Présaison 21/22 – L’heure de la rentrée a sonné !

Peu à peu, le football retrouve son mode de vie typique. Après le retour en quantité du public observé pendant l’Euro, les clubs devraient en cet été 2021 bénéficier d’une présaison bien plus complète et efficace que celle de l’an dernier, tronquée par la pandémie et reportée en raison de la conclusion tardive des championnats durant l’été. Dans cette première semaine de juillet, beaucoup de clubs sont sur le chemin du retour. Bilan des programmes prévus des différents clubs de Liga pour préparer la nouvelle saison 2021/22.

En raison des différentes annonces officielles et de la crise sanitaire, les dates et rencontres citées dans cet article sont susceptibles de varier à tout moment.

5 juillet, date clé et synonyme de reprise

Nombreux sont les clubs qui ont officiellement confirmé leur retour au travail dès les premiers jours du mois de juillet. La date du lundi 5 juillet comme début officiel de la présaison 2021/2022 coïncide notamment dans la grande majorité des équipes : Deportivo Alavés, Athletic Club, Betis, Celta, Elche, Getafe, Granada, Osasuna, Real Madrid. Les deux promus directs, l’Espanyol et Mallorca, reprendront également leur vie de groupe à partir de cette date. Les clubs débuteront d’abord par une phase de tests médicaux avant de revenir sur les terrains pour reprendre les entraînements, et disputer plusieurs rencontres amicales.

Concernant les autres clubs du championnat qui ne reprendront pas à la date précédemment citée, leur rentrée s’opérera dans les jours suivants. Les clubs andalous de Sevilla et Cádiz reviendront le 6 juillet, suivis de Levante, Villarreal et l’Atlético le 7 juillet. Enfin, la Real Sociedad et Villarreal débuteront leur présaison le 8 juillet quand le Barça réapparaitra les 9 et 10 du même mois. Seul le Rayo Vallecano, promu à la fin juin à l’issue des play-off de Segunda, n’a annoncé aucune date de retour officielle pour le moment même si la date du 12 juillet a été annoncée dans les médias.

Amicaux et stages à l’étranger de retour

Le Betis sera probablement un des clubs les plus actifs de l’été en Liga, en réalisant un stage de 10 jours en Suisse du 7 au 17 juillet avant de se rendre en Angleterre entre le 26 et le 31, puis finira sa présaison en Andalousie, du côté de Marbella. Winterthur, Wolverhampton et Derby County seront les adversaires du club verdiblanco. Marbella qui sera d’ailleurs le point de réception d’autres clubs comme le Celta (du 11 au 25 juillet, amical contre Wolverhampton), l’Espanyol (du 19 au 30 juillet, amicaux contre Nástic et Las Palmas), ou encore Granada (26 juillet au 2 août). La formation reprise par Robert Moreno a notamment rendez-vous avec Bournemouth et Málaga en match amical.

L’Athletic Club de Marcelino effectuera quant à lui un stage en Suisse du 16 au 24 juillet avec des amicaux prévus contre des adversaires de gala : St Gallen, Dinamo Kiev, Borussia Dortmund et Union Berlin. Le dernier vainqueur de l’Europa League, Villarreal, se devra de préparer le match de SuperCoupe d’Europe contre Chelsea, le 11 août. Pour cela, le sous-marin jaune a prévu d’affronter Valencia (16 juillet) et le Budapest Honvéd (24 juillet), en plus du Barça (4 août).

Présaison espagnole pour une majorité de clubs

De retour sur les terres hispaniques, la communauté valencienne n’accueillera pas seulement des touristes durant l’été. En effet, Sevilla réalisera un stage à Alicante en juillet, avant de s’envoler vers le Portugal, avec un amical prévu contre Aston Villa, tandis que Valencia restera en province, à Oliva, du 12 au 17 juillet. L’équipe dirigée par Bordalás doit se mesurer à Villarreal, l’Atromitos d’Athènes, Cartagena, Zaragoza et Levante tout au long du mois précédant la reprise du championnat.

Mallorca s’entraînera pendant quelques jours sur la côte de Benidorm, en défiant Ibiza, le Stade Brestois et Cartagena, quand Getafe et Alavés seront en stage à La Manga. La formation madrilène a notamment prévu d’affronter le Stade Rennais, Ibiza et Besiktas, entre autres, tandis que le Deportivo Alavés se mesurera à la Real Sociedad et Elche durant la dernière semaine de juillet. Le club glorioso a aussi planifié des rencontres face à Logroñés (14 juillet), Amorebieta (17 juillet), Mirandés (28 juillet) et Al-Nasr (6 août). Rennes qui sera d’ailleurs également adversaire de Levante en présaison, le 24 juillet. Les Granotas défieront aussi Alavés (6 août) et Elche (7 août).

Préparation plus locale pour plusieurs entités espagnoles. Si le Rayo Vallecano et le Real Madrid n’ont encore communiqué officiellement sur la programmation d’aucun match amical, les deux clubs de la capitale ont prévu de faire de leur centre d’entraînement le lieu majeur de leur préparation estivale. Elche, de son côté, a déjà fourni une liste complète de ses adversaires de l’été, qui seront défiés en Espagne : l’Atromitos d’Athènes, Zaragoza, Tenerife, Cartagena et enfin un match, dont l’opposant reste à définir, pour décerner le Trofeo Festa d’Elx en août.

Scénario identique pour Osasuna. L’équipe navarraise doit affronter sa réserve (17 juillet), mais aussi Huesca (21 juillet), Burgos (24 juillet), Valladolid (30 juillet) et Mirandés (31 juillet) pour se tenir prête avant la reprise du championnat. Dans la région, la Real Sociedad se servira à maintes de reprises des installations de Zubieta avec des rencontres de préparation prévues contre Huesca (17 juillet), Alavés (24 juillet), l’AZ Alkmaar (31 juillet) et Eibar (6 août).

Pour sa part, l’Atlético de Madrid, qui débutera sa présaison le 7 juillet, s’est planifié un choc contre l’Inter, en Isräel, début août. Mais avant ça, l’actuel champion d’Espagne disputera le Trofeo de Burgo de Osma, en plus des oppositions contre Salzburg (28 juillet), Wolfsburg (31 juillet) et Cádiz pour le traditionnel match du Trofeo Carranza (7 août). Cette même équipe de Cádiz affrontera aussi le Barbate CF (14 juillet), l’Atlético Sanluqueño (17 juillet), Linense, et Algeciras en amical. Enfin, le FC Barcelona débutera sa présaison contre des opposants locaux avec Nástic (21 juillet) et Girona (24 juillet) avant de passer à l’échelon supérieur en défiant Villarreal à Tel Aviv (4 août). Le club blaugrana devra aussi remettre en jeu le trophée Joan Gamper au cours de l’été.

[AS] Lettre ouverte de Zidane : « Je pars parce que le club ne me donne pas la confiance dont j’ai besoin »

Après des années de succès dans le club de son cœur, Zinedine Zidane explique dans une lettre ouverte pour AS les raisons pour lesquelles il a fait le choix de quitter le Real Madrid.

« Chers madridistas :

Depuis vingt ans, dès le premier jour où j’ai mis les pieds dans la ville de Madrid et enfilé ce maillot blanc, vous m’avez donné amour. J’ai toujours senti qu’il y avait quelque chose de très spécial entre nous. J’ai eu le l’immense honneur d’être joueur et entraîneur du club le plus important de l’histoire, mais par-dessus tout, je ne suis qu’un madridista de plus. Pour tout cela, je voulais vous écrire cette lettre pour vous dire au revoir et vous expliquer ma décision de quitter le banc du Real Madrid.

« J’ai essayé de transmettre les valeurs du Real Madrid dans tout ce que j’ai entrepris »

Quand en mars 2019, j’ai accepté de retourner entrainer le Real Madrid après une pause de pratiquement huit mois, c’est parce que le président Florentino Pérez me l’a demandé, évidemment, mais aussi parce que vous me le demandiez chaque jour. Quand j’ai rencontré l’un de vous dans la rue, j’ai ressenti le soutien et l’envie de me revoir avec cette équipe. Parce que je partage les valeurs du madridismo, ce club qui appartient à ses membres, à ses fans, et au monde entierJ’ai essayé de transmettre ces valeurs moi-même dans tout ce que j’ai fait, j’ai essayé d’être un exemple. Passer vingt ans à Madrid a été la plus belle chose qui me soit jamais arrivée et je sais que je le dois exclusivement à Florentino Pérez qui a misé sur moi en 2001, qui s’est battu pour moi, pour me faire venir quand il y avait certaines personnes qui y étaient opposés. Je le dis du fond du cœur, je serai toujours reconnaissant du président pour cela. Toujours.

« Le club ne me donne plus la confiance dont j’ai besoin »

Aujourd’hui, j’ai décidé de partir et je veux en expliquer les raisons. Je pars, mais je ne quitte pas le navire et je ne suis pas fatigué d’entraîner. En mai 2018, je suis parti car après deux ans et demi avec tant de victoires et tant de trophées, j’ai senti que l’équipe avait besoin d’un nouveau dynamisme pour rester au haut niveau. Désormais, les choses sont différentes. Je pars car j’ai l’impression que le club ne me donne plus la confiance dont j’ai besoin, il ne m’offre pas le support nécessaire pour construire quelque chose à moyen ou long terme. Je connais le football et je connais les exigences d’un club comme Madrid, je sais que quand tu n’as plus assez d’envies, il faut partir. Mais ici une chose très importante a été oubliée. Tout ce que j’ai construit au quotidien, ce que j’ai apporté dans la relation avec les joueurs, avec les 150 personnes qui travaillent avec et autour de l’équipe a été oublié. Je suis né pour gagner et j’étais ici pour conquérir des trophées. Mais au-delà de cela, il y a les êtres humains, les émotions, la vie et j’ai le sentiment que ces choses n’ont pas été valorisées, qu’il n’a pas été compris que ça aussi était important pour maintenir la dynamique d’un top club. D’une certaine manière, on m’a même fait des reproches.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/1200x0/filters:format(jpeg):focal(1624x383:1626x381)/origin-imgresizer.eurosport.com/2021/05/22/3137948-64314688-2560-1440.jpg
Un entraîneur historique et iconique, Zidane quitte Madrid en y laissant une trace indélébile (crédit photo : Eurosport)

Je veux respecter ce que nous avons fait ensemble. J’aurais aimé que ces derniers mois ma relation avec le club et avec le président ait été un peu différente de celle des autres entraîneurs. Je ne demandais pas des privilèges, bien sûr que non, mais un peu plus de reconnaissance. Aujourd’hui, la vie d’un entraîneur sur le banc d’un grand club est d’une durée de deux saisons, pas beaucoup plus. Pour durer plus longtemps les relations humaines sont essentielles, sont plus importantes que l’argent, plus importantes que la renommée, plus importantes que tout.

« Cela m’a fait très mal quand j’ai lu, après une défaite, que le club voulait me virer »

C’est pourquoi ça fait très mal de lire dans la presse que j’allais être viré si je ne gagnais pas le prochain match. C’était quelque chose de blessant pour moi ainsi que pour toute l’équipe, parce que ces messages ont été intentionnellement divulgués aux médias, créant des interférences négatives avec le personnel, créant des doutes et des malentendus. Heureusement, j’avais des joueurs merveilleux qui voulaient mourir avec moi. Quand les choses ont mal tourné, ils m’ont sauvé en signant de grands succès. Parce qu’ils croyaient en moi et qu’ils savaient que je croyais en eux. Bien sûr, je ne suis pas le meilleur entraîneur du monde, mais je suis capable de donner la force et la confiance dont chacun a besoin dans son travail, que ce soit pour un joueur, un membre du staff ou tout autre employé. Je sais exactement ce dont une équipe a besoin. Au cours de ces vingt années à Madrid, j’ai appris que vous, les supporters, voulez gagner, bien sûr que nous le faisons, mais vous vouliez surtout que nous donnions tout, que ce soit l’entraîneur, le personnel, le staff et évidemment les joueurs. Et je peux vous assurer que nous nous sommes donnés à 100% pour le club.

