l’image de ses coéquipiers sa saison a été plutôt décevant. Il est temps de tenter une nouvelle aventure. (Crédit image : El Desmarque)

Est-il temps de renouveler cette ossature qui a la moyenne d’âge la plus élevée en Liga ? Ou bien, était-ce seulement une saison compliquée comme il peut arriver de temps en temps ? La réponse, on l’aura peut-être la saison prochaine. Pour le moment, Ivan Ramis, trente-cinq ans, a raccroché les crampons et Pedro León, trente-trois ans, a renouvelé son contrat.

Fabián Orellana, trente-quatre ans, a pris la direction du Real Valladolid et Charles Días est parti prendre sa retraite à Pontevedra (troisième division), l’équipe qui lui a ouvert les portes du football espagnol en 2004.. Trois joueurs emblématiques de ses dernières années qui tournent la page armera et qui ouvrent la possibilité d’un recrutement plus jeune et plus frais, même si rien ne bouge encore dans les bureaux d’Ipurúa.

Bilan de saison 2019/20 – Real Valladolid

Quelque peu isolé au cœur du territoire espagnol, Valladolid continuera d’être une terre de football de Primera pour la prochaine saison. Grâce à la gestion saine et correcte, et à l’unité d’une équipe, le Real Valladolid a pu assurer son maintien dans l’élite du football hispanique. Entre confiance et sérénité, l’équipe de Sergio a fait ses preuves en assurant, notamment, son maintien plus tôt que l’an passé.

Une treizième place pour couronner une saison réussie pour le Real Valladolid. Remonté dans l’échelon le plus élevé du football espagnol en 2018, le club présidé par Ronaldo a assuré son maintien en championnat avec une certaine aisance bien que tout n’ait pas été si facile. Avec ce constat plus que positif, Pucela pourrait s’assurer une place sur le long-terme en Primera. La gestion parfaite et le coaching remarquable de Sergio ont emmené cette équipe vers le haut de la seconde partie de tableau. Malgré un effectif pas des plus impressionnants qualitativement, Valladolid a su accrocher une treizième place d’honneur.

Le travail de Sergio

La progression du Real Valladolid sur l’espace de ces deux dernières saisons en Primera est remarquable. Maintenu lors de l’avant-dernière journée en 2019 avec une seizième place obtenu après beaucoup de souffrances, le club blanquivioleta s’en est légèrement mieux sorti cette saison. Avec six points d’avance sur le premier relégable, contre quatre l’an passé, Valladolid a terminé à la treizième place de Liga.

Au delà de la légère progression au classement, il y a une vraie amélioration dans le jeu, la construction et la gestion de cette équipe. Le club pucelano explique aussi ses résultats par le grand travail mené par son coach, Sergio González, qui a parfaitement su faire avancer cette équipe. L’Espagnol est parvenu à trouver un bon rythme de croisière à son équipe et a régulièrement adapté son XI de départ.

Face à des concurrents directs, les cinq derniers du classement, le Real Valladolid a empoché 21 des 27 points possibles, sans aucune défaite, cette saison

Cette équipe prend donc, petit à petit, la patte de Sergio. Le technicien est en poste chez le club blanquivioleta depuis la fin de saison 2017/18. Etant encore en Segunda, il avait alors réussi à faire monter le club en première division. Sa présence à la tête de l’équipe est importante car il la fait progresser et devenir plus solide.

Le groupe de joueurs prend aussi beaucoup de confiance, la preuve en est ces matchs où le Real Valladolid a titillé les plus gros lors de cette campagne. La formation Pucela a notamment accroché le Real Madrid (1-1), la Real Sociedad (0-0), l’Atlético de Madrid (0-0), Valencia (1-1), Villarreal (1-1) ou encore le Sevilla FC (1-1). Les victoires obtenues par les Merengues et les Blaugranas au stade José Zorilla ont été difficiles tant Valladolid s’est agréablement bien battu.

Son système est aussi parfaitement manié. Durant la fin de saison, avec des matchs qui s’enchaînaient, Sergio a su organiser une excellente rotation de son groupe, donnant une chance de jouer à une grande partie de ses joueurs. Une gestion peu commune et qui a permis à son club d’assurer son maintien dans l’élite.

Sergio Gonzalez - Sergio Gonzalez Photos - Real Valladolid vs ...
Sur le banc du club, Sergio continue de faire l’unanimité au sein des supporters (crédit : Zimbio)

Dans les matchs où le Real Valladolid était loin d’être favori, il est aussi intéressant d’observer que Sergio a disposé ses joueurs en 4-2-3-1 ou bien dans un 4-3-3. Dans ces systèmes, Pucela n’a pas forcément obtenu tant de points mais n’a pas refusé le jeu face aux plus gros notamment.

Le joyau de cette équipe : la zone défensive

Ayant pour objectif le maintien, la saison du Real Valladolid est évidemment correcte. Malgré une élimination prématurée en Copa, dès les 16emes de finale, contre Tenerife, le club a affiché un bon visage. Un exercice correct renforcé par une stabilité défensive remarquable.

Valladolid a encaissé 43 buts cette saison, en Liga, classant l’équipe comme… la septième meilleure défense du championnat ! Une statistique absolument sensationnelle pour une équipe jouant normalement le bas de tableau. Il faut dire que la solidité est assurée avec Jordi Masip. Le gardien catalan occupe les cages du Real Valladolid depuis 2017 et continue de convaincre et rassurer.

À LIRE : Le bilan de la saison du Levante UD

Avec 87 parades réalisées en 35 matchs joués, Jordi Masip a une moyenne de 2.49 arrêts par match et a gardé sa cage inviolée à onze reprise. Un chiffre qui le classe aussi parmi les portiers les plus décisifs du championnat espagnol. Du point de vue du collectif, le gardien a rassuré son équipe et l’a sauvée lors de nombreuses rencontres. De plus, Masip est capable d’assumer un rôle de leader à Valladolid.

Image
Masip, stoppant un pénalty de Iago Aspas (crédit : LaLiga sur Twitter)

La ligne de quatre de Valladolid a aussi été solide grâce à sa grande révélation, Mohammed Salisu. Récemment transféré vers Southampton, le défenseur central impressionne par l’assurance et la maîtrise qu’il dégage, à seulement 21 ans. Salisu a donc été un véritable taulier dans la charnière défensive, capable de hausser son niveau de jeu de façon exceptionnelle.

Le Ghanéen a généralement été accompagné par Kiko Olivas. L’Espagnol a démontré sa constance et son intelligence défensive en plus d’avoir été décisif. Moins utilisé, le jeune Joaquín Fernández a tout de même été un élément important dans l’imperméabilité du Real Valladolid. Malgré la perte du central Ghanéen, que vous pouvez découvrir ici, Pucela possède donc encore de bonnes armes pour continuer de briller dans ce secteur du terrain.

Un effectif intelligemment construit

Des résultats se font forcément à partir d’une philosophie, d’une construction, d’une gestion et d’un effectif. Encore faut-il que ce dernier soit bien structuré. Dans ce domaine, le Real Valladolid est probablement un des clubs les mieux gérés d’Espagne, tout en étant un des plus petits budgets du championnat. Le club use régulièrement de prêts ou réalise de très bons coups qui lui permettent de mieux rebondir.

En attaque, les deux prêts consécutifs obtenus pour Enes Ünal se sont révélés être un succès. L’attaquant prêté par Villarreal, et désormais vendu à Getafe, n’a pas fait de saison flamboyante mais a répondu aux attentes. Il faut également préciser que l’attaque est le gros problème de cette équipe. Avec seulement 32 buts marqués, cette attaque est une des moins efficaces du championnat. Le recrutement d’un autre avant-centre, Sergi Guardiola, au Córdoba CF, pour quelques trois millions d’euros démontre le bon travail mené par la cellule de recrutement.

https://www.jornadaperfecta.com/blog/wp-content/uploads/2019/08/Gol-Guardiola.png
Avec huit réalisations en championnat, Sergi Guardiola vient de réaliser la meilleure saison de sa carrière en Liga (crédit : Jornada Perfecta)

Pour citer d’autres exemples, l’arrivée libre de Waldo Rubio ou encore de Óscar Plano ainsi que les 50.000€ déboursés pour racheter Toni Villa sont des opérations concluantes. Débarqué de Girona en 2018, pour un seul million d’euros, le recrutement de Rubén Alcaraz est une autre démonstration des bonnes signatures effectuées par le Real Valladolid. Capital et talentueux à Eibar, Fabián Orellana portera les couleurs blanquivioletas la saison prochaine, après être arrivé librement.

