Euro 2020 : L’Espagne et la crainte d’une nouvelle déroute ?

Attendu depuis des mois de par sa notoriété sur le continent, et même à l’échelle mondiale, le coup d’envoi de cet Euro atypique est enfin arrivé, censé célébrer ce qui se devait d’être l’édition centenaire de la compétition. Capital, cet évènement est attendu de pied ferme en Espagne, sans ignorer les dangers inquiétants qui pèsent au dessus de sa sélection.

La Roja est à l’aube d’un défi bien plus que sportif, qui compte aussi pour son honneur. Redorer le blason après l’humiliation de 2014 et les échecs de 2016 et 2018, toutes marquées par la transition avec la génération dorée qui a inscrit son nom dans les livres d’histoires. Néanmoins, cette période de changements ne semble pas entièrement achevée aujourd’hui et maintient l’Espagne dans une position instable avant d’affronter la Suède, la Pologne et la Slovaquie en phase de poules de l’Euro. C’est avec de l’envie qu’une sélection largement rajeunie par rapport aux précédentes tentera de briller à nouveau, sous la houlette de Luis Enrique, entre espoirs et craintes. Entre nécessité de triompher et crainte d’un nouvel échec…

Un contexte de préparation angoissant

Difficile de trouver un contexte plus anormal que celui que le football connait depuis une année désormais. Reporté, cet Euro a tout d’une édition qui ne sera pas comme les autres, même jusque dans les sélections. L’Espagne fait partie de ces équipes dont les journalistes ont beaucoup parlé depuis quelques jours. Et pour cause, l’ensemble du staff technique et des joueurs Roja ont dû être placés à l’isolement après que Sergio Busquets ait été testé positif. Chose d’autant plus inquiétante que la nouvelle tombait seulement deux jours après l’amical disputé face au Portugal, terminé sur un terme match nul et vierge.

Réunie depuis le 31 mai avec une liste de 24 joueurs, sur la limite des 26 autorisée par l’UEFA, la convocation de l’équipe nationale espagnole a complètement été chamboulée. La Fédération attend de voir l’évolution du rétablissement du milieu barcelonais, tout en sachant que les chances de pouvoir compter sur le joueur semblent minimes mais pas inexistantes.

Image
La convocation de la Roja effectuée par Luis Enrique pour cet Euro (crédit photo : @SeFutbol)

Dès lors, plusieurs mesures ont été prises et 6 joueurs ont été contraints de paralyser leurs vacances pour rejoindre l’expédition à Madrid, afin uniquement de se joindre aux entraînements de la sélection parallèlement. Ainsi, Brais Méndez, Carlos Soler, Rodrigo, Pablo Fornals, Raúl Albiol et Kepa ont répondu favorablement à Luis Enrique. Aussitôt, des entraînements de manière individuelle ont été instaurés, malgré la répétition de tests négatifs de la part du reste de l’équipe. On apprendra toutefois dans la nuit du mercredi 9 juin que Diego Llorente a également été testé positif, obligé de quitter momentanément la concentration à son tour, dans un chaos absolu. Deux jours plus tard, les médias de communication officiels de la Roja communiqueront que le défenseur central de Leeds était faux positif, ayant été testé négatif sur les derniers tests PCR réalisés, et serait réintégré au groupe.

Assiégée par les médias, la Selección a dû composer avec un environnement oppressant et presque insupportable par moment. Il faut dire que la formation de Luis Enrique était en proie aux critiques depuis plusieurs jours de par l’unanimité qu’elle génère fortement sur les terres ibériques. La bulle sanitaire et médiatique, presque sacralisée tant elle est importante pour les sportifs, n’aura pas eu l’effet désiré, perturbant ainsi le rythme de préparation de l’Espagne. En effet, la mise en isolement de l’ensemble de La Furia a eu des conséquences sur le match amical programmé contre la Lituanie, le mardi 8 juin. Cette rencontre a finalement été disputée par les joueurs de l’équipe U21, mais officiellement sous le titre de la sélection nationale absolue ! En plus de nombreux records qui sont tombés, le score a surtout été le reflet de la qualité d’une sélection talentueuse, victorieuse 4-0 de la formation lituanienne.