Je profite également de cette lettre pour envoyer un message aux journalistes. J’ai fait des centaines de conférences de presse et malheureusement nous avons très peu parlé de football et je sais que vous aimez aussi le football, que ce sport nous unit. Cependant, sans prétendre critiquer ou vous donner des leçons, j’aurais aimé que les questions ne soient pas toujours orientées vers la polémique, qu’on parle plus souvent du ballon et surtout des joueurs, qui sont et seront toujours les plus importants dans ce sport. N’oublions pas le football, prenons soin du football.

Chers Madridistas, je serai toujours l’un de vous. ¡Hala Madrid!

Zinedine Zidane »

[AS] Álex Fernández : « Affronter Nacho était génial pour moi parce que c’est mon idole »

Álex Fernández, le milieu de terrain de Cádiz, s’est entretenu avec les médias officiels du club pour parler de son expérience au cours des quatre saisons passées sous le maillot amarilloLe joueur madrilène analyse la première partie de saison de son équipe, évoque le moment spécial lorsqu’il a affronté son frère Nacho à Valdebebas et s’exprime sur le prochain adversaire des Andalous, la Real Sociedad.

Sur sa blessure récente : « J’entre déjà dans les derniers jours de récupération, pressé de revenir avec l’équipe. Ça a été une petite gêne musculaire qui m’a permis de faire une pause, mais je vais vraiment très bien »

Bilan de la phase aller du championnat : « L’équipe a montré son vrai visage dans les bons comme mauvais moments. Jouer en Liga est très compliqué puisqu’on a eu de très bons résultats mais on a aussi fait des matchs moyens. C’est là toute la difficulté de la Primera División, lorsque tu affrontes les meilleurs clubs et qu’il peut se passer n’importe quel scénario à chaque match. Je suis satisfait du travail de groupe. Personnellement, je vais bien, j’apprends et je progresse tous les jours, j’apprécie le fait de jouer à des postes différents avec l’objectif clair de toujours aider l’équipe »

Sur l’équipe en général : « Je pense que l’équipe est en bonne posture pour affronter cette deuxième partie de saison qui, nous le savons, va être difficile. Nous nous sommes bien renforcés. Les joueurs qui sont encore ici ont un mental solide et ils savent ce qu’ils ont à faire. L’idée du coach est toujours très claire et on sait qu’en travaillant tous ensemble, tout ira bien »

https://www.diariodecadiz.es/2021/01/04/cadizcf/Alex-Fernandez-balon-entrenamiento_1534956579_130102942_667x375.jpg
(crédit : Diario de Cádiz)

Sur l’adaptation à la première division : « Je n’avais pas joué en Primera División depuis de nombreuses années, c’était plus compliqué que je me l’étais imaginé. J’ai alterné différentes positions sur le terrain et il faut s’adapter rapidement, donner le meilleur de soi-même et encore une fois aider l’équipe au maximum. Je suis satisfait, j’ai beaucoup joué, même si j’ai alterné bonnes et moins bonnes performances, mais en sachant toujours que l’intérêt de l’équipe passe avant le personnel »

Être l’un des capitaines du club : « Au-delà d’être capitaine ou non, c’est avoir du leadership avec ses coéquipiers, le club, les supporters, se sentir identifié aux valeurs du club que je veux d’abord transmettre. Quand je mets le brassard, que les coéquipiers croient en toi ou que les fans supporters te montent leur affection, je ressens une si grande satisfaction parce que ça veut dire que tu fais bien les choses et que tu es sur la bonne voie pour réussir »

L’importance des supporters cadistas : « Ils sont très importants, les supporters sont l’âme de ce club. Ces fans, ce sont eux qui caractérisent Cádiz. Ce virus nous prive de profiter du football à 100%, mais nous voulons nous maintenir pour que notre public ait la chance de nous voir en Primera la saison prochaine »

Opposition Analysis: Cádiz CF - Managing Madrid
(crédit : Managing Madrid)

Son meilleur moment au club : « Je garde en meilleur souvenir le moment de la montée en Primera. L’année dernière a été une excellente année pour l’équipe. Nous avons essayé d’être proches de supporters et je pense que ça faisait longtemps que notre public ne s’était pas senti si identifié au club. Je me suis bien amusé comme un gamin, à chaque match en allant sur le terrain »

Son utilisation à différents postes : milieu de terrain, milieu de terrain ou ailier : « Je vois ces changements comme positifs parce que l’important est de jouer. L’année dernière, dans ma position la plus habituelle, je jouais vraiment bien mais cette année ce qui compte c’est le collectif. Si je dois jouer en tant qu’ailier pour aider l’équipe je le ferai sans problème, en étant ravi. En fait, ça me permet aussi de m’ouvrir des portes et de découvrir un niveaux football »

Avoir affronté son frère Nacho (Real Madrid) à Valdebebas :  « Professionnellement, c’est le meilleur car il est mon idole depuis ma naissance, je le place sur un piédestal. Quand nous nous sommes affrontés à Valdebebas c’était spécial parce qu’il y avait des moments où je ne savais pas comment différencier si j’étais en train de jouer un match de foot ou un simple match contre lui. Ce jour là, l’équipe avait fait un grand match (victoire 0-1) et il restera pour toujours dans ma mémoire »

Real Madrid vs Cádiz: Hay muchos que no están bien... y Zidane es uno de  ellos | Marca.com
(crédit : Marca)

Atteindre l’objectif du maintien : « L’objectif est clair : il faut se maintenir. Ce sera difficile même si nous avons un peu d’avance sur la zone rouge. Je pense que l’équipe est préparée pour la lutte, ce qui va donner vie au club. Nous voulons que notre équipe reste en Liga Santander, nous nous battons pour cela. Ce foutu virus nous a séparés de nos supporters, mais je suis sûr que nous ferons bien les choses pour être tous ensemble à la maison bientôt »

Sur la visite à Anoeta, contre la Real Sociedad ce dimanche : « Ce sera très difficile, très compliqué. Une bonne équipe, un bon entraîneur, ils jouent très bien globalement. Ce sera super compliqué de gagner, comme lors de chaque match de championnat. Nous y allons avec nos armes pour leur faire des dégâts, les titiller et avec la mentalité d’aller y prendre les trois points »

Bilan de saison 2019/20 – Real Betis

La saison de la débâcle, c’est ainsi que l’on pourrait nommer l’exercice du Real Betis. Après une campagne 2018/19 décevante, l’équipe andalouse était attendue au tournant mais a de nouveau déçu en accrochant une quinzième place inquiétante. Le bas de tableau aura été la zone occupée par cette équipe qui revendique pourtant vouloir jouer l’Europe. Dans ces conditions, et avec un tel manque de rigueur, l’objectif est logiquement manqué.

Un calvaire interminable et de la souffrance tout au long de la saison. Rares ont été les moments de répit et de réconfort qu’ont pu connaître les joueurs du Betis, d’abord guidés par Rubi, et qui ont fini la saison avec Alexis Trujillo, assurant l’intérim. Pénalisé par ses énormes lacunes défensives, le Betis semble aussi avoir échoué lors de son mercato estival, et les erreurs se voient aujourd’hui. Une équipe de qualité mais dans l’incapacité de se réveiller, pour viser le haut du classement, qui a même finalement lutté pour son maintien, malgré les divins exploits de sa légende, Joaquín.

Avec un tel effectif, comment et pourquoi avoir si peu gagné ?

Comme c’est le cas pour certains clubs de Primera, l’interrogation réside autour de la qualité d’un tel effectif à ne pas avoir pu atteindre les plus hautes places du classement. Les problèmes du Betis ont été nombreux cette saison, mais principalement en défense. Mais de façon plus générale, avec un groupe des mieux valorisés économiquement et qualitativement en Liga, le Real Betis a connu une défaillance majeure dans tous ses secteurs pour cette campagne.

Les lacunes de cette équipe demeurent en grande partie dans l’arrière garde du terrain. La défense a été un véritable souci comme le démontrent les soixante buts encaissés en championnat. Autrement dit, il s’agit de la 19e défense de Liga, devant Mallorca et ses 65 buts. En étant quinzième, le Betis possède donc des chiffres défensifs digne d’un relégable, ce qui est inquiétant.

Joel Robles, gardien titulaire depuis le départ de Pau López à la Roma, est probablement le moins bon joueur de cette équipe. Auteur de nombreuses bourdes et peu rassurant, la fébrilité défensive du Betis s’explique en grande partie par ses mauvaises performances. La question autour du recrutement à ce poste se pose naturellement, mais la direction songe aussi à donner une chance à sa jeune doublure Dani Martín, qui avait été convaincant sur la fin de saison qu’il avait pu disputer.

Celta-Betis: Fallo de Joel Robles en la Barrera y Gol de Nolito
Sur ce coup-franc de Nolito, le placement du portier espagnol avait été vivement critiqué (crédit : ElDesmarque)

Autrement, le reste de l’effectif du Betis est évidemment riche en terme de qualité, mais les joueurs ont tout simplement déçu, à l’image de la charnière Bartra-Mandi. Les deux joueurs ont une expérience importante mais n’ont pas toujours été au niveau. Offensivement, les latéraux Emerson et Álex Moreno sont quasiment irréprochables mais en revanche plus critiqués sur le plan défensif.

Des joueurs tels que Andrés Guardado et William Carvalho au milieu ont été en dessous de leur niveau, même si le second a connu de grosses blessures. L’arrivée hivernale de Carles Aleñá ou de Guido Rodríguez ont servi à renforcer ce secteur du terrain mais ils n’ont pas été assez impactants pour instaurer une nouveauté dans le jeu bético.

Parmi les recrues, le buteur Borja Iglesias est probablement le grand manqué de ce mercato estival 2019. En 35 rencontres de Liga jouées, l’ancien attaquant de l’Espanyol n’a marqué que trois buts et a reçu de nombreuses critiques sur ses performances. Néanmoins, il faut aussi souligner les signatures intelligentes de joueurs comme Dani Martín (5M€, venu du Real Sporting, et champion d’Europe espoir avec la Roja, NDLR) en tant que doublure, Emerson et même Álex Moreno, dont nous avons brièvement parlé précédemment.

Borja Iglesias reveals why he picked Real Betis over West Ham ...
Arrivé à l’été dernier pour un peu moins de 30 millions d’euros, Borja Iglesias est encore loin d’avoir convaincu le club et les supporters (crédit : Hammers News)

En bref, le gros problème de ce collectif est sans doute la régularité. Très peu de joueurs ont su rester à un niveau stable toute la saison. Et cela se démontre par les succès importants que les Andalous ont pu décrocher quand, ensemble, ils ont performé, comme face à la Real Sociedad (3-0), le Real Madrid (2-1) ou Osasuna (3-0).

Mais, en face, l’irrégularité leur a coûté des revers cruciaux : Villarreal (2-4), Alavés (0-2), Levante (4-2) contre des adversaires pas toujours supérieurs. Comme pour beaucoup d’équipes possédant un bon effectif, la régularité a manqué et fait que la saison a été décevante. Un véritable frein pour jouer le haut de tableau.

À LIRE : Le bilan de saison de la SD Eibar

Rares sont les joueurs qu’on pourrait qualifier d’irréprochables au cours de cette saison, au Real Betis Balompié. Joaquín et Sergio Canales sont les seuls qui ont vraiment affiché un niveau correct et constant. D’autres joueurs ont été très bons, comme Emerson ou Loren, mais leur irrégularité n’aura pas aidé l’équipe à rebondir. De même pour Nabil Fekir, arrivé de Lyon, qui a su être étincelant, voire même exceptionnel, en portant son équipe. Cependant, il a parfois été invisible dans certaines rencontres.

Rubi et le Betis, un duo qui n’a pas marché

Nommé au cours de l’intersaison 2019, Rubi arrive au Betis en provenance de l’Espanyol, club qu’il vient de qualifier pour l’Europa League. Si tout le peuple bético, ou presque, approuve sa nomination, les choses ne vont pourtant pas se passer comme prévu. Dès le début de saison, le Betis va avoir du mal à décoller et va en fait occuper la seconde partie de tableau durant 36 des 38 journées de cet exercice.