La formation est également un secteur important. Repéré en Afrique, Mohammed Salisu a pu intégrer le centre de formation du club grâce à un partenariat mis en place au Ghana. Son passage avec l’équipe B, réputée pour être de qualité, et évoluant en Segunda B, a été fructueux comme ses performances ont pu le démontrer. La cantera du Real Valladolid est un joyau où plusieurs talents, tel que Fernando Calero, aujourd’hui joueur de l’Espanyol.

Le groupe de joueurs est donc plutôt bien composé avec des arrivées intelligentes, des jeunes joueurs venant de la formation et d’autres prêtés. Pour le cas de ces derniers, le club doit également faire attention à ne pas en être trop dépendant. En effet, un simple prêt ne dure en général qu’une saison, voire deux parfois et n’est pas forcément un élément qui va s’intégrer dans le long-terme à un projet.

Óscar Plano, del Real Valladolid, Analiza la Visita a San Mamés
Óscar Plano est un des joueurs-clé de l’animation offensif pucela (crédit : El Desmarque)

Même si le club achète souvent les joueurs qui ont fait bonne impression chez lui en prêt, il faudra remplacer correctement les départs de joueurs tels Sandro Ramírez, cédé par Everton, ou encore Pedro Porro, venu de City. Valladolid enregistre tout de même les retours de prêt de plusieurs jeunes intéressants comme El Hacen (Lugo), ou bien des deux attaquants Sekou Gassama (Fuenlabrada) et Marcos André (Mirandés).

La fabuleuse gestion d’un effectif intelligemment composé par Sergio sur le long-terme se reflète donc aujourd’hui. Avec cette treizième place obtenue en Liga, le Real Valladolid vient de réaliser une saison pleine d’enseignements où les joueurs ont su trouver un bon équilibre mais le club sait qu’il doit réparer un problème offensif. Un souci qui, une fois résolue, pourrait permettre à l’équipe pucelana d’obtenir son maintien encore plus tôt dans la saison. De plus, le groupe doit continuer de se renforcer grâce au bon travail mené par le centre de formation et la cellule de recrutement. A la suite d’un exercice encourageant, beaucoup d’indices portent à croire que le futur du Real Valladolid continuera certainement de concourir en Primera dans les prochaines saisons.

Bilan de saison 2019/20 – Levante UD

Beaucoup moins populaire que son voisin, petit frère et rival du Valencia CF, Levante continue d’écrire son histoire en Primera. Un troisième maintien de suite pour ce club qui a passé la majeure partie de son existence entre la deuxième et la troisième division. Les Granotas ont réalisé leur deuxième meilleure saison dans l’élite après avoir récolté 49 points et terminé à la douzième place. Une campagne moins fatigante que celle de l’exercice précédent durant lequel, ils ont obtenu le salut à l’avant-dernière journée.

Son histoire en première division est moins riche que celle de son voisin, mais le Levante UD a réécrit son nom dans la liste des vingt clubs de la saison 2020/2021. L’équipe d’Orriols vit actuellement la période la plus faste de ses 110 ans d’existence. Ce club qui, auparavant, n’arrivait pas à enchaîner trois saisons dans l’élite sans retrouver la deuxième division, va vivre sa dixième campagne en Primera depuis 2011. Et pourtant, avant cette année-là, il n’avait connu que cinq petits passages dans la plus haute catégorie du football professionnel. Si le maintien de la saison dernière a été très compliqué, celui de cette année a été accompli sans grande souffrance. Paco López continue de faire durer le rêve du Levantinismo dans un style reconnaissable et révolutionnaire. Il n’a pas égalé les 55 points et la sixième place de Juan Ignacio Martínez en 2011/2012, mais ce que son groupe a montré cette saison mérite des encouragements.

La philosophie de López : l’ADN de Levante

Depuis l’arrivée de Paco López sur le banc d’Orriols, Levante ne fait que progresser. Le natif de Silla (Valencia) a pris les commandes en mars 2018 à la place de Juán Muñiz, qui venait de remonter l’équipe en Liga Santander. Alors qu’un retour rapide en Segunda se profilait avec une formation de Levante qui n’avait enregistré que trois victoires en vingt-sept matchs, López a remonté la pente en terminant la saison 2017/2018 en boulet de canon. Huit succès sur les onze dernières rencontres qui ont assuré le maintien.

Paco López, entraîneur du Levante UD
Paco López, le technicien qui a révolutionné le Ciutat de València. (Crédit image : El Periodico)

Depuis, le club granota a montré un autre visage avec son technicien qui a révolutionné la manière de jouer sur beaucoup d’aspects. L’équipe est devenue plus solide à domicile où elle récolte la plupart de ses points et aussi, où les gros calibres de LaLiga ont du mal à imposer leur loi. Le FC Barcelona et le Real Madrid ont tous les deux échoué cette saison au Ciutat de València.

Avec López, Levante s’identifie à un style dont la maxime est simple :  aucune limite tant qu’il y a de l’envie, le désir et la passion. Un ADN qu’il continue de perfectionner chaque année pour améliorer ses résultats et atteindre ses objectifs. Cette saison, malgré la pandémie du Covid-19 qui a beaucoup bouleversé la campagne, Levante a montré une certaine régularité au niveau de ses performances, même si la défense reste un problème à régler.

En 2018, le maintien était passé par une victoire spectaculaire contre les Azulgranas (5-4), cette année, le Barça a encore mordu la poussière à Orriols (Crédit vidéo : Bein Sport)

Ce secteur a été le point faible de l’équipe l’année dernière, ce qui lui a valu une lutte intense pour assurer son maintien. Un salut obtenu après avoir encaissé 66 buts et arraché une victoire salvatrice à la 37e journée à Montilivi. Les choses ont été beaucoup plus simples durant cet exercice avec une arrière-garde qui s’est un peu amélioré même si elle reste encore un peu friable et une attaque correcte de par ses individualités, mais qui a été moins prolifique.

L’évolution défensive a été bénéfique

Les prestations d’Aitor Fernández lors de cette saison 2019/2020 resteront dans les mémoires. Si Levante a pu améliorer ses statistiques défensives c’est en grande partie grâce à son gardien de but. Le Basque a été le portier qui a réalisé le plus de d’interventions au cours de cet exercice avec 158 arrêts réalisés dont trois pénaltys, selon les statistiques enregistrées par le site officiel de LaLiga.  Une réussite de 50% sur les tirs depuis les onze mètres qui lui a valu le surnom de « parapenalty » que lui a donné le quotidien catalan Mundo Deportivo.

Aitor Fernandez, gardien de but du Levante UD
Sans doute le meilleur joueur de Levante cette saison, l’équipe lui doit son maintien cette saison. (Crédit image : Cope)

L’impact du natif d’Arrasate (Guipúzcoa, Pays Basque) a été déterminant sur la saison qui a vu Levante concédé treize buts de moins que la précédente. Paco López a initié le travail de cette amélioration défensive au milieu avec l’incorporation du milieu défensif serbe Nemanja Radoja. L’intégration de l’ancien joueur du Celta a amené plus d’assurance dans l’entrejeu protégeant un peu plus la charnière centrale où les tauliers ont été Rubén Vezo et Sergio Postigo devant Róber Pier et Oscar Duarte qui ont fait quelques apparitions.

Ainsi donc, Levante a trouvé l’équilibre que voulait Paco López l’année dernière pour mieux s’adapter à chaque circonstance. Sur les flancs, Jorge Miramón, rapatrié de Huesca, a relégué Coke Andújar  sur le banc. Le Madrilène de 33 ans a perdu une certaine importance, mais faisait partie de la rotation. Les 17 matchs qu’il a disputés ont attesté que son jeu et son expérience ont compté aux yeux de l’entraîneur. En plus il a terminé la saison en inscrivant le but vainqueur contre Getafe (1-0). Son unique but de l’exercice mais qui a fait de lui le défenseur ayant marqué le plus de buts de l’histoire du club avec onze réalisations.

À LIRE : Le bilan de la saison de l’Athletic Club

À gauche, c’était un problème de riche entre Toño Garcia qui, a disputé son centième match en Liga sous les couleurs granota, et Carlos Clerc. Les deux joueurs se sont partagé le temps de jeu avec un excellent niveau de performance qui a donné satisfaction. L’idée était donc claire. Partir sur une bonne défense pour construire une bonne attaque même si l’équipe n’a pas connu un succès fulgurant devant les buts adverses. 