Au final, ces 6 joueurs ont été rejoints par 11 autres en provenance de la sélection U21 pour maintenir les entraînements individuels en parallèle, en prévision d’autres détections de cas positifs. Il faut préciser que l’Espagne aura jusqu’au début de la compétition pour prendre une décision sur le cas de Busquets, et éventuellement le remplacer. La volonté de Luis Enrique et de la sélection est en tout cas de tout mettre en œuvre pour pouvoir compter sur celui qui est le capitaine de l’équipe durant l’Euro. Une fois substitué de la liste officielle, un joueur ne pourra plus participer durant le reste du tournoi. Susceptibles de faire une croix sur ce qui est parfois perçu comme un rêve à tout moment, joueurs et staff font logiquement preuve d’une nervosité nuisible à la préparation de la sélection, aussi source de tensions internes. Pour couronner le tout, la sélection suédoise annonçait de son côté la détection de deux cas positifs à moins d’une semaine d’affronter l’Espagne.

La liste des 17 joueurs ayant travaillé en parallèle de la Roja durant cette préparation à l’Euro (crédit photo : @SeFutbol)

Pendant ce temps, le Ministre de la Culture et des Sports espagnol est monté aux créneaux pour soutenir les joueurs en déclarant qu’ils seraient vaccinés en urgence, avant le début de l’Euro. Mesure officialisée ensuite par la Ministre de la Santé, déclarant que les joueurs seront vaccinés avec le ‘Vaccin Janssen’, pour la plupart des membres de la sélection, à seulement trois jours de leur rencontre d’ouverture. Polémiques et débats se sont alors déclenchés en Espagne, pour ne rien arranger au déroulement de cette préparation. Une partie importante de la population s’est sentie inégale et indignée de voir que les sportifs semblaient privilégiés dans ce dossier.

Dans le même temps, la RFEF se lamentait de ce moment délicat en interne, ne comprenant pas pourquoi le gouvernement n’avait pas vacciné la sélection, avant le début de la concentration. Le président de la Fédération, Luis Rubiales, laissera apparaitre des nouvelles divergences dans les versions en soutenant qu’il avait fait une demande pour vacciner la sélection depuis 2 mois… quand le gouvernement explique avoir eu une première discussion sur le sujet avec lui la semaine précédant le regroupement des joueurs.

Image
A l’image de Gerard Moreno, l’ensemble des joueurs espagnols ont été vaccinés ce vendredi au siège de la RFEF (crédit photo : @SeFutbol)

C’est d’ailleurs dans cette même ambiance médiatique qu’Aymeric Laporte, grande nouveauté de cette liste, voyait un journaliste l’interroger sur son amour et sa fidélité à réellement défendre le maillot espagnol. Une question qui pèse lourd dans un climat déjà trop anxiogène auquel le défenseur de Manchester City a parfaitement répondu, tout en laissant transparaitre son étonnement : « Je suis enchanté d’être ici, je vais tout faire pour défendre ce maillot ». L’interrogation du journaliste n’a pas manqué de déclencher de nouvelles tensions en Espagne quant à l’utilité et l’objectif d’une telle remarque, sûrement déplacée.

Autre changement qu’il convient de préciser, bien que moins impactant sur la sélection : le changement de la ville hôte de la sélection. A quelques semaines du coup d’envoi de la compétition, l’UEFA a finalement décidé d’attribuer l’accueil de la compétition en Espagne à l’Estadio de la Cartuja, basé à Sevilla, et qui pourra accueillir entre 15 000 et 20 000 spectateurs, annulant par la même occasion l’accord conclu avec l’Estadio San Mamés, de Bilbao. La mairie basque a reçu en échange une somme de compensation pour rembourser une partie des installations et aménagements effectués dans la ville depuis des années à cette occasion. La Roja évoluera donc dans le stade avec lequel la Fédération a conclu un accord commercial puisqu’il est devenu l’enceinte officielle de la sélection mais aussi des finales de Copa pour les prochaines saisons.

Avec un seul match pour régler les détails et permettre aux joueurs de mieux se coordonner, la préparation s’apparente quasiment à un fiasco. Dans une période où le jeu de la Roja est parfois brouillon et où les choix de joueurs ne sont pas encore clairement fixés, la tournure des évènements est bien loin d’être idéale et avantageuse aux Hispaniques, avec un même message qui ne cessait d’être lu partout ces derniers jours : « Alerta en la Selección« . Des zones d’incertitude peut-être trop grandes à quelques jours d’une semaine du début d’un tournoi aussi crucial que l’Euro qui inquiètent et angoissent l’Espagne, d’autant plus face à la mauvaise gestion d’une telle situation qui rappelle étroitement celle de 2018.