Le technicien catalan fait aussi des choix qui ne sont pas toujours compris et appréciés. Il donne peu de minutes à des joueurs prometteurs comme Diego Lainez et Edgar González, qui montrent pourtant de bonnes choses. En revanche, d’autres joueurs en difficulté, comme Cristian Tello ou Andrés Guardado disposent d’un temps de jeu convenable.

Real Betis: Claúsulas de Despido Incluidas en el Contrato de ...
Le manque de remise en question tactique de Rubi est aussi un des facteurs de la mauvaise saison du Betis (crédit : El Desmarque)

Pendant une très grosse partie de la saison, le Betis occupe la seconde partie de tableau, constamment menacé par la zone rouge qui n’est que quelques points derrière. En 34 matchs occupés sur le banc verdiblanco, toutes compétitions confondues, Rubi ne va ramener que dix succès et dix matchs nuls, contre quatorze revers. Soit une très faible moyenne de 1.14 points par match en moyenne. L’élimination prématurée contre le Rayo Vallecano, dès le 3e tour de Copa, est le symbole de l’impuissance renvoyée par cette équipe.

Pour couronner le tout, Rubi s’avère même être l’entraîneur du Betis avec le moins bon pourcentage de victoires en Primera División (26.66%)

A de nombreuses reprises, le Catalan a reçu des avertissements de sa direction. Mais pratiquement à chaque fois, il a su obtenir un succès lorsque la situation devenait critique. Finalement, le 21 juin, après la défaite (1-0) contre l’Athletic, le technicien sera démis de ses fonctions, pour laisser place à Alexis Trujillo. Tactiquement, l’entraîneur catalan n’aura jamais su innover pour se relancer.

Dans cette campagne digne d’un échec, la direction a aussi une grosse part de responsabilité. Certains supporters et journalistes estiment que cette dernière a mis trop de temps à réagir, a pris une décision tardivement et que le changement de coach aurait déjà dû être fait avant l’arrêt provisoire des compétitions. L’arrivée par intérim de Alexis n’aura, en plus de ça, pas permis à l’équipe de se relever en accrochant une quinzième place, révélatrice des maux du Betis au cours de cet exercice.

https://fotos01.deia.eus/2020/06/20/690x278/canalespenalti.jpg
Le pénalty manqué de Canales, lors des dernières minutes de jeu à San Mamés, scellera la défaite du Betis et surtout le renvoi de Rubi (crédit : Deia)

Joaquín, l’éternelle légende

Il est entré un peu plus dans la légende du Betis au cours de cette saison, pour tenter d’apporter une touche de bonheur à cet exercice. Joaquín aura été un élément précieux de l’équipe verdiblanca en championnat, où il a beaucoup servi de par son expérience. Ses huis réalisations et trois passes décisives en Liga démontrent qu’à 39 ans, l’Espagnol n’a rien perdu de son génie et continue de tirer son équipe vers le haut. Son expérience reste grandement utile, d’autant plus pour un joueur qui a déjà disputé la Champions League.

Revenu en 2015 de la Fiorentina dans son club formateur, le natif de la commune d’El Puerto de Santa María, en Andalousie, impressionne par son physique, loin d’être rongé par les blessures. Joueur le plus âgé du championnat, depuis le départ d’Aritz Aduriz à la retraite, Joaquín fait partie de ces attaquants vétérans mais qui continuent de carburer, et ils sont nombreux en Espagne.

En effet, l’Andalou n’a manqué que quatre rencontres cette saison, une où il était sur le banc et trois autres pour une blessure vers la reprise du championnat, en juillet. Pour les 34 autres, il n’a pas toujours débuté en tant que titulaire mais il est clair que sa présence a été plus que vitale pour une équipe dont la saison a été difficile.

https://img.bfmtv.com/c/1256/708/dae/1e09a4fcc65babd81436926ab7f11.jpeg
En fin d’année 2019, Joaquín a prolongé son contrat jusqu’en 2021, au plus grand bonheur de ses supporters (crédit : RMC Sport)

Si Joaquín est peut-être le meilleur bético de cette saison, et également le plus régulier, c’est parce qu’il a de nouveau écrit l’histoire. Le 8 décembre 2019, devant 45 322 spectateurs, face à l’Athletic, l’Estadio Benito Villamarín va assister à un moment unique. En vingt minutes, Joaquín Sánchez va inscrire un triplé et ainsi entrer dans l’histoire en devant le joueur le plus âgé à éditer cette performance en Liga ! Trois buts qui scelleront un succès important (3-2) du Betis, face aux Basques.

Par ailleurs, c’est aussi le premier triplé de sa longue carrière. Enfin, l’oeuvre laissée par cet immense joueur se résume aussi à son historique de matchs. Il est aujourd’hui un des joueurs les plus capés du championnat, ayant 552 rencontres disputées à son actif, au Betis, à Valencia et Málaga. Déjà joueur ayant joué le plus de fois au Betis, Joaquín achèvera sans doute sa carrière parmi les joueurs les plus utilisés dans l’histoire de ce championnat. Une belle preuve de la carrière respectable d’un joueur tout simplement légendaire.

Joaquín Overtakes Real Madrid Legend to Become Oldest Player to Score La  Liga Hat-Trick | ht_media
Joaquín, lors de son triplé historique (crédit : 90min)

Un exercice sans Europe s’achève donc pour le Betis. Un exercice raté, tout simplement, avec peu d’enseignements positifs à tirer. L’effectif n’aura pas répondu présent, malgré sa qualité, en raison de son irrégularité mais aussi des choix parfois incohérents de Rubi, dont le passage au club aura peut-être été mal géré par la direction. Beaucoup de fautifs, donc. Un enchaînement d’erreurs au sein du club qui a fait que cette saison se classe comme l’une des pires du club, lors de ces dernières années. Avec l’arrivée de Manuel Pellegrini et le projet ambitieux qui se profile, il faudra faire mieux pour la prochaine campagne, rien que pour faire finir en beauté la carrière de la légende de ce club, Joaquín.

Bilan de saison 2019/20 – SD Eibar

L’aventure dans l’élite continue pour la formation armera qui a de nouveau assuré son maintien. La saison a été compliquée pour l’équipe de Mendilibar. Elle a passé la totalité de la campagne dans la deuxième moitié du tableau, flirtant dangereusement avec la zone rouge. Mais le break de trois mois a permis de casser la mauvaise dynamique et de sauver une 14e place.

Saison quasi identique à 2015/2016, quand Eibar a profité de la relégation administrative d’Elche un an plus tôt pour rester dans une Liga qu’il n’a plus quittée depuis. Au niveau des statistiques, les chiffres se ressemblent mais la trajectoire est différente. À l’époque, Eibar avait bien débuté la campagne, occupant pendant quelques journées les places nobles avant d’amorcer une chute libre jusqu’à la 14e place. Cette année, il n’a jamais posé les pieds dans la première partie du classement. Chose qui était pourtant habituelle. Mais que demander de plus à cette courageuse équipe du Guipúzcoa à part le maintien ? C’est l’objectif que se fixe chaque année la direction. Toutefois, la forme affichée et les prestations ont été loin des attentes. Eibar nous a habitués à mieux dans le jeu.

Merci le confinement

Comme chaque saison depuis sa montée historique en Primera en 2014, Eibar continue de valider sa place dans l’élite. Plus petite structure du football professionnel, l’entité basque se construit une image forte au sein du football espagnol et démontre année après année, qu’elle est une équipe à ne pas sous-estimer.

Durant le confinement le doute existait sur la capacité des Armeros à conserver leur place en première division. Parce que, depuis son installation dans l’élite, le club a rarement connu un parcours aussi compliqué. Mais avec José Luís Mendilibar, les bras ne tombent jamais.

Eibar vs Real Sociedad, 12 mars 2020, Ipurúa.
Dans un Ipurúa vide, Eibar a perdu contre la Real Sociedad juste avant le confinement. Les Armeros comptaient 27 points, soit deux de plus que Mallorca, premier relégable. (Crédit image : 20 Minutos)

Treize points ont suffi à Eibar à la reprise de LaLiga pour valider une septième saison consécutive dans la plus haute catégorie du football espagnol, la moitié du total récolté avant la suspension du championnat. Une révolution défensive et mentale pour redonner à Ipurúa sa réputation de stade où quel que soit le résultat, l’adversaire y laissera toujours quelques plumes.

Ce petit stade, où un peu plus de 7000 âmes peuvent s’entasser, a déplumé quelques cadors comme le Sevilla FC (3-2), Villarreal (2-1) ou encore l’Atlético de Madrid (2-0). Des succès prestigieux, mais souvent obtenues après de longues périodes de disette. D’ailleurs, les Andalous ont permis à Eibar de célébrer sa première victoire de la saison, après un début très moyen.

Deux points seulement pris en cinq matchs, ce qui annonçait une campagne sans repos pour l’Armaginak. Toutefois, quelques victoires par-ci et par-là (sept en vingt-sept matchs, NDLR), combinées avec quelques résultats favorables sur les autres pelouses, ont maintenu l’équipe guizpucoano hors de la zone de largage jusqu’au confinement.

Sans doute le plus gros succès d’Eibar cette saison qui a dominé l’Atlético de Madrid lors de la 20e journée. (Vidéo : Bein Sports France)

Même si la reprise n’a pas été couronnée de succès d’entrée, avec une défaite à Valdebebas contre le Real Madrid, les prestations contre l’Athletic (2-2) et Getafe (1-1) ont laissé paraître une équipe métamorphosée, capable de rivaliser dans cette trame finale pour se maintenir.

Le rythme des rencontres était effréné et Mendilibar a su compter sur son groupe en intégralité pour faire face à la fatigue physique. vingt-trois joueurs ont contribué aux triomphes importants (quatre victoires : Valencia, Granada, Espanyol et Valladolid, NDLR) qui ont permis de valider le ticket pour l’édition 2020/2021 à deux journées de la fin.

Cependant, même si Eibar mérite des félicitations pour cette longévité de six ans dans l’élite, il a donné l’impression d’avoir atteint une limite. Souvent au bord de l’agonie, l’équipe de Mendilibar n’a pas dégagé cette ténacité qui faisait sa particularité ces dernières années. Une perte de vitesse et d’intensité dans le jeu qui l’a très souvent rapproché de l’enfer.

Une défaillance collective

À l’exception de Marko Dmitrovic, le gardien de but, le reste des joueurs étaient bien en dessous du niveau exigé par la compétition durant une bonne partie de la saison, à l’image de Sergi Enrich, l’attaquant vedette qui n’aura marqué qu’un seul but en trente matchs.

D’abord, en défense, où le capitaine et vétéran, Iván Ramis a rapidement terminé sa saison en raison d’une blessure, personne n’a réussi à sécuriser cette ligne où Anaitz Arbilla et Paulo Oliveira ont été les titulaires dans l’axe. La rotation avec Pedro Bigas ou encore Esteban Burgos n’a pas permis d’établir une connexion fiable.

Paulo Oliveira, défenseur central portugais d'Eibar
Paulo Oliveira a débuté la saison sur un but et un csc contre Mallorca (défaite 2-1). Ni lui, ni Arbilla n’ont pu apporter de la sérénité dans la défense basque. (Crédit image : Diario AS)

Au niveau des latéraux, le départ de Marc Cucurrella a laissé un vide dans le rythme et l’intensité. Rafa Soares, prêté par le Vitoria Guimarães durant le mercato d’hiver, a mis du temps à rentrer dans le moule et a laissé le monopole du poste à José Ángel « Cote » jusqu’à la reprise du championnat au mois de juin.

Sur le côté droit, Álvaro Tejero ne s’est pas imposé de même que Jordi Cavalera et Róber. D’ailleurs, le vétéran argentin, Pablo De Blasis, couteau suisse de l’équipe, a souvent occupé le poste devant les timides prestations des spécialistes du domaine.

À LIRE : Le bilan de la saison du Real Valladolid

Ensuite, le départ de Joan Jordan au Sevilla FC a également entravé le fonctionnement du milieu. Gonzalo Escalante et Pape Diop ont dépensé beaucoup d’énergie pour réduire le travail des trois autres plus offensifs, qui, non plus, ne se sont pas démarqués. Takashi Inui, de retour à Ipurúa après un bref passage au Benito Villamárin et au Mendizorroza, Pedro León et Fabián Orellana n’ont pas montré leur meilleur visage cette saison.

