Situation de crise à Sevilla, fruit d’erreurs aux coupables multiples depuis des mois

Nous voilà déjà à l’approche de la fin du mois de septembre et le Sevilla FC semble plus que jamais à la peine pour véritablement lancer sa saison. Habituel occupant du top 4 du championnat et régulièrement qualifié en Champions League, les Andalous ne comptabilisent que 5 points en 6 journées et demeurent dans une incertitude importante au cours de cette trêve internationale. Julen Lopetegui est plus que remis en question, mais reste en poste pour le moment, tandis que l’atmosphère extérieure se crispe autour de la direction du club. Si le coach basque vit probablement ces dernières semaines en Andalousie, les responsables d’un début de saison catastrophique, et de ce qui s’annonce comme une campagne difficile, ne semblent pas uniquement se limiter au terrain et à son banc de touche.

Un mercato largement incomplet et questionné, Monchi premier coupable ?

L’été n’a pas manqué de faire couler de l’encre dans les journaux du côté de l’Andalousie où les rumeurs de transferts se sont succédées, et se sont pour beaucoup concrétisées. Alors que le rival, le Betis, a vécu un mercato plutôt calme en conservant la colonne vertébrale de son effectif, le club de Nervión a, pour sa part, tenu à en faire une révision importante.

Ce sont au total un peu plus de 90 millions d’euros qui sont entrés dans les caisses du Sevilla FC durant la fenêtre des transferts qui s’est achevée au début du mois tandis que l’on compte 28 millions d’euros de dépenses. Autrement dit, les Blanquirrojos ont réalisé un important bénéfice de 63 millions d’euros. Un montant non négligeable et qui fait évidemment du bien dans un contexte de crise économique, mais qui ne cache rien d’une réalité sportive bien différente.

Les départs principaux ont évidemment été ceux de Diego Carlos et Jules Koundé, cadors de la défense centrale sévillane jusqu’alors. Ces deux sorties nécessitaient des recrues à la hauteur afin d’être dignement remplacées, d’autant plus lorsque l’on connait l’importance et l’impact que le Brésilien et le Français, en compagnie de Bono, ont eu sur l’ensemble des précédentes saisons. Pour cela, Monchi a souhaité s’attacher les services de Marcão, arrivé au début du mois de juillet en provenance de Turquie, mais aussi de Tanguy Nianzou, connu pour ses passages au PSG et au Bayern. Sur le plan économique, l’opération a tout de réussie : à peine 30 millions de dépenses pour une défense centrale vendue à plus de 80.

Arrivé pour 12 millions d’euros, Marcão devra rapidement faire ses preuves pour relever la défense sévillane… (crédit : Estadio Deportivo)

Problème, Marcão est arrivé dans une condition physique plus que déplorable et n’a d’ailleurs toujours pas disputé la moindre minute de jeu officielle cette saison. Cette absence oblige généralement Lopetegui à composer avec Rekik, critiqué pour ses performances moyennes, ou encore Gudelj, qui n’a aucunement la formation nécessaire pour évoluer dans une charnière centrale. Les chiffres parlent d’ailleurs d’eux mêmes puisque Sevilla a encaissé 11 buts après 6 rencontres, après en avoir seulement concédé 30 lors des 38 journées de l’exercice précédent. Un autre dossier, bouclé en toute fin de mercato, renvoie également la sensation de s’être soldé comme un échec. Alors tout proche d’être transféré à l’Ajax, Lucas Ocampos a finalement rejoint le club néerlandais sous forme d’un simple prêt après que les négociations pour une vente aient été rompues.

Ludwig Augustinsson a quant à lui été envoyé en prêt à Aston Villa, un an seulement après avoir signé pour un peu plus de 5 millions d’euros… A côté de cela, Oussama Idrissi s’est de nouveau vu être cédé, cette fois du côté de Feyenoord. Depuis son arrivée pour 12 millions d’euros, le joueur marocain n’a disputé que 17 rencontres sous le maillot sévillan. Même destin pour Óscar Rodríguez, envoyé en prêt au Celta et qui peine à s’imposer dans les plans de Lopetegui malgré les 13 millions dépensés pour lui à l’été 2020. Rony Lopes a de son côté été cédé à Troyes. Pour le public du Sevilla FC, la gestion des joueurs mentionnés pose évidemment problème et remet en question les compétences de Monchi depuis plusieurs mercatos, avec des investissements économiques conséquents qui s’avèrent de plus en plus décevants.