Luis Enrique, l’homme de la discorde

Si un homme ne parvient pas à faire l’unanimité au sein de la sélection espagnole, il s’agit bien de son représentant principal : Luis Enrique. Le sélectionneur divise supporters mais aussi médias et journalistes, et la situation ne semble pas être propice à un apaisement. L’Espagne et son football semblent plus fracturés que jamais, bien loin de l’union sacrée qu’est censée incarner une sélection lors de rassemblements internationaux.

Euro 2020 : la liste de l'Espagne avec un retour surprenant !
Luis Enrique disputera son premier tournoi majeur à la tête de la Roja (crédit photo : Onze Mondial)

Cependant, les critiques dont est victime l’ancien entraîneur du Barça ne sont pas récentes et ont des explications, mais s’accroissent depuis un temps avec danger. La liste des joueurs retenus pour disputer l’Euro n’a pas aidé Enrique à se réconcilier avec l’opinion d’une grande majorité des supporters, le maintenant dans une position relativement inconfortable. Les choix déçoivent et ne sont pas compris.

Le principal absent est évidemment et sans conteste le capitaine historique de cette équipe, Sergio Ramos. Le central du Real Madrid a vécu une saison compliquée avec les Merengues, sans cesse touché par les blessures qui ne lui auront permis que de disputer seulement 4 rencontres officielles en 2021. Au-delà de la qualité, c’est le leadership du personnage qui pourrait manquer à une sélection plutôt novice, qui se cherche et appréhende encore les grands moments. Désolé de l’absence de Ramos, Enrique s’est justifié en conférence de presse en assurant que le manque de temps de jeu du leader espagnol avait pesé dans la balance pour prendre cette lourde décision.

Discutée mais compréhensible, la non-sélection de Ramos ne fait pas autant polémiquer que celle de joueurs tels que Mario Hermoso, Iago Aspas, Sergio Canales, Jesús Navas ou encore Nacho, auteur d’une superbe seconde partie de saison, qui ne s’expliquent pas. Le flou du sélectionneur pour apporter une réponse à ses choix ne satisfait pas les supporters et agace même profondément. Autre fait marquant de cette liste : aucun joueur madrilène n’y figure. C’est une première dans une compétition internationale et officielle que dispute l’Espagne, un tremblement de terre médiatique qui n’a pas manqué de faire parler dans les journaux.

Faut-il y voir des raisons personnelles pour Luis Enrique de ne sélectionner aucun joueur du Real Madrid ? L’ancien entraîneur du Barça est en tout cas pointé du doigt et n’a jamais vraiment justifié les absences de Nacho ou Asensio de la liste initiale. La polémique est d’autant plus forte que parmi les joueurs appelés en renfort, aucun ne provient du club blanco. Certains reprochent à Enrique un manque d’objectivité et de neutralité qui nuirait à la sélection, étant trop influencé par son ancien passage au FC Barcelona, et donc qui pourrait se montrer hostile à la sélection de footballeurs de la Casa Blanca. Vrai ou non, plus largement, c’est l’ensemble des choix qui questionne.

Si Luis Enrique a pu faire appel à Aymeric Laporte, nationalisé espagnol sportivement quelques jours auparavant, le sélectionneur n’a pu être épargné des remarques des médias mais surtout des amateurs du ballon rond. Entre ironie et rire nerveux, c’est surtout l’inquiétude et le manque de clarté autour des choix pour composer cette équipe qui font peur au public espagnol. Enfin, le choix de sélectionner 24 joueurs sur les 26 possibles n’est pas forcément partagé.

Initialement présentes sur les réseaux sociaux et dans les journaux, les critiques se sont multipliées et ont pris une autre dimension. Un cap a été franchi au Wanda Metropolitano quand l’Espagne recevait dans un match amical, le vendredi 4 juin, la sélection portugaise. Alors que le speaker annonçait l’ensemble des titulaires et remplaçants du côté espagnol pour cette rencontre, le nom du sélectionneur a copieusement été sifflé par le public. Symbole des fractures et divergences dont Luis Enrique semble être devenu aujourd’hui le responsable. Cet évènement s’ajoute à la liste de ceux qui nuisent à l’environnement médiatique autour de la sélection espagnole, dont l’image s’est beaucoup ternie au cours des derniers jours… Luis Enrique devra en plus faire face à une situation exceptionnelle avec des joueurs ou membres de son staff pouvant potentiellement être amenés à subitement quitter la sélection.

