Le sous-marin jaune peut-il franchir un cap ?

Après un cru 2019-2020 de belle facture conclu à la cinquième place, le Villarreal CF ne compte pas rester sur une belle saison sans lendemain et a peut-être réalisé le mercato le plus sexy d’Espagne. Reste à matérialiser le tout sur le terrain, sous la houlette d’un revenant en Liga, Unai Emery.

Le mercato ambitieux de Villarreal

Dès les premiers jours du mercato, le club castillan annonçait la couleur en s’emparant non pas d’un mais des deux milieux centraux titulaires du grand rival, le Valencia CF. Placés (inexplicablement) sur le marché des transferts par le club dirigé par Peter Lim, Francis Coquelin et surtout Dani Parejo, illustre capitaine des Blanquinegros, étaient débarqués sans la moindre reconnaissance et à prix modique, pour à peine plus de 10 millions. Une affaire que ne va pas rater Villarreal.

Fichajes Villarreal: Parejo: "El Villarreal es un grande de España, el  mejor sitio en el que podía estar" | Marca.com
Piquer le capitaine de l’équipe rivale, c’est quand même un coup de maître (crédit : Marca)

Ce double coup n’était que le début d’un excellent mercato puisque le club est ensuite parvenu à obtenir le prêt de Takefusa Kubo, la jeune promesse nippone du Real Madrid auteure d’une saison remarquable à Mallorca l’an passé.

Au rayon des pépites, c’est aussi Pervis Estupiñán qui a rallié le dernier cinquième de Liga, pour une indemnité record de 15 millions, plus gros transfert de l’histoire du club, un investissement justifié pour le latéral gauche équatorien prêté par Watford à Osasuna l’an passé et qui était l’une des révélations de l’exercice 2019-2020 en Liga (1 but et 6 passes décisives). Un transfert à l’origine effectué pour pallier la grave blessure au genou d’Alberto Moreno mais qui pourrait offrir davantage qu’une solution de remplacement.

Parmi les autres recrues, Gerónimo Rulli arrive pour officier en tant que doublure d’Asenjo après son expérience à Montpellier, le jeune Haïssem Hassan arrive de Châteauroux pour 2 millions et enfin, le club devrait boucler son mercato avec l’arrivée de Juan Foyth en prêt, avec une option d’achat fixée à 15 millions.

Le capitaine Emery à la manœuvre

Ce recrutement se termine enfin par l’intronisation d’Unai Emery, premier entraîneur à avoir remporté l’Europa League trois fois d’affilée, avec le Sevilla FC. Après ses échecs relatifs au PSG, dans un milieu qu’il n’aura jamais réussi à maîtriser, et à Arsenal où la relève d’Arsène Wenger était particulièrement compliquée à assumer, le tacticien espagnol revient sur le devant de la scène.

Un retour dans une pièce taillée pour lui, à la houlette d’un outsider de Liga qualifié en C3. En tant qu’apôtre de la récupération rapide par le pressing et de la possession de balle, Emery part déjà bien armé en récupérant le duo de Murciélagos, Parejo-Coquelin, le premier apportant son expérience, son leadership et sa vista. Des manieurs de ballon auxquels on peut ajouter Moi Gómez, Manu Trigueros ou encore Samu Chukwueze, de quoi permettre à l’entraîneur basque de mettre en place son idéal de jeu basé sur la possession tout en ayant plusieurs cordes à son arc.

Un duo d’attaque déjà en grande forme

Toutes ces arrivées viennent en outre renforcer un terreau d’origine déjà intéressant pour les Castillans. A commencer par un duo d’attaque redoutable, la paire Gerard Moreno-Paco Alcácer.

La victoire contre Alavés (3-1, lors de la quatrième journée, NDLR) reflète bien les qualités de cette association, avec un premier but signé Alcácer, tout en finesse et preuve de la confiance actuelle du joueur, qui en est à 3 buts marqués en 4 matchs, tout comme son compère Gerard Moreno. Sur le troisième pion inscrit, ce sont les deux attaquants qui prennent la profondeur sur la passe en profondeur de Moi Gómez, provoquant une véritable pression sur les défenseurs. Ce schéma, dans lequel le premier attaquant, par son déplacement, libère des espaces pour le second attaquant qui s’y engouffre, symbolise le principe de jeu d’Emery, qu’importe si cela doit passer par du jeu court ou des passes en profondeur (comme ici).