Après la défaite à Almería, Monchi avait tenté de calmer les ardeurs en allant discuter avec les supporters sévillans ayant fait le déplacement (crédit : Diario de Sevilla)

Le club a toutefois réalisé plusieurs arrivées dans les dernières semaines de mercato. A commencer par Isco, qui a été au centre des attentions dans les jours suivant son arrivée en Andalousie. Alex Telles était aussi arrivé dans le cadre d’un prêt quelques semaines plus tôt dans l’été. Sous la pression de premières journées de Liga désolantes, Monchi s’est activé en voulant renforcer le secteur offensif, véritable inquiétude de l’équipe, en signant Kasper Dolberg sous forme de prêt avec option d’achat et Adnan Januzaj, libre depuis son départ de la Real Sociedad. Le non-recrutement de Raúl de Tomas, désormais au Rayo, qui était largement poussé vers la sortie par l’Espanyol a beaucoup interpellé.

De manière générale, la situation de ce mercato se montre préoccupante à Sevilla. Pour beaucoup, les départs importants ont été mal remplacés et les secteurs défaillants depuis quelques temps n’ont pas été véritablement renforcés, alors que les recrues semblent davantage être des paris que des joueurs de certitude. Les débuts difficiles des joueurs récemment arrivés ne font évidemment que grandir les doutes envers Monchi qui s’était pourtant dit satisfait des opérations réalisées. Celui qui était encore adulé par ses supporters il y a quelques saisons est désormais érigé comme l’un des premiers coupables de la crise que traverse le club…

Un coach trop ridige et des joueurs bien en-dessous des attentes

Comme souvent dans les crises sportives d’un club, les premiers reproches et les menaces vont en direction de l’entraîneur et de son staff. Logiquement, Julen Lopetegui est complètement sous le feu des critiques, dans la presse mais aussi au sein des supporters où, depuis bien longtemps désormais, il ne fait plus du tout l’unanimité. Il faut dire que depuis la brillante saison 2020/2021, peu de choses ont changé sur le plan tactique et le jeu s’en est considérablement appauvri jusqu’à aujourd’hui, où l’incertitude a pris le pas sur tout le reste.

Le moins qui puisse être dit est que le Sevilla FC sort d’une saison 2021/22 particulière. Une première partie d’exercice intéressante symbolisant ce qui était probablement l’apogée de l’ère Lopetegui, malgré quelques failles minimes. Les rencontres face aux gros généralement mal maitrisées par le Basque ont souvent coûté des points précieux, mais n’empêchaient pas l’équipe andalouse de briller dans l’ensemble.

Mais voilà, l’année 2022 entamée, la formation de Lopetegui est méconnaissable et perd les pédales en championnat. Alors qu’il était jusqu’alors assez nettement deuxième, en poursuivant du Real Madrid, Sevilla s’effondre dans les mois suivants, dépassé par un Barça renouvelé avec Xavi et un Atleti qui assure le podium, et peinera jusqu’à la 37e journée pour assurer sa 4e place, qualificative pour la C1. S’ajoute à cela une élimination décevante contre le rival qu’est le Betis en huitièmes de finale de Copa.

Le fiasco de la seconde partie de saison passée n’a évidemment pas échappé aux supporters, qui ont souffert jusqu’à la dernière minute alors que cette campagne avait pris des allures inédites. Le club avait même réalisé l’un des meilleurs débuts de saison de son histoire en championnat. Et pourtant…

Dans ce marasme collectif, la responsabilité de Julen Lopetegui et son staff est indéniable. L’ancien sélectionneur espagnol a manqué d’idées nouvelles pour relancer la dynamique et s’est entêté dans des choix parfois plus que critiquables, en conservant des approches pas toujours comprises et approuvées. Au final, relativement peu de défaites puisque le bloc sévillan a conservé sa solidité défensive, notamment grâce à Koundé, Diego Carlos et Koundé, mais un appauvrissement offensif incontestable a provoqué un grand nombre de matchs nuls, et donc de points perdus. Sur ce début de saison compliqué que connaît le SFC, les problèmes sont similairement les mêmes à la différence que Lopetegui doit composer avec un groupe qui a été amputé de ses meilleurs cadres, mal remplacés, et se retrouve à court de nouvelles solutions tactiques.

