Comment va s’effectuer le retour du public dans les stades en Espagne ?

Après plus d’un an de matchs à huis clos, le retour du public dans les stades de Primera et Segunda pour la nouvelle saison vient d’être confirmé ce mercredi 4 août, avec des mesures particulières. Le ministère de la Santé espagnol s’est voulu clair et aussi préventif en soutenant que toute décision prise était par la suite susceptible d’évoluer selon la situation sanitaire du pays. Retour sur ces annonces qui concerneront le public.

Pas de « passe sanitaire », mais des mesures sanitaires toujours en place

A la suite du Conseil Interterritorial de la Santé de ce mercredi, la ministre Carolina Darias a annoncé que la capacité d’accueil maximale serait de 40% pour les évènements se déroulant en extérieur, comme dans les stades. Valable dans l’intégralité du pays, cette restriction s’abaissera à 30% pour les rassemblements en intérieur, s’adressant ici davantage à la Liga ABC, championnat de basket en Espagne.

Néanmoins, il convient de préciser que la jauge de 40% pourra être discutée et abaissée à tout moment par les autorités de de chaque Communauté Autonome, le gouvernement central espagnol n’ayant servi qu’à fixer clairement une jauge maximale. La Navarre a par exemple communiqué ce même jour que la capacité d’accueil serait seulement de 30% dans les stades. En effet, depuis un décret signé en juin, la coordination et l’organisation du retour du public reviennent à la responsabilité des Communautés Autonomes, tandis qu’auparavant le Conseil Supérieur des Sports était le gérant du dossier.


Si le gouvernement espagnol a fait le choix de ne pas appliquer de passe sanitaire pour entrer dans les stades, il a toutefois été annoncé que le port du masque serait obligatoire et que la distanciation sociale d’un mètre et demi devrait être appliquée, dès que si les conditions la rendent possible. Fumer ou encore manger ne sera pas permis dans l’enceinte, à la différence de boire de l’eau uniquement.

Les entrées au stade se feront par tranches horaires précédant le coup d’envoi de la rencontre. Pour beaucoup de clubs, le protocole sera prochainement dévoilé mais l’instance de santé souhaite une application stricte de cette règle, afin que les accès soient règlementés et que les entrées soient effectuées, par exemple, toutes les 15 minutes comme l’ont laissé comprendre certains médias. Les sorties du stade seront aussi « échelonnées » par créneaux horaires.

https://img2.rtve.es/v/5901686?w=800&preview=1620840269550.jpg
Plus grand stade de Liga, le Camp Nou retrouvera son public la saison prochaine avec un pourcentage d’accueil qui n’a pas encore été défini par les autorités locales (crédit photo : RTVE.es)

Une capacité d’accueille revue et modifiée en septembre ?

L’accord passé entre le gouvernement et les instances locales, et les mesures qui en découlent, seront en vigueur du 13 août jusqu’au 29 de ce même mois. A l’issue de cette date, la Ministre de la Santé a indiqué qu’une nouvelle réunion serait organisée pour revoir, à la hausse ou à la baisse, si la limite d’accueil de 40% doit être modifiée, selon l’évolution de la situation sanitaire. Ces consignes pourront aussi varier localement si les chiffres en lien à la pandémie venaient à évoluer négativement.

Ainsi, cette nouvelle information vient contredire les annonces faites au moins de juin dernier par ce même Ministère de la Santé. En effet, un retour sans jauge particulière de public dans les différents stades du territoire avait été communiqué, mais avec port du masque obligatoire. Cependant, à cette période les taux d’incidence sur les terres hispaniques se situaient dans des sphères bien plus basses qu’au cœur de ce mois d’août.

Le gouvernement mise sur la responsabilité des clubs

Afin que les rencontres sportives et que l’accueil du public se passent dans les meilleures conditions, les clubs devront fournir d’importants efforts vis à vis de la gestion de l’arrivée des supporters, en étudiant éventuellement leur provenance afin de pouvoir développer une traçabilité efficace en cas de contamination. Les protocoles d’accès devront être minutieux et tout devra être expliqué et défini : sens de circulation, capacité d’affluence chiffrée en nombre de spectateurs, entretien et hygiène des tribunes, ou encore contrôle du respect des normes en vigueur.

Image
Osasuna a annoncé ce jeudi 5 août la mise en vente des places pour l’accès à El Sadar, qui se limitera à une capacité de remplissage de 30% (crédit photo : Twitter @CAOsasuna)

Le mode d’attribution des places relèvera du choix des équipes. Certaines ont pour volonté de procéder à un tirage au sort pour offrir une chance à tout individu de retourner au stade au cours de la saison. Les clubs devront quant à eux faire leur part du travail et faciliter leur communication avec les Communautés Autonomes qui, elles-mêmes, seront chargées de se coordonner sur les mesures avec le gouvernement central basé à Madrid.

Le mois d’août fera en tout cas office de premier pas vers le retour à une normalité dans le monde du sport, attendue par des millions de personnes en Espagne et du monde entier. La reprise du championnat avec public sera aussi un marqueur fort pour observer l’organisation et la capacité des instances à gérer une situation sanitaire qui ne cesse d’évoluer…

Présaison 21/22 – L’heure de la rentrée a sonné !

Peu à peu, le football retrouve son mode de vie typique. Après le retour en quantité du public observé pendant l’Euro, les clubs devraient en cet été 2021 bénéficier d’une présaison bien plus complète et efficace que celle de l’an dernier, tronquée par la pandémie et reportée en raison de la conclusion tardive des championnats durant l’été. Dans cette première semaine de juillet, beaucoup de clubs sont sur le chemin du retour. Bilan des programmes prévus des différents clubs de Liga pour préparer la nouvelle saison 2021/22.

En raison des différentes annonces officielles et de la crise sanitaire, les dates et rencontres citées dans cet article sont susceptibles de varier à tout moment.

5 juillet, date clé et synonyme de reprise

Nombreux sont les clubs qui ont officiellement confirmé leur retour au travail dès les premiers jours du mois de juillet. La date du lundi 5 juillet comme début officiel de la présaison 2021/2022 coïncide notamment dans la grande majorité des équipes : Deportivo Alavés, Athletic Club, Betis, Celta, Elche, Getafe, Granada, Osasuna, Real Madrid. Les deux promus directs, l’Espanyol et Mallorca, reprendront également leur vie de groupe à partir de cette date. Les clubs débuteront d’abord par une phase de tests médicaux avant de revenir sur les terrains pour reprendre les entraînements, et disputer plusieurs rencontres amicales.

Concernant les autres clubs du championnat qui ne reprendront pas à la date précédemment citée, leur rentrée s’opérera dans les jours suivants. Les clubs andalous de Sevilla et Cádiz reviendront le 6 juillet, suivis de Levante, Villarreal et l’Atlético le 7 juillet. Enfin, la Real Sociedad et Villarreal débuteront leur présaison le 8 juillet quand le Barça réapparaitra les 9 et 10 du même mois. Seul le Rayo Vallecano, promu à la fin juin à l’issue des play-off de Segunda, n’a annoncé aucune date de retour officielle pour le moment même si la date du 12 juillet a été annoncée dans les médias.

Amicaux et stages à l’étranger de retour

Le Betis sera probablement un des clubs les plus actifs de l’été en Liga, en réalisant un stage de 10 jours en Suisse du 7 au 17 juillet avant de se rendre en Angleterre entre le 26 et le 31, puis finira sa présaison en Andalousie, du côté de Marbella. Winterthur, Wolverhampton et Derby County seront les adversaires du club verdiblanco. Marbella qui sera d’ailleurs le point de réception d’autres clubs comme le Celta (du 11 au 25 juillet, amical contre Wolverhampton), l’Espanyol (du 19 au 30 juillet, amicaux contre Nástic et Las Palmas), ou encore Granada (26 juillet au 2 août). La formation reprise par Robert Moreno a notamment rendez-vous avec Bournemouth et Málaga en match amical.