La superbe passe en profondeur de Moi Gómez et le déplacement des attaquants contre Alavés (Crédit : Liga Santander)

Avec deux offensifs de cette qualité technique et aussi adroits à la finition, Villarreal peut se targuer de disposer de l’une des meilleures attaques de Liga. Il suffit de revoir le bijou inscrit par Moreno contre Eibar, qui élimine toute la défense sur un dribble similaire à celui réalisé par Robson-Kanu face à la Belgique lors de l’Euro 2016.

En outre, ces deux joueurs représentent pour chacun la promesse d’une vingtaine de buts minimum en championnat, Gerard Moreno ayant terminé troisième meilleur buteur de Liga l’an passé (18 buts en championnat) quand Paco Alcácer, malgré des saisons tronquées par les blessures et autres transferts, gravite régulièrement autour des dix buts en championnat chaque saison. Un atout non-négligeable pour permettre à Villarreal de draguer les places européennes.

La parole est à la défense

Si le portrait global de Villarreal est plutôt laudatif sur ces premiers matchs, il reste malgré tout un gros point noir qu’Unai Emery va devoir corriger, à savoir la défense. C’est simple, les Castillans ont encaissé au moins un but à chaque journée. Et si l’on y inclut les matchs de préparation, il n’y a eu qu’un clean-sheet pour le sous-marin jaune en neuf matchs. Une faille particulièrement évidente lorsque Villarreal affronte des équipes prônant le jeu offensif, comme face à Huesca en ouverture (1-1), un match que le promu aurait pu remporter.

L’addition salée face au Barça n’est pas forcément problématique (4-0) puisque le club culé possède une force de frappe offensive très difficile à contenir, mais le positionnement statique des joueurs sur les buts d’Ansu Fati peut inquiéter.

Why Villarreal needs a center back worse than anything else - Villarreal USA
Albiol et Pau Torres, l’expérience et la jeunesse de la charnière du sous marin jaune (crédit : Villarreal USA)

Et les deux tauliers de la défense que sont Pau Torres et Sergio Asenjo ont déjà commis deux grosses erreurs individuelles coûtant un but, loin de leurs standards habituels (surtout pour le premier, néo-international espagnol et particulièrement en vue lors du rassemblement début septembre). Dans ce contexte, l’arrivée de Juan Foyth en prêt pourrait apporter une concurrence intéressante à un secteur qui a toujours fait la fierté de Villarreal lors de la dernière décennie (Godín, Musacchio, Bailly).

A l’aube d’un automne bien rempli par l’Europa League (et les déplacements copieux qui s’annoncent dans celle-ci), il faudra donc faire des paris dans le jeu et dans les compositions. On le sait, Unai Emery affectionne particulièrement la C3, ce qui devrait donner beaucoup d’objectifs à l’équipe cette saison. L’objectif sera de déterminer si Villarreal peut oui ou non franchir un cap cette saison, au-delà de sa cinquième place de l’an passé.

« Le fait d’aller loin dans les Coupes d’Europe, de jouer une demi-finale de Ligue des Champions ou trois demi-finales de Ligue Europa. Le chemin est magnifique même s’il n’y a rien au bout. Le chemin, c’est le rêve. Avoir des gens qui s’identifient au club. Avoir des joueurs qui travaillent dur et qui se sentent fiers de faire partie de ce projet »

Les rêves sont libres, comme l’a déclaré Emery lors de sa présentation.

Villarreal va en tout cas se donner tous les moyens pour surprendre, et il ne faudra pas rater ça.

Bilan de saison 2019/20 – Villarreal CF

Oublier les fantômes de l’année dernière et retourner en Europe. C’était la mission du sous-marin jaune. Objectif atteint après une saison passée dans le doute et l’optimisme et qui s’est terminé sur une cinquième place.. L’équipe de Calleja, portée par un Gerard Moreno titanesque et un Santi Cazorla de la grande époque a saisi l’opportunité que lui ont offerte ses adversaires directs pour s’installer dans la zone noble du classement au moment décisif.