Roger Martí, meilleur buteur pour la deuxième saison de suite du Levante UD
Les belles performances de Roger Martí en début de saison ont attiré l’œil du Barça qui recherchait un joker médical. Finalement le choix s’est tourné vers Braithwaite. (Crédit image : FCB Noticias)

Le poids de l’âge a commencé à avoir raison de l’emblématique José Luís Morales qui n’a marqué que quatre buts, loin des douze pions plantés l’année dernière. Pour sa part, Borja Mayoral a trouvé huit fois les filets derrière Roger Martí qui a terminé pour la deuxième saison de suite meilleur buteur du club avec onze réalisations, deux de moins que l’édition précédente. Le natif de Torrent (Valencia) a réalisé de belles performances durant la première partie de la saison mais a pratiquement disparu dans la seconde moitié et surtout après le déconfinement.

Si les attaquants ont moins brillé cette année à Levante, c’est parce que López, sans renier à son ADN, a donné plus de solidité à sa défense, mais aussi plus d’équilibre à son milieu. L’entrejeu où José Campaña a réalisé un excellent parcours et où Enis Bardhi est rentré un peu plus dans l’histoire des Ranas.

Le Macédonien, lui aussi centenaire avec le maillot Blaugrana, est revenu du confinement en mode killer. Discret pendant un bon moment tout en faisant le nécessaire, il a largement contribué à la tranquillité de Levante dans la trame finale. Ces cinq buts marqués dans cette période, ajoutés aux deux autres qu’il comptait déjà avant l’arrêt du championnat, ont fait de lui, le meilleur buteur étranger de l’Equip del Valencians avec dix-huit golazos.

Le droit d’exiger plus

Le maintien validé à l’ouverture de la 34e journée après la défaite de Mallorca au Wanda Metropolitano, Levante avait cinq matchs devant lui pour rêver d’un meilleur classement. L’équipe a montré tout au long de la saison qu’elle avait le potentiel de jouer mieux que la survie en Liga.

À LIRE : Le bilan de la saison du Sevilla FC

Dans son stade, elle a affiché une certaine régularité marquée par deux victoires de prestige. D’abord contre le Barça (3-1), puis contre le Real Madrid (1-0) sur les neuf succès qu’elle a obtenus. Cependant, à l’extérieur, elle manque encore de la force et de la conviction pour imposer sa loi. Elle a enregistré douze revers hors de ses bases sur les dix-sept qu’elle a subis et souvent certains de manière incompréhensible face à des formations qu’elle pouvait carrément dominer du fait de son expérience dans l’élite et de son effectif qui semble meilleure sur le papier.

Encore un gros coup des Granotas qui ont montré un potentiel indéniable cette année. Faire tomber le Barça et le Real dans la même saison n’est pas donné à n’importe qui. (Crédit vidéo : Bein Sport)

La défaite contre Mallorca (2-0) lors de la 35e journée alors que l’équipe des Baléares était quasiment condamnée et que Levante se trouvait à ce moment-là à quatre points de la première moitié du classement, a questionné sur les ambitions de Paco López et de son groupe. Durant cette dernière décennie, le club est parvenu à se faire une place durable dans la crème du football espagnol et pourtant l’objectif est toujours la permanencia.

L’entraîneur considère que son effectif s’améliore chaque saison, ce qui est certes vrai, mais qui ne doit pas justifier le relâchement après que l’objectif ait été atteint. Selon lui, viser plus haut doit « passer par le rêve et non par l’obligation ». Une phrase qui cache le manque d’ambition de son équipe qui n’a pas voulu pousser encore plus pour entrer au moins dans la première partie du classement, même si elle a bien terminé la campagne avec deux triomphes face au Celta et à Getafe.

Statistiquement, à l’épilogue du championnat, Levante était à sept unités de la dernière place européenne prise par Granada à la dernière journée, une équipe promue cette année qui a cru en ses capacités de réaliser l’exploit de la saison. Sa fébrilité à l’extérieur lui a coûté beaucoup de points et l’a mis derrière des équipes comme l’Athletic ou Osasuna qui n’ont pas gagné autant de matchs que lui (quatorze victoires contre treize pour les Basques et les Navarrais,NDLR).

Paco López peut se réjouir de l’amélioration de son équipe et d’avoir réalisé la deuxième meilleure performance du club dans l’élite, mais il n’est pas interdit de viser plus haut quand l’occasion se présente.

Bilan de saison 2019/20 – Athletic Club

Tout avait si bien commencé lorsque le mythique Aritz Aduriz avait signé son dernier but d’une chilena inoubliable, contre Barcelone. Alors que cette saison semblait prometteuse pour l’Athletic, le club basque a de nouveau manqué la qualification en Europe, son grand objectif. Avec la qualité de son effectif, l’équipe de Garitano a beaucoup déçu en échouant en seconde partie de tableau au vu des attentes placées en elle. Véritable arme au quotidien, le silence de San Mamés n’aura fait que déstabiliser davantage une équipe qui s’est écroulée sur la fin de saison...

La saison de l’Athletic Club semble paradoxale, avant d’avoir été irrégulière. Avec un groupe de joueurs qui n’a pas évolué par rapport à l’exercice précédent, l’impression reflétée est une amélioration nette du niveau de l’équipe qui ne s’est pourtant pas traduit dans les résultats. Une onzième place, restée en travers de la gorge des supporters, expliquée par un jeu parfois simple et trop peu axé sur l’attaque. Après une première partie de saison réussie, l’Athletic a ralenti en seconde partie d’exercice, remettant ainsi en cause le statut de son entraîneur et de ses ambitions. L’espoir du public rojiblanco n’aura pas pu envoyer une équipe, capable du meilleur comme du pire, en compétition continentale, encore une fois. Et ce malgré la qualité d’une équipe soudée.

Une imperméabilité défensive pour tenter de combler un irréalisme offensif

La défense a été la vraie force de cette campagne pour l’Athletic, avec d’impressionnantes performances. Cinquième meilleure défense du championnat à l’issue de la dernière journée, l’équipe ZuriGorriak a été emmenée par son indéboulonnable charnière centrale composée de Iñigo Martínez et Yeray. L’ancien de la Real Sociedad a été un véritable taulier au mental remarquable qui a su gérer ses coéquipiers de par son assurance.

A ses côtés, Yeray sort d’un exercice maîtrisé. Le canterano basque ne cesse de progresser et son évolution a été nette au cours des matchs, toujours très habile dans son secteur. Moins utilisé, Unai Núñez a aussi su être remarquable dans ses interventions.

Sur les couloirs, Ander Capa et Yuri Berchiche ont également répondu présent tant défensivement qu’offensivement, surtout pour l’ancien Parisien dont le niveau a été exceptionnel. Une ligne de quatre défenseurs déjà bien gardée et des meilleures de Liga qui, avec 38 buts concédés en autant de rencontres, réalise une saison historique.

Enfin, le dernier rempart a assurément été la grande révélation de cette saison pour les Leones. Gardées par Unai Simón et ses 23 ans, les cages basques sont restées inviolées à treize reprises en Liga. Le portier de Vitoria-Gasteiz a fait à merveille son travail, sauvant ainsi son équipe à plusieurs reprises cette saison. Le vivier défensif de l’Athletic pourrait d’ailleurs être une des pioches importantes de La Roja pour les prochains rassemblements.

https://www.mundodeportivo.com/r/GODO/MD/p7/Futbol/Imagenes/2020/06/25/Recortada/img_jecheverria_20200620-192557_imagenes_md_colaboradores__ech7117-kMFH-U481950484521XdH-980x554@MundoDeportivo-Web.JPG
Choisi par Gaizka Garitano pour garder les cages de l’Athletic, Unai Simón a surpassé les attentes placées en lui en sortant d’incroyables parades (crédit : Mundo Deportivo)

Cependant, l’Athletic a pêché offensivement. Une faille majeure et impardonnable traduisant un manque cruel de réalisme. Seulement 41 buts inscrits par les Bilbaínos, un total bien trop faible pour une équipe qui désire jouer le haut de tableau.

Pourtant, les occasions n’ont pas manqué pour le club basque qui possède de biens meilleurs chiffres que l’an passé et qui, surtout, a souvent dominé ses rencontres sans pour autant s’imposer. Portée par Raúl García et ses quinze réalisations, qui sort de sa meilleure saison depuis le début de sa carrière en Liga, l’attaque rojiblanca a été trop peu efficace. L’enfant du club, Iñaki Williams n’a marqué qu’à six reprises cette saison tandis que Muniain, certes plus impliqué dans la construction que dans la finition, a inscrit cinq goles.