Takashi Inui, milieu de terrain japonais, SD Eibar
Après un passage au Betis et un prêt à Alavés, le Japonais est retourné à Eibar où il a été un joueur important, mais à 32 ans, ses beaux jours sont derrière lui. (Crédit image : Monde du foot)

Enfin, en attaque, les filets ont rarement tremblé, seulement trente-neuf buts marqués, la pire statistique depuis les trente-quatre plantés lors de la première saison dans l’élite. Kike García (cinq buts) a mis du temps pour ouvrir son compteur et Enrich a complètement disparu.

Quique González était plus un défenseur supplémentaire pour l’équipe adverse qu’un attaquant d’Eibar. Pour sa part, Charles Diáz, avec ses trente-six printemps, a apporté sa maigre contribution avec ses six buts, qui l’ont classé deuxième meilleur buteur derrière Orellana (huit buts).

Par conséquent, pour surmonter tous ces problèmes évoqués ci-dessus, Mendilibar a dû changer son fusil d’épaule à la reprise. Fidèle à ses idées, l’entraîneur basque a choisi de varier son système pour s’adapter le plus souvent possible aux adversaires. Une remise en question ou un pragmatisme qui lui a permis d’aborder le sprint final du bon pied et de renverser la dynamique chaotique de son équipe.

Mendilibar a prolongé, Eibar doit-il se renouveler ?

À la tête de l’équipe depuis le départ de Gaizka Garitano en juin 2015, l’enfant de Zaldibar (Vizcáya, Pays Basque) rivalise avec Diego Simeone sur la longévité dans un club de LaLiga. Cinq saisons et cinq maintiens, un bilan suffisament honorable pour que la direction lui confie encore les rênes de l’équipe pour une année supplémentaire.

Après la saison 2014/2015 ratée de Garitano, qui a vu Eibar, 18e de LaLiga, être sauvé par la relégation administrative d’Elche, Mendilibar est donc revenu à Ipurúa, où il avait déjà officié en 2004/2005. Il a installé une identité et un style de jeu qui a fait de l’équipe, l’une des plus difficiles à aborder de la compétition.

José Luis Mendilibar, Entraîneur, SD Eibar
À 59 ans, l’empereur d’Ipurúa est toujours actif sur la ligne de touche (Crédit image : L’Équipe)

Une défense haute, un pressing intense et un style tourné vers l’attaque, qui a fait d’Eibar, la saison dernière, l’équipe la plus offensive du championnat. Même si la défense subissait souvent les failles de cette philosophie, c’était quand même agréable à voir pour un club qui a si peu de moyens financiers.

Soumis à une austérité dans le marché des transferts, l’effectif est rarement renouvelé de manière profonde et pourtant Mendilibar continue toujours d’atteindre l’objectif de la direction. Cependant, quand on a une telle politique de recrutement aussi modeste, il faut s’assurer de piocher les bons éléments qui peuvent rentrer rapidement dans le moule, et cette saison, seul Edu Exposito a été convaincant.

« Une autre saison, Mendilibar a fait encore de la magie », a affirmé Fran Garagarza, le directeur sportif de l’entité basque. Oui pour Eibar, une telle longévité en Primera ne mérite que des applaudissements, mais ce que l’équipe a montré cette saison peut faire craindre le pire.

Fabián Orellana, milieu de terrain chilien, SD Eibar
Le Chilien a porté l’équipe comme il a pu avec ses huit buts, mais l’image de ses coéquipiers sa saison a été plutôt décevant. Il est temps de tenter une nouvelle aventure. (Crédit image : El Desmarque)

Est-il temps de renouveler cette ossature qui a la moyenne d’âge la plus élevée en Liga ? Ou bien, était-ce seulement une saison compliquée comme il peut arriver de temps en temps ? La réponse, on l’aura peut-être la saison prochaine. Pour le moment, Ivan Ramis, trente-cinq ans, a raccroché les crampons et Pedro León, trente-trois ans, a renouvelé son contrat.

Fabián Orellana, trente-quatre ans, a pris la direction du Real Valladolid et Charles Días est parti prendre sa retraite à Pontevedra (troisième division), l’équipe qui lui a ouvert les portes du football espagnol en 2004.. Trois joueurs emblématiques de ses dernières années qui tournent la page armera et qui ouvrent la possibilité d’un recrutement plus jeune et plus frais, même si rien ne bouge encore dans les bureaux d’Ipurúa.

Bilan de saison 2019/20 – Levante UD

Beaucoup moins populaire que son voisin, petit frère et rival du Valencia CF, Levante continue d’écrire son histoire en Primera. Un troisième maintien de suite pour ce club qui a passé la majeure partie de son existence entre la deuxième et la troisième division. Les Granotas ont réalisé leur deuxième meilleure saison dans l’élite après avoir récolté 49 points et terminé à la douzième place. Une campagne moins fatigante que celle de l’exercice précédent durant lequel, ils ont obtenu le salut à l’avant-dernière journée.

Son histoire en première division est moins riche que celle de son voisin, mais le Levante UD a réécrit son nom dans la liste des vingt clubs de la saison 2020/2021. L’équipe d’Orriols vit actuellement la période la plus faste de ses 110 ans d’existence. Ce club qui, auparavant, n’arrivait pas à enchaîner trois saisons dans l’élite sans retrouver la deuxième division, va vivre sa dixième campagne en Primera depuis 2011. Et pourtant, avant cette année-là, il n’avait connu que cinq petits passages dans la plus haute catégorie du football professionnel. Si le maintien de la saison dernière a été très compliqué, celui de cette année a été accompli sans grande souffrance. Paco López continue de faire durer le rêve du Levantinismo dans un style reconnaissable et révolutionnaire. Il n’a pas égalé les 55 points et la sixième place de Juan Ignacio Martínez en 2011/2012, mais ce que son groupe a montré cette saison mérite des encouragements.

La philosophie de López : l’ADN de Levante

Depuis l’arrivée de Paco López sur le banc d’Orriols, Levante ne fait que progresser. Le natif de Silla (Valencia) a pris les commandes en mars 2018 à la place de Juán Muñiz, qui venait de remonter l’équipe en Liga Santander. Alors qu’un retour rapide en Segunda se profilait avec une formation de Levante qui n’avait enregistré que trois victoires en vingt-sept matchs, López a remonté la pente en terminant la saison 2017/2018 en boulet de canon. Huit succès sur les onze dernières rencontres qui ont assuré le maintien.

Paco López, entraîneur du Levante UD
Paco López, le technicien qui a révolutionné le Ciutat de València. (Crédit image : El Periodico)

Depuis, le club granota a montré un autre visage avec son technicien qui a révolutionné la manière de jouer sur beaucoup d’aspects. L’équipe est devenue plus solide à domicile où elle récolte la plupart de ses points et aussi, où les gros calibres de LaLiga ont du mal à imposer leur loi. Le FC Barcelona et le Real Madrid ont tous les deux échoué cette saison au Ciutat de València.

Avec López, Levante s’identifie à un style dont la maxime est simple :  aucune limite tant qu’il y a de l’envie, le désir et la passion. Un ADN qu’il continue de perfectionner chaque année pour améliorer ses résultats et atteindre ses objectifs. Cette saison, malgré la pandémie du Covid-19 qui a beaucoup bouleversé la campagne, Levante a montré une certaine régularité au niveau de ses performances, même si la défense reste un problème à régler.

En 2018, le maintien était passé par une victoire spectaculaire contre les Azulgranas (5-4), cette année, le Barça a encore mordu la poussière à Orriols (Crédit vidéo : Bein Sport)

Ce secteur a été le point faible de l’équipe l’année dernière, ce qui lui a valu une lutte intense pour assurer son maintien. Un salut obtenu après avoir encaissé 66 buts et arraché une victoire salvatrice à la 37e journée à Montilivi. Les choses ont été beaucoup plus simples durant cet exercice avec une arrière-garde qui s’est un peu amélioré même si elle reste encore un peu friable et une attaque correcte de par ses individualités, mais qui a été moins prolifique.

L’évolution défensive a été bénéfique

Les prestations d’Aitor Fernández lors de cette saison 2019/2020 resteront dans les mémoires. Si Levante a pu améliorer ses statistiques défensives c’est en grande partie grâce à son gardien de but. Le Basque a été le portier qui a réalisé le plus de d’interventions au cours de cet exercice avec 158 arrêts réalisés dont trois pénaltys, selon les statistiques enregistrées par le site officiel de LaLiga.  Une réussite de 50% sur les tirs depuis les onze mètres qui lui a valu le surnom de « parapenalty » que lui a donné le quotidien catalan Mundo Deportivo.

Aitor Fernandez, gardien de but du Levante UD
Sans doute le meilleur joueur de Levante cette saison, l’équipe lui doit son maintien cette saison. (Crédit image : Cope)

L’impact du natif d’Arrasate (Guipúzcoa, Pays Basque) a été déterminant sur la saison qui a vu Levante concédé treize buts de moins que la précédente. Paco López a initié le travail de cette amélioration défensive au milieu avec l’incorporation du milieu défensif serbe Nemanja Radoja. L’intégration de l’ancien joueur du Celta a amené plus d’assurance dans l’entrejeu protégeant un peu plus la charnière centrale où les tauliers ont été Rubén Vezo et Sergio Postigo devant Róber Pier et Oscar Duarte qui ont fait quelques apparitions.

Ainsi donc, Levante a trouvé l’équilibre que voulait Paco López l’année dernière pour mieux s’adapter à chaque circonstance. Sur les flancs, Jorge Miramón, rapatrié de Huesca, a relégué Coke Andújar  sur le banc. Le Madrilène de 33 ans a perdu une certaine importance, mais faisait partie de la rotation. Les 17 matchs qu’il a disputés ont attesté que son jeu et son expérience ont compté aux yeux de l’entraîneur. En plus il a terminé la saison en inscrivant le but vainqueur contre Getafe (1-0). Son unique but de l’exercice mais qui a fait de lui le défenseur ayant marqué le plus de buts de l’histoire du club avec onze réalisations.

À LIRE : Le bilan de la saison de l’Athletic Club

À gauche, c’était un problème de riche entre Toño Garcia qui, a disputé son centième match en Liga sous les couleurs granota, et Carlos Clerc. Les deux joueurs se sont partagé le temps de jeu avec un excellent niveau de performance qui a donné satisfaction. L’idée était donc claire. Partir sur une bonne défense pour construire une bonne attaque même si l’équipe n’a pas connu un succès fulgurant devant les buts adverses. 

Roger Martí, meilleur buteur pour la deuxième saison de suite du Levante UD
Les belles performances de Roger Martí en début de saison ont attiré l’œil du Barça qui recherchait un joker médical. Finalement le choix s’est tourné vers Braithwaite. (Crédit image : FCB Noticias)

Le poids de l’âge a commencé à avoir raison de l’emblématique José Luís Morales qui n’a marqué que quatre buts, loin des douze pions plantés l’année dernière. Pour sa part, Borja Mayoral a trouvé huit fois les filets derrière Roger Martí qui a terminé pour la deuxième saison de suite meilleur buteur du club avec onze réalisations, deux de moins que l’édition précédente. Le natif de Torrent (Valencia) a réalisé de belles performances durant la première partie de la saison mais a pratiquement disparu dans la seconde moitié et surtout après le déconfinement.

Si les attaquants ont moins brillé cette année à Levante, c’est parce que López, sans renier à son ADN, a donné plus de solidité à sa défense, mais aussi plus d’équilibre à son milieu. L’entrejeu où José Campaña a réalisé un excellent parcours et où Enis Bardhi est rentré un peu plus dans l’histoire des Ranas.

Le Macédonien, lui aussi centenaire avec le maillot Blaugrana, est revenu du confinement en mode killer. Discret pendant un bon moment tout en faisant le nécessaire, il a largement contribué à la tranquillité de Levante dans la trame finale. Ces cinq buts marqués dans cette période, ajoutés aux deux autres qu’il comptait déjà avant l’arrêt du championnat, ont fait de lui, le meilleur buteur étranger de l’Equip del Valencians avec dix-huit golazos.