Malgré la rupture de son contrat au lendemain de la dernière journée, Javier Calleja peut se féliciter de son bilan. Rappelé à la rescousse le 29 janvier 2019, un mois après son limogeage, pour sauver une équipe de Villarreal qui filait tout droit en deuxième division, le Madrilène a remonté la pente avec un maintien obtenu à la pénultième journée après une élimination douloureuse en quarts de finale de la Ligue Europa contre Valencia. Cette saison, l’aventure n’a pas été facile, mais il a pu compter sur un groupe déterminé à redonner le sourire à la Cerámica et sur un Gerard Moreno qui devait confirmer son transfert au club de La Plana après une première saison complètement décevante. 

La recette de Calleja

Le vent de l’Europe souffle de nouveau à La Plana. L’aventure n’aura pas duré encore longtemps, mais Javi Calleja a une nouvelle fois rempli l’objectif sportif du Villarreal CF. Il était resté sur une cinquième place en 2017/2018 avant d’être remercié en décembre 2018 et rappelé cinquante jours plus tard. Il a de nouveau sorti la recette pour remettre les Amarillos sur la carte de l’Europe. Un Villarreal plus efficace et plus sûr de lui a terminé sa campagne en éliminant tous les maux qui lui ont été attribués avant la pandémie du Covid-19. Une équipe sensationnelle en attaque, mais parfois fébrile en défense a profité de la chute libre du Valencia CF, de la Real Sociedad et de Getafe pour se hisser dans le top 5 de LaLiga. 

Avec quasiment la même équipe que la saison dernière (le départ majeur fut Pablo Fornals, vendu à West Ham, NDLR), le technicien madrilène n’a pas renoncé à son 4-4-2 qui parfois se transformait en 4-1-4-1. Il a trouvé la clé au milieu qu’il a musclé avec Frank Zambo Anguissa, une belle révélation cette saison. À côté de l’ancien Marseillais, la puissance de Vicente Iborra, bien complétée par Manu Trigueros et tardivement par Bruno Soriano ainsi que l’apport de Manu Morlanes ont libéré la créativité et la classe de Santi Cazorla.  

Santi Cazorla ovationné par ses coéquipiers après deux saisons passées à Villarreal.
Santi Cazorla est revenu dans le club de ses débuts après plusieurs opérations subies pendant deux ans, l’aventure se termine dans la joie. (Crédit : Sud Info Belgique)

De retour chez les groguets l’année dernière, l’Asturien a retrouvé une seconde jeunesse avec onze but marqués et neuf assists cette saison. L’explosivité de Samu Chukwueze a ébloui, le travail de Moi Gómez et les coups d’éclat de Javi Ontiveros faisaient chaud au cœur. De quoi régaler Gerard Moreno qui a été le protagoniste principal de la saison du sous-marin jaune.

En effet, la force de Villarreal cette saison a été sa faculté à se projeter vers l’avant. Rien d’étonnant chez Calleja, qui nous avait déjà montré cette facette de sa philosophie de jeu lors de son passage sur le banc castellón. Avec des flèches comme Chukwueze, l’apport des latéraux, Rubén Peña, Xavier Quintilla, Alberto Moreno ou encore Mario Gaspar, la vision de jeu de Cazorla et l’efficacité de Moreno, l’équipe a terminé troisième attaque de LaLiga derrière le Barça et le Real Madrid avec 63 buts marqués.

Javi Calleja a encore mené Villarreal vers l'Europe.
En parlant de retour réussi, en voilà un autre. Celui de Javi Calleja, qui a sauvé le club jaune de la descente la saison et qui l’a ramené en Europe un an plus tard. (Crédit : En 24 News)

Toujours dans ce style offensif lié à la prudence démontrée par la présence d’un double pivot dans l’entrejeu, Villarreal, toujours derrière les deux intouchables, a été  la troisième équipe qui a réalisé le plus de tirs par match en moyenne (13 à égalité avec le club blaugrana, NDLR), malgré une possession moyenne (52,6%) inférieure à celle du Real Betis ou du Sevilla FC par exemple. De quoi justifier cette sixième qualification européenne depuis son retour dans l’élite en 2013.