À LIRE : Le bilan de la saison du CA Osasuna

Dans ce qui est du 4-2-3-1 de Garitano, l’attaque a parfois été réajustée. Positionné en tant qu’avant-centre lors de la première partie de l’exercice, la Pantera s’est finalement déportée sur l’aile droite pour laisser place à l’ancien Colchonero, qui a convaincu à ce poste. Avec l’émergence du jeune Oihan Sancet en tant que milieu offensif, Iker Muniain s’est parfois retrouvé sur le flanc gauche de l’attaque, prenant ainsi la place d’un Iñigo Córdoba dont la saison a été ratée.

Les apparitions, attendues plus régulières par le public basque, d’Asier Villalibre ont proposé une alternative notable pour le poste de buteur de l’Athletic. Le natif de Gernika profite aussi du départ d’Aritz Aduriz, retraité, pour gagner du temps de jeu. De plus, il faut souligner l’apport des deux latéraux Yuri et Capa qui totalisent cinq buts et six passes décisives à eux deux en Liga.

Athletic de Bilbao: Encouraging scorers for Raúl García and ...
Malgré leur saison à la dynamique opposée, Iñaki Williams et Raúl García s’entendent à merveille sur le terrain et en dehors (crédit : JuniperSports)

Le problème de cette équipe se situe également au milieu de terrain. La charnière, souvent composée de l’infatigable Dani García et du jeune Unai López, a manqué d’implication offensive. Si le second a tout de même délivré quatre passes décisives, le premier réalise à merveille ses tâches défensives mais se montre trop peu présent devant.

Les rôles des deux milieux sont logiquement différents mais, globalement, il y a peu de créativité vers l’avant et une difficulté à conserver la balle et la faire circuler, qui se retrouve dans l’ensemble de l’équipe. Avec un entre-jeu pas assez décisif, l’Athletic s’appuie sur une défense très solide mais doit également se réinventer avec l’arrivées de jeunes et des retours de prêt pour être plus tranchant en attaque.

L’irrégularité, résultat d’une saison à deux visages

Si l’Athletic n’a pas pu atteindre les places européennes, c’est en grande partie à cause de son irrégularité. Bien que le club soit resté durant la seconde partie de saison seulement à quelques unités des places continentales, après les avoir bien occupé durant la phase aller du championnat, il n’y a jamais eu de dynamique concrète sur le long-terme.

En difficulté à l’extérieur, avec seulement quatre succès, l’Athletic a donc du mal à installer une spirale de résultats positifs. Même si les Basques se sont montrés meilleurs en dehors de leur camp lors de cette campagne qu’auparavant, en partie grâce au huis clos, ils n’ont parfois pas su prendre des points vitaux dans des matchs où ils étaient supérieurs. Ce même huis clos s’est également révélé être un obstacle pour San Mamés, enceinte où les Leones sont habituellement réputés pour être solides.

Valencia 0-2 Athletic: Raúl García y el Athletic dejan al Valencia ...
En fin de saison, les zuri-gorriak avaient empoché trois points cruciaux en signant un important succès à Mestalla (crédit : El Español)

Pour beaucoup de joueurs, la saison a été irrégulière, à l’image des performances. Si on a senti un Athletic serein et en forme lors de la première partie de la campagne, il l’a été beaucoup moins ensuite. Avec seulement quatre défaites et sept victoires après dix-neuf matchs, le club occupait la huitième place, à un seul point de l’Europe.

Mais la phase retour va se compliquer. L’Athletic va notamment connaître une série de dix matchs sans victoire dont quatre défaites consécutives mais, étonnement, continue de triompher lors des matchs en semaine en Copa. Défensivement, la solidité sera diminuée : treize buts encaissés en phase aller contre 25 en retour. Les clean-sheets d’Unai Simón en témoignent, neuf sur la phase aller contre quatre dans la seconde partie. Des chiffres notables mais qui prouvent la chute d’une équipe au fur et à mesure du temps.

L’Athletic a donc eu une difficulté à maintenir le même niveau durant toute la saison. Malgré la diminution du rendement défensif, l’attaque s’est montrée plus dangereuse et prolifique sur la deuxième phase du championnat. En bref, mis à part la charnière centrale, le poste de gardien et sûrement Yuri Berchiche, le reste des joueurs a globalement fait une saison irrégulière, du « haut vers le bas », de más a menos.

Effectivement, la saison de cet Athletic est particulière. En plus d’être terriblement irrégulière, cette campagne installe un fait paradoxal. Lors du bilan de cette saison, le constat est frappant. Cette équipe a clairement progressé par rapport à la saison 2018/19 sur le plan individuel individuel mais aussi collectif. On sent une défense plus sereine, un milieu plus impliqué et libre et une attaque peut-être plus créatrice mais moins réaliste.

Leganes Beat Athletic Club
Avec l’expulsion d’Unai Simón a dû s’incliner contre Leganés pour l’avant-dernière journée mais surtout dit au revoir à retrouver l’Europe (crédit : Bleacher Report)

Pourtant, la formation emmenée par son capitaine Muniain n’a pas tellement fait mieux. Avec cette onzième place, les Lions terminent à cinq points de l’Europe quand ils étaient à égalité avec le septième l’an passé. Il est clair que le niveau de la Liga s’est resserré durant ces mois de compétition et que la lutte pour l’Europe a été plus rude. Cependant, les problèmes offensifs évoqués auparavant ont également été un frein bien que l’équipe ait nettement progressé collectivement.

Malgré le très bon parcours en Copa avec l’arrivée en finale, dont le verdict final est toujours attendu, la Liga 19/20 du club basé à Bilbao symbolisera un nouvel échec pour obtenir une qualification européenne.

Gaizka Garitano et l’ombre d’un doute qui plane

Le football évolue vite. Il y a un peu plus d’an et demi, Gaizka Garitano arrivait à la tête de l’Athletic. Nommé en décembre 2018, le technicien basque a la tâche de remonter une équipe qui occupe la zone rouge. Chose promise, chose due. Le club achève la saison en tant que huitième du classement, ayant perdu sa place européenne à la dernière journée au profit de l’Espanyol. Après ses six mois à la tête du club, la satisfaction envers lui est grande et il est donc logiquement prolongé jusqu’en 2020.

Pour cette saison 2019/20, Garitano veut poursuivre sur la même lancée qu’il a finit la précédente campagne. Reprendre ce 4-2-3-1 mais avec quelques évolutions concernant les joueurs. Malgré les quelques échecs tactiques, la première partie de l’exercice est bonne, avant de se dégrader en partie à cause de son coaching.

Bilbao : Gaizka Garitano prolonge d'une saison
En 72 matchs sur le banc des Lions, Garitano comptabilise 33 succès (crédit : Foot Mercato)

Le natif de Bilbao va essuyer les critiques à plusieurs reprises. Son manque de rotation est décrié, tout comme la tactique qu’il aura tenté de mettre en place au début de l’année. Principalement utilisé de janvier à février, le 5-3-2 instauré se révèle être un échec : l’Athletic ne gagne plus, subit et manque énormément de rigueur. Il faudra mystérieusement attendre que le 4-2-3-1 revienne de façon permanente pour revoir des succès.

Garitano compose ses XI avec un bloc fixe, ne faisant que très peu tourner et accordant peu de confiance à son banc, certes de qualité moindre à certains postes. Dans des moments de difficulté, les supporters rojiblancos n’ont pas toujours compris pourquoi des profils tels que celui d’Ibai Gómez n’avaient pas été sollicités pour débloquer la situation.

Enfin, son coaching en général est jugé trop frileux. A plusieurs reprises, le coach basque a cherché à défendre et assurer le score au lieu d’essayer de tuer le match, cela même lorsque le score affichait un match nul. Pourtant, avec lui, l’Athletic a déjà pu réaliser de bonnes performances lorsque ses choix étaient justes.

Garitano: “We must keep a cool head” | Athletic Club
Dans sa zone technique, l’entraîneur rojiblanco est très tonique et expressif (crédit : Athletic Club)

Du côté du public, on espère évidemment que Garitano offrira plus de temps de jeu à la jeunesse et n’hésitera pas à remanier son bloc dans les moments compliqués. Récemment, sa prolongation jusqu’en 2021 a fait débat, du fait qu’il n’atteigne pas l’objectif européen. Toutefois, la direction continue de lui afficher sa plus grande confiance et les supporters ont salué la performance histoire du club en Copa avec lui.