La faute revient également à l’effectif qui, dans sa majorité, ne se montre pas au niveau. Des joueurs comme Rafa Mir et En-Nesyri ont disparu des radars, Erik Lamela n’aura jamais vraiment su s’imposer, Suso et Papu Gómez ont déçu, malgré quelques éclairs de génie ponctuels. Rakitic n’est plus celui d’il y a quelques années alors qu’un joueur comme Thomas Delaney peine à entrer dans les plans de Lopetegui en raison de son irrégularité.

L’élimination en Copa face au Betis avait sonné comme un véritable fracas, dans un match rejoué après avoir été interrompu pour cause de jets de projectiles (crédit : 20 Minutos)

Autrement, des footballeurs comme Gudelj ou Rekik n’ont pas la capacité d’apporter un plus suffisant à ce collectif. Seuls quelques éléments comme Acuña, l’éternel mais aussi vieillissant Jesús Navas ou encore les milieux Joan Jordán et Fernando montrent un visage intéressant et ont leur place parmi les meilleurs dans l’équipe, bien qu’ils ne soient pas toujours irréprochables. Un effectif, donc, dans son ensemble préoccupant car il n’affiche pas le rendement attendu… Rare réjouissement dans une zone d’ombre : l’éclosion progressive et prometteuse du jeune latéral, José Ángel Carmona, déjà buteur cette saison et qui gagne en importance dans le dispositif sévillan

Tout n’est bien sûr pas perdu dès septembre, mais la tâche s’annonce complexe, et ce malgré les dernières performances légèrement plus encourageantes dans les résultats. Rappelons que Sevilla n’a décroché qu’un succès en championnat cette saison, celui-ci étant arrivé au bout de 5 journées, contre l’Espanyol (2-3). En Europe, la situation semble pratiquement irréversible après une première lourde défaite contre City et un nul à Copenhague, en attendant le match contre Dortmund et le début de la phase retour…

Pepe Castro et la responsabilité d’un été trop improvisé et mal préparé

Comme largement montré depuis le début de saison, cette équipe du Sevilla se retrouve en grande difficulté sur le terrain et paraît parfois perdue dans ses repères à tel point que la formation victorieuse de l’Europa League 2020 est désormais bien loin. Pourtant, les prémices de la crise actuelle sont observables depuis plusieurs mois, surtout sur le plan sportif.

Mais, la direction, elle, n’a pas bougé et a même largement tenu à maintenir la situation en état. La remise en question incessante de Lopetegui qui, donc, durait déjà depuis plusieurs mois, n’a pas pousser le président du club, Pepe Castro, a renouvelé ses plans en fin de saison passée. Le doute qui a plané dans la presse sur la continuité de l’entraîneur n’en n’était pas vraiment un, mais toujours est-il que l’été est passé et que les choses sont restées telles quelles, au grand désarroi de nombreux aficionados.

Julen Lopetegui, Monchi et Pepe Castro apparaissent inévitablement comme les principaux coupables du moment à Sevilla… (crédit : Estadio Deportivo)

Les résultats de présaison ont été en demi-teinte même si la lourde défaite (6-0) contre Arsenal aura largement rappelé la fragilité de l’équipe andalouse. Une possible substitution de Julen Lopetegui en cours de saison ne serait évidemment en aucun cas idéale, d’autant plus après près de quatre mois sans compétitions officielles qui avaient largement laissé le temps à une préparation pouvant être davantage optimisée.

Enfin, le manque d’implication du président dans le renforcement de l’effectif a aussi ses conséquences. Si Monchi n’a pas réalisé les meilleures opérations et fait les meilleurs choix durant ce mercato, c’est aussi parce que la direction sportive l’en a empêché ou, du moins, a refusé de l’accompagner dans certains dossiers, comme celui de RDT. Cet ensemble a contribué à l’aggravation de la crise touchant tous les étages du club.

Et puis, il faut dire que l’entourage du président et l’atmosphère autour de lui deviennent de plus en plus hostiles, même si ce dernier a récemment déclaré aux micros d’El Chiringuito « ne pas comprendre le sens de la frustration des supporters ». Un président qui semble démuni et qui voit son adversaire principal et ancien président du club, José María del Nido, le mettre constamment sous pression dans ses actes et déclarations, comme après la débacle face à Manchester City. Celui qui est également avocat évoque évasiment un possible retour à la présidence du Sevilla FC, d’autant plus que les actionnaires principaux perdent peu à peu confiance en Pepe Castro.