L’Athletic Club de Marcelino effectuera quant à lui un stage en Suisse du 16 au 24 juillet avec des amicaux prévus contre des adversaires de gala : St Gallen, Dinamo Kiev, Borussia Dortmund et Union Berlin. Le dernier vainqueur de l’Europa League, Villarreal, se devra de préparer le match de SuperCoupe d’Europe contre Chelsea, le 11 août. Pour cela, le sous-marin jaune a prévu d’affronter Valencia (16 juillet) et le Budapest Honvéd (24 juillet), en plus du Barça (4 août).

Présaison espagnole pour une majorité de clubs

De retour sur les terres hispaniques, la communauté valencienne n’accueillera pas seulement des touristes durant l’été. En effet, Sevilla réalisera un stage à Alicante en juillet, avant de s’envoler vers le Portugal, avec un amical prévu contre Aston Villa, tandis que Valencia restera en province, à Oliva, du 12 au 17 juillet. L’équipe dirigée par Bordalás doit se mesurer à Villarreal, l’Atromitos d’Athènes, Cartagena, Zaragoza et Levante tout au long du mois précédant la reprise du championnat.

Mallorca s’entraînera pendant quelques jours sur la côte de Benidorm, en défiant Ibiza, le Stade Brestois et Cartagena, quand Getafe et Alavés seront en stage à La Manga. La formation madrilène a notamment prévu d’affronter le Stade Rennais, Ibiza et Besiktas, entre autres, tandis que le Deportivo Alavés se mesurera à la Real Sociedad et Elche durant la dernière semaine de juillet. Le club glorioso a aussi planifié des rencontres face à Logroñés (14 juillet), Amorebieta (17 juillet), Mirandés (28 juillet) et Al-Nasr (6 août). Rennes qui sera d’ailleurs également adversaire de Levante en présaison, le 24 juillet. Les Granotas défieront aussi Alavés (6 août) et Elche (7 août).

Préparation plus locale pour plusieurs entités espagnoles. Si le Rayo Vallecano et le Real Madrid n’ont encore communiqué officiellement sur la programmation d’aucun match amical, les deux clubs de la capitale ont prévu de faire de leur centre d’entraînement le lieu majeur de leur préparation estivale. Elche, de son côté, a déjà fourni une liste complète de ses adversaires de l’été, qui seront défiés en Espagne : l’Atromitos d’Athènes, Zaragoza, Tenerife, Cartagena et enfin un match, dont l’opposant reste à définir, pour décerner le Trofeo Festa d’Elx en août.

Scénario identique pour Osasuna. L’équipe navarraise doit affronter sa réserve (17 juillet), mais aussi Huesca (21 juillet), Burgos (24 juillet), Valladolid (30 juillet) et Mirandés (31 juillet) pour se tenir prête avant la reprise du championnat. Dans la région, la Real Sociedad se servira à maintes de reprises des installations de Zubieta avec des rencontres de préparation prévues contre Huesca (17 juillet), Alavés (24 juillet), l’AZ Alkmaar (31 juillet) et Eibar (6 août).

Pour sa part, l’Atlético de Madrid, qui débutera sa présaison le 7 juillet, s’est planifié un choc contre l’Inter, en Isräel, début août. Mais avant ça, l’actuel champion d’Espagne disputera le Trofeo de Burgo de Osma, en plus des oppositions contre Salzburg (28 juillet), Wolfsburg (31 juillet) et Cádiz pour le traditionnel match du Trofeo Carranza (7 août). Cette même équipe de Cádiz affrontera aussi le Barbate CF (14 juillet), l’Atlético Sanluqueño (17 juillet), Linense, et Algeciras en amical. Enfin, le FC Barcelona débutera sa présaison contre des opposants locaux avec Nástic (21 juillet) et Girona (24 juillet) avant de passer à l’échelon supérieur en défiant Villarreal à Tel Aviv (4 août). Le club blaugrana devra aussi remettre en jeu le trophée Joan Gamper au cours de l’été.

[AS] Álex Fernández : « Affronter Nacho était génial pour moi parce que c’est mon idole »

Álex Fernández, le milieu de terrain de Cádiz, s’est entretenu avec les médias officiels du club pour parler de son expérience au cours des quatre saisons passées sous le maillot amarilloLe joueur madrilène analyse la première partie de saison de son équipe, évoque le moment spécial lorsqu’il a affronté son frère Nacho à Valdebebas et s’exprime sur le prochain adversaire des Andalous, la Real Sociedad.

Sur sa blessure récente : « J’entre déjà dans les derniers jours de récupération, pressé de revenir avec l’équipe. Ça a été une petite gêne musculaire qui m’a permis de faire une pause, mais je vais vraiment très bien »

Bilan de la phase aller du championnat : « L’équipe a montré son vrai visage dans les bons comme mauvais moments. Jouer en Liga est très compliqué puisqu’on a eu de très bons résultats mais on a aussi fait des matchs moyens. C’est là toute la difficulté de la Primera División, lorsque tu affrontes les meilleurs clubs et qu’il peut se passer n’importe quel scénario à chaque match. Je suis satisfait du travail de groupe. Personnellement, je vais bien, j’apprends et je progresse tous les jours, j’apprécie le fait de jouer à des postes différents avec l’objectif clair de toujours aider l’équipe »

Sur l’équipe en général : « Je pense que l’équipe est en bonne posture pour affronter cette deuxième partie de saison qui, nous le savons, va être difficile. Nous nous sommes bien renforcés. Les joueurs qui sont encore ici ont un mental solide et ils savent ce qu’ils ont à faire. L’idée du coach est toujours très claire et on sait qu’en travaillant tous ensemble, tout ira bien »

https://www.diariodecadiz.es/2021/01/04/cadizcf/Alex-Fernandez-balon-entrenamiento_1534956579_130102942_667x375.jpg
(crédit : Diario de Cádiz)

Sur l’adaptation à la première division : « Je n’avais pas joué en Primera División depuis de nombreuses années, c’était plus compliqué que je me l’étais imaginé. J’ai alterné différentes positions sur le terrain et il faut s’adapter rapidement, donner le meilleur de soi-même et encore une fois aider l’équipe au maximum. Je suis satisfait, j’ai beaucoup joué, même si j’ai alterné bonnes et moins bonnes performances, mais en sachant toujours que l’intérêt de l’équipe passe avant le personnel »

Être l’un des capitaines du club : « Au-delà d’être capitaine ou non, c’est avoir du leadership avec ses coéquipiers, le club, les supporters, se sentir identifié aux valeurs du club que je veux d’abord transmettre. Quand je mets le brassard, que les coéquipiers croient en toi ou que les fans supporters te montent leur affection, je ressens une si grande satisfaction parce que ça veut dire que tu fais bien les choses et que tu es sur la bonne voie pour réussir »

L’importance des supporters cadistas : « Ils sont très importants, les supporters sont l’âme de ce club. Ces fans, ce sont eux qui caractérisent Cádiz. Ce virus nous prive de profiter du football à 100%, mais nous voulons nous maintenir pour que notre public ait la chance de nous voir en Primera la saison prochaine »

Opposition Analysis: Cádiz CF - Managing Madrid
(crédit : Managing Madrid)

Son meilleur moment au club : « Je garde en meilleur souvenir le moment de la montée en Primera. L’année dernière a été une excellente année pour l’équipe. Nous avons essayé d’être proches de supporters et je pense que ça faisait longtemps que notre public ne s’était pas senti si identifié au club. Je me suis bien amusé comme un gamin, à chaque match en allant sur le terrain »