Toutefois, le sélectionneur a tenu à organiser une conférence de presse le jeudi 10 juin afin de clarifier la situation. Evoquant l’actualité sanitaire mais aussi sportive de la sélection, Luis Enrique s’est montré très confiant et rassurant devant les médias tout en reconnaissant que la préparation n’était pas optimale.

De la qualité mais aussi des incertitudes

Dans une sélection nationale espagnole, les bons, voire très bons, joueurs ne peuvent pas manquer. Historiquement, la Roja a toujours été une des meilleures équipes d’Europe en s’appuyant sur un réservoir de footballeurs très qualitatif. L’Euro 2020 ne fait pas exception à la règle, mais l’effectif composé par Luis Enrique amène aussi beaucoup d’interrogations. Si l’occupation de certains postes est clairement définie, d’autres le sont beaucoup moins.

La première incertitude se trouve à un poste aussi crucial que celui du gardien de but. Installé dans les cages hispaniques depuis novembre, Unai Simón sort d’une saison irrégulière avec l’Athletic où il a alterné parades décisives et erreurs. Le but concédé contre le Kosovo venait d’une sortie absolument ratée de sa part, mais Luis Enrique maintient pour le moment sa confiance envers le portier basque. De Gea, lui, est plus expérimenté, mais semble anéanti mentalement depuis un temps et dans la difficulté de se relever, aussi récent perdant de l’Europa League. Enfin, Robert Sánchez est nouveau depuis mars. Auteur d’une saison prometteuse avec Brighton, le natif de Cartagena, semblait pouvoir s’emparer du poste de titulaire selon les rumeurs. Incertitudes pour le staff de la sélection, mais aussi, et logiquement, au sein de la population espagnole. Un remaniement complet des joueurs était sollicité par le public à ce poste, avec notamment les noms de Remiro, Asenjo ou encore Pacheco qui ressortaient à la suite de leur bonne saison dans leur club respectif.

Selección Española de Fútbol on Twitter: "🛑 ¡¡NO PASARÁN!! 😏 Vale, lo  confieso. Me encantan estas fotografías. #SomosEspaña #EURO2020  https://t.co/xXL6WVjNwV" / Twitter
L’expérience de David De Gea sera assurément précieuse pour les autres portiers de la sélection (crédit photo : @SeFutbol)

La défense centrale préoccupe légèrement car, sans Ramos, l’esprit du vestiaire n’est plus le même. Laporte et Pau Torres semblent être les favoris pour jouer, mais Eric García ou Diego Llorente paraissent être à un niveau inférieur pour assurer une titularisation à ce poste. Les couloirs sont bien garnis, avec notamment le positionnement de Marcos Llorente comme arrière droit que beaucoup de supporters auraient préféré voir dans un rôle plus offensif ou au milieu de terrain, comme sous les ordre de Simeone à l’Atlético. A noter, le retour de César Azpilicueta qui n’avait plus joué en sélection depuis la fin 2018. Quant à eux, et sans surprise, Gayà et Alba tiendront le couloir gauche de la défense.

Le milieu est extraordinairement talentueux pour sa part et n’a pas besoin d’être changé quand on y retrouve des joueurs comme Koke, Pedri, Thiago, Busquets ou encore Fabián Ruiz. Pour l’attaque, la qualité ne manque pas même si beaucoup d’autres joueurs auraient pu être appelés. Préféré par le sélectionneur, Morata ne semble toutefois pas faire l’unanimité à la pointe de l’attaque espagnole, d’autant plus après ses nombreuses imprécisions contre le Portugal, et nombreux sont les supporters qui aimeraient davantage voir Gerard Moreno. Enfin, malgré l’absence douloureusement regrettée d’Iago Aspas, les ailiers convoqués rassurent et ont en eux un fort potentiel bien représenté par la jeunesse : Dani Olmo, Oyarzabal, Adama Traoré, Ferran Torres, même si la présence de Pablo Sarabia est quant à elle plus contestée.