Une saison marathon

On ne le répète jamais assez, mais le confinement a métamorphosé des équipes. S’il y en a certains qui ont suivi une mauvaise voie, d’autres en ont profité pour se clarifier les idées. Villarreal fait partie de la seconde catégorie. Une cure de jouvence radicale, qui a fait de l’équipe castellón l’une des révélations de la période post-covid.

Un travail physique suivi d’une gestion optimale de l’effectif lui a permis de s’installer dans les places européennes après avoir pris 16 points sur 18 possibles lors des six premiers matchs de ce mini championnat express. Une série stoppée par le Barça (1-4), mais qui n’aura pas eu de conséquences négatives sur l’objectif principal. Villarreal s’était déjà installé à la 5e place trois jours plus tôt après son triomphe au Benito Villamarin (0-2, journée 33) et ne le quitta plus jusqu’à l’épilogue de LaLiga.

Le match aller entre les deux formations a été le plus abouti de la saison des Amarillos avec une victoire 5-1. le retour n’aura été qu’une formalité dans l’enceinte verdiblanca. (Crédit : Bein Sport)

Toutefois, avant de réaliser un tel exploit, les Amarillos ont connu une instabilité au niveau du classement. Englués dans le ventre mou jusqu’au confinement et soutenu par son attaque de feu, Villarreal a rapidement surmonté son début de saison sur la pointe des pieds. Un premier succès obtenu lors de la 4e journée à Butarque (0-3) après deux nuls spectaculaires contre Granada (4-4) et le Real Madrid (2-2) et une défaite amère à Levante (2-1).

À LIRE AUSSI : Le bilan de la saison 2019/20 du Sevilla FC

La suite a été marquée par des hauts et des bas comme cette série noire de six matchs sans succès entre fin octobre et début décembre. Si l’attaque faisait le travail, parce que rares ont été les matchs dans lesquelles l’équipe n’a pas trouvé les buts (trois seulement Liga et Copa confondues, NDLR), la défense elle semblait moins sûre et moins efficace. Un fait que l’entraîneur a bien reconnu après le revers à domicile contre le Celta, le 24 novembre dernier.

« Je suis préoccupé par le nombre de buts que nous concédons, mais l’équipe ne baisse pas la tête. Nous pouvons y remédier et nous sommes tous conscients qu’il nous reste encore du travail pour réaliser notre objectif […] Cela fait déjà quatre matchs sans victoire et ça commence à peser, mais le rêve de cette équipe ne s’arrête pas ».

Entre optimisme et inquiétude, Calleja n’a pas baissé les bras même si les errances défensives ont été le point faible de son équipe (Source : El Intra Sports)
Espoir du football espagnol, Pau Torres a réalisé une saison encourageante à côté de l'expérimenté Raúl Albiol
À 23 ans, Pau Torres s’est installé comme titulaire dans la défense de Villarreal cette saison. Le jeune joueur attise les convoitises, notamment le Barça. (Crédit : Tribuna)

Évidemment, l’espoir ne s’est jamais envolé et la reprise après la crise sanitaire nous a dévoilé un Villarreal plus hermétique avec l’amélioration des performances du duo central. L’expérimenté Raúl Albiol, de retour en Liga à 34 ans et à ses côtés, le jeune Pau Torres, 23 ans qui s’est révélé avoir le coffre pour être l’un des futurs meilleurs défenseurs d’Espagne. Rapide dans ses interventions et élégant dans les sorties de balle, il a fait la paire avec le vétéran Albiol au détriment de Ramiro Funes Mori, pris en grippe par la Ceramica et qu’on aura peu vu cette saison.

« Pichichi » Moreno

Bien sûr, le meilleur buteur de LaLiga est Lionel Messi suivi de Karim Benzema, mais il ne faut pas oublier la saison remarquable du pichichi espagnol qui n’est autre que Gerard Moreno. Avec ses 18 buts, il a été l’un des artisans majeurs de la réussite des jaunes.

En plus d’avoir remporté le trophée Zarra, Moreno a réalisé cinq passes décisives et quarante-quatre passes clé (Twitter : @LigActu)

Gerard Moreno, une recrue qui semblait vouée à l’échec après sa saison fantomatique l’année dernière dans une équipe agonisante. Recruté en 2018 pour 20 millions d’euros (le transfert le plus cher du club avant l’arrivée de Paco Alcácer cet hiver, NDLR), l’ancien perico avait du mal à répéter les performances réalisées sous les couleurs de l’Espanyol. 