C’est donc une nouvelle saison sans Europe qui s’annonce pour les basques de l’Athletic Club. Après avoir connu la joie et soutenu leur équipe en confiance durant les premiers mois de compétition, les aficionados rojiblancos ont vu leur équipe s’écrouler en seconde partie de saison et manquer ses objectifs. La solide défense du club est un véritable atout, reconnu nationalement, et même au delà des frontières espagnoles, avec des renforts de taille venant du centre de formation, mais l’attaque doit à tout prix trouver un nouveau souffle. Malgré les critiques, Garitano sera donc en charge de mener à bien cette équipe talentueuse tout en résolvant la faille de l’irrégularité et en améliorant son coaching qui a coûté des points, aujourd’hui regrettables de ne pas avoir été pris.

Bilan de saison 2019/20 – CA Osasuna

En Espagne, on connaît bien la Furia Roja, mais à Pampelune la Furia est rojilla. Dans cette mignonne capitale de la Navarre, santé, force et vigueur sont ressorties des entrailles de l’Euskal Herria (Pays Basque, NDLR). Trois mots qui définissent Osasuna en langue basque. Trois caractéristiques que cette équipe a montrées cette saison en Liga pour obtenir un maintien amplement mérité. Elle n’a pas égalé la superbe performance de Granada, mais a fait largement mieux que Mallorca. Un parcours difficile par moments, mais marqué par une intensité et une solidité déconcertante dans un stade unique dans le royaume.

Promu cette année et dix-neuvième budget de LaLiga, Osasuna a signé avec mérite l’une de ses saisons les plus complètes dans l’élite, caractérisée par sa communion éternelle avec les socios d’El Sadar, un niveau de jeu agréable et une campagne tout simplement exceptionnelle récompensée par une dixième place. Une place dans la première moitié du classement gagnée avec 52 points qui mérite le respect qu’il a certes gagné par son jeu, mais aussi par la beauté de ses résultats. Un travail mené par un entraîneur atypique qui, depuis qu’il est locataire du banc navarrais, a parié sur la continuité d’un groupe qui se nourrit de la fureur rouge.

La création de Jagoba Arrasate

Derrière chaque entraîneur se cache une histoire. Celle de Jagoba Arrasate est particulièrement intéressante. Une profession qu’il a débuté à 29 ans après une courte expérience sur le terrain. À un âge aussi jeune pour ce métier, il était déjà sur le banc de Berriatuko, le club de sa ville située à la frontière entre la Vizcaya et le Guipúzcoa, un territoire au milieu du Pays Basque qui sent le parfum de l’Athletic Club et de la Real Sociedad.

À LIRE : Le bilan de la saison du Valencia CF

Son expérience à Elgoibar, quatrième division, n’est pas passée inaperçue puisqu’il a atteint deux fois les play-offs de promotion. Ce qui a attiré l’œil des éclaireurs de Zubieta qui l’ont ajouté à la masse salariale txuri urdin. Un retour dans son ancienne maison où il a passé une partie de sa carrière junior sans avoir eu la chance d’accéder à l’équipe première. À la Real Sociedad, il a dirigé l’équipe B avant d’être promu entraîneur principal après le départ de Philippe Montanier au Stade Rennais et le refus de Tata Martino de prendre les rênes du club de San Sebastián. 

Renouvellement du contrat de Jagoba Arrasate avec le CA Osasuna jusqu'en 2022
Après un début de saison convaincant, le président d’Osasuna Luis Sabalza (à gauche) et le directeur sportif Braulio Vázquez (à droite) ont renouvelé leur confiance à Arrasate. (Crédit-image : CA Osasuna)

Un début de carrière dans le football professionnel marqué par une qualification en Ligue des Champions après avoir brillamment éliminé l’Olympique Lyonnais en phase éliminatoire. L’aventure avec l’entité donostierra dura une saison et demie, et trois ans plus tard, après avoir séjourné à Numancia, il a posé ses valises à Pampelune en juin 2018.

« Je me sens très identifié avec les valeurs d’Osasuna et avec ce qui se vit à El Sadar »

La déclaration d’amour inconditionnel d’Arrasate au club et au peuple rojillos. (Source : El Pais)

Si El Sadar fusionne de la première jusqu’à la quatre-vingt-dixième minute avec ses joueurs c’est en grande partie grâce à Arrasate. Une saison lui a suffi pour célébrer la promotion en Primera après avoir remporté le championnat de deuxième division. Mais aussi, une campagne durant laquelle, les rojillos n’ont perdu aucun match à domicile (19 victoires et 2 nuls). Une série d’invincibilité qu’ils ont tentée de maintenir dans l’élite cette année en enchaînant les sept premières rencontres dans leur forteresse sans perdre. Il a fallu la visite de l’Athletic (14e journée, 1-2) pour qu’Osasuna tombe les armes à la main dans son château fort, après avoir infligé des déroutes à quelques envahisseurs imprudents ( Valencia 3-1, Villarreal 2-1 ou Alavés 4-2) et neutralisé l’impérialisme blaugrana (2-2).

Première sensation de l’équipe d’Arrasate lors de la 3e journée de LaLiga contre le Barça. (Crédit-vidéo : Bein Sports France)

D’ailleurs les deux confrontations contre le FC Barcelone peuvent être considérées parmi les matchs références qui ont dévoilé les valeurs qui unissent et animent le vestiaire d’Osasuna. L’entraîneur basque et son homme de l’ombre Bittor Alkiza, tête pensante du travail réalisé, ont parié sur le collectif qui a ramené le club en Liga Santander, mais surtout, ils n’ont pas délaissé le style de jeu de la saison dernière parce que le groupe avait la confiance et les vertus nécessaires pour assurer sa continuité dans l’élite.

On ne change pas une équipe qui gagne

Une équipe promue en Primera a toujours besoin de renforts. Même si Osasuna a préféré garder la majorité de son groupe de l’année dernière, il a tout de même apporté une retouche réussie dans son vestiaire. Certains, comme Toni Lato, Rubén García ou Facundo Roncaglia ont apporté leur expérience de LaLiga, d’autres ont rapidement pris un rôle de premier plan : Chimy Avila et Pervis Estupiñan, sans oublier Darko Brasanac, dont l’expérience qu’il a accumulée au Real Betis, à Leganés et au Deportivo Alavés a beaucoup contribué à la sérénité de l’équipe.

Chimy Ávila célébrant un but avec Osasuna
La rage, la force, le sens du but, Chimy Ávila a rapidement conquis le coeur d’El Sadar. (Crédit image : Spanish Football News)

Pour sa part, Ezequiel «Chimy» Avila ne pouvait pas aussitôt quitter la Liga après ses performances de la saison dernière sous les couleurs de Huesca. Malgré la vilaine blessure qui a terminé prématurément sa saison au mois de janvier, il reste tout de même le meilleur buteur des rojillos durant cette campagne avec neuf réalisations. Ce qui prouve son importance durant la première partie du championnat et la contribution décisive qu’il a apportée pour maintenir l’équipe qui aura ressenti son absence. 

Le prêt du latéral Équatorien a été aussi une sacrée réussite. Estupiñan a été l’image du style de jeu d’Arrasate, il a progressé au fil de la saison sur le plan défensif, malgré quelques petites erreurs de temps en temps. Il a été l’un des joueurs les plus utilisés en confisquant rapidement la place de titulaire dans le couloir gauche. Ses cinq passes décisives reflètent son apport dans l’animation offensive.

Roberto Torres
Si vous êtes fan de joueurs qui n’ont connu qu’un seul club, vous pouvez l’ajouter dans votre liste Roberto Torres, pur produit de Tajonar, continue d’honorer le maillot rouge depuis 2012. (Crédit-image : El Español Navarra)

À côté de ces recrues, on retrouve la colonne vertébrale de l’année dernière. Aridane Hernández, et David García ont rapidement assimilé l’exigence que demande LaLiga. Kike Barja, Unai García ou encore Nacho Vidal ont suivi leur progression. Oier Sanjurjo et Roberto Torres ont sans contestation été les tauliers, ce qui a facilité la bonne intégration des nouveaux comme Jon Moncayola, promu de l’équipe B, et l’aisance de Fran Merida ou d’Iñigo Pérez.

En somme, un groupe compact, complémentaire au niveau des individualités et reconnaissable sur le terrain à bien des égards. En premier lieu, Arrasate a su compter sur tout son effectif avec des changements fréquents dans le onze de départ. En fin de compte, peu importe qu’un joueur ou un autre joue, le concept qui a prévalu est celui d’un bloc. Tout le monde attaque, tout le monde défend et tout le groupe est concerné. Même dans un poste aussi spécifique que celui du gardien de but, où il y a généralement un titulaire et une doublure, le temps de jeu a été réparti entre Sergio Herrera et Rubén Martínez.