Le droit d’exiger plus

Le maintien validé à l’ouverture de la 34e journée après la défaite de Mallorca au Wanda Metropolitano, Levante avait cinq matchs devant lui pour rêver d’un meilleur classement. L’équipe a montré tout au long de la saison qu’elle avait le potentiel de jouer mieux que la survie en Liga.

À LIRE : Le bilan de la saison du Sevilla FC

Dans son stade, elle a affiché une certaine régularité marquée par deux victoires de prestige. D’abord contre le Barça (3-1), puis contre le Real Madrid (1-0) sur les neuf succès qu’elle a obtenus. Cependant, à l’extérieur, elle manque encore de la force et de la conviction pour imposer sa loi. Elle a enregistré douze revers hors de ses bases sur les dix-sept qu’elle a subis et souvent certains de manière incompréhensible face à des formations qu’elle pouvait carrément dominer du fait de son expérience dans l’élite et de son effectif qui semble meilleure sur le papier.

Encore un gros coup des Granotas qui ont montré un potentiel indéniable cette année. Faire tomber le Barça et le Real dans la même saison n’est pas donné à n’importe qui. (Crédit vidéo : Bein Sport)

La défaite contre Mallorca (2-0) lors de la 35e journée alors que l’équipe des Baléares était quasiment condamnée et que Levante se trouvait à ce moment-là à quatre points de la première moitié du classement, a questionné sur les ambitions de Paco López et de son groupe. Durant cette dernière décennie, le club est parvenu à se faire une place durable dans la crème du football espagnol et pourtant l’objectif est toujours la permanencia.

L’entraîneur considère que son effectif s’améliore chaque saison, ce qui est certes vrai, mais qui ne doit pas justifier le relâchement après que l’objectif ait été atteint. Selon lui, viser plus haut doit « passer par le rêve et non par l’obligation ». Une phrase qui cache le manque d’ambition de son équipe qui n’a pas voulu pousser encore plus pour entrer au moins dans la première partie du classement, même si elle a bien terminé la campagne avec deux triomphes face au Celta et à Getafe.

Statistiquement, à l’épilogue du championnat, Levante était à sept unités de la dernière place européenne prise par Granada à la dernière journée, une équipe promue cette année qui a cru en ses capacités de réaliser l’exploit de la saison. Sa fébrilité à l’extérieur lui a coûté beaucoup de points et l’a mis derrière des équipes comme l’Athletic ou Osasuna qui n’ont pas gagné autant de matchs que lui (quatorze victoires contre treize pour les Basques et les Navarrais,NDLR).

Paco López peut se réjouir de l’amélioration de son équipe et d’avoir réalisé la deuxième meilleure performance du club dans l’élite, mais il n’est pas interdit de viser plus haut quand l’occasion se présente.

Bilan de saison 2019/20 – Real Sociedad

Une équipe qui a tenu en haleine toute l’Espagne ainsi que les amoureux de LaLiga du monde entier. La Real Sociedad a ravi ses aficionados et ses joueurs durant une bonne partie de cette saison. Luttant pour la Ligue des Champions, qualifiée en finale de la Copa après une démonstration contre le Real Madrid, l’équipe d’Imanol a finalement bu la tasse du confinement. La belle Real a fini la saison lacérée et a sauvé in extremis une place en Ligue Europa en terminant à la sixième place.

Le football est souvent cruel et c’est essentiellement ce qui fait son charme. On peut passer d’une journée à l’autre de l’éclat de joie à la tristesse. Même si ce n’est jamais la fin du monde avec ce sport si merveilleux, puisque la tristesse d’aujourd’hui peut se transformer en allégresse demain, mais rien n’est plus malheureux que de boucler une saison dans le désenchantement. L’angoisse du Covid, le mutisme du huis clos et un collectif qui s’écroule comme un château de cartes. La Real Sociedad avait bien débuté mais a mal terminé. Toutefois, cette fin de saison laborieuse ne va pas balayer les sensations que cette équipe nous a offertes sous la houlette d’Imanol Alguacil et de ses jeunes pépites qui ont ébloui l’Espagne.

La richesse du jeu donne la beauté des résultats

Dans la Monarchie ibérique, il est de coutume de rappeler les grands gardiens de but que le Pays Basque a fourni à la sélection, mais n’oublions pas les clubs et le beau jeu que cette terre offre à LaLiga. Dans la province du Gipzukoa où se trouve la Real Sociedad de San Sebastián, le football a encore une fois bouleversé les maximes. Comme l’a souligné l’ancien technicien txuri urdin, Juanma Lillo (2008/2009), « c’est le jeu qui vous enrichit, pas le résultat. Le résultat est donné ». Son successeur des années plus tard l’a bien compris. 

Imanol Alguacil, ancien joueur, puis devenu entraîneur de la Real Sociedad
Après avoir entraîné les jeunes de la Real, Imanol Alguacil est revenu sur le banc de l’équipe première en décembre 2018 et réalisé sa meilleure saison en tant qu’entraîneur. (Crédit : Real Sociedad)

Imanol Alguacil a redonné vie à Anoeta, aujourd’hui Reale Arena, qui a enregistré l’une des affluences moyennes les plus élevées de LaLiga cette saison avant la pandémie (près de 34 000 fans en moyenne par match, NDLR). Une chose est sûre, ce ne sont pas uniquement les résultats qui ont drainé la masse dans l’enceinte rénovée, mais le jeu que les joyaux de Donostia ont pratiqué. Des talents rassemblés dans une équipe que le natif d’Orio (Gipuzkoa) et enfant de la maison txuri-urdine a façonnée à sa manière pour nous en mettre plein les yeux.

À LIRE AUSSI : Le Bilan de la saison du Villarreal CF

Tout d’abord, une saison réussie passe souvent par le mercato et celui de la Real a été irréprochable. L’équipe donostierra a amené cet été trois joueurs transcendantaux qui sont venus épauler Mikel Oyarzabal, la pépite nationale qui a le plus grandi ces dernières années, et Mikel Merino, un joueur d’une classe infinie. Ces trois recrues ne sont autres que Nacho Monreal, Martin Ødegaard et Cristian Portugués « Portu ». 

De retour en Liga sous les couleurs de la Real Sociedad, Martin Ødegaard a réalisé une saison magnifique.
Ødegaard a montré toutes les qualités qu’on attendait de lui cette saison à Anoeta, même si le sprint final a été compliqué. (Crédit : Diario AS)

Le premier a apporté l’expérience de la Premier League, un championnat dans lequel les défenseurs sont les plus sollicités que dans n’importe quel autre. Ødegaard, lui est un cas à part, un joueur mis à l’honneur depuis l’âge de 16 ans avec toutes les difficultés que ça implique. Toutes les décisions qu’il a prises sur le terrain ont été aussi brillantes que celles prises dans sa carrière.

Le pas en arrière aux Pays-Bas, dans les modestes clubs d’Heerenven et de Vitesse, et ces trois saisons passées chez les Bataves, où les jeunes sont soignés comme des tulipes, ont ramené en Liga un joueur magnifique. Quant à Portu, ses prestations, il faut les vivre. Si le prix de l’intensité existait, il en serait sûrement le lauréat. Un cocktail magnifique qui aura illuminé LaLiga 2019/20, mais qui, à l’épilogue d’une saison prolongée par la pandémie du coronavirus, a manqué de fraîcheur et d’inspiration.

Du rêve …

La sensation du huis clos, la Real l’a vécu avant tout le monde, avec Eibar. Elle a joué et gagné (1-2) dans un Ipurua vide, le 10 mars dernier, quatre jours avant le début de l’état d’urgence en Espagne. C’était le dernier match disputé en Liga jusqu’au 11 juin. Dans ce derby guipuzcoano, elle venait d’enregistrer une dixième victoire en douze matchs. Une période dans laquelle, elle a validé son ticket pour la finale de la Copa del Rey face à Mirandés (2-1 / 0-1), après avoir éliminé le Real Madrid au Bernabeù (3-4) dans un quart de finale spectaculaire.

Le 14 septembre 2019, lors de la 4e journée de LaLiga, la Real montrait sa force à l’Atléti, le premier gros coup de la saison. (Video : Bein Sports)

Un indicateur de la force du groupe qu’Imanol a dirigé cette saison. Le spectacle ne manquait jamais avec cette équipe que ce soit dans la défaite ou dans la victoire. Son revers à Séville (3-2) en début de saison fut l’un des matchs les plus agréables à suivre, mais aussi la victoire à Osasuna tout juste avant la trêve de Noël.

« Avant on générait des occasions avec deux ou trois passes, on s’implantait bien  devant le gardien adverse car tout fonctionnait bien dans les passes, les centres et les occasions de buts. Maintenant, on y arrive plus »

Le constat d’impuissance du gardien Álex Remiro après la défaite contre le Celta le 25 juin dernier. (Source : El País)

Remiro a bien raison de se lamenter puisque tout ce qu’il a constaté n’est que pure vérité. La Real, avant le confinement, ne courait pas, elle volait comme l’a bien souligné le Diario Vasco après la nette victoire 3-1 sur le Real Betis lors de la 9e journée. Une explosivité soutenue par Igor Zubeldia au milieu, qui a donné le champ libre aux autres pour apporter un soutien à l’attaque. De ce fait, grâce au jeu bidirectionnel et sans défaut apparent de Mikel Merino, de loin le joueur le plus complet de l’équipe, Mikel Oyarzabal et Martin Ødegaard ont pu exprimer leur potentiel intarissable.

Mikel Merino, playmaker de l'équipe basque de la Real Sociedad.
Les attaquants ont volé la vedette, mais Mikel Merino reste de loin le meilleur joueur de la Real Sociedad cette saison. (Crédit : Left Back Football)

Les passes téléguidées du Norvégien, qui d’un autre côté ne rechignait pas à faire les efforts défensifs, ont permis à Merino de jouer un rôle plus important et de donner plus d’espaces aux attaquants. Un front offensif qui tournait autour du Brésilien Willian José (11 buts) et du géant Suédois, Alexander Isak (9 buts).

Toutefois, l’une des faiblesses de cette équipe a été la défense qui a concédé 48 buts alors que de l’autre côté du terrain les filets ont tremblé à 56 reprises. Robin Le Normand a revendiqué une place de titulaire après la blessure d’Aritz Elustondo qui, à son retour, a partagé son temps de jeu avec le Français et Diego Llorente. Mais cela n’a pas empêché à cette équipe létale en contre-attaque d’être colocataire des places nobles pour la Ligue des Champions jusqu’à la suspension du championnat mi-mars.

À la désillusion

Imanol a dû maudire le confinement. Au soir de la 27e journée, la dernière disputée avant l’arrêt de LaLiga, la Real Sociedad était quatrième avec 46 points, talonnée par Getafe et l’Atlético de Madrid. Loin derrière, Villarreal, huitième, se tenait à huit points de retard. À la clôture du championnat, le sous-marin jaune a terminé devant elle avec quatre points d’avance.

Autrement dit, le club basque a récolté dix petits points sur trente-trois possibles dans la trame finale de la saison. Malgré ce changement de visage radical et surprenant, elle a pu sauver sa place européenne mais devra se contenter de la Ligue Europa

Anoeta n’avait plus de public et son équipe ne brillait plus. la flamme a commencé à s’éteindre dès la reprise contre les rojillos d’Osasuna (1-1) avant de s’arrêter nettement durant quatre journées consécutives (Alavés 2-0, Real Madrid 1-2, Celta 0-1 et Getafe 2-1). Quatre revers de suite qui ont fait oublier la belle dynamique avec laquelle elle avait enchaîné les matchs de la Copa et de LaLiga entre janvier et mars.