Spain humble Germany 6-0 in Nations League
Ferran Torres fait partie des meilleurs ailiers espagnols du moment, en pleine explosion à Manchester City (crédit photo : The Financial Express)

Reste désormais à coordonner cet ensemble pour tenter d’obtenir des résultats satisfaisants, avec la maitrise du jeu. C’est ce qui a parfois manqué à l’Espagne de Luis Enrique avec des victoires poussives, comme en Géorgie, ou bien des faux pas désagréables contre la Grèce et la Suisse. La défaite contre l’Ukraine en octobre avait fait tâche bien qu’il s’agisse du dernier revers de la sélection jusqu’à aujourd’hui. On note depuis une victoire écrasante contre l’Allemagne (6-0) ainsi qu’un succès contre le Kosovo (3-1), dans un bilan plutôt mitigé ou du moins qui ne tend pas forcément à directement rassurer.

Dans une période difficile et mouvementée, l’Espagne se présente donc à l’Euro 2020 où faire un bon parcours, avec la manière, s’est imposé comme quelque chose de vital pour l’histoire du sport hispanique. Avec l’envie de retrouver la gloire passée, le chemin est encore long et semé d’embûches, mais aussi d’incertitudes et de divisions qu’il faudra tenter d’éliminer durant le tournoi. Mais la Roja n’est pas n’importe quelle sélection et sait de quoi elle est elle-même capable. La jeunesse manque peut-être d’expérience mais assurément pas d’envie, et c’est ce qu’il faut retenir. Le défi est clair et important, renaître de ses cendres ou s’effondrer à nouveau.

Aduriz, une étoile s’éteint dans le ciel basque

« Le moment est venu de se dire au revoir et c’est la fin de ce voyage, inoubliable et merveilleux du début à la fin », tels étaient les derniers mots d’Aritz Aduriz. Le mercredi 20 mai, dans un message poignant, le mythique attaquant de l’Athletic Club annonce qu’il raccroche les crampons et qu’il ne terminera pas une saison qui se prolongera jusqu’au milieu de l’été.

Parti mais revenu, Aritz Aduriz n’aura jamais pu vraiment quitter sa maison. C’est après pas moins de quatorze ans passés chez les Leones que l’avant-centre, natif de San Sebastian, a décidé de tirer sa révérence, laissant ses admirateurs dans le plus grand des regrets. Son aventure, tout au long de sa carrière, n’aura pas été toute rose mais elle aura eu le mérite de s’achever sur une note symbolique. Vu comme un dieu vivant à San Mamés, Aduriz a également vécu des moments sous les maillots de Burgos, Valladolid, Mallorca, Valencia en revenant à plusieurs reprises sur les traces de ses débuts. Des retours réguliers à l’Athletic peut-être synonymes d’une envie profonde de finir par s’y imposer. Retour sur la carrière surprenante et atypique d’un attaquant admiré et respecté.

Aduriz inscrivait en août dernier son dernier but avec l’Athletic, une chilena à jamais gravée dans l’Histoire… (crédit : Depor)

« Globe-trotter » mais avec une âme bilbaína

Aritz Aduriz débute son parcours de footballeur à l’âge de 19 ans, au CD Aurrerá de Vitoria, dans la ville de Vitoria-Gasteiz, ville connue pour le club de foot qui y réside, Alavés. Dans une famille où le ski de fond est un sport régulièrement pratiqué, le football n’a pas tellement la côte. Pourtant, c’est la passion d’Aduriz. Il intégrera le Bilbao Athletic (équipe B de l’Athletic, NDLR) en 2002 avec quelques rares apparitions en équipe première.

Aritz Aduriz, avec le Bilbao Athletic, en 2000 (crédit : Mundo Deportivo)

En 2003, alors âgé de 22 ans, le Basque s’envole pour Burgos où il y réalise une saison correcte. Du côté du Real Valladolid lors de l’exercice suivant, alors en deuxième division, Aduriz prend de l’importance et s’affirme à son poste d’avant-centre. De retour, en 2006, dans le club où il écrira l’histoire dans le futur, le Donostiarra effectuera des premiers matchs satisfaisants, notamment en inscrivant un doublé dans un derby, avant de passer dans l’ombre de Fernando Llorente.