En bref, c’est avec un effectif largement décevant et mal renforcé que Lopetegui et son staff doivent composer pour relever la tête. Bien que leurs erreurs aient aussi pénalisé le Sevilla à de nombreuses reprises, les mauvais coups de Monchi et la mauvaise préparation de l’exercice en cours ont également leurs répercussions sur ce que connait en ce moment la formation blanquirroja. Une culpabilité commune, fruit de décisions prises dans de mauvaises circonstances et qui conduit aujourd’hui le Sevilla FC vers un avenir proche incertain, d’autant plus avec le niveau affiché pour la course à l’Europe qui rendra la bataille encore plus difficile. Si Julen Lopetegui sait que ses chances de ne pas terminer la saison sont élevées, le reste du club doit rapidement trouver une solution à la crise qui n’est désormais plus seulement sportive et contribue à l’installation d’un climat toujours plus hostile avec les supporters…

Economie : LaLiga face à la concurrence

Les années passent et les étoiles s’en vont. C’est ainsi qu’est souvent vu le championnat espagnol à mesure que les fenêtres estivales se succèdent : les départs de Neymar, puis Cristiano Ronaldo et encore plus récemment Lionel Messi ne font que renforcer ce sentiment. Cependant, la réussite sportive avec les titres européens remportés en C3 par le Sevilla FC et Villarreal ainsi qu’en C1 avec le Real Madrid relèvent un caractère compétitif toujours présent.

Nous allons ici nous intéresser à la situation économique de LaLiga via les différentes activités de ses clubs sur les précédents mercatos, puis nous dresserons un comparatif économique detaillé visant à mettre en relief ses différences avec autres membres du « big five ». Il est important de préciser que les données que nous utilisons proviennent exclusivement de LaLiga elle-même.

Evolution des investissements et ventes, et bilans économiques en Liga

Le graphique ci-dessus nous présente les bilans économiques (achats, ventes, balances) des sept derniers marchés des transferts estivaux.

À l’instar de toute la société, les clubs espagnols ont terriblement souffert de la pandémie, c’est ce qui ressort principalement de cette analyse avec des chiffres en constante hausse avant 2020. Les dépenses avaient plus que doublé sur la période 2016-2019 avec des recettes qui elles aussi ont progressé de la même manière, avant de plonger à partir de l’été 2020 puis de s’effondrer en 2021 une fois les pertes établies. Ce n’est que depuis cette fenêtre estivale que les chiffres semblent repartir à la normale avec des sommes légèrement supérieures à celles du début d’étude. Le marché s’est écroulé à hauteur d’environ 80% sur les deux variables prises en compte entre 2019 et 2021, un trou colossal quand on sait à quel point l’économie du mercato est importante pour les clubs.

L’actuelle reprise peut s’expliquer par deux facteurs évidents. Le premier est à mettre à l’initiative du deal CVC dans le cadre de LaLiga Impulso. Et le second est lié aux deux géants, restés en compagnie de l’Athletic Club en dehors de l’accord, avec tout d’abord le Real Madrid et sa stratégie de sobriété qui lui a permis de maintenir ses comptes à flot puis de pouvoir investir, ainsi que du Barça et ses leviers économiques qui n’ont pas manqué de faire couler beaucoup d’encre. Tout ceci évoluant dans le cadre de la reprise économique globale qui a également été permise par l’assouplissement puis la levée des restrictions sanitaires.

LaLiga et Premier League, rivaux économiques au fonctionnement bien différent

La grande rivale de LaLiga est bien sûr la Premier League et ses contrats astronomiques qui
garantissent à ses clubs une puissance économique sans égale. En marge de cette influence qui en devient même prédative au fil des saisons, on notera que le modèle espagnol est inconstablement plus sain comme le démontre cette statistique comparant les pertes cumulées sur les 5 exercices de 2016/2017 à 2020/2021 entre Espagnols et Anglais avec un taux presque 12 fois supérieur chez ces derniers. Plus choquant encore, les clubs de deuxième division anglaise affichent des pertes nettes plus de 58 fois supérieures à celles de leurs homologues espagnols !

En ce qui concerne les investissements nets réalisés sur les joueurs sur la même période, on constate une différence plus de 3 fois supérieure côté anglais en prenant toujours en compte les deux premières divisions des deux pays. Malgré des pertes nettes profondément inégales, la différence entre les investissements des deux premières divisions n’est même pas doublée en faveur des Anglais, ce qui nous amène au troisième point de ce document : « l’équité ».