Un management et un recrutement intelligents, malgré quelques déceptions comme Marc Cardona (un seul but en dix-neuf matchs, NDLR), qui avait fait une bien meilleure saison l’année dernière à Eibar. Néanmoins, Arrasate avait bien préparé le retour d’Osasuna dans l’élite et s’est armé comme il faut pour assurer son maintien. Un objectif brillamment atteint dans un style de jeu qui inspire le respect.

Une régularité dans le ventre mou

Pour une équipe qui a joué sa survie dans l’élite, Osasuna n’a jamais mis les pieds dans la zone de largage. Cette expérience démoralisante, il l’a laissé à d’autres équipes comme l’Espanyol, Leganés ou le Celta qui ont tout de même un budget bien supérieur au sien. Un petit séjour dans les places européennes en tout début de saison puis l’équipe navarraise s’est installé dans le milieu de tableau. Malgré les douze défaites subies, elle a montré la régularité d’une équipe qui n’aspire ni à l’Europe, ni à la descente.

Un équilibre qu’elle a trouvé entre les résultats à domicile (28 points) et à l’extérieur (24 points). La raison est qu’Arrasate a toujours misé sur le collectif en plus de son style de jeu qu’il a maintenu tout long de la saison dans un El Sadar où il est très facile de descendre du paradis à l’enfer sans passer par le purgatoire. Une intensité comme LaLiga a rarement vu, mais aussi une envie démesurée de ne jamais laisser passer sa chance.

Alors qu’il n’était pas forcément menacé par la relégation, Osasuna a assuré mathématiquement son maintien lors de la 33e journée après une victoire 0-2 contre Eibar. Un exploit qui symbolise ce collectif exceptionnel. (Crédit image : LaLiga)

Cette attitude n’est pas uniquement réservée aux visiteurs du stade iruñés car Osasuna a tout le temps voyagé avec elle. Un feu intérieur qui brûle dans le cœur de cette formation et qui lui a offert six succès hors de ses bases dont un de prestige un Camp Nou devant un Barça qui se dégonflait après le confinement, alors que l’objectif du maintien était déjà atteint depuis quelques journées.

La suspension du championnat de trois mois n’a rien enlevé à l’âme des coéquipiers de Chimy Ávila, qui a regardé depuis son canapé les dix-huit points récoltés dans la trame finale pour rentrer dans le cercle des dix meilleures équipes de LaLiga cette saison. Au contraire elle a permis à Arrasate de remobiliser son vestiaire après le passage compliqué vécu à partir de la blessure de son buteur Argentin.

Ávila, blessé fin janvier, a laissé un vide sur le front que José Arnaiz et Enric Gallego, recrutés en prêt durant le marché d’hiver ont eu du mal à combler jusqu’à l’arrêt du championnat en raison du Covid-19. Toutefois, le pepinero et le getafense ont bien contribué aux points précieux obtenus dans le sprint final et qui ont placé l’entité rojilla dans le top de 10 de LaLiga 2019/2020.

Succès de luxe pour clôturer la saison contre le Barça au Camp Nou lors de la 37e journée (Crédit vidéo : Bein Sports France)

Malgré une reprise plutôt compliquée illustrée par la lourde défaite à domicile face à un Atlético de Madrid métamorphosé (0-5), les Pamplonés ont rapidement retrouvé les ressources nécessaires pour terminer le championnat en beauté. Un classement qui récompense le travail effectué depuis plusieurs années par Luis Sabalza dans l’objectif de faire rayonner de nouveau l’osasunismo dans le football espagnol.

Élu président du club en 2014 puis réélu en 2017, il a entrepris une vaste opération pour assainir les comptes d’ici 2026. Malgré la relégation de la saison 2016/2017, juste après la montée en juin 2016, Osasuna n’a pas dévié de sa trajectoire. La promotion de l’année dernière était suivie d’un objectif essentiel : le maintien. Il le fallait pour tenter de pérenniser l’équipe dans l’élite, mais aussi pour fêter l’anniversaire du centenaire dans la plus haute catégorie du football professionnel. Objectif atteint avec brio. Que la fête soit belle au mois d’octobre.

Bilan de saison 2019/20 – Valencia CF

Le football prend parfois des allures cauchemardesques. Une saison à oublier où les malheurs et mauvaises nouvelles se sont succédés, accompagnés de résultats décevants, c’est ce qu’a vécu le Valencia CF. Pas qualifié en Europe, le club Ché traverse une longue crise depuis plusieurs mois qui ne cesse de faire du dégât dans les rangs du VCF.

La bronca de Mestalla n’était pas là pour assister à ces derniers matchs compliqués du Valencia CF afin de conclure un exercice qui sonnait comme un véritable désastre. Sans Marcelino, ce sont Celades, puis Voro, qui ont tenté de sauver un club qui est à la dérive. Dirigé par une direction largement et logiquement critiquée, l’extra-sportif du Valencia CF est en train d’empiéter sur les résultats sportifs du club, et cela devient pesant pour les supporters et les joueurs. La preuve en est cette non-qualification en Europa, qui aura été l’objectif de fin de saison après avoie abandonné la possibilité d’aller en C1. A l’aube d’un grand ménage qui semble s’annoncer sur le mercato, c’est avant tout la colère et la frustration de toute équipe, qui n’aura pas su être au niveau pour jouer dans les hautes places du classement, qui s’exprime…

L’extra-sportif a pris le dessus sur tout tout le reste

C’est une direction qui n’est pas là pour le football, et cela se voit un peu plus chaque jour. L’incompétence de Lim, propriétaire du club, et de ses acolytes est en train d’envoyer le Valencia CF à la dérive sur le plan sportif. Sans Europe, la déception est déjà grande, et l’est d’autant plus quand on comprend les raisons d’un tel échec.

La chute visible du VCF commence dès ce début de saison, après que le club ait remporté une Copa historique l’année de son centenaire en mai 2019. En interne, les choses s’étaient pourtant envenimées depuis un moment. En effet, Marcelino va être limogé après quelques journées de Liga seulement. Malgré le début de saison compliqué en championnat, il n’est pas encore question de s’affoler du côté des supporters. La direction ne sera pas du même avis.

Cependant, le licenciement de Marcelino est toujours aussi incompréhensible. Lors d’une réunion en fin de saison passée, Lim aurait alors exposé au coach sa volonté de délaisser la coupe nationale pour se concentrer sur le championnat. Une requête que le staff et les joueurs ont refusé tout en assurant une qualification en Champions League, en plus de ramener un trophée. Rajoutons à cela un très honorable parcours en Europa League avec une demi-finale atteinte. Malgré tout cela, Marcelino ne comprendra jamais pourquoi il s’est vraiment fait virer, expliquant son départ par le seul fait qu’il ait joué la Copa jusqu’au bout, avec l’intention de la gagner. Chose qui aurait déplu aux dirigeants…

Valencia CF: Marcelino: "Nos van a decir 'empatas más que el ...
Entraîneur lors de la saison du centenaire et ayant remporté la Copa, Marcelino ne sera pas oublié des fans du Valencia CF (crédit : Marca)

Par la suite, le club va également enregistrer le départ du directeur sportif de Mateu Alemany, qui partageait le point de vue de Marcelino et dont l’entente avec le président et propriétaire n’était pas des meilleures. La direction nommera Celades au poste d’entraîneur mais ne prendra pas de directeur sportif. Entre les fans et les dirigeants, la tension monte face aux actes de Lim et Anil Murthy, le président, dans lesquels aucune cohérence sportive n’est retrouvée.

La gestion exécrable du cas de Ferran Torres ou des problèmes en interne illustre parfaitement la situation d’un club qui explose de partout et dont les conséquences finissent par se faire ressentir sur le terrain. Et personne ne se mobilise vraiment pour stopper ce désastre. De plus, le mercato est un gros point de désaccord à Valencia, où la direction s’implique peu, faisant parfois des choix surprenants.

Un exemple de ce à quoi la situation ressemblerait au VCF selon les médias valenciens

Les dernières rumeurs soutenaient d’ailleurs que le club prévoyait de se séparer de beaucoup de ses cadres lors de cet été. En bref, il est évident que les décisions prises par cette direction ont influencé les résultats de l’équipe. L’arrivée de Voro pour remplacer Celades en toute fin de saison a été débattue et n’aura pas fait effet. Avec un tel manque d’activité et de présence de la part des hommes occupant les fonctions importantes, le club Ché ne semble pas prêt de sortir de sa crise si rien ne change…

Un effectif largement en dessous de ses capacités

Même si la pagaille extra-sportive n’a évidemment pas aidé à tirer le VCF vers le haut du classement, il faut également reconnaître une défaillance sportive des joueurs. Dans tous les secteurs du jeu, l’équipe, qui aura conclu la saison avec Voro comme entraîneur, a connu des difficultés, majoritairement défensives.