Attristé par le manque de confiance de sa direction, Aritz Aduriz est transféré à Mallorca pour la somme de six millions d’euros. Il y fait des prestations remarquables et se hisse dans les premières places du classement des buteurs. Le tout avant de poser ses valises à Valencia. Là-bas, il ne s’imposera jamais réellement en voyant que Roberto Soldado lui est préféré. En 2012, après avoir sillonné quelques endroits de l’Espagne, l’Athletic décide alors de repêcher l’attaquant. Un transfert critiqué et surprenant à l’époque mais encensé, voire même adulé, à l’heure où cet article est rédigé…

Aduriz et Jordi Alba, dans une équipe différente aujourd’hui, les deux hommes entretiennent une bonne relation (crédit : Zimbio)

Un symbole du football espagnol qui brise la normalité

Dans le monde du football actuel, Aduriz porte un peu cette image de contre-exemple de ce qu’est la normalité pour un joueur offensif. Et cela s’explique par ce cliché de la vieillesse et de l’âge qu’il a su briser. En effet, c’est après avoir passé la trentaine que le Zorro s’est révélé être une véritable machine pouvant atteindre plusieurs records. Une leçon notable dans une société footballistique où les regards se figent de plus en plus sur la jeunesse et ses talents, laissant parfois de côté des joueurs expérimentés qui regorgent encore de véritables qualités.

Après avoir donc été longtemps dans des situations instables, Aduriz a fait ses preuves à l’Athletic et enchaîne les bonnes performances. Au delà de ses frappes et de sa finition redoutées, c’est surtout le jeu de tête qu’il laisse émerger qui est tout simplement exceptionnel. Aritz Aduriz est d’ailleurs le deuxième joueur ayant marqué le plus de buts de la tête, 34, sur les dix dernières saisons de Liga derrière Cristiano Ronaldo et ses 49 unités.

Derrière les deux monstres que sont Messi et l’ex-Madrilène, il est difficile de se faire une place. Cependant, l’attaquant des Lions parviendra à glaner en 2015 et 2016, probablement les meilleurs moments de sa carrière, le trophée Zarra (trophée qui récompense le meilleur buteur espagnol du championnat, NDLR).

Un véritable cabezazo, face au Real, signé Aritz Aduriz ! (crédit : LaLiga)

Au fil des saisons, Aduriz cartonne et fait peur aux défenses de Liga malgré, ou plutôt grâce à son âge, à tel point qu’on le comparera régulièrement au bon vin qui se bonifie avec temps. Ou même parfois, plus surprenant, il est comparé à Benjamin Button. Le personnage principal d’un film qui naît vieux, à 80 ans, et vit sa vie à l’envers.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : de la saison 2012/13 à 2016/17, il ne redescendra jamais en dessous de la barre des quatorze buts en championnat, atteignant même les vingt unités en 2016.

Des performances qui lui vaudront une reconnaissance infinie au sein de son club de cœur mais aussi dans l’ensemble de l’Espagne. En effet, en mettant un terme à sa carrière, Aduriz termine ainsi second meilleur buteur espagnol de Liga au 21e siècle avec 158 buts. Il est devancé par David Villa et ses 186 réalisations. C’est aussi le sixième meilleur buteur de Primera sur la dernière décennie.

Aritz Aduriz aura marqué contre 35 équipes différentes en Liga (janvier 2018) (crédit : Marca)

Un des moments où Aritz Aduriz a, sans doute, beaucoup fait parler de lui, c’était au moment de la SuperCopa de 2015, remportée par l’Athletic. En plus d’avoir ramené un trophée au club, le premier du siècle, il avait également signé un triplé au match aller, à San Mamés, et inscrit un but au retour, au Camp Nou !

Un trophée qu’il estime avoir mieux valorisé au fil du temps, se rendant compte de l’importance qu’il a eu auprès des supporters. Probablement, aussi, un des moments dans lequel il a prouvé que l’âge ne le freinait en aucun cas.

« Si on écrivait une histoire, un tel scénario serait impossible. Pour nous, pour tout ce que cela suppose pour l’Athletic le fait de gagner un titre, c’est la plus grande chose qui puisse arriver, surtout face au Barça »

Les déclarations d’Aritz Aduriz, à l’issue de la double confrontation
La SuperCopa, le premier et unique titre d’Aduriz dans sa carrière (crédit : Cadena SER)

Mais si Aduriz sait briller sur la scène nationale, il n’a pas de mal à le faire à l’échelle européenne. En mémoire, vous avez probablement son but contre Marseille : une superbe reprise lobée, à 35 mètres des cages, qui venait battre Steve Mandanda. Encore un but pour démontrer à quel point le goleador de l’Athletic pouvait frapper fort et à n’importe quel moment.