Son utilisation à différents postes : milieu de terrain, milieu de terrain ou ailier : « Je vois ces changements comme positifs parce que l’important est de jouer. L’année dernière, dans ma position la plus habituelle, je jouais vraiment bien mais cette année ce qui compte c’est le collectif. Si je dois jouer en tant qu’ailier pour aider l’équipe je le ferai sans problème, en étant ravi. En fait, ça me permet aussi de m’ouvrir des portes et de découvrir un niveaux football »

Avoir affronté son frère Nacho (Real Madrid) à Valdebebas :  « Professionnellement, c’est le meilleur car il est mon idole depuis ma naissance, je le place sur un piédestal. Quand nous nous sommes affrontés à Valdebebas c’était spécial parce qu’il y avait des moments où je ne savais pas comment différencier si j’étais en train de jouer un match de foot ou un simple match contre lui. Ce jour là, l’équipe avait fait un grand match (victoire 0-1) et il restera pour toujours dans ma mémoire »

Real Madrid vs Cádiz: Hay muchos que no están bien... y Zidane es uno de  ellos | Marca.com
(crédit : Marca)

Atteindre l’objectif du maintien : « L’objectif est clair : il faut se maintenir. Ce sera difficile même si nous avons un peu d’avance sur la zone rouge. Je pense que l’équipe est préparée pour la lutte, ce qui va donner vie au club. Nous voulons que notre équipe reste en Liga Santander, nous nous battons pour cela. Ce foutu virus nous a séparés de nos supporters, mais je suis sûr que nous ferons bien les choses pour être tous ensemble à la maison bientôt »

Sur la visite à Anoeta, contre la Real Sociedad ce dimanche : « Ce sera très difficile, très compliqué. Une bonne équipe, un bon entraîneur, ils jouent très bien globalement. Ce sera super compliqué de gagner, comme lors de chaque match de championnat. Nous y allons avec nos armes pour leur faire des dégâts, les titiller et avec la mentalité d’aller y prendre les trois points »

Les jeux sont faits en Liga

C’est désormais officiel, dès la fin du mois d’août 2021 (la date du 30 a été avancée, sans certitudes encore), les clubs de football espagnols ne pourront plus nouer de partenariats de sponsoring avec des entreprises de paris sportifs.

Un mini-séisme au-delà des Pyrénées, tant ces sociétés ont apposé leur marque culturellement et économiquement. Au début de la décennie, déjà, le Real Madrid faisait la promotion de Bwin dans une publicité tape-à-l’œil où figuraient entre autres ses stars Karim Benzema et Sergio Ramos.

Un business fructueux qui rapporte énormément à toutes les équipes, d’où l’importance de cette interdiction qui pourrait ainsi faire très mal aux porte-monnaie de plusieurs clubs. Début 2019, 19 clubs de Liga sur 20 étaient sponsorisés par des marques de paris sportifs, seule la Real Sociedad faisant bande à part après avoir par le passé déjà collaboré avec la franchise Betway. Cette année encore, ce ne sont pas moins de sept clubs de l’élite qui affichent un site de paris comme sponsor principal sur leur maillot, à savoir les deux clubs de Sevilla, Granada, Alavés, Valence, Cádiz et Levante. Le gouvernement a fait savoir à 25 clubs au total qu’ils devaient rompre leurs contrats avec ces entreprises, le tout sur un délai d’un an.

C:\Users\dylan\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\EkiBIIDXIAIE_Cs.jpgGranada, ici face au Sevilla FC (sponsorisé par Marathon Bet), pourra au moins éviter les tacles de son propre sponsor Winamax sur Twitter (crédit photo : Sportbuisness Mag)

A titre de comparaison, on dénombre neuf sociétés de paris sportifs sponsorisant des clubs de première division en France en 2020 (Winamax, Pasino Bet, Pokerstars, Parions Sport, PMU, Betclic, VBet, Unibet et Zebet), signe là encore de l’ancrage du succès de ces entreprises dans le football moderne. Cette législation peut paraître particulièrement sévère pour des clubs ayant basé leur économie sur les revenus liés à ces sponsorings. Mais en réalité, c’est une mesure devenue nécessaire pour contrecarrer l’influence grandissante des sociétés de paris sportifs en Espagne depuis des années.

En Espagne, on parie que vous allez payer…

C:\Users\dylan\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\El Pais.jpg
Les casa apuestas sont partout dans Madrid, qui comptait 362 établissements de ce genre début 2020 (Crédit photo : El Pais)

Il faut avant tout plonger dans l’atmosphère du jeu chez nos voisins ibériques pour mieux saisir la situation. Dans un pays où le taux de chômage équivaut au double de la moyenne européenne (15,3% contre 8% dans la zone euro fin juillet 2020), le jeu apparaît comme un moyen d’échapper à la réalité, à l’instar de nombreuses dépendances. Mais là où certaines addictions sont marginalisées (alcool, drogue…), le tabou qui règne autour du jeu depuis longtemps a laissé libre court à toutes les dérives. Pire encore, tout est fait pour inciter le citoyen espagnol à s’adonner à la pratique avec le concept des maisons de jeu (ou « casa apuestas »).

Dans ces salons, normalement interdits aux mineurs, on peut venir boire à prix réduit, jouer à toutes sortes de jeux d’argent, mais aussi parier et suivre les retransmissions sportives. Un cadre attrayant et très populaire, puisque la ville de Madrid comptait 362 boutiques de ce genre début 2020, plus que toute autre ville au monde. Mais cette facilité d’accès à ses répercussions. La pratique est incontrôlée chez de nombreux joueurs, et le nombre de ludopathes déclarés ne cesse d’augmenter, tout comme les associations d’aides pour ces personnes. L’addiction est telle que bon nombre de clients vont eux-mêmes réclamer auprès de la police une interdiction d’accéder à ces lieux, un chiffre qui montait à 17700 en 2017 !

Autre motif d’inquiétude, cette clientèle se fait de plus en plus jeune, avec le développement des paris sportifs ! Friande de sport, et en particulier de football, discipline la plus populaire sur les sites de paris, la jeunesse est forcément une cible de choix dans un pays aussi attaché à sa culture sportive. Alors que la règlementation en vigueur délimitait, dans les faits, un espace minimum de 500 mètres entre tout établissement scolaire et une « casa apuestas » (maison de jeu), 144 boutiques de ce genre enfreignent cette loi, et 25 d’entre elles se situent même à moins de 100 mètres de collèges et autres écoles.

C:\Users\dylan\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\LaSexta.jpg
L’exemple frappant du collège Agustina Diez, à Madrid. Quatre maisons de jeu se trouvent à moins de 500 mètres de l’établissement, dont une à quelques pas.

Et les responsables ne semblent pas contre ce rajeunissement de leur clientèle, puisque ces quatre dernières années, 40% des nouveaux joueurs étaient âgés de 18 à 25 ans. 

Une contestation élevée sur tous les terrains

Manifestation contre la prolifération des maisons de jeu le 6 Octobre 2019, dans les rues de Madrid (Crédit photo : El Pais)

Pour autant, malgré l’emprise croissante de l’industrie du jeu sur la société espagnole, les voix dissonantes se font de plus en plus nombreuses à l’encontre de ce modèle. Des manifestations sont organisées en ce sens, mais la plus marquante s’est déroulée à Madrid le 6 octobre 2019.  Confinement oblige, les opposants n’ont pu revenir dans la rue comme il était prévu le 23 mai dernier, mais une autre date est prévue pour le 13 décembre. Certains vont même encore plus loin, à l’image du groupe « Apuesta por tu barrio » (En français, « Mise sur ton quartier »). Derrière ce slogan, on retrouve un groupe de partisans d’extrême gauche prêts à vandaliser les façades des maisons de jeu de Madrid pour y afficher des messages hostiles. Un mode opératoire radical mais qui souligne la volonté pour de nombreux espagnols de proscrire le jeu et les paris sportifs de leurs quartiers.