Ce troisième indicateur met en lumière la contribution totale des actionnaires dans leurs clubs (grossièrement, « combien le boss remet dans la caisse »). La différence est, là encore, sans appel avec 277M d’euros pour LaLiga Santander contre 2376M d’euros pour la Premier League, soit 8.5 fois plus. LaLiga présente le total le plus bas face à ses voisins anglais, italiens, français et allemands. Cette statistique sert à confirmer que le modèle espagnol est bien plus autosuffisant que celui de ses concurrents, elle démontre aussi que l’outrageuse domination britanique n’est possible que par la présence directe des propriétaires des clubs et non pas de ce qu’ils peuvent générer eux-mêmes. Sujet visiblement moins médiatique que certaines « palancas« …

Un retour progressif à la normale pour le marché espagnol grâce à un contrôle strict


Enfin, toutes ces informations nous permettent de mieux comprendre les bilans des mercatos dans les 5 marchés les plus puissants d’Europe au cours des deux dernières saisons. Alors que l’Espagne affichait le bilan le plus faible en terme de dépenses à l’été 2021, elle est remontée d’une place en 2022, doublant l’Allemagne précédement troisième. Les investissements ont presque doublé et la balance avec les ventes s’est réduite de 18M d’euros en l’espace d’un an. Le contrôle financier très strict en vigueur jouant pour beaucoup dans cette évolution. À titre de comparaison, le football anglais affichait une balance négative de 620M d’euros en plein Covid et a même doublé ce déficit cette saison avec un bilan négatif presque aussi élevé que les seules dépenses des clubs de LaLiga avant la pandémie ! Sans les investissements massifs du FC Barcelone et de son rival madrilène pour Aurélien Tchouaméni, le résultat des autres clubs combinés ressort en positif.

Pour conclure, on peut donc voir que la pandémie n’a pas ébranlé le système de LaLiga malgré les pertes occasionnées. En présentant la plus faible part d’augmentation de capitaux parmi ses clubs, elle confirme que son modèle, souvent ignoré et critiqué, est en réalité le plus « fair-play » parmi ses concurrents.

Mercato – Avec Morlanes et Iborra mais sans Bacca, Villarreal prépare la C1

Avec l’ambition de faire mieux qu’un figurant lors de la prochaine saison en Champions League, le Villarreal CF s’active sur le marché et a déjà débuté les manœuvres sur le mercato. Le club entraîné par Unai Emery veut faire le tri dans l’effectif et construire un groupe compétitif pour atteindre les sommets, comme le prouvent les récentes officialisations effectuées.

Morlanes et Iborra, la continuité de l’aventure

Ce n’est pas un été comme les autres, à l’aube d’une saison historique, qui semble se dresser à Villarreal. Avec une qualification pour la Coupe aux grandes oreilles, le club valencien ne souhaite pas traîner sur le mercato et dans l’aménagement de l’effectif.

Le club a commencé par annoncer ce mercredi la prolongation de contrat de son milieu de terrain, Vicente Iborra. Absent des terrains depuis décembre en raison d’une blessure au genou qui s’était révélée être très sérieuse, le meneur de jeu espagnol a rempilé jusqu’en 2024 avec le sous-marin jaune. L’entité amarilla communique qu’elle a tenu à prendre cette décision, connaissant la qualité et l’importance du joueur arrivé en 2018, et déjà participant à 80 rencontres, également leader dans le vestiaire.

Vincent Iborra rinnova con il Villarreal fino al 2024 -  TuttoCalciomercato24.com
La lésion subie par Vicente Iborra avait notamment contraint le club a signer Etienne Capoue en hiver dernier (crédit : TuttoCalcioMercato24)

Ce même jour, les Groguets ont officialisé le retour de Manu Morlanes, qui venait pourtant de s’engager avec la UD Almería. En effet, le club andalou avait levé l’option d’achat du prêt à la hauteur de 3M€, avant que Villarreal active dans la foulée l’option de rachat de 4M€ pour rapatrier son joueur, laissant ainsi Almería faire un petit bénéfice dans l’opération. Le jeune milieu de terrain a réalisé une saison pleine en Segunda, disputant la grande majorité des rencontres, et sera de retour sur la côte valencienne pour participer à la présaison et probablement entrer dans les futurs plans d’Unai Emery.