« Je pense que le problème est général et ne découle pas d’une situation particulière. Quand tout va bien, il semble que tout le monde joue bien, tout est fluide. Maintenant c’est le contraire et le prix à payer est conséquent »

L’analyse de la situation d’Imanol Alguacil après la défaite contre le Celta pour défendre Martin Ødegaard qui ne mettait plus un pied devant l’autre. (Source : El País)

Certes, le joueur prêté par le Real Madrid a perdu toute son inspiration durant ce long break de presque trois mois, mais ses coéquipiers non plus n’ont pas été à la hauteur pour piloter le navire. Merino était devenu méconnaissable, Monreal avait perdu une partie de son étincelle, Isak qui, avait commencé à briller, s’était éteint; Willian José avait perdu son instinct et Portu ne trouvait plus sa place. Mikel Oyarzabal a tenté de maintenir son niveau dans les trois premiers matchs, mais semblait épuisé mentalement lors du quatrième. Seul le Belge Adnan Januzaj semblait branché, mais son impact à lui seul ne suffisait guère.

La porte de la C1 s’est fermé après cette défaite contre le Celta de Iago Aspas qui cherchait le chemin du salut. (Vidéo : Bein Sport)

Au final, deux succès importants, d’abord contre l’Espanyol (2-1), puis à la Cerámica (1-2) ont permis à la Real de conserver sa place parmi les Européens de LaLiga. Elle a aussi bénéficié de circonstances favorables, comme la chute de Getafe et l’inconstance de l’Athletic Club. L’autre grande formation basque qu’elle retrouvera en finale de la Copa à une date encore indéterminée.

Imanol et son équipe nous ont régalé pendant une bonne partie de cette saison mais le sprint final a été décevant. Le coronavirus est arrivé au pire moment. Cette année était sans doute celle d’une Real Sociedad qui allait enfin retrouver la Ligue des Champion après sa dernière participation en 2013/2014. Cependant, le football nous encore montré que la vérité d’aujourd’hui ne sera pas forcément celle de demain.

Bilan de saison 2019/20 – Sevilla FC

Quatrième et surtout qualifié pour la Champions League, le Sevilla FC pouvait difficilement rêver mieux. Au terme d’une fantastique saison, réussie du début à la fin, les Andalous se sont transformés en véritable rouleau compresseur afin de retrouver la C1. Mené par Lopetegui, le club andalou a tourné à plein régime pendant de longs mois, tout en composant avec un XI au top de sa forme.

Ocampos, Navas, Munir, Diego Carlos, Koundé, Reguilón… tant de noms qui ont emmené le Sevilla FC dans le haut du classement. C’est donc trois saisons après sa dernière qualification en Champions League, et l’élimination en quarts contre le Bayern, que les Sevillistas vont pouvoir de nouveau côtoyer les plus grands d’Europe. Agile offensivement, bien en place au milieu et solide en défense, l’équipe andalouse a largement complété ses objectifs et va donc connaître sa quatorzième saison en Europe sur les quinze dernières. La formation de Lopetegui a impressionné l’Espagne, tant dans son jeu comme dans ses résultats, sans montrer de failles particulières, et laisse présager qu’elle pourrait bien continuer de faire des dégâts sur le territoire hispanique.

Sérénité et maîtrise : la clé de la réussite sévillane

Parmi les dix-neuf succès qu’a connu le Sevilla FC cette saison, en ressortent deux points importants, présents quasiment tout le long de la saison. D’une part, la confiance et la sérénité du bloc de Lopetegui qui n’a pas ressenti la peur, et ne s’est jamais effondré. Et d’autre part, nous avons pu observer une équipe qui, la grande majorité du temps, imposait son rythme, contrôlait et maîtrisait ses rencontres.

Les excellentes performances sevillistas s’expliquent en partie par cet équilibre parfait qui a été trouvé entre l’attaque et la défense, ainsi qu’avec un milieu qu’il a été difficile de bouger. Mené par plusieurs joueurs que nous évoquerons un peu plus tard dans l’article, mais plus généralement par un bloc soudé et uni, les Andalous ont terminé cinquième meilleure attaque de Liga, avec 54 réalisations inscrites. Un chiffre pas excessivement impressionnant mais correct, pourtant moins élevé que celui de la précédente saison.

Athletic de Bilbao vs Sevilla: Goles y resumen de partido de La Liga
La qualification en C1 du Sevilla s’explique aussi par la réussite à l’extérieur : seconde équipe à avoir pris le plus de points (33), hors de son domicile (crédit : Milenio)

Malgré le plus faible rendement offensif, en comparaison de l’exercice précédent, Sevilla a quand même réussi à se hisser en C1, chose que le club n’a pas réalisé la saison passée. Cela s’explique en partie par le fait que défensivement l’équipe soit une des meilleures des dernières années. Avec le renforcement en défense centrale, les arrivées de Diego Carlos et Koundé, Sevilla n’a encaissé que 34 buts. Il s’agit là de la troisième meilleure défense du championnat.

L’assurance dégagée par les Blanquirrojos se justifie également par le contrôle au milieu de terrain. Le jeu qu’affiche la formation andalouse se base beaucoup sur la possession : Sevilla affiche un pourcentage moyen de 58.7% par match, complétant encore une fois le podium. Un milieu qui fait parfaitement circuler la balle, se classant comme la troisième équipe de Liga a avoir complété le plus de passes. La confiscation du ballon permet ainsi de concéder peu d’occasions venant du camp adverse.

A LIRE AUSSI : Bilan de saison 2019/20 – Atlético de Madrid

L’autre fait intéressant est d’observer que cette formation andalouse subit peu de danger dans sa surface de réparation. La solidité et l’unité du bloc défensif contraint les autres équipes à souvent tenter de loin, rendant difficile la tâche d’atteindre les cages de Vaclik. Confiante mentalement et battante sur le terrain, l’équipe du Sevilla FC ne se sent que très peu inquiété, et le démontre sur le terrain.

Une équipe régulière emmenée par des joueurs cruciaux

Lucas Ocampos : l’intenable

Comme évoqué récemment, le Sevilla FC a donc répondu présent dans les différents secteurs du jeu, étant ainsi très régulier dans ses résultats. L’équipe de Lopetegui est composée de plusieurs leaders, à tous les postes, qui ont propulsé leur club vers les plus hautes places. Le véritable gros coup reste évidemment le transfert de Lucas Ocampos. L’Argentin, arrivé de Marseille, a réalisé une saison tout simplement exceptionnelle, tout comme ses coéquipiers offensifs comme Munir.

Vidéo - Quand Ocampos finit gardien de but… et sauve Séville ...
Réputé pour ses talents d’attaquant, Lucas Ocampos a aussi enfilé les gants en cette fin de saison pour sortir un magnifique arrêt contre Eibar ! (crédit : Goal.com)

En plus d’avoir excellé sur le plan sportif avec ses quatorze buts et trois passes décisives en Liga, Ocampos pourrait apporter une vraie plus-value financière au club. Acheté pour une quinzaine de millions d’euros, ce prix fait sourire aujourd’hui. Sa valeur marchande serait actuellement estimée à cinquante millions d’euros. Un transfert qui traduirait une certaine fierté, tant chez le joueur que chez le club.

Jesús Navas : l’inépuisable capitaine

A 34 ans, le capitaine du Sevilla FC continue de bercer tout un club. Inépuisable sur le terrain, le latéral droit a joué à chaque journée de cette saison de Liga ! Malgré l’âge, Navas n’a pas cessé d’accélérer sur son couloir droit, à grandes enjambées, avant de délivrer de magnifiques centres. Décisif et indipensable à cette équipe, le capitaine revenu dans son club formateur, en 2017, en provenance de Manchester City, reste un véritable poison d’autant plus dans le secteur offensif.

Éver Banega : la légende s’en va

La légende Banega va donc quitter le Sevilla FC pour rejoindre l’Arabie Saoudite. Après une dernière saison magnifique, le milieu argentin quitte donc la Liga sur un golazo, inscrit contre l’Athletic sur coup franc-direct. Une oeuvre d’art à l’image de la carrière d’un joueur qui a tout de même délivré sept passes décisives lors de cette campagne. Âgé de 32 ans, Banega sait qu’il a probablement vécu les meilleurs moments de sa carrière en Andalousie.

La curiosidad en el golazo de Banega para Sevilla - Olé
D’un magique coup de patte, Éver Banega avait transformé un coup-franc en fin de saison (crédit : Olé)

Koundé – Diego Carlos : la Ligue 1 s’exporte

Respectivement arrivés de Bordeaux et de Nantes au mercato estival dernier, Jules Koundé et Diego Carlos se sont largement imposés dans la charnière centrale sévillane. Deux anciens joueurs de Ligue 1, réputés pour leurs excellentes qualités défensives qu’ils ont démontré en Espagne. Diego Carlos n’a pas flanché. Titulaire à pratiquement toutes les rencontres de Liga, le Brésilien a été un véritable roc infranchissable.

Son coéquipier français, lui, a prouvé que, malgré son jeune âge, il avait les épaules pour évoluer dans un grand club. Laissé sur le banc en début de saison, Koundé a très vite montré qu’il était le joueur idéal pour former une paire, avec Diego Carlos, qui pourrait bien atteindre des records. Avec un gardien de la qualité de Vaclik dans les cages, la sérénité défensive du Sevilla est assurée.

https://img.bfmtv.com/c/1256/708/83c/4b90203158c39932748a763977246.jpeg
Diego Carlos s’est révélé très rapidement comme le chef de la défense (crédit : RMC Sport)

Les retours de prêt : l’arme du futur ?

Après un mercato estival dernier très agité, Sevilla a dû se séparer de certains joueurs, qui ne correspondaient pas aux attentes du clubs. Cependant, le Sevilla FC compte aussi, dans le futur, sur des joueurs qui ont été prêtés cette saison, et qui ont convaincu.

Carlos Fernandez, prêté à Granada, a largement participé à la qualification européenne du club promu en Primera cette saison. Taillé pour occuper le poste d’avant-centre, il y a aussi Marc Gual, cédé au Real Madrid Castilla et Girona. Enfin, le club andalou possède aussi des joueurs de qualité comme Alejandro Pozo ou encore la pépite Bryan Gil. Beaucoup de jeunes qui pourraient bien faire parler d’eux dans les prochaines années.

Lopetegui, ¡bueníssimo!

Choisi lors de l’été dernier pour ramener le Sevilla FC vers la Champions League, Julen Lopetegui a, en plus de compléter les objectifs, réalisé un travail exceptionnel à la tête d’une équipe dont il a eu carte blanche. Accompagné de Monchi pour la direction sportive, le coach basque est grandement impliqué dans la gestion sportive et le mercato du club. Même si tous les transferts n’ont pas été fructueux, une bonne partie a convaincu.

Son formidable travail passe notamment par les décisions prises. Les choix visant à faire confiance à Jules Koundé en défense centrale, à signer Óliver Torres, qu’il avait connu à Porto, ou à aller chercher Luuk de Jong au PSV ont été payants. Lopetegui a également su faire le tri entre les joueurs qu’il ne désirait pas et ceux qui n’avaient plus la qualité pour rester titulaire.

Fortement critiqué après sa sortie compliquée de la Roja et son mauvais passage à Madrid, Julen Lopetegui a surpris plus d’un supporter cette saison. Alors que certains se montraient réticents lors de son arrivée en Andalousie, le Basque a fait taire les critiques lancées par certains médias et supporters.

Lopetegui: "If I would go back to Madrid? I don't think about the ...
Très agité dans sa zone technique (et même parfois en dehors), Julen Lopetegui n’exprime pas ses émotions à moitié (crédit : Real Madrid Sport)

Avec lui, le Sevilla FC a donc su retrouver un jeu plus direct, plus défensif mais également plus tranchant offensivement. Des qualités qui avaient quelque peu manqué à l’équipe andalouse lors des précédents exercices. La possession prônée est également une de ses volontés tactiques qui, jusqu’à présent, semble porter ses fruits.

A l’heure de tirer un bilan de cet exercice, il est extrêmement positif pour Sevilla. En plus d’avoir rempli les objectifs et d’avoir retrouvé la Champions League, que les fans attendaient avec impatience, l’équipe a également dégagé beaucoup de maîtrise et de confiance tout au long de sa saison. Lopetegui a réussi à imposer ce qu’il voulait à cette équipe mais veut encore apporter beaucoup de nouveautés au Sevilla FC, en continuant de travailler autour d’un effectif soudé et de qualité pour le présent, et le futur. Encore en lice en Europa League, un trophée serait une excellente manière de récompenser la très belle saison du club sévillan.