S’associer aux paris sportifs, c’est également une affaire très sérieuse aux yeux des supporters de clubs espagnols. Si la majorité des clubs espagnols sont associés à ce business avant le passage de cette loi, peu d’aficionados voient d’un bon œil ce sponsoring. Le cas de la Real Sociedad constitue un exemple symbolique : Seul club de Liga l’an passé à ne pas avoir cédé aux sirènes des contrats avec ces marques, le club basque était sponsorisé par Betway entre 2016 et 2018. Au moment de la renégociation, l’entreprise a proposé une offre faramineuse de 3 millions aux Txuri-Urdin, mais la direction n’a pas voulu se décider et a laissé ses supporters s’exprimer dans un référendum populaire. Résultat, 86% de l’afición s’opposait à ce partenariat, au motif que les valeurs de la marque ne correspondaient pas à celles du club. Dans les divisions inférieures, le mépris pour ces partenariats est plus prononcé encore, en atteste certains exemples comme les statuts de l’Independiente de Vallecas, qui proscrit du club nazis et maisons de jeu. De quoi donner une idée de l’ampleur du rejet.

Loin des débats engagés dans la société, le monde du football se fait globalement assez discret sur le sujet. Mais certains acteurs ont malgré tout évoqué le sujet pour affirmer leur hostilité à ce phénomène, à l’image de Borja Iglesias dans une réponse sur Twitter sans équivoque. Le journaliste pour la UAB, Albert Ortega, énumérait les spots publicitaires qu’il voyait au cours de la mi-temps de la rencontre opposant le Celta Vigo à Eibar : « Paris sportifs, voiture, paris sportifs, voiture, paris sportifs, paris sportifs, jeux vidéo, paris sportifs… ». En guise de réaction, l’attaquant andalou se fend d’un simple mais très éloquent : « C’est une honte… »

Deux autres joueurs avaient également pris la parole, David Carmona (Real Betis) et Dani Giménez (Sans club, anciennement au Deportivo la Corogne). Alors qu’il évoluait au Racing Santander, le premier regrettait sur Twitter « qu’une drogue qui détruit tant de gens comme le jeu soit promue dans notre sport », insistant sur cette comparaison avec les drogues en soulignant qu’avec « ces publicités aussi fréquentes, c’est comme si on poussait à en consommer ». S’il a supprimé ses messages depuis, ce n’est pas le cas du gardien Giménez, interrogé au micro de Marca après des soupçons de corruption sur un coéquipier de son équipe. Peu tendre à l’égard de cette tendance, il déclarait ainsi :

« Personne n’aime que les bookmakers soient dans les quartiers populaires et qu’ils profitent de ceux qui ont le moins de ressources. Au final, ils sponsorisent des équipes, des compétitions, et j’espère qu’il n’est pas trop tard pour que nous nous en rendions compte »

En attendant de voir l’application réelle de cette loi, Giménez semble visiblement avoir été entendu.

Un tournant radical signé Alberto Garzón

Le ministre de la Consommation et nouveau meilleur ami de Javier Tebas, Alberto Garzón (Crédit photo : AFP)

L’homme derrière cette mesure s’appelle Alberto Garzón, celui qui déclarait en 2015, pour Panenka : « Si votre nom est Messi, vous n’allez pas en prison », en référence aux déboires fiscaux connus par ce dernier. Pas la personne la moins à l’aise pour mettre les pieds dans le plat, comme vous l’aurez compris. Actuel ministre de la Consommation au sein du gouvernement de Pedro Sánchez, il représente Izquierda Unida depuis 2016, une coalition de plusieurs gauches oscillant autour du parti communiste. C’est d’ailleurs le premier communiste à accéder au statut de ministre depuis 1939, avec Yolanda Diaz, ministre du Travail et de l’Economie sociale. En tant que membre influent des Indignés au début des années 2010, il est fort logiquement témoin de la paupérisation d’une part de l’Espagne, des classes ciblées par l’empire des paris sportifs. 

Cette loi, le ministre l’a défendue dans un entretien pour Marca :

« Les footballeurs célèbres fonctionnent comme des clubs, ils renvoient une image par leurs agissements et un message au reste du pays. Les mineurs ne doivent pas normaliser une pratique aussi dangereuse, le sport peut et doit réorienter sa fonction sociale. Je suis convaincu que de nombreux joueurs professionnels sont concernés par cela. C’est une activité qui, au final, peut être très dérangeante pour la famille »

Garzon est d’ailleurs persuadé que les voix se délieront progressivement pour soutenir cette politique :

« Une fois que les partenariats de sponsoring auront cessé,  il n’y aura plus de risque de conflit d’intérêts et de nombreux joueurs seront encouragés à nous donner leur avis. C’est transversal : Footballeurs de gauche, de droite, apolitiques… il s’agit d’une mesure qui a reçu le soutien de la plupart des groupes de supporters et de la société civile en générale »

Il convient également de préciser que cette interdiction s’inscrit dans un corpus de nombreuses autres mesures à l’encontre de la publicité pour les paris sportifs, comme la limitation des publicités pour ces sociétés entre 1h et 5h du matin.

Grosse mesure, gros impact, grosses pertes ?

Problème, cette mesure déjà dévastatrice pour l’économie des clubs risque de faire plus de dégâts encore dans le contexte actuel. La recherche de sponsors était compliquée en raison de la pandémie de Covid-19, et l’urgence de la situation risque d’aggraver la donne. Le ministre concède la difficulté, mais insiste malgré tout chez Marca :

«Nous avons fixé un délai d’adaptation d’un an. On peut ne pas être d’accord mais la santé de tous doit prévaloir. Un an, c’est suffisant pour changer d’opérateur, certains avaient déjà commencé à le faire de façon préventive »

L’application sera-t-elle réellement effective ? Une première loi sur le jeu avait déjà été tentée en 2011, comportant de nombreuses mesures, mais il a fallu neuf ans pour convertir le pari par des actions concrètes. Preuve en est que le projet est particulièrement sensible et se heurte à de nombreux adversaires, à commencer par le patron de la Liga, Javier Tebas. Le président du championnat a ainsi évoqué le sujet, en Octobre dernier, lors d’une conférence à l’Université Cardenal Herrera CEU :

« C’est une question importante car le monde du jeu est sauvage, mais c’est un monde qu’il faudrait réglementer plutôt qu’interdire Le parrainage des bookmakers est essentiel puisque ces derniers assurent au football espagnol près de 90 millions d’euros ».

Cette mesure pourrait selon lui signifier un affaiblissement des clubs espagnols et, à terme, une perte des talents en Liga : « Nous sommes le pays qui traite de la pire manière ses athlètes. Cela va rendre le championnat moins compétitif, LaLiga, c’est une industrie, une marque qui compte énormément d’emplois »

« Le monde du jeu est sauvage, mais c’est un monde qu’il faudrait réglementer plutôt qu’interdire »

L’opinion de Javier Tebas vis à vis de ces nouvelles mesures

Garzon soulignait également l’une des failles que pourrait connaître cette mesure, avec les rencontres se déroulant au-delà des frontières espagnoles, comme en Coupe d’Europe ou lors des tournois de présaison, et impliquant des pays et des clubs qui n’interdisent pas ces types de sponsorings : « La technologie pourra peut-être nous permettre d’éviter la mise en avant de ces publicités». Tebas, lui, se moquait déjà des probables incohérences lors de retransmissions d’évènements mondialement connus comme le Tour de France ou les Grand Prix de Formule 1. 