Sa mauvaise première année l’avait relégué sur le banc, mais cette saison il s’est imposé titulaire indiscutable dans le onze de Calleja devant Carlos Bacca et Karl Toko Ekambi. Le Colombien a réalisé une saison compliquée, deux buts seulement en dix-neuf matchs et le Camerounais, lui a fini la saison en Ligue 1 à l’Olympique Lyonnais après avoir marqué six buts en dix-huit apparitions sous le maillot jaune.

La saison de Villarreal ne serait pas couronnée de succès sans son goleador Gerard Moreno
Buteur et passeur décisif pour Alcácer, Gerard Moreno et son coéquipier ont douché Valence lors de la 32e journée (Crédit : LaLiga)

Le Catalan a été décisif tout au long de la saison, notamment lors de son doublé contre Leganés qui allait donner à Villarreal sa première victoire de la saison et terminer une série de quatre matchs avec au moins un but marqué. Sa complicité avec Paco Alcácer, de retour en Espagne en janvier après avoir traversé la Bundesliga a été aussi l’élément-clé dans la qualification en Ligue Europa après le confinement. Sept réalisations pour le Catalan et deux pour le Valencien sur les vingt des groguets

S’ajoutent à cela ses deux buts en Copa del Rey qui ont permis d’éviter le piège d’Orihuela (1-2 après prolongation) lors du deuxième tour. Une compétition dans laquelle, Villarreal ne passera pas les quarts de finale après avoir été surpris par Mirandés à Anduva (4-2). 

Villarreal a prouvé que la saison 2018/2019 était un faux pas. Le président Fernando Roig, lors de la dernière assemblée générale des actionnaires avait maintenu « qu’avec un budget de 120 millions d’euros, il est important d’être Europe ». Une nécessité que Javi Calleja et son groupe ont comprise et qui récompense cet entraîneur qui ne poursuivra pas l’aventure de même que Santi Cazorla, qui devrait rejoindre le Qatar, et Bruno Soriano, qui raccroche les crampons après une longue blessure qui a l’a tenu loin des terrains pendant trois ans. L’avenir de la saison prochaine est maintenant entre les mains d’Unai Emery, qui a la tâche de perpétuer cet héritage européen que lui ont laissé ses prédécesseurs, Calleja, Marcelino ou encore Manuel Pellegrini.

Huis clos jusqu’en 2021, reprise de LaLiga, décisions de l’UEFA : point sur la situation du foot espagnol

Le football espagnol, comme ailleurs, vit ses heures les plus sombres depuis un long moment. Alors que la tendance semble pencher pour un retour du public dans les stades pas avant 2021, LaLiga devrait reprendre prochainement. L’hypothèse de décaler la finale de Copa del Rey de plusieurs mois semble tout proche de devenir réalité et l’UEFA, attendue au tournant pour gérer les qualifications en Europe de la saison prochaine, a donné quelques explications de son côté. Point sur la situation du football en Espagne qui ne présage rien (ou très peu) de positif…

Plus de public dans les stades jusqu’en 2021 ?

C’est la nouvelle qui fait trembler l’Espagne. Bien qu’elle nous paraisse surréaliste, la mesure visant à interdire les spectateurs dans les stades jusqu’à janvier 2021 semble être sur le point d’être officialisée. Javier Tebas a informé les clubs qu’il y a de très fortes chances qu’ils jouent à huis clos le restant de l’année… C’est sous ordre du gouvernement espagnol que cette consigne a été transmise.