L’Europa League ? C’était probablement la compétition qu’Aduriz aimait le plus. En 49 matchs, il aura inscrit pas moins de 31 buts, le classant ainsi comme le troisième meilleur buteur de l’histoire de cette coupe, à égalité avec Radamel Falcao. Et puis en parlant de performances sensationnelles, Aritz Aduriz est aussi le seul joueur du format actuel à avoir inscrit un quintuplé en Europa League. C’était le 3 novembre 2016, face à Genk, et en images ça donne ça…

Un autre moment phare de la longue carrière d’Aduriz est celui de la qualification en Champions League, la deuxième du club depuis son existence. Lors de la saison 2014/15, l’Athletic parvient à se qualifier pour la phase de groupes de la plus prestigieuse des compétitions en éliminant le Napoli en barrages. Après avoir concédé le nul 1-1 en Italie, les Basques s’imposeront 3-1 au retour, notamment grâce à un doublé de l’attaquant mythique du club. Un match de plus pour écrire des nouvelles lignes de l’histoire de l’équipe rojiblanca.

Ses prestations remarquables en Europe auront largement contribué à augmenter son compteur de buts avec l’Athletic. Aujourd’hui, à l’heure des comptes, en 407 matchs officiels chez les Leones, Aritz Aduriz aura propulsé le ballon à 172 reprises au fond des filets. Une statistique qui fait de lui le septième meilleur buteur de l’histoire de la formation bilbaína.

Une de ses victimes favorites restera Ter-Stegen, un des gardiens contre lequel l’attaquant basque a le plus marqué… lui laissant quelques mauvais souvenirs !

Enfin, Aritz Aduriz a également porté à quelques reprises les couleurs de la Roja. C’est en octobre 2010 qu’il honore sa première sélection, face à la Lituanie, dans un match de qualification à l’Euro 2012. Sa première réalisation avec la sélection espagnole interviendra en novembre 2016. Alors âgé de 35 ans, il devient, et est toujours, le joueur le plus âgé à avoir marqué un but pour la Selección. Le joueur qui a crucifié pas moins de 91 gardiens différents dans sa carrière a aussi disputé une douzaine de matchs avec l’Euskal Selekzioa.

20 buts d’Aritz Aduriz avec le maillot de l’Athletic (crédit : Athletic Club)

Vous l’aurez donc compris, en plus d’être un attaquant redouté des défenses, Aritz Aduriz a aussi inscrit son nom dans l’histoire de l’Athletic, faisant de lui une légende. Notons d’ailleurs qu’il est le seul joueur du club à avoir réussi à marquer deux buts ou plus dans cinq compétitions différentes (Liga, Copa, SuperCopa, Champions League et Ligue Europa).

Un rêve inachevé

Jouer la finale de Coupe du Roi, voire même la gagner, était évidemment important aux yeux d’Aduriz. Mais en se retirant maintenant, El Zorro del Athletic manque surtout les adieux du publics de San Mamés en tant que joueur. Un rêve sur lequel, lui et les supporters doivent faire une croix. Puisque oui, brusquement, tout s’est arrêté.

Le 9 août 2019, Aritz Aduriz avait déclaré qu’il prendrait sa retraite, à l’issue de l’actuelle saison. Une semaine après cette annonce, l’avant centre zuri-gorriak venait crucifier le FC Barcelona dans les ultimes minutes de la rencontre, quelques secondes seulement après être entré en jeu sous une ovation de San Mamés. Le match d’ouverture de cette saison 2019/20 semblait déjà annoncer la couleur pour un footballeur qui n’en finissait décidément plus de surprendre.

Un dernier but digne d’une oeuvre d’art qui laissera un souvenir indélébile du joueur.
Finir sa carrière sur une telle réalisation, signe du destin ou pur hasard ? (crédit : LaLiga)

Mais dans l’après-midi du mercredi 20 mai, Aritz Aduriz publie un communiqué annonçant qu’il raccroche les crampons. Une triste nouvelle précipitée par une opération à la hanche et l’implantation d’une prothèse. En effet, victime d’une blessure à cette partie du corps en novembre dernier, et absent jusqu’en février, Aritz Aduriz avait déjà confié qu’il souffrait et que cette lésion resterait peut-être à vie.