Une page se tourne, sans Bacca en attaque

Pour poursuivre ses manœuvres, Villarreal s’est séparé dans la semaine de son attaquant Carlos Bacca. Suscitant de nombreuses rumeurs de départ depuis plusieurs mois, l’attaquant colombien est finalement parvenu à un accord avec le club débouchant sur une rupture de contrat à l’amiable.

El colombiano Carlos Bacca abandona el Villarreal - El Diario NY
Relégué dans la hiérarchie des buteurs, Carlos Bacca quitte Villarreal comme huitième meilleur buteur de l’histoire du club en Primera (crédit : El Diario NY)

Celui qui a inscrit pas moins de 45 buts en 145 matchs quitte le dernier vainqueur de l’Europa League après une belle étape. Au cours de ces quatre saisons, le buteur avait notamment pu devenir « le seul joueur amarillo à avoir réussi à signer trois triplés avec Villarreal« , le dernier datant de mai contre Sevilla, dévoile le communiqué officiel, qui tient par ailleurs à saluer le professionnalisme montré par l’ancien de l’AC Milan. Lié à plusieurs clubs sudaméricains comme Boca Juniors, Carlos Bacca semblerait toutefois, selon les sources du média Antena 2, se rapprocher d’une arrivée à Granada, souhaitant combler le départ de Roberto Soldado pour Levante.

RCD Espanyol : un cataclysme historique difficilement explicable

De la tristesse, de la déception, de la colère, de la frustration sur les visages. Hier soir, une partie de la ville de Barcelone vivait assurément un des moments les plus sombres de son histoire. Battu 1-0 par le Barça dans le derby, l’Espanyol a pris conscience qu’il évoluerait en Segunda lors de la prochaine saison. Une catastrophe historique et qui suscite des interrogations tant sur le plan économique que sportif pour une des équipes les plus importantes du football espagnol.

Après une saison 2018/2019 aboutie, l’Espanyol de Barcelona avait toutes les raisons de croire à un exercice tout aussi réussi. Qualifiés en Europa League, qui pouvait s’attendre à ce que les Pericos réalisent une saison aussi désastreuse ? Longtemps logé dans la zone rouge et même à la dernière place, une relégation semblait de plus en plus inévitable pour le club. Et c’est toujours cette inlassable question qui revient occuper nos pensées : comment ce naufrage a-t-il pu arriver ? Avec une telle qualité d’effectif, il est difficile de l’expliquer et de le comprendre. Ce drame était peut-être inévitable depuis bien longtemps.

Un derby mou et sans envie a condamné l’Espanyol

Cet affrontement catalan était très certainement un des plus attendus, avec également d’énormes enjeux à la clé. D’un côté, un Barça sortant d’un bon match à Villarreal et jouant pour le titre, et de l’autre, l’Espanyol qui occupe la dernière place, espérant son maintien.

https://i.dailymail.co.uk/1s/2020/07/08/23/30549734-8503299-image-a-27_1594245752563.jpg
Véritable désillusion, cette descente devrait amener du changement au sein du club (crédit : Daily Mail)

L’équipe de Rufete s’est montrée peu ambitieuse dans la première période. Cherchant peu à construire en voulant alerter Raúl de Tomás devant, l’Espanyol a néanmoins eu les deux plus grosses occasions de la première période, touchant même le poteau de Ter Stegen.

En seconde période, le verrou a rapidement sauté avec un but de Suárez bien que les deux équipes aient été réduites à dix. Ensuite, l’Espanyol s’est montré frileux et a refusé de se découvrir pour tenter d’égaliser, restant avec une défense à cinq joueurs. Seul RDT (le surnom de Raúl de Tomás, NDLR) semblait se montrer combatif dans une équipe qui semblait endormie et démotivée. Aux cages, Diego López a fait le travail. C’était sans compter sur certains choix étranges de Rufete.

Après le triple coup de sifflet, les visages des joueurs témoignaient bien d’une saison ratée du début à la fin. Même si l’espoir de se maintenir était présent jusqu’à la fin, l’Espanyol semblait être une équipe paralysée par la peur de descendre.

L’incompréhension autour d’un effectif de qualité

Comment expliquer une telle déroute ? L’histoire d’un club important en Espagne, un budget qui se portait bien et des joueurs taillés pour jouer l’Europe, comme c’était le cas cette saison, qui ont finalement dû bagarrer dans le bas de tableau. Incompréhensible, oui. Mais le fait que l’Espanyol joue le maintien, ce qui était imprévisible, n’a t-il pas paralysé psychologiquement le club ?