L’exécutif de Pedro Sánchez (Président du gouvernement d’Espagne, NDLR) a donné la consigne suivante aux instances du football espagnol : pas de retour des supporters dans les stades avant qu’un vaccin contre le coronavirus ait été trouvé. Et plus généralement, pas de grand rassemblement sans ce vaccin. La date provisoirement fixée serait donc un retour à la normale début 2021. Mais tout dépendra du temps que les scientifiques nécessiteront pour mettre au point un remède et des mesures qui seront mises en place dans le futur par l’Etat espagnol. Sur le territoire ibérique, le nombre de morts quotidien semble diminuer, mais sanitairement la situation n’est toujours pas au mieux alors que l’état d’alerte a récemment été prolongé jusqu’au 9 mai.

https://estaticos.elperiodico.com/resources/jpg/6/7/valencia-atalanta-disputado-puerta-cerrada-marzo-mestalla-antes-que-suspendiera-champions-1584298299776.jpg
Mestalla, un soir de Champions League… à huis clos lors de la confrontation entre Valencia et l’Atalanta (crédit : EL PERIÓDICO)

Par la même occasion, le président de LaLiga parle d’une « économie de guerre ». Ce dernier conseille aux clubs, de Primera et Segunda, de privilégier les joueurs du centre de formation et les prêts plutôt que les transferts assez coûteux. Précisons d’ailleurs que si la saison se boucle à huis clos, Tebas a estimé les pertes économiques à 350 millions d’euros. Pour certaines équipes, cette période sera difficile à vivre économiquement alors qu’une grande majorité a déjà baissé les salaires de ses joueurs et employés. Les clubs travaillent déjà à réajuster les budgets et à rembourser les abonnés.

LaLiga de retour fin mai ?

C’est le souhait de Javier Tebas : reprendre le championnat le dernier week-end de mai ou bien le premier week-end de juin. Ces dates, qui paraissaient trop prématurées il y a encore un moment, semblent aujourd’hui être correctes et réalisables grâce au huis clos qui sera instauré. Sans public, il est possible de voir la compétition reprendre malgré les avis divergents des joueurs.

Certains estiment qu’il est trop tôt pour reprendre ou que les conditions sanitaires de qualité ne sont pas garanties. D’autres pensent l’inverse et que tout se passera bien si le protocole de LaLiga est appliqué à la lettre. A Villarreal, Gerard Moreno et Pau Torres, coéquipiers, ont tous les deux parlé dans la presse quant à cette reprise avec chacun un avis opposé à l’autre. C’est pour dire comment la nouvelle fait débat.

LaLiga Santander 2019 - 20: Una alerta "desesperada" de Valladolid ...
Javier Tebas a déclaré à maintes reprises que le championnat allait se terminer (crédit : Marca)

Afin que cette reprise arrive aux dates prévues de Tebas, les joueurs, membres du staff et employés de tous les clubs de Primera et Segunda passeront des tests au coronavirus dès le mardi 28 avril et dans les jours suivants. LaLiga a remis la responsabilité de ces tests à un laboratoire privé de qualité qui approvisionne les grandes entreprises de santé. Néanmoins, c’est le gouvernement qui donnera, aux institutions, le feu vert définitif autorisant un retour de la compétition en fonction de l’évolution de la pandémie.

La finale de Copa reportée à l’année prochaine ?

Au centre des attentions au Pays Basque, la finale de Copa suscite également beaucoup d’interrogations. Luis Rubiales l’a répété et le répète encore : il veut jouer cette finale avec du public. Evidemment, une décision en influence une autre. Et si les huis clos sont maintenus jusqu’à 2021, alors cette finale de Copa devrait logiquement suivre la même voie, du moins, si la décision de Rubiales et des deux clubs (la Real Sociedad et l’Athletic, NDLR) reste la même.

Dans la semaine, on a appris que la finale de l’édition 2020 pourrait se jouer jusqu’à une semaine avant… la finale de l’édition 2021 ! Une proposition à l’honneur des clubs mais qui pose une certaine question. Qui dit 2021, dit nouvelle saison, la finale serait donc jouer avec des effectifs différents ? Un point important qui sera à méditer puisqu’il y aurait la possibilité d’avoir une finale avec deux équipes très différentes l’une de l’autre, encore plus que lors de la saison actuelle.