Preuve en est que le pari sera dur à relever…

Bilan de saison 2019/20 – RCD Espanyol

Débâcle historique ! L’Espanyol de Barcelona va retrouver la Segunda pour la cinquième fois de son histoire après une saison 2019/2020 cauchemardesque du début jusqu’à la fin. Malgré sa participation en Ligue Europa, douze ans après sa dernière campagne européenne, l’entité perica n’a jamais su où elle allait durant cet exercice qui a vu quatre entraîneurs s’asseoir sur le banc du RCDE Stadium.

Quatre-vingt-cinq saisons dans un championnat qui en comptera quatre-vingt-dix en 2021. Un chiffre qui montre ce que représente l’Espanyol dans le football hispanique. Une image écornée cette année avec une équipe qui n’a pris que vingt-cinq points pour terminer dernier de LaLiga. Pour couronner le tout, elle est reléguée à trois journées de la fin dans le stade de son voisin et ennemi azulgrana. Les raisons de cet échec monumental sont multiples, mais tous les points convergent vers une même direction : une très mauvaise préparation d’une saison qui devait historique pour le nouveau projet blanquiazul.

Un projet ambitieux à terre

C’est dans un Camp Nou vide, souvent illuminé par quelques feux d’artifice des supporters blaugranas en dehors de l’enceinte, que l’ambitieux projet de l’Espanyol a pris du plomb dans l’aile le 8 juillet dernier.

« J’espère que l’Espanyol sera en Ligue des Champions et en bonne santé dans moins de trois ans », avait déclaré l’homme d’affaires chinois, Chen Yansheng, en janvier 2016, le jour de ses débuts en tant que président du club blanquiazul.

Du rêve de la Ligue des Champions aux excuses publiques pour une descente en deuxième division, le président de l’Espanyol ne comprend toujours pas ce qu’il s’est passé. (Crédit image : The Bulletin Time)

Quatre ans plus tard, il a assisté à une régression inattendue de son équipe. Pourtant, tout semblait rouler parfaitement pour l’entité barcelonaise, qui, financièrement, avait retrouvé une certaine stabilité. Une dette de 40 millions d’euros, un budget qui touche les 130 millions d’euros et surtout neuvième masse salariale de LaLiga.

Une gestion plutôt encourageante qui a été récompensée par une qualification en Ligue Europa, une première depuis douze ans. La petite coupe d’Europe, une étape préliminaire avant de rêver à la grande, un passage pour apprendre et pour grandir. Malheureusement, les vieux démons se sont réveillés à Cornellà.

L’Espanyol et l’Europe font très rarement bon ménage. À chaque fois que les bleus et blancs associent les obligations européennes aux tâches domestiques, ils passent tout près de la catastrophe. Mais cette fois-ci, la chute a été tellement brutale que personne ne la voyait venir au coup d’envoi de la saison.

Un triste derby, sans public, face à un triste Barça pour retourner en Segunda après vingt-sept saisons consécutives dans l’élite. (Crédit vidéo : Bein Sports France)

La direction perica était sur la bonne voie, mais a complètement perdu le nord cette saison. Le retour sur le vieux continent l’a-t-elle aveuglé ? Difficile d’y apporter une réponse claire. Toutefois, tout ce que l’on peut analyser est qu’elle a mal préparé une saison qui devait être historique.

Un mercato estival frileux, très frileux même. Un choix d’entraîneur très douteux dès le départ, qui a entraîné trois changements sur le banc. Une instabilité qui a perdu un effectif limité, dans lequel les héros de la saison dernière n’ont rien montré de bons à part se plaindre des tactiques des coachs.

De Gallego à Machin, du pareil au même

L’exultation, quand l’équipe de Rubi avait terminé septième en 2018/2019, a laissé place à un chantier quelques mois plus tard. Le technicien catalan a préféré rejoindre le Benito Villamarín où il n’a pas connu le même succès. Pendant ce temps, à Cornellà, la tâche de mener la saison a été confiée à David Gallego, entraîneur de l’équipe B, dont la seule expérience au haut niveau était un intérim en avril 2018 après le limogeage Quique Sánchez Flores.

Le costume était trop grand. (Crédit image : Mundo Deportivo)

Avec Gallego, les phases éliminatoires de la Ligue Europa se passent plutôt bien, puisque l’équipe a atteint la phase de groupes, mais le début du championnat est une autre histoire. Manque de préparation, un groupe diminué avec les départs de Borja Iglesias (Real Betis), meilleur buteur de la saison dernière, et de Mario Hermoso (Atlético de Madrid), révélation en défense.

Le club a récolté plus de cinquante millions d’euros pour ces deux ventes, mais n’a même pas dépensé la moitié pour se renforcer. Fernando Calero est venu pour huit millions d’euros en provenance du Real Valladolid. Matías Vargas (Vélez Sarsfield, dix millions d’euros) n’a rien apporté.

Les autres transactions s’étaient limitées à des prêts, comme Jonathan Calleri, Bernardo Espinosa, et aussi des transferts libres comme Ander Iturraspe. Sans compter, les joueurs promus de l’équipe B, Victor Campuzano ou encore Adrià Pedrosa. Un mercato estival très peu ambitieux pour une équipe qui doit jouer trois compétitions très exigeantes.

Des erreurs que l’Espanyol a payées cash dès l’entame de LaLiga. L’idée de Gallego ne prenait pas, son plan de jeu, sous l’apparence d’un 4-4-2, était «compliqué». Les joueurs ne l’ont pas compris. Ils ne savaient pas ce que l’entraîneur leur demandait. Ainsi, l’équipe a enchaîné les contre-performances en Liga. Néanmoins, sur la scène européenne, les résultats étaient un peu mieux, dans une poule où seul le CSKA Moscou était à craindre.

Cette fois-ci, la «Machín» n’a pas marché. (Crédit image : Reuters)

Avec une seule victoire (Eibar 1-2) après huit journées, l’Espanyol était logiquement relégable (dix-neuvième) et Gallego a été remercié pour laisser la place à Pablo Máchin, qui lui non plus n’aura pas eu de vieux os sur le banc du RCDE Stadium.

Malgré l’expérience ratée au Sevilla FC, le club a parié sur le technicien de Soria, qui a assuré la qualification en seizième de finale de la Ligue Europa. Cependant en Liga, le scénario ne changea point, car il n’aura ajouté cinq pauvres points sur le bilan de Gallego.

Son 3-5-2 fétiche n’a rien apporté, à part rouiller encore plus la machine blanquiazule qui n’arrivait pas à se retrouver dans son système très exigeant. Son manque de flexibilité a rapidement mis l’équipe mal à l’aise. Machín a subi la même impression que son prédécesseur, le vestiaire n’était pas prêt à assimiler ses idées de jeu très arrêtées.

Pablo est à son tour remercié après seulement soixante-dix-sept jours lors de la défaite 2-0 à Leganés, concurrent direct pour le maintien. Bilan : quinze matchs (dix en Liga), quatre victoires (deux en C3 et un en Copa), trois nuls (deux en Liga) et huit défaites (un en C3) ainsi qu’une place de colista (lanterne rouge).

Deux expériences sur le banc complètement ratées qui ont finalement eu raison du moral du vestiaire. Dès le départ, ni les joueurs, ni la direction ne savaient quel chemin prendre pour négocier cette saison. Avant même la fin de la phase aller de LaLiga, l’entité perico avait déjà consommé deux entraîneurs.