Comme certaines équipes cette saison, à l’image de l’Espanyol, de l’Athletic, du Celta ou du Betis, Valencia n’a pas atteint ses objectifs sportifs alors que le club pouvait compter sur un effectif riche et solide. Il faut dire que les Chés n’ont pas été épargnés par les blessures qui ont particulièrement ravagé la défense.

Les multiples absences de Garay, blessé puis atteint du virus, ont laissé place à une charnière bien plus fragile composée de Mangala et Diakhaby lorsque Paulista n’était pas là. D’autres joueurs importants, comme Gayà ou Rodrigo, n’ont également pas échappé à des pépins physiques.

Gabriel Paulista se lesiona el tobillo en el partido ante el ...
Sorti sur blessure contre l’Atlético, Gabriel Paulista n’avait manqué que quelques matchs mais son absence s’était faite ressentir (crédit : InfoBiwenger)

Cependant, les résultats compliqués ne peuvent pas être expliqués que par ces blessures. L’absence de cadres a permis à des remplaçants de gagner en temps de jeu sans qu’ils ne se soient convaincants pour autant, remettant ainsi en question la fragilité du banc à certains postes.

Un des problèmes majeurs de cette équipe se situe sur la ligne de buts. Cillessen et Jaume ont déçu cette saison. Le portier néerlandais arrivé du Barça n’a pas su rehausser son niveau, qui avait chuté ces dernières années, et a logiquement été mis remplaçant à plusieurs reprises. Globalement plus rassurant, Jaume Doménech n’aura pourtant pas pu sauver le navire. Cette incertitude dans les cages aggrave les failles défensives d’un club qui a encaissé cinquante-trois réalisations en championnat.

Offensivement, la création de danger a cruellement manqué. Rodrigo sort d’une saison où son inefficacité est un énorme souci, Maxi Gómez se doit d’améliorer sa régularité et Gameiro n’a pas été assez tranchant sur le peu qu’il a joué. De leur côté, Cheryshev, Guedes, Soler, Ferran ou encore Manu Vallejo n’ont pas su relancer l’attaque du Valencia CF.

Le cœur du jeu a été, comme les autres postes, un véritable casse-tête. Le capitaine Dani Parejo a libéré son équipe à plusieurs reprises dans la saison sans pour autant réaliser un exercice fabuleux. Ses coéquipiers français, Coquelin et Kondogbia, n’ont pas été les joueurs que nous avons pu connaitre lors de la campagne précédente. Malgré la révélation intéressante de Hugo Guillamón, en défense centrale, c’est donc la quasi-totalité d’une équipe qui a montré un visage décevant, voire même laborieux par moments.

Leganés, 36e journée : le Valencia CF jouait une de ses dernières chances de qualification en Europe mais s’incline dans un match où Parejo aura manqué un pénalty (crédit : JuniperSports)

Dans cette défaillance sportive de tout un effectif, il faut également souligner que le changement d’entraîneur au cours de la saison n’a pas aidé à trouver une stabilité. En poste de septembre à juin, Albert Celades a dirigé l’équipe pendant une grande partie de la saison sans innover, contrairement à son prédécesseur, licencié, et reconnu pour ses qualités tactiques. Mené par Voro pour les derniers matchs, le club n’a pas vraiment vu les choses évoluer positivement au classement. Le tout avec une direction critiquée.

Une incapacité à rebondir et à se relever

La mauvaise passe que traverse le Valencia CF depuis plusieurs mois est également le fruit d’un manque de capacité à se relever des échecs. Mentalement, on peut penser que cette équipe manque d’un véritable leader. Parejo porte le brassard et a déjà pu remobiliser les troupes lorsqu’il le fallait mais il semble être plutôt seul dans cette tâche.

Les difficultés mentales de ce groupe se notent à l’extérieur. Loin de Mestalla, le VCF affiche un inquiétant niveau de jeu. Sans son public, la formation valencienne n’a collecté que treize points. Avec un taux de points aussi faible, Valencia est la dix-septième équipe à l’extérieur en Liga. Seulement trois succès contre une douzaine de défaites. Dont de nombreux points perdus dans des confrontations importantes pour l’Europe.

Ces chiffres démontrent que les joueurs n’y arrivent pas quand ils jouent ailleurs qu’à Mestalla. Ravagés par les échecs dans les autres stades de Liga, les coéquipiers de Parejo n’arrivent plus à s’imposer et souffrent de cette série noire sur le terrain. Cela dit, ce problème dont est victime le VCF est récurrent chez plusieurs formations de Liga.

A la différence de ces déplacements périlleux, il reste toute fois important de souligner que le Valencia CF a été une excellente équipe à domicile, ne s’inclinant qu’une seule fois et glanant pas moins de onze succès et quarante points. Toutefois, Valencia va avoir besoin de rapidement retrouver une certaine solidité et oublier ses échecs pour enchaîner, un défaut qui a coûté trop de points lors de cet exercice. Renverser les matchs doit aussi redevenir une qualité de cette formation si talentueuse

https://plazadeportiva.valenciaplaza.com/public/Image/2020/6/2495058c3296fc0589e83fe74d17fd0f82c15498_NoticiaAmpliada.jpg
La défaite à Eibar dans la fin de saison illustrait parfaitement cette description d’un VCF méconnaissable à l’extérieur et incapable de se relever (crédit : Plaza Deportiva)

Les points positifs de la saison du Valencia CF sont donc en infériorité numérique en comparaison des événements plus douloureux. Les performances de cette équipe ont été très décevantes, comme le montre le classement, mais le sportif n’est pas l’unique explication de cette déroute. La qualité des joueurs n’a pas su relancer un club qui vit une crise difficile depuis plusieurs mois, face à une direction sourde devant les critiques, continuant, tête baissée, à avancer et à mener une politique qui nuit au VCF. Un tableau qui montre donc beaucoup de négatif et une situation qui pourrait bien continuer de s’aggraver si rien n’évolue. Pourtant, cette équipe a la capacité de redevenir ce qu’elle était lors de sa saison centenaire, où elle a fait rêver l’Espagne et son peuple valencien. Il faudra pour cela de l’envie, du courage et du changement en attendant de retrouver les « Amunt » du public de Mestalla.

Bilan de saison 2019/20 – Getafe CF

La magie du football réside dans les rêves que vivent les passionnés lorsque leur équipe gagne. Chaque supporter a déjà vécu cette sensation devant les performances de son équipe préférée. À Getafe, cette illusion a accompagné le groupe de Bordalás et ses aficionados la saison dernière. Elle s’est prolongé cette année jusqu’à ce que le coronavirus ne vienne leur faire tomber de leur nuage. Le club madrilène est sorti des places européennes dans le sprint final de cette saison atypique, mais continue de rêver d’un autre exploit en Ligue Europa.

Le Getafe CF a réalisé un parcours quasi similaire que la Real Sociedad que nous avons analysé récemment. Tandis que les Basques sortaient le masque à oxygène pour se sauver du naufrage, les Madrilènes, eux, se sont noyés dans LaLiga post-covid. Colocataires des places nobles du classement jusqu’à la suspension du championnat, les Getafenses ont raté le train du déconfinement. Pourtant, ils nous avaient laissé l’eau à la bouche lors de la double confrontation réussie en seizième de finale de la C3 contre l’Ajax, mais la dynamique a été brisée par la longue pause que la pandémie nous a imposée. Il n’y aura pas de Coupe d’Europe pour les azulónes la saison prochaine, du moins via le championnat. Toutefois, cette fin désastreuse n’efface pas le travail que le groupe de Bordalas a réalisé tout au long de ce parcours qui n’a pas connu le même succès que la précédente.

L’ADN d’une équipe

Depuis l’arrivée du technicien d’Alicante sur le banc du Geta, les matchs au Coliseum Alfonso Pérez sont loin d’être une partie de plaisir pour n’importe quel adversaire. Ce petit stade de 13 000 places situé dans la banlieue de Madrid est devenu un champ de mines soigneusement aménagé par José Bordalás. Un piège qui invite le onze adverse au suicide collectif. Noyer le rival avec des lignes de passes directes et des mouvements forcés est la particularité de cette équipe qui a fait sensation en Liga la saison dernière.