Bilan de saison 2019/20 – Atlético de Madrid

Le club colchonero a conclu la saison 2019/2020 à la troisième place derrière ses deux gros rivaux que sont le Real Madrid et le FC Barcelona. Alors que la pré-saison augurait une équipe redoutable, l’année de transition s’est finalement imposé à la formation de Diego Simeone, qui a perdu plusieurs de ses cadres au mercato d’été.

Les adeptes du tiki-taka de Guardiola ou même du Barça sont quasi unanimes sur la difficulté d’adhérer à ce système de jeu. On peut dire aussi qu’il en va de même pour le cholismo, qui dans un sens, est son parfait opposé. Simeone l’avait annoncé au moment où tout le monde était bluffé d’abord par le recrutement homogène, ensuite par les premières prestations de l’Atléti durant l’été. Loin de s’enflammer, il avait déjà considéré cette campagne comme une saison transitoire et il ne s’était pas trompé. L’Atlético de Madrid a probablement vécu sa saison la plus compliquée depuis que l’Argentin a pris les rênes de l’équipe. Avec des hauts et des bas, les rojiblancos ont réussi à atteindre l’objectif de la Ligue des Champions dans une reprise post-covid d’un autre niveau.

Le renouveau

Une nouvelle ère a débuté cette saison au Wanda Metropolitano. L’Atlético de Madrid a presque tourné la page de la génération qui l’a mené sur le trône espagnol en 2014 et qui l’a fait rêver à deux reprises d’une victoire en Ligue des Champions. Après le départ de l’emblématique capitaine Gabi Hernández un an plus tôt, c’était maintenant au tour de Diego Godin, Filipe Luis ou encore Juanfran de quitter le navire. Et comme-ci cela ne suffisait pas, certains jeunes qui devaient incarner le futur comme Rodri ou encore Lucas Hernández ont rejoint d’autres contrées ainsi que la star Antoine Griezmann.

Recruté pour 126 millions d'euros, João Félix incarne le futur de l'Atléti, mais sa première saison a été décevante.
Espoir du foot portugais et européen, João Félix est arrivé à Madrid pour plus de 120 millions d’euros afin de faire oublier le départ de Griezmann. (Crédit : Euronews)

Le départ de ce dernier au Barça a engendré quelques représailles entre les deux entités, mais a surtout laissé un vide dans l’attaque rojiblanca. L’arrivée de la jeune pépite portugaise, João Félix, devait combler ce trou, hélas le costume était trop grand pour lui lors de sa première saison en Espagne. Malgré les espoirs suscités, Félix a été à l’image de son équipe, inconstant devant l’exigence que demande le meilleur championnat du monde.

Dans cet Atlético new look, Simeone savait déjà que son système n’allait pas prendre forme très rapidement. Le mercato a été loué avec quelques signatures de qualité. Kieran Trippier, qui a réalisé une campagne encourageante. Renan Lodi et Marcos Llorente, deux joueurs qui ont donné satisfaction au fil des matchs. Felipe, qui s’est rapidement installé en patron de la défense durant les indisponibilités de José Maria Giménez ou encore Mario Hermoso, qui n’a pas répondu aux attentes après ses belles performances l’année dernière à l’Espanyol.

De bons joueurs venus prendre les places laissées vacantes par les gloires de la première époque. Les matchs de préparation ont laissé planer le rêve de l’année du titre chez certains surtout après la déroute infligée au Real Madrid dans l’International Champions Cup. Cependant, les blessures, la sécheresse en attaque et les problèmes à gérer les matchs à l’extérieur ont failli plomber la saison d’une équipe qui s’est enfin trouvé à la fin du confinement.

Des espoirs rapidement douchés

Si le Covid 19 n’avait pas tant bouleversé le monde, on aurait pu se demander si l’Atlético allait assurer une place en Ligue des Champions la saison prochaine. La reprise de LaLiga après l’état d’urgence sanitaire a dévoilé une équipe métamorphosée. Longtemps menacée par la Real Sociedad, le Sevilla FC ou encore Getafe, la formation de Diego Simeone a profité de cette longue coupure de deux mois pour d’abord récupérer quelques blessés, se renforcer physiquement, enchaîner les onze derniers matchs sans défaite et profiter ainsi de la dégringolade des azulóns et des Basques. 

Un nouvel Atléti post-covid a mené Simeone vers son huitième podium consécutif en Liga (Twitter : @Atletico_Fra)

Plus frais et mieux armé, mais surtout avec un banc efficace (Vitolo en super-sub, NDLR), elle a simplement repris la saison là où elle l’avait laissé. Autrement dit, après la défaite dans le derby au Bernabéu (1-0) début février, un vent nouveau semblait souffler. Le succès contre Granada (1-0) qui a mis fin à un mois de disette de buts en Liga, suivi du nul à Valence (2-2) et de la victoire contre Liverpool au Wanda (1-0) a relancé une équipe qui durant la première partie de la saison nageait entre deux eaux.

Pourtant, au coup d’envoi de cette édition 2019/2020, comme d’habitude, elle faisait partie des sérieux candidats pour le titre de champion qui est finalement allé dans la maison voisine. Seule équipe à avoir ajouté neuf points lors des trois premiers matchs, l’Atléti n’aura passé qu’une journée à la tête de LaLiga. Tandis que ces principaux rivaux marquaient le pas (défaite du Barça d’entrée à Bilbao et le Real enchaînait deux nuls, NDLR), les colchoneros se contentaient du minimum face à Getafe et à Leganés. 

L’Atléti a renversé Eibar alors qu’il perdait 0-2 après vingt minutes de jeu, un match qui montrait déjà que la nouvelle équipe de Cholo aura du pain sur la planche. (Vidéo : Bein Sports)

Mais l’illusion n’aura que peu duré. Déjà la victoire étriquée contre Eibar (3-2) montrait des premiers signes d’inquiétude sur la capacité des rouges et blancs à confirmer ce qu’ils ont montré durant la pré-saison. Des doutes confirmés une semaine plus tard à San Sebastián à la suite d’une défaite sans appel face à la Real Sociedad (2-0). Ce match a été un révélateur de ce qui aller miner la saison de l’Atléti jusqu’en février :  le réalisme.

Avec seulement sept buts marqués après huit matchs de Liga, des questions se posent déjà sur l’efficacité offensive. Leader lors de la troisième journée, l’Atléti n’aura occupé cette position qu’à cette occasion. La suite a été un ascenseur entre la 6e et la 3e place. Sixième comme lors de la réception du Barça à la 15e journée qui a mis fin au rêve du titre. Une défaite 0-1  qui a vu les blaugranas et les merengues prendre le large avec sept points d’avance.

Toujours avec une défense irréprochable, l’Atléti aura tenu en échec le Barça durant 85 minutes avant que Messi n’invente une autre merveille. LaLiga est terminée pour les Madrilènes (Vidéo : Bein Sports)

Entre les matchs nuls qui se sont succédé à l’extérieur (dix au total sur les seize obtenus cette saison), les séries de blessures (Giménez, Koke, Costa, Félix etc.), l’équipe nous avait confirmé son regain de forme lors d’une folle soirée à Anfield marquée par l’explosion de Marcos Llorente, auteur d’un doublé pour éliminer Liverpool en huitième de finale de Ligue des Champions. Avant cela, la finale perdue en Supercoupe d’Espagne face au Real Madrid avait entamé la période d’un mois sans le moindre but marqué en Liga, en plus d’une élimination en huitième de finale de la Copa face à la modeste équipe du Cultural Leonesa, pensionnaire de Segunda B (troisième division).

A LIRE AUSSI : Bilan de saison 2019/20 – FC Barcelona

La pire saison de Cholo

Pour la huitième année de suite, Diego Pablo Simeone a rempli l’objectif minimum, c’est-à-dire qualifier son équipe en Ligue des Champions et assurer une nouvelle fois sa place sur le podium. En dépit des problèmes qui ont longtemps remis en cause cet accès à la compétition reine de l’UEFA, l’Atlético a fait le travail dans le sprint final, là où ses rivaux directs ont failli. L’équipe a montré moins de dépendance au niveau de l’attaque avec huit buteurs différents durant ces onze derniers matchs. Le retour de Carrasco, cet hiver, a apporté plus de vitesse dans les transitions et des résultats essentiels ont été notés comme le nul au Camp Nou face à un Barça englué dans une crise sportive et institutionnelle (2-2) mais aussi les succès face à Osasuna (0-5), Mallorca (3-0) ou encore Getafe (0-2).

La qualification en Ligue des Champions assurée à la 36e journée après la victoire contre le Real Betis. (Vidéo : Bein Sports)

Mais comme l’avait prédit le technicien argentin, cette saison n’a pas été de tout repos et a été la moins productive depuis son arrivée sur le banc matelassier. Déjà durant ces deux dernières années, la nécessité de renouveler se sentait dans la première génération qui arrivait en fin de parcours. Offensivement, l’Atlético devenait de moins en moins tranchant malgré la présence de Griezmann.

Les statistiques de l'Atlético depuis que Diego Simeone dirige l'équipe.
Depuis qu’il a pris les rênes de l’Atléti, Simeone a réalisé la saison la plus pauvre en termes de points et de buts marqués.

Tout d’abord, les 70 points obtenus. L’Atléti n’a jamais enregistré un si faible nombre sous l’ère Simeone. Ensuite, pour la première fois, l’équipe n’a pas dépassé les vingt victoires en Liga. Cependant, la statistique la plus frappante reste le nombre de buts marqués, cinquante et un au total. On notera aussi que depuis trois ans, l’équipe peine à franchir la barre des soixante buts en une saison et celle-ci a été la pire.

L’attente suscitée par le recrutement de João Félix est vite redescendue. Auteur de six buts en Liga, le Lusitanien a plus brillé par son inconstance que par ses performances. Cette saison a été un apprentissage pour le joueur le plus cher de l’histoire du club. De son côté, Alvaro Morata a connu de bien meilleures performances même s’il a terminé meilleur buteur de l’équipe avec douze réalisations.  

Quant aux autres attaquants, Diego Costa, absent pendant une longue période à cause d’une hernie discale, a signé une très mauvaise campagne malgré l’amélioration de son rendement dans la trame finale. Angel Correa a surfé dans la vague de son équipe avec quelques étincelles par moments, mais rien de plus.

Jan Oblak a une nouvelle fois réalisé une saison exceptionnelle dans les cages de l'Atléti.
Encore une saison magnifique du Slovène qui a tenu l’Atléti en vie avec 0,7 but encaissé par match et 77% d’arrêts. (Crédit : Javier Soriano / AFP)

En revanche, si les offensifs n’ont pas brillé de mille feux, le cholismo n’a pas dérogé à sa règle de base qu’est la défense. Il ne s’agit pas de la meilleure saison dans ce domaine, ni la plus mauvaise. L’Atléti a terminé deuxième meilleure défense de LaLiga derrière le Real Madrid avec seulement 27 buts concédés. A défaut de gagner, l’équipe ne perdait pas non plus grâce à son gardien Oblak, qui par ses miracles, a encore fois a sauvé beaucoup de points.

En somme, le club de la capitale a encore démontré qu’il fallait toujours compter sur lui, malgré les difficultés traversées durant cette saison. Il l’a prouvé en championnat mais surtout en Ligue des Champions après avoir éliminé le tenant du titre et champion d’Angleterre, Liverpool, dans une double confrontation épique. Avec les résultats qui ont accompagné les bonnes sensations affichées au retour du confinement, l’équipe pourra maintenant se concentrer sur la suite du tournoi européen après avoir réalisé un dur travail pendant la pause et maintenir sa série d’invincibilité à dix-huit matchs.