Un cadeau empoisonné pour Abelardo

Évidemment, le gros problème de l’Espanyol cette saison est la planification complètement hasardeuse. Des joueurs qui ne comprennent pas leurs entraîneurs. Et des entraîneurs, qui apparemment n’avaient pas le profil pour diriger ce vestiaire. L’un n’avait pas l’expérience et l’autre, un borné dans sa tactique.

Son licenciement a été incompréhensible, comme si la direction cherchait un énième bouc émissaire. (Crédit image : Diario Sport)

La troisième sera la bonne, pensa alors l’Espanylismo. Et Abelardo est arrivé. Un jeu simple et pratique. Le 4-4-2 d’une vie. Des lignes bien ajustées et des transitions rapides pour surprendre les adversaires. En plus, la direction a voulu corriger le tir du précédent mercato. Mais n’était-il pas trop tard ? Certes Raúl de Tomas, Leandro Cabrera ou encore Adrián Embarba ont apporté un plus dans le jeu, mais l’équipe n’a jamais pu sortir de la spirale négative.

Malgré son premier match qui a apporté beaucoup d’espoir (2-2 dans le derby barcelonais, NDLR) suivi d’une victoire à Villarreal (1-2), l’Espanyol n’a jamais quitté la dernière place de LaLiga jusqu’à la fin de la saison.

La dynamique positive initiée avec l’Asturien a été cassée par la Real Sociedad en Copa. En Europe, l’aventure s’est arrêté en seizième de finale après une démonstration de force de Wolverhampton, 4-0 au Molineux, même si le match retour a été gagné pour l’honneur.

La victoire 2-0 contre Alavés au retour du confinement laisser penser que la dynamique allait s’inverser pour le sprint final, mais c’était du pétard mouillé. (Crédit image : Rtve)

Avec Abelardo, l’équipe avait semblé gagner en qualité dans le jeu, mais les succès se sont fait rares. Hormis les trois points pris à la Cerámica, seuls Mallorca (première victoire à domicile, journée 23) et le Deportivo Alavés sont tombés devant les perruches.

Il a obtenu quatorze points en treize matchs, un meilleur bilan que ses prédécesseurs, mais insuffisant pour éviter de subir le même sort qu’eux. Son renvoi à la 31e journée n’a fait que confirmer une chose : la direction est le coupable numéro un de ce désastre sportif.

Ce qu’elle a bien assumé quand le directeur sportif, Francisco Rufete a terminé la saison sur le banc au milieu de l’effectif qu’il a bâti pour réaliser la pire saison du club. Un effectif dans lequel, certains joueurs n’avaient certainement pas le niveau pour concourir dans l’élite espagnole.

Bilan de saison 2019/20 – RCD Mallorca

Passé à quelques points de son maintien, le Real Mallorca aura vécu une saison difficile mais en même temps pleine d’espoir et de positif. Bien que l’équipe n’ait pas réussi à conserver sa place dans l’élite, elle a pris du plaisir et, comme son concurrent madrilène, Leganés, a eu le mérite, la force et la volonté d’y croire jusqu’à la dernière minute. Après trois promotions de suite, Los Bermellones retournent en Segunda, mais avec la tête haute.

C’est une relégation avec de la déception, logiquement, mais qui est acceptée par les joueurs et ses supporters. Le RCD Mallorca n’avait rien à perdre sur cette saison, sachant d’entrée de jeu qu’obtenir son maintien serait difficile. La joie d’avoir pu retrouver la Primera, après plus de six saisons sans, était plus importante que tout et l’essentiel a été atteint. D’autant plus en y retournant après un match de promotion de folie, la saison passée, face au Depor. Même si l’objectif est manqué, le plaisir pris et la passion de cette équipe du RCD Mallorca sur le terrain ont été remarquables et synonymes d’une équipe soudée et unie qui n’aura jamais baissé les bras.

Lutter avec ses armes

Promu dans les dernières minutes de la saison 2018/2019, le RCD Mallorca avait donc arraché un ticket qui aurait également pu lui échapper. L’équipe des Baleares montait dans l’élite, certainement avec l’effectif le « plus faible » sur le papier mais a eu l’honneur et la force de lutter avec ses armes. Mallorca était d’ailleurs le 19e budget du championnat.

L’équipe a donc lutté avec ses propres moyens. L’obtention en prêt de Kubo a été intelligente et n’a rien coûté. Le Japonais a réalisé d’excellentes performances qui lui ont permis de progresser et de tirer l’équipe vers le haut grâce à sa technique et son agilité. Même constat pour Cucho, cédé par Watford, qui, après avoir manqué la première partie de saison pour blessure, a marqué à plusieurs reprises. Là encore, une opération à coût zéro qui a profité au joueur comme au club. Le prêt de Alejandro Pozo est aussi à compter en seconde partie de saison même s’il a été peu fructueux.

Liga Española: El Mallorca del 'Cucho' Hernández ve la luz como visitante |  MARCA Claro Colombia
Le duo de la jeunesse et de la complicité a grandement intéressé le public espagnol (crédit : Marca)

Arrivé gratuitement en 2017, le gardien Manolo Reina a été un des piliers de ce XI. Capitaine, le portier s’est employé à 122 reprises, étant ainsi le second gardien à faire le plus d’arrêts en Liga. Son expérience et ses 35 ans ont servi à rassurer, motiver et encourager le reste des joueurs. Un portero dont les supporters sont extrêmement reconnaissants, notamment pour son mental imperturbable et sa qualité à rester droit et positif au quotidien, ayant toujours les bons mots pour aider le groupe. L’arrivée libre de Aleix Febas, en provenance de Madrid, est, elle aussi, un transfert plutôt réussi.

Le club sait aussi s’appuyer sur la force de son centre de formation. Ainsi des joueurs jeunes formés au club, tels que Joan Sastre et Idrissu Baba, ont brillé cette saison. Cet exercice a aussi été l’occasion de découvrir la révélation Luka Romero. Entré en jeu contre le Real Madrid, le milieu offensif est devenu le joueur le plus jeune de l’histoire à disputer un match en Liga, âgé de 15 ans, seulement.

En plus de faire venir des joueurs gratuitement et de piocher dans sa cantera, Mallorca sait aussi trouver les bons coups du marché. Le club a, par exemple, acheté définitivement à l’été dernier Ante Budimir. Le buteur croate a réalisé une magnifique saison avec treize réalisations à son compteur, et est le meilleur buteur de l’équipe.

Sevilla eye Mallorca striker Ante Budimir - Football Espana
Ante Budimir a été la véritable bombe offensive du Mallorca au cours de cet exercice (crédit : Football Espana)

Enfin, les cadres du club ont également assumé leur rôle de leader. Des joueurs expérimentés tels que Salva Sevilla, Dani Rodríguez ou Antonio Raíllo qui ont montré l’exemple et représenté les valeurs du club au cours de cet exercice, tout en assurant sur le terrain avec de bonnes performances.

Relégués, mais avec la manière

Logé à l’avant dernière place du classement, avec 33 points, soit quatre de retard sur le premier non relégable et trois sur Leganés, premier relégable, le RCD Mallorca n’aura pas véritablement vu sa situation au classement évoluer au cours de la saison. En effet, la formation des Baléares n’est plus sorti de la zone rouge depuis la 23e journée.

Avant ça, Mallorca se situait aux alentours de la 15e et 16e place durant une bonne partie de la pré-saison et ne connaîtra sa place de 19e que lors de la 35e journée, après l’avoir brièvement occupé en septembre. Cependant, le club s’est toujours maintenu à une distance de points raisonnable des places pour le maintien.