Il n’y qu’à observer. Adri Embarba, Raúl de Tomás, transfert hivernal crucial sur qui les espoirs du club reposaient, Wu Lei, ou encore Jonathan Calleri en attaque. Un gardien expérimenté à la riche carrière tel que Diego López, un jeune milieu prometteur comme Marc Roca, ou de qualité à l’image de Sergi Darder. Une défense composée d’Espinosa, Calero, Cabrera, et même Javi López. Tout ce beau monde n’a pas pu empêcher la descente du club.

Avec un faible bilan de cinq succès et neuf matchs nuls en 34 matchs pour 21 défaites, l’Espanyol n’a que très rarement touché autant le fond dans son histoire. L’entité catalane vit sa cinquième relégation en seconde division depuis sa création, en 1900.

A la mi-saison, le club était déjà bien mal embarqué en occupant la dernière place, avec seulement quatre unités de retard sur Vigo, 17e. Pourtant sorti leader de son groupe, l’Espanyol a rapidement été contraint d’aligner une équipe remaniée en 16e de finale, pour pouvoir se concentrer sur LaLiga, et s’est logiquement fait éliminer par Wolverhampton.

Crónica del Wolverhampton - RCD Espanyol, 4-0 - Bolsamanía.com
Europa League : Étrillé 4-0 en Angleterre, le club catalan a sauvé l’honneur en s’imposant 3-2 au retour (crédit : Bolsamania)

Avec le remaniement du staff sportif et l’arrivée d’Abelardo, fin décembre, l’Espanyol a entamé une série de résultats corrects et chargés d’espoir. Du début de l’année civile 2020 à l’arrêt des compétitions, début mars, le club n’aura connu que trois revers, se permettant même d’accrocher Sevilla, l’Athletic, l’Atlético et même le Barça. Beaucoup de matchs nuls donc, avec deux succès à la clé. Dans cette période, les cadres du club s’affirment un peu plus et se démarquent. L’Espanyol semble aller mieux.

La longue pause de trois mois a malheureusement cassé cette dynamique plutôt bonne. Au retour du championnat, l’Espanyol bat Alavés deux buts à zéro. Alors que l’on pensait les Blanquiazules partis pour redémarrer fort, ils s’inclineront sur leur six prochaines rencontres, après avoir accroché Getafe (0-0). La victoire contre Alavés était peut-être en trompe l’œil du fait que les Basques aient été réduits à dix dès la vingtaine de minutes, en raison de l’expulsion du gardien Pacheco.

Malgré une dernière tentative de changement d’entraîneur, l’Espanyol échouera à se maintenir en perdant contre des adversaires directs tel que Leganés. La dernière mission des Catalans sera désormais de terminer le plus haut possible dans la zone rouge, et d’éviter la place de lanterne rouge.

LaLiga: Espanyol confirmó su descenso tras caer en el Derbi de ...
Attendu au tournant, RDT n’aura pas pu sauver le club de la relégation (crédit : Récord)

Des changements impuissants sur le banc

Relégable 33 journées sur 34 possibles, il est clair que la situation de l’Espanyol n’a guère évolué au cours de la saison. Même si l’espoir a été présent, jusqu’à il y a encore quelques matchs, les Pericos ont occupé la zone rouge très longtemps. Avec quatre entraîneurs différents dans ce même exercice, ces changements se sont révélés impuissants et n’ont que très peu changé les choses.

Au cours de la saison, le club n’a jamais occupé mieux que la position de premier-non relégable. Un contraste fort après un exercice précédent où les Catalans avaient réalisé leur meilleur classement en Liga depuis quatorze ans, sous les ordres de Rubi.

C’était justement son départ vers le Betis, au début du moins de juin 2019, où il a récemment été limogé, qui a amené David Gallego, occupant alors le poste d’entraîneur de l’équipe B, à prendre les commandes de l’équipe première. Destitué dès la huitième journée de Liga, avec seulement cinq point pris, c’est Pablo Machín qui prendra la relève.