Bilan de saison 2019/20 – FC Barcelona

Ce sont seulement cinq points qui ont séparé le FC Barcelona du Real Madrid à l’issue de cette saison de Liga. Malgré les résultats bons en apparence, cet exercice s’est révélé compliqué pour le Barça. Les crises sportives, comme internes, ont frappé le club à plusieurs reprises rendant la situation instable, surtout pour les supporters. La saison blanche sur le plan national est un véritable échec même si ces performances ont en grande partie été masquées par le génie de Messi…

Battu en Liga, éliminé en Copa et SuperCopa, le Barça n’ajoutera donc rien à son armoire à trophées sur le territoire espagnol. Pour sauver une saison très compliquée, il restera encore la Champions League. Alors que les murs tremblent entre la direction, le staff et les joueurs, les performances ont été en dessous des attentes pour cette campagne. Maître du football hispanique sur les dernières années, le FC Barcelona souffre aujourd’hui. La succession de Valverde ne semble pas aussi glorieuse qu’on aurait pu l’imaginer. Les prouesses de Messi et Ter Stegen sont, en quelque sorte, l’arbre qui cache la forêt.

Avec Valverde, les syndromes d’une équipe qui n’avançait plus

Un des faits marquants de la saison blaugrana reste évidemment le changement d’entraîneur, intervenu en janvier dernier. Quique Setién, libre depuis son départ du Betis, a remplacé Ernesto Valverde, vivement critiqué pour ses résultats et le jeu proposé avec un tel effectif. Dans cette saison si particulière, on peut donc y voir deux parties importantes, avec des similitudes statistiques néanmoins.

L’exercice 2019/20 débute donc sous les ordres de l’ancien technicien de l’Athletic. Présent depuis l’été 2018, Valverde est déjà sous le feu des critiques, notamment après les deux remontadas subies en Champions League. Après le match nul contre l’Espanyol (2-2), l’élimination en SuperCopa est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Pourtant protégé par le vestiaire, Ernesto Valverde va être démis de ses fonctions le 13 janvier 2020. A son départ, le Barça occupe la première place du championnat occupe la première place, partagée avec Madrid.

https://www.fcbarcelona.com/fcbarcelona/photo/2018/06/23/799e10a4-cf82-4c8f-aa7c-f419710d0986/DzIAUrXl.jpg
Bartomeu, longtemps convaincu par Valverde, finira par changer d’avis en licenciant le coach tandis que la grande majorité des supporters approuvera cette décision (crédit : FC Barcelona)

Pourtant globalement présents depuis son arrivée, les résultats obtenus dans cette première partie de saison sont nettement moins bons. À ce stade, le Barça a déjà été défait à trois reprises, soit autant de fois que lors de l’exercice précédent. Un constat déjà pesant, à peine atteint la mi-saison. À l’extérieur, l’équipe barcelonaise est friable et perd de nombreux points.

Défensivement, les coéquipiers de Messi connaissent des difficultés également. La défense n’est pas irréprochable sur beaucoup d’actions et après 19 journées, Barcelone a déjà concédé 23 buts. Là encore, ce sont des chiffres inquiétants par rapport aux saisons précédentes. Malgré la qualification pour la phase finale de C1, Ernesto Valverde va être débarqué du club, pour des raisons compréhensibles.

Setién, bon choix ou erreur de casting ?

Après plusieurs jours de réflexion et de préparation, la Junta du Barça tient son nouveau coach. Il s’agit de Quique Setién, ayant auparavant entraîné le Betis et Las Palmas, entre autres. Peu d’expérience au haut niveau, mais la direction est confiante après avoir contacté des anciens joueurs ayant joué sous les ordres du Cantabre, tel que Marc Bartra.

A peine arrivé, Setién affiche des principes de jeu forts et se veut rassurant auprès de supporters qui veulent retrouver une équipe qui se bat et agréable à observer. L’Espagnol est régulièrement comparé à Johan Cruyff, pour sa vision et son ADN du football.

«Ce n’est que lorsque j’ai vu les matchs de Johan Cruyff à Barcelone que j’ai commencé à comprendre comment les choses fonctionnaient vraiment. J’ai beaucoup appris de lui»

Quique Setién, lors de sa conférence de presse de présentation (Tribuna.com)
La présentation de Quique Setién au FC Barcelone - Espagne ...
Dans la foulée du licenciement de Valverde, Quique Setién est nommé au Barça (crédit : Le Figaro)

L’un des moments les plus marquants de ce discours de présentation restera le point souligné par Setién, soutenant que la seule chose sûre, à l’heure de cette conférence de presse, est que son équipe jouera bien. Un message fort et qui veut déjà instaurer du nouveau dans le jeu catalan.

Au cours de la seconde partie de saison, les résultats vont être légèrement mieux. Le Barça va collecter 42 points sur la phase retour de LaLiga, contre 40 avec Ernesto Valverde. La défense va être plus solide et l’attaque tout aussi tranchante. Les chiffres sont quasiment les mêmes qu’avec Valverde, avec là encore, trois revers, moins de nuls, légèrement plus de revers et un peu moins de buts marqués. En bref, la comparaison statistique entre Ernesto Valverde et Quique Setién a un faible intérêt à ce stade en raison de la similarité qu’on y retrouve.

A LIRE AUSSI : Bilan de saison 2019/20 – Real Madrid

Cependant, cette équipe blaugrana va continuer de perdre d’importants points qui lui coûteront le titre. La défaite dans le Clásico (2-0), le difficile match à Mestalla (2-0) sont déjà des rencontres cruciales de perdues. Mais les points lâchés après la reprise, contre Sevilla, le Celta et l’Atlético, mettront hors course une équipe battue par un Real Madrid imperturbable.

C’est d’ailleurs sur ce sprint final particulier que les choses vont s’envenimer. Alors en tête, en possédant deux points d’avance sur Madrid, Barcelone va rapidement perdre le leadership du championnat au profit de son rival éternel. En plus de craquer sur le plan sportif, le Barça va aussi exploser en interne. Les choix de plus en plus incompréhensibles de la direction s’ajoutent à une histoire où le staff et les joueurs seraient, selon les différents médias, en rupture.

La question se pose alors autour de la capacité de Setién à gérer un tel groupe. Lui qui voulait prôner un jeu plus agréable, se retrouverait finalement à perdre le contact avec son effectif. Un nouveau souci à gérer donc. Un peu plus de six mois après son arrivée, Setién semble déjà avoir perdu la confiance de beaucoup de supporters, n’arrivant pas à mettre ses principes en place.

Éliminé dès les quarts de finale de la Copa, par l’Athletic (1-0), Quique Setién est donc remis en question. Le Cantabre reprend néanmoins une équipe qui n’a jamais réellement pu se sentir libérée des critiques qu’elle essuie depuis un certains temps. De plus, le niveau de certains joueurs est pointé du doigt par les fans. Menacé à son poste, Setién ne veut pas jeter les armes et souhaite continuer de se battre et de tenter de stabiliser le jeu tout en continuant de triompher.

La manière de gagner, la grande quête de ce Barça

Dans le football, gagner c’est bien. Avec la manière, c’est mieux. La manière, c’est ce que recherche le Barça. Son identité historique avec des coachs tels que Guardiola ou Cruyff, réputés pour prôner un des plus beaux jeux que le football ait connu. Aujourd’hui, beaucoup des succès barcelonais sont poussifs et difficiles face à des équipes qui défendent bien.

Avec Setién, le Barça joue beaucoup plus sur la possession de la balle. Une méthode pour confisquer le ballon, laissant ainsi peu d’occasions pour les adversaires. Mais la formation blaugrana a parfois des difficultés à inquiéter les autres équipes avec cette possession, faisant beaucoup tourner sans parvenir à s’infiltrer dans le bloc défensif opposé.

Pour Setién, les succès comptent mais l’entraîneur insiste également sur le fait que bien jouer soit une nécessité (crédit : Bein Sports)

Avec le technicien espagnol, Barcelone a parfois connu des matchs difficiles mais a également réalisé d’impressionnantes performances. Les succès à Villarreal (1-4) ou contre Alavés (0-5) nous avaient montré un Barça dominateur, serein et qui avait contrôlé le match.

Dans cette envie de gagner avec la manière, sont aussi inclus les jeunes. Riqui Puig et Ansu Fati ou encore Ronald Araujo commencent à gratter de plus en plus de temps de jeu en équipe première. Une bonne nouvelle pour une grande partie du public qui réclamait une présence plus régulière de leur part avec les pros. Ils apportent de la nouveauté dans le jeu barcelonais pour remplacer des joueurs qui ont beaucoup moins d’impact. Les cas difficiles de plusieurs joueurs ont favorisé l’intégration de cette jeunesse, arrivés de La Masia.

En tout cas, le Barça devra désormais répéter ce genre de performances plus régulièrement, en plus de continuer à gagner. La manière se doit d’être un objectif primordial à retrouver pour une équipe qui l’avait quelque peu délaissée sous Ernesto Valverde.

Messi, sauveur mais aussi préventif

Leo Messi, que dire ? Encore une saison exceptionnelle, comme toujours, et pourtant le génie argentin continue de nous étonner. Avec 25 buts au compteur et 21 passes décisives délivrées, la Pulga a encore frappé. Encore un record battu par l’Argentin : celui du nombre d’assists en une saison de championnat. Avec un peu plus de vingt unités, Messi a battu le record de Xavi, fixé à vingt passes décisives.

Así fue el GOL 700 de LEO MESSI a lo PANENKA! | FC Barcelona ...
Au cours de cet exercice, Messi a inscrit le 700e but de sa carrière. Une réalisation inscrite sur une panenka contre Jan Oblak (crédit : Lionel Messi.eu)

En plus de ça, Leo Messi a de nouveau reçu le trophée Pichichi. Une récompense décernée au meilleur buteur de Liga. Le sextuple Ballon d’Or a terminé máximo goleador du championnat pour la septième fois de sa carrière, battant, là encore, un record jusqu’alors détenu par Telmo Zarra, six fois sacré meilleur buteur (ancien meilleur buteur du championnat, évoluant à l’Athletic dans les années 1940 et 1950). Exceptionnel, donc.

Le problème de cette importance à Messi est d’y créer une dépendance, déjà bien présente pour certains. L’Argentin a sauvé le Barça à de nombreuses reprises cette saison, cachant un peu la difficulté de son équipe à triompher. Certains supporters craignent, plutôt à juste titre, « l’après Messi ». Une crainte compréhensible quand on voit tant l’équipe blaugrana dépend du joueur et trouve relativement peu d’autres alternatives à son génie.

Après cette saison difficile, Messi a quand même voulu tirer la sonnette d’alarme. Au delà de la rumeur indiquant qu’il ne souhaitait pas prolonger plus loin qu’en 2021, l’Argentin sait que son équipe n’a pas bien joué cette saison. D’après les médias, le joueur serait aussi agacé de la gestion du club par la direction.

«On ne voulait pas terminer la saison comme ça. On est une équipe irrégulière, lente, avec peu d’intensité. On a perdu beaucoup de points et le match d’aujourd’hui est un résumé de la saison»

La déclaration de Leo Messi, après la défaite contre Osasuna (1-2)

Malgré les quelques performances très mauvaises de son équipe, le natif de Rosario a beaucoup sauvé son équipe, tout comme Ter Stegen aux cages. Un même constat qu’avait soulevé Malcom, lors de son départ vers la Russie. Pour lui, comme beaucoup de monde, Messi cache beaucoup de problèmes au Barça. Même s’il a déjà poussé quelques coups de gueule, il est difficile d’imaginer Messi ailleurs qu’à sa maison qu’est Barcelone. Néanmoins, le football est tellement imprévisible qu’on ne peut rien affirmer à 100%…

C’est donc avec des incertitudes sur le futur et d’importants soucis, sportifs comme extra-sportifs, que le Barça achève cette campagne 2019/20. Une saison blanche difficile sur le plan national de façon collective mais dans laquelle certaines individualités ont continué de briller ou dans laquelle de jeunes talents se sont révélés. Setién, menacé pour son avenir, a pour but de continuer de faire évoluer ce Barça, notamment dans son jeu, alors que certains cadres se doivent de retrouver un niveau à la hauteur du club dans lequel ils évoluent. Maintenant, cap sur la Ligue des Champions et le match retour contre Naples, début août, afin d’oublier une édition de Liga qui ne se sera pas déroulée comme voulue.