Midfielder Baba Idrissu Excel For RCD Mallorca In 5-1 Win Against Celta Vigo
L’union d’une équipe qui a soudé ses joueurs jusqu’à la dernière minute (crédit : Modern Ghana)

Pour preuve, l’équipe de Vicente Moreno restera pendant de longues journées à trois, quatre, cinq, voire six points, de la 17e place. Pourtant mis à huit points du Celta, lors de la 32e journée, Mallorca va s’accrocher et y croire jusqu’au bout. La relégation en D2 ne sera d’ailleurs officielle que lors de l’avant-dernière journée, suite à la défaite contre un autre promu qu’est Granada (1-2).

Le club et ses joueurs se sont donc battus avec leurs armes, qualitativement inférieures à une très grande partie de celles des autres équipes de Liga. Cette équipe a néanmoins vécu ce sprint final sous l’espoir du maintien et avec une force mentale et collective qui ne s’achète pas. Sur le terrain, onze joueurs se sont battus et ont cru jusqu’à la dernière minute à leur maintien.

«Plus que le résultat encombrant, la dernière victoire (contre le Celta, NDLR) montre que l’équipe continue d’insister […] L’équipe a foi et continue de croire»

Le coach Vicente Moreno, après la défaite (3-0) contre l’Atlético de Madrid, pour le compte de la 34e journée (RCD Mallorca)

Une équipe soudée et qui aura rendu son public fier de sa saison. Malgré la relégation, le RCD Mallorca a pu reprendre contact avec la première division espagnole, six ans après y avoir joué pour la dernière fois. C’est tout un club, ses dirigeants, ses joueurs et ses supporters, qui ont pris du plaisir à revoir l’équipe en Primera. L’objectif n’est pas atteint, certes, mais la combativité affichée jusqu’au dernier triple coup de sifflet de la saison efface en partie la tristesse de la relégation tant cette équipe peut être fière d’elle et d’y avoir cru, même quand le maintien était sur un fil ou que la situation devenait tout simplement délicate.

Remotivées par leur gardien et capitaine, Reina, les troupes de Vicente Moreno ont obtenu des succès importants dans le sprint final, comme contre Leganés (1-1), le Celta (5-1), Levante (2-0) ou bien Osasuna (2-2), qui n’ont malheureusement pas été suffisants pour maintenir l’équipe de Majorque.

L’accomplissement de Vicente Moreno

Vicente Moreno restera assurément l’un des coachs les plus importants de l’histoire du club. Après trois années de bons services rendus, l’entraîneur valencien a décidé de quitter le RCD Mallorca suite à la relégation du club. Il laisse ainsi une équipe à son image, bâtie par lui même et qu’il avait appris à connaître parfaitement. Mallorca possède aujourd’hui l’héritage de cet homme.

https://icdn.football-espana.net/wp-content/uploads/2020/07/vicente-moreno-epa15072020.jpg
Le technicien a pris la direction de l’Espanyol cet été, estimant probablement que son cycle était terminé (crédit : Football Espana)

Vicente Moreno débarque à Mallorca en 2017. L’équipe est alors en difficulté puisqu’elle vient d’être reléguée en Segunda B, troisième échelon du football espagnol. Certains éléments de l’équipe actuelle sont déjà là à ce moment et vont vite s’acclimater au jeu désiré par leur nouvel entraîneur, qui a pour but de faire remonter l’équipe.

L’arrivée de Moreno se révèle être un succès. Lors de la première saison, le club va finir champion de Segunda B et ainsi remonter aussitôt en Segunda. Le parcours est plus difficile lors de cette campagne 2018/19 mais Mallorca parvient à accrocher une place de barragiste, en terminant à la cinquième place. Lors des play-off, l’équipe se défait d’Albacete, puis du Dépor en finale, à l’issue d’un match retour de folie où les locaux remonteront les Galiciens (3-0), après leur défaite (2-0) de l’aller. Cette équipe a donc déjà un mental solide, venant d’enchaîner deux promotions en deux saisons.

Malgré la triste fin de cette aventure, le passage de Moreno à Mallorca est évidemment réussi. Son accomplissement s’explique notamment par le contact avec le groupe qui est passé à merveille, dès le début. Des joueurs tels que Lago Junior, l’éternel Manolo Reina, Antonio Raíllo, Joan Sastre, Fran Gámez, Salva Sevilla ou encore Abdón Prats étaient déjà là quand le club évoluait en troisième division. Aujourd’hui, ils ont un rôle plus ou moins important dans l’équipe selon certains mais ont adhéré et rendu crédible le projet mené par le club et Vicente Moreno.

Mallorca, firm, demands the clause by Vicente Moreno - JuniperSports
Au début du mois d’août, la belle aventure entre Moreno et Mallorca a pris fin (crédit : JuniperSports)

Au delà de ses performances sportives de classe (56 succès en 133 matchs), Vicente Moreno a donc su créer une famille et une entente remarquable avec tous ses joueurs. Sa relation avec le groupe a aussi servi à fonder un collectif soudé et qui, malgré la relégation, a su retenir l’essentiel de ce passage en Primera et en garde le positif. La déception est présente, certes, mais le club valorise également ce que l’équipe a fait de bien.

L’héritage laissé par Vicente Moreno fait donc l’objet de cette équipe vaillante et combative dont l’honneur est sauf à l’heure actuelle. La relégation est une déception mais la façon dont les joueurs ont terminé la saison montrent une image beaucoup plus positive du club, emmené par un groupe qui n’a jamais cessé de croire et de se battre pour son maintien. Porté par quelques individualités, mais avant tout par un collectif qui ne faisait qu’un, le RCD Mallorca a lutté avec ses propres moyens et ne peut qu’être fier de sa saison. Le club revient désormais en Segunda, mais a l’objectif de remonter dès que possible, toujours avec la même force mentale et cet esprit d’équipe imperturbable.

Bilan de saison 2019/20 – RC Celta

L’exultation pour prendre le relais de la souffrance lors du coup de sifflet final de cette saison. Pour une seconde campagne de suite, le RC Celta a joué le maintien et n’est pas passé loin d’une catastrophe. L’espoir d’une équipe composée d’individualités talentueuses aura fini par l’emporter difficilement sur la crainte de retomber en Segunda.

Une dernière journée et un match nul sur la pelouse de l’Espanyol pour se sauver et ainsi décrocher son maintien. Une rencontre terne et triste pour illustrer la campagne ratée d’une équipe en manque de créativité. Après la saison 2018/19, le Celta a de nouveau dû batailler pour conserver sa place en Primera, jusqu’à la dernière journée. Une place à laquelle l’équipe galicienne ne devrait pas se situer, mais évoluer dans la première partie du tableau. Les exploits du génie Iago Aspas n’ont pas suffi à sortir le club de la souffrance et à le ramener à sa place.

Capables du meilleur, comme du pire…

Des résultats en montagnes russes pour une équipe capable d’afficher un visage étincelant, mais aussi capable d’être complètement submergée et méconnaissable lors de la rencontre suivante. Chiffrement, la saison du Celta est mauvaise. Déjà avec cette place de premier non relégable mais aussi avec ces sept succès, un total faible pour une équipe de cette qualité.

L’irrégularité du Celta se traduit par des succès notables contre des équipes jouant pour l’Europe, telles que la Real Sociedad (1-0), l’Athletic (1-0), Valencia (1-0), Villarreal (3-1), ou contre des rivaux directs pour le maintien comme Leganés (1-0) et même le grand succès contre le Deportivo Alavés (6-0), soit la victoire la plus large de cette saison en Liga.