Finalement, ce qui pouvait s’imaginer comme une dernière saison exceptionnelle, sous des cérémonies de remerciements chaleureuses, va presque virer au cauchemar du point de vue des supporters. On peut quand même logiquement supposer qu’un hommage lui sera rendu quand les aficionados viendront repeupler les stades.

Mais pour Aduriz, sa retraite n’est rien en comparaison de la crise mondiale actuelle. Lui qui avait récemment déclaré, au début du confinement en Espagne, qu’il fallait apprendre à redonner la juste valeur aux choses et qu’il fallait relativiser sur certains points. Finalement, peut-être que tout cela n’est pas si grave même si, évidemment, il regrette d’être parti de cette façon.

« Il est clair que j’aurais aimé dire adieu au football en gagnant la finale de Coupe du Roi contre la Real Sociedad, mais je n’ai pas regrets. Je ne peux pas me plaindre alors que des gens meurent et sont malades à cause de ce virus. Avec le coronavirus, le football a cessé d’être important. Et c’est normal. »

Aritz Aduriz dans une interview pour SoFoot
Samedi 22 mai, à San Mamés, Aduriz est applaudi par ses coéquipiers avant de répondre aux questions des journalistes dans un stade bien vide (crédit : Athletic Club)

Cette blessure à la hanche n’était peut-être pas anodine. Contraint de s’arrêter plusieurs mois à cause de cette dernière, elle lui a aussi rappelé qu’il était temps de s’arrêter, que son corps avait donné le maximum pour qu’il lutte, qu’il reste au niveau. Mais maintenant, il fallait mettre un terme à tout cela et Aduriz l’a très certainement compris quand il a choisi d’écouter ce que lui disait son corps.

Après tout, il n’avait pas tellement de choix même si la rumeur d’une éventuelle prolongation jusqu’en 2021 se murmurait ces dernières semaines. Aduriz a fait ce choix qui, au fond, est compréhensible malgré la tristesse qu’il a provoqué. Il abandonne à côté de lui toute une équipe, même une famille, des fans, des amis, un stade, des adversaires, une saison qui tenait encore beaucoup de suspens. Il abandonne ce qu’est réellement le football.

Toute la fierté d’un joueur avec l’âme d’un lion quitte le monde du football (crédit : Fandom)

Un véritable exemple, comme le disent certains joueurs, sur le terrain comme en dehors. Toutes ses marques de respect et d’humilité ainsi que son envie permanente de se battre et de mouiller le maillot laisseront de lui un souvenir inoubliable dans les mémoires d’une très grande partie des fans du football espagnol.

Lui qui estime avoir eu la chance d’avoir pu faire ce dont il avait envie, jouer dans son club de cœur, et qui pense que les premiers hommages qui lui ont été rendus sont plus que ce qu’il méritait. Lors de sa conférence de presse d’adieux à San Mamés, on a senti tout le plaisir, tout l’amour qu’il avait eu avec le maillot de l’Athletic, et plus généralement, dans l’ensemble de sa carrière. En remerciant toutes les personnes qui l’ont aidées à en venir à là, en s’excusant auprès des adversaires avec lesquels il n’a pas été toujours correct, Aritz Aduriz se retire mais ne perd pas le sourire, s’estimant déjà chanceux d’avoir pu faire du football son métier.

C’est donc une page, même plus que ça, un chapitre, qui se tourne dans l’histoire de l’Athletic avec le départ d’un tel élément. Combatif et solide, Aritz Aduriz renvoie aujourd’hui une image d’un joueur qui va dans le sens inverse de la grande majorité des attaquants. L’âge aura même été un tremplin dans sa longue carrière. Une carrière composée de moments magnifiques comme difficiles mais dans laquelle il a pris du plaisir. Pour lui, ce n’était ni le succès, ni les trophées et encore moins l’argent qui comptaient. Ses valeurs étaient bien différentes et simples. L’humilité, le respect, la santé, la gratitude et la gaieté de pouvoir faire au quotidien ce qu’il aimait par dessus tout : jouer au football. C’était ça qui l’importait le plus. Le monde du football perd plus qu’un joueur, il perd un homme passionné et ses valeurs qui, aujourd’hui, semblent s’oublier bien trop facilement.

Eskerrik asko Aritz…