Paciencia agotada en la afición: "Gallego vete ya" – La Contra ...
Le mauvais début de saison de l’Espanyol avec Gallego aura été lourd de conséquence (crédit : La Contra Deportiva)

Sans poste depuis mars 2019 et son limogeage du Sevilla FC, le technicien espagnol signe d’abord un contrat de deux saisons avec l’Espanyol. Les résultats ne changent absolument pas depuis son arrivée en octobre. L’équipe est balayée par l’Athletic (3-0), l’Atlético (3-1), Osasuna (2-4) et ne parvient pas à décrocher la moindre victoire devant son public. De début octobre à fin décembre, l’Espanyol s’amuse en Ligue Europa mais décroche en Liga si bien que Machín sera également renvoyé.

Remplacé par Abelardo avant la fin de l’année 2019, l’Espanyol veut repartir sur de bonnes bases. L’objectif est plus ou moins réussi avec les résultats évoqués un peu plus haut dans l’article. Cependant, voyant que le club s’écroule de nouveau au retour de la pause du coronavirus et stagne en bas de tableau, la direction, critiquée pour sa mauvaise gestion par les supporters, s’impatiente et veut tenter un ultime changement en nommant Rufete, alors directeur sportif, à la tête de l’équipe.

Nommé le 27 juin dernier et confirmé jusqu’à la fin de saison, il compte actuellement un bilan de quatre revers en autant de matchs, dans l’incapacité d’éviter ce qui semblait inévitable depuis un moment. Quatre techniciens en une saison donc mais, au final, pas vraiment de changement majeur. Des nouveautés sur le banc qui auront, en plus de ça, demandé beaucoup d’adaptation aux joueurs alors que le temps pressait.

Abelardo aura réussi à installer une cohésion d’équipe et a stabilisé ce groupe mais l’impatience de la direction et sa gestion moyenne de la crise ont aussi contribué à ce désastre tristement historique.

LaLiga | El quinto descenso del Espanyol, el único antes de acabar ...
Rufete, au centre, en compagnie du président Chen Yansheng, à gauche (crédit : AS)

Le désastre sur le mercato

Durant le mercato estival 2019, l’Espanyol avait enregistré la perte de joueurs importants tels que Borja Iglesias, vers le Betis, ou encore Mario Hermoso vers l’Atlético de Madrid. Avec l’arrivée de Jonathan Calleri, en prêt, et la promotion en équipe première de Víctor Campuzano pour l’attaque ainsi que le prêt de Bernardo Espinosa ou encore le transfert de Fernando Calero en défense centrale, ces deux départs ont-ils été correctement gérés ? Le club réalise aussi quelques bons coups en prenant des joueurs libres, mais qui joueront peu.

Peu dépensier durant la pré-saison donc, l’Espanyol va s’alarmer lors de l’hiver 2020. Recrue la plus chère de l’histoire du club pour 20.5M€, Raúl de Tomás débarque en Catalogne, accompagné d’Embarba sur les ailes. L’objectif est de redynamiser une attaque trop faible et de solidifier une faible défense en signant Leandro Cabrera.

Avec une quarantaine de millions d’euros déboursés sur ce mercato de mi-saison, en comptant l’arrivée d’Oier en gardien numéro deux, l’Espanyol va devoir se réorganiser. Malheureusement, ces transferts effectués pour sauver l’équipe n’auront rien apporté, qualifiés comme des panic-buy. Peut-être que ce mercato n’avait pas été suffisamment travaillé et que la direction avait acheté pour se donner bonne conscience et espérer se sauver.

https://estaticos.sport.es/resources/jpg/9/1/1579543242119.jpg
Arrivé en provenance de Getafe, Leandro Cabrera était voué à renforcer une défense à la dérive (crédit : Sport)

Sur le terrain, ces joueurs auront fait partie des meilleurs certes, profitant aussi de la nomination d’Abelardo sur le banc qui a apporté du neuf, mais leurs performances n’auront pas servi à éviter cette descente en Segunda.

C’est donc une relégation qui sera dure à digérer pour une équipe qui a disputé ses 26 dernières saisons en Primera División. Dans un exercice raté du début à la fin, l’Espanyol aura tenté par tous les moyens de se maintenir dans l’élite mais sans vraiment chercher une certaine stabilité ou cohésion sportive. Les recrues ont été utiles mais trop peu marquantes alors que le changement de coach à plusieurs reprises n’aura fait qu’obliger l’équipe, déjà en dessous psychologiquement, à se réadapter. L’Espanyol devra désormais tenter de revenir rapidement en Primera pour espérer vivre à nouveau des moments plus rayonnants dans son histoire.