Final Copa del Rey 2020Así se vivió la final de la Copa del Rey en ...
A défaut de s’être jouée sur le terrain, la finale de Copa s’est « jouée » sur les balcons ! A Bilbao et Saint Sebastien, les supporters de l’Athletic et de la Real ont décoré leur balcon aux couleurs de leur club (crédit : Marca)

Cet affrontement basque historique est notamment associé à deux joueurs importants qui doivent en théorie quitter leur club à la fin de saison. Martin Ødegaard, prêté par le Real, réalise une saison sensationnelle sous les ordres de Imanol Alguacil et est l’un des auteurs de la très bonne saison de la Real Sociedad. En face, c’est Aritz Aduriz. Le vétéran de 39 ans, adulé à San Mamés, est censé se retirer à l’issue de cette saison. Mais pour les supporters Leones, ne pas pouvoir lui rendre d’hommage ni le voir jouer la finale de Copa est inenvisageable alors que l’hypothèse d’une ultime prolongation se murmure discrètement

En somme, ne pas voir jouer ces deux joueurs, piliers dans leur club, parait inimaginable et pourtant… l’avenir n’inspire rien de bon. Il faudra, en plus de cela, ajouter les possibles transferts qui pourront avoir lieu cet été. Les fins de contrat des milieux de l’Athletic, Beñat et San José, sont aussi une contrainte. Dossier énigmatique à suivre.

L’UEFA clarifie la question des Coupes d’Europe

C’était aussi une grande inconnue. Comment gérer les qualifications en Coupe d’Europe si la saison ne se termine pas ? Plusieurs hypothèses ont été émises : prendre l’indice UEFA, le classement actuel, le classement à la mi-saison ou encore les qualifiés de la saison précédente. Ces cas de figures ont tous leurs avantages et leurs inconvénients. Mais l’UEFA a donné quelques pistes à l’issue de sa réunion cet après-midi…

http://www.leparisien.fr/resizer/vujZAKMvXFIkXWwtfIvYvjioUR4=/932x582/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/KYMRSWW57CAQFO34ZCU67QSVD4.jpg
Tout comme les championnats nationaux, la gestion des Coupes d’Europe est un véritable casse tête… (crédit : Le Parisien)

L’institution européenne a déclaré que les qualifications pour la Ligue des Champions et la Ligue Europe se feraient « en fonction du mérite sportif des compétitions nationales 19/20 ». En bref, cela en reviendrait à dire en fonction du classement. Le « mérite sportif » sera propre à chaque Fédération qui pourra décider de comment attribuer les places continentales.

Par exemple, en Espagne, il est évoqué la possibilité de prendre les six premiers du classement général et d’envoyer le finaliste de Coupe du Roi en C3, comme Rubiales l’a suggéré. Une décision à la guise de chaque fédération européenne donc. Cependant, l’UEFA se garde quand même un droit de veto pour refuser ou autorises un club dans trois cas de figure :

• S’il y a un sentiment d’injustice après la qualification d’un club.
• Si les clubs ont été sélectionnés selon une procédure qui n’était pas « objective, transparente et non discriminatoire« . Et donc pas selon le mérite sportif.
• Si les compétitions n’ont pas été interrompues pour des raisons valables aux yeux de l’UEFA. Comme, par exemple, arrêter un championnat sans que le gouvernement ne l’ait ordonné, etc…

Pour faire simple, l’UEFA a laissé une certaine liberté aux différentes ligues en les autorisant à choisir comment elles attribueraient leurs places européennes mais garde quand même la possibilité de faire barrage si nécessaire. A part reprendre les qualifiés de l’exercice précédent ou se baser sur l’indice UEFA, aucune possibilité n’est réellement écartée.

Ligue des champions 2019-2020 : Lille dans le groupe H avec ...
Selon vous, quelle est la décision la plus logique à prendre ? (crédit : La Voix du Nord)

Et pour ce qui concerne l’édition de la saison en cours, les directives officielles n’ont pas encore été communiquées. Plusieurs moyens pour finir la compétition sont également évoqués à l’UEFA. Mais selon les médias, l’option la plus probable serait de disputer des matchs durant tout le mois d’août, avec des championnats qui se termineraient au plus tard le 31 juillet.


Vous l’aurez donc compris, la situation reste extrêmement floue en ce qui concerne le football espagnol. Chaque jour, nous en apprenons un peu plus sur le futur de la saison mais les informations, parfois, arrivent avec beaucoup de contradictions ou d’hypothèses différentes. Les Espagnols devront attendre pour retrouver l’âme chaleureuse et conviviale des stades lors des matchs de championnat ou encore pour savoir qui sera le vainqueur de la Copa del Rey. Des incertitudes à tous les étages qui font avancer un navire à la dérive dans le brouillard…