José Bordalas, entraîneur du Getafe CF.
Architecte du retour de Getafe parmi les acteurs principaux de LaLiga, Bordalas a façonné son équipe dans une style de jeu efficace à tous les niveaux. (Crédit : Bleache Report)

Néanmoins, le Getafe CF est loin d’être une anomalie. Au contraire, il a été le fruit d’un travail entamé depuis son séjour en deuxième division et qui l’a ramené dans l’élite du football espagnol en 2017. Un travail de confiance entre Bordalás et ses joueurs, imprégné d’une philosophie de jeu qui a reçu des critiques acerbes à cause de sa rugosité et de son manque de spectacle.

Une confiance qui a fait la force de cette équipe l’année dernière et tout au long de l’exercice qui vient de se clôturer et qu’on a notamment vu en Ligue Europa. Mais dans la phase la plus délicate et la plus compliquée de la saison, Bordalás l’a quelque peu rompue.

À LIRE AUSSI : Le bilan de la saison du FC Barcelona

Toutefois, nous ne pouvons pas occulter l’atmosphère dans lequel LaLiga a rendu son verdict. Des matchs tous les trois jours, l’anxiété de la crise sanitaire et des rencontres à huis clos. Tout un environnement qui faisait de chaque match était un défi physique et mental. Les équipes les mieux armés dans ces domaines ont terminé leur campagne dans la joie et les autres ont parfois compté sur la chance. Mais la chance ne sourit pas à tout le monde en même temps et Getafe n’aura pas connu une issue heureuse.

Une confirmation qui n’aura pas abouti

Avec un projet déjà consolidé en Liga, Getafe a entamé la saison avec enthousiasme mais aussi avec la pression de la lourde tâche de confirmer les performances de la campagne précédente. De ce fait, la direction sportive a misé sur la continuité. Hormis le départ du Japonais Gaku Shibasaki au Depor, elle a réussi à retenir les deux joueurs qui, probablement, ont été les plus importants de la réussite de la saison dernière : le robuste défenseur central Djené Dakonam et le meilleur buteur de l’équipe, Jaime Mata (onze buts et quatre passes décisives cette saison, NDLR).

Jaime Mata, l'une des pièces maîtresses de l'équipe azulona
Ses 14 buts de la saison dernière et ses belles performances lui ont ouvert les portes de la Roja, Jaime Mata a tardivement connu le haut niveau, mais a été un joueur essentiel dans l’écosystème azulón (Crédit : ESPN)

Maintenir ce qui a fonctionné et l’améliorer avec des pièces très intéressantes qui, à priori, se marient parfaitement, d’où le recrutement de Marc Cucurella. Le Catalan avait réalisé une année spectaculaire à Ipurua et est arrivé dans un système qui lui demandait les mêmes exigences dans un positionnement plus avancé. Une performance qu’il a répétée sans failles. 

Le Barcelonais, en compagnie de Xabi Etxeita, Allan Nyom, David Timor, Enric Gallego ou encore Fayçal Fajr, est venu renforcer l’ossature déjà bien consolidée par des joueurs expérimentés comme Leandro Cabrera, Vitorino Antunes, Jorge Molina, Nemanja Maksimovic ou encore le gardien de but David Soria. Un cocktail intéressant entre vétérans et une jeunesse qui a déjà de la bouteille.

Le recrutement de Marc Cucurella a été une réussite pour Getafe
L’arrivée de Junior Firpo au Barça ont éteint les chances de ce produit de la Masia d’évoluer sous les couleurs azulgrana cette saison, mais l’expérience à Getafe est pour le moment une réussite pour cette tignasse qui rappelle un certain Carles Puyol. (Crédit : Tribuna)

Un mélange qui a de nouveau bercé d’illusions la population de la banlieue sud de Madrid qui, à la suspension du championnat au mois de mars, avait déjà célébré treize victoires, trois de moins que le Real Madrid par exemple. Bordalás connaissait mieux que quiconque ses forces et ses faiblesses. Le Geta ne laissait quasiment jamais passer sa chance contre des équipes du même niveau que lui ou un tout petit plus fort sur le papier. 

Sans doute le match le plus abouti de Getafe cette saison. Cette victoire sensationnelle contre le Valencia CF lors de la 23e journée de LaLiga (Crédit : Bein Sports)

La preuve en est que les sept défaites subies durant cette première partie ont été infligées par seulement cinq équipes, qui au final se sont révélé être les cinq premiers de LaLiga. Le FC Barcelona et le Sevilla FC à deux reprises, l’Atlético de Madrid, Villarreal et le Real Madrid.

Ces revers ont été effacés par des victoires notables, notamment celle contre Valencia qui a chaviré au Coliseum (3-0), mais aussi à San Mamés (0-2) ou encore à Anoeta (1-2), des candidats pour l’Europe que la formation azulona a dominés sur les confrontations directes. Donc, tout était bien parti refaire sensation, mais la longue coupure de trois mois et le rythme effréné de la reprise aura brisé un collectif qui, au fils des matchs, a perdu confiance.

Un cauchemar sans fin

Malgré un début de saison à la trottinette, Getafe a rapidement intégré la zone la plus convoitée du classement. Au coup de sifflet de sa victoire à Vigo (0-1, 12e journée, NDLR), il était déjà européen, un statut qui l’échappera à l’ultime journée après son cinquième revers en onze matchs. À l’aube du confinement, les Azulons s’étaient bien installés à la 5e place du tableau avec 46 points à égalité avec la Real Sociedad qui avait une meilleure différence de buts générale.

Talonné par l’Atléti (45 points) et le Valencia (42 points), Getafe avait bel et bien le droit de rêver d’une participation inédite en Ligue des Champions, une compétition qui l’a échappé l’année dernière dans les ultimes secondes de la saison. Malheureusement, le destin a été très cruel. Même si la faute de la dégringolade n’est pas imputable à l’équipe et à son entraîneur.

Villarreal a définitivement fermé les portes de la C1 pour Getafe qui aura perdu ses automatismes en quelques semaines. (Bein Sports)

Une seule victoire obtenue dans la trame finale de onze matchs et seulement six buts marqués dont un dans les six dernières rencontres, Getafe a tiré la langue sous le rythme intense de la fin de saison. Et pourtant le calendrier qui se dressait semblait être surmontable. Hormis le déplacement sur le terrain du futur champion et la réception des colchoneros, les autres matchs compliqués sur le papier étaient la Real Sociedad et le club castellón.

Les multiples erreurs de concentration ont la clé de voûte de cette mini Liga comme la défaite subie aussitôt face aux Nazaris de Diego Mártinez qui auront carburé pour s’emparer de la 7e place synonyme d’une qualification au troisième tour de la Ligue Europa. Bordalás a négocié cette dernière partie du championnat avec un manque de confiance criant illustré après la défaite contre Villarreal qui a vu la mise à l’écart de certains joueurs clés comme Damián Suárez ou Allan Nyom, qui n’est apparu qu’une fois après.

Levante 1-0 Getafe, LaLiga 2019/20, journée 38
Getafe a terminé la saison sur une défaite à Levante qui l’éjecta définitivement de la zone européenne au profit de Granada (Crédit : LaLiga).

Le technicien azulón a peu fait tourner son onze qui enchaînait des matchs compliqués en plus tous les trois jours tout en sachant que ses principes de jeu demandent un don de soi maximal dans chaque action.. Une gestion qui a fini par provoquer des indisponibilités chez certains joueurs (Antunes, Kenedy et Deyverson). 

Au final, Getafe n’aura ajouté que huit points sur trente-trois possibles dans LaLiga post-covid. Largement insuffisant face à des adversaires comme l’Atléti, Granada et Villarreal, qui se sont transformé en machine de guerre durant cette période. Avec une huitième place derrière les Andalous, le club madrilène est passé du rêve à la désillusion, même si l’espoir d’accrocher l’Europe ne s’est pas encore envolé.

En dépit de cette fin de championnat catastrophique, Getafe maintient toujours une infime chance de qualification en Ligue des Champions. Après avoir brillamment surmonté la phase de groupes de la Ligue Europa, les Getafenses ont créé la sensation en éliminant l’Ajax en seizième de finale. Deux matchs exceptionnels qui ont montré l’art du jeu de Bordalás à l’Europe entière. L’aventure sur le vieux continent continue ce mercredi face à l’Inter Milan, un autre ténor du football italien et européen. Peut-être que la chance lui sourira cette fois.