L’équipe de Vigo a aussi confirmé qu’elle pouvait faire le travail en obtenant de bons points, contre des clubs du haut de tableau notamment, comme l’Atlético (0-0 et 1-1), Sevilla (1-1), Osasuna (1-1), Athletic (1-1), Real Madrid (2-2), Barça (2-2) ou encore Getafe (0-0). Des équipes qui ont donc joué les premiers rôles, ou du moins, ont évolué en première partie de tableau. Pour une équipe en difficulté, ces points récoltés étaient synonymes d’excellentes opérations et donnaient de l’espoir à tout un groupe.

The best images of RC Celta - JuniperSports
Malgré la 17e place, tout n’est pas à jeter dans la saison du Celta (crédit : Juniper Sports)

L’autre partie des résultats est, quant à elle, bien plus terne et décevante. Les Galiciens ont connu des revers difficiles contre des adversaires tels que Mallorca (2-2 et 5-1), Leganés (3-2), Alavés (2-0), le Betis (2-1), Levante (3-2), ou de pauvres matchs nuls comme contre l’Espanyol (1-1 et 0-0), qui étaient pourtant des matchs à la portée des hommes de Óscar García. Des rencontres à gagner face à des équipes prenables et qui, en plus de ça, luttaient dans la même partie du classement.

Capable d’accrocher les plus grands, le Celta a donc aussi perdu des points précieux, que cette équipe aurait pu et dû prendre. Un groupe capable de se surpasser face aux cadors et qui, pour se rapprocher des premières places, doit afficher ce niveau de jeu de battant un maximum de fois dans la saison. L’équipe d’Óscar doit aussi prendre tous les matchs au sérieux pour engranger un maximum de points.

L’objectif du Celta est clairement loin du maintien. Si l’équipe galicienne n’est peut être pas la mieux taillée, parmi les nombreuses en lice, pour se qualifier en Europe, elle doit évidemment se rapprocher des positions continentales, ou du moins terminer en première partie de tableau. Il reste beaucoup à faire.

Polémica: Penalti de Diego Llorente a Iago Aspas, Real Sociedad ...
La force collective du Celta est redoutable, d’autant plus quand elle est emmenée par Iago Aspas (crédit : El Desmarque)

Des individualités ont brillé, d’autres ont sombré

L’exercice raté du Celta est un véritable échec sur le plan sportif, mais il l’est également sur le plan économique. La 17e place obtenue est évidemment mauvaise en raison de la crise financière mais elle ne permet pas de rentabiliser de façon optimale les transferts effectués. Certaines de ses recrues n’ont d’ailleurs pas été au rendez-vous quand d’autres n’ont fait que confirmer leur talent. Une telle hétérogénéité entre les différents acteurs a rendu difficile la tâche de trouver un équilibre entre les joueurs galiciens.

Dans ceux qui ont réussi, et même plus, on ne peut pas oublier Iago Aspas. Avec quatorze buts inscrits en championnat, l’attaquant légendaire du Celta n’a pas autant marqué que l’an dernier mais a continué de porter son équipe. Véritable moteur sur le terrain, Aspas a souvent remobilisé ses troupes dans les moments difficiles et n’a cessé de croire au maintien de son club.

Iago Aspas: I knew the Barcelona wall would jump - Barca Blaugranes
Sans ce but d’importance maximale, le Celta aurait terminé 17e, à égalité de points avec Leganés (crédit : Barça Blaugranes)

C’est également lui qui a ramené de précieux points à son équipe. Son but sur coup-franc direct, contre le Barça, pour égaliser s’est révélé être crucial, comme lors des victoires contre l’Athletic, Leganés et la Real Sociedad, entre autres, où sa présence a été vitale. Le natif de Moaña ne tremble pas et sa confiance se dégage sur le terrain. Il faut aussi préciser que Iago Aspas n’a manqué qu’une seule rencontre en Liga, face à Getafe (suspension pour accumulation de cartons jaunes, NDLR). En bref, un génie qui a complété sa tâche, impliqué sur près de la moitié des buts de son équipe en championnat.

Il faut aussi parler de l’importance de Rubén Blanco. Le canterano galicien vient de réaliser une nouvelle saison de grande classe. Le gardien du Celta n’a pas cessé de bondir et de rassurer ses coéquipiers. Il a disputé 33 matchs de Liga pour 10 clean-sheets, ce qui est honorable. De plus, il est également l’un des grands acteurs de la défense correct du club, et ses 49 buts encaissés.

L’autre patron de cette défense, c’est Jeison Murillo. Le central prêté par la Sampdoria au mercato hivernal a été spectaculaire tout au long de la seconde partie de saison. Imposant par son physique et sa force, le joueur colombien possède un jeu de tête remarquable, utile dans le secteur défensif mais aussi offensif. Son profil ressemble également à celui d’un capitaine, véhiculant ainsi l’image de la sérénité au sein de son équipe. Il pourrait d’ailleurs porter les couleurs celtistas définitivement dès le prochain exercice.

Jeison Murillo convence en su debut con el Celta ~ Celta de Vigo ...
L’agilité technique de Murillo aura été accompagnée par Néstor Araujo et Joseph Aidoo lorsque la défense à trois était de sortie (crédit : Moi Celeste)

Enfin, il est aussi nécessaire d’évoquer la saison réussie de Rafinha. Prêté par le Barça, l’attaquant n’a marqué qu’à quatre reprises mais sa technique et sa prise de risque dans le jeu ont été bénéfiques au Celta. Constat similaire pour Denis Suárez, élément essentiel du milieu dont le recrutement s’est révélé payant. Lucas Olaza, cédé par Boca, a été une des révélations de cette saison, tandis que des joueurs comme Fran Beltrán ou Nolito, arrivé en toute fin de saison grâce au joker médical, ont également apporté à cette équipe de par leur talent indéniable.

Pour d’autres joueurs de qualité, ils n’ont pas été au rendez-vous. C’est le cas pour Santi Mina, intégré dans un échange avec Maxi Gómez au Valencia, qui sort d’une saison moyenne avec six réalisations en 34 matchs, peu impliqué dans le jeu de son équipe. Prêté du Lokomotiv Moscou, Fedor Smolov n’a également pas convaincu en attaque afin de remédier au faible rendement offensif de l’équipe avec deux buts en quatorze rencontres jouées. En effet, avec 37 buts inscrits en 38 journées, l’attaque celeste a connu de sérieuses difficultés lors de cet exercice.

Au cours de cette campagne, le capitaine Hugo Mallo a également déçu dans son couloir droit. De même pour Brais Méndez qui n’a pas marqué en championnat, ayant pourtant joué une trentaine de matchs, une véritable déception. Bilan critique aussi pour Pione Sisto. L’ailier danois a été pris par plusieurs problèmes extra-sportifs et n’a pas répondu sur le terrain.

El Celta de Vigo renueva a Brais Méndez
Pour la première fois de sa jeune carrière, Brais Méndez n’a pas marqué en championnat (crédit : Fichajes.com)

Entre les stars du Celta et les déceptions, il y a un fort contraste qui n’a pas permis de trouver une homogénéité dans le groupe. Quand certains ont porté le club, d’autres l’ont malheureusement alourdi et rendu la tâche du maintien assez difficile.

Óscar García, sauveur dans la continuité ?

Alors que le Celta occupe la 18e place, avec neuf points, Óscar García est nommé le 3 novembre 2019 pour sauver l’équipe galicienne. La direction a voulu agir tôt dans la saison, après douze journées, pour rectifier le tir le plus tôt possible. Ainsi, le club se sépare de Fran Escribá, qui avait lui même sauver le Celta de la relégation lors des derniers matchs de la saison passée.

De la treizième à la dernière journée, le Celta n’ira jamais plus haut que la seizième place, à cinq points de la première place de relégable. Le coach catalan a donc assuré le maintien de l’équipe, non sans difficulté. Les problèmes d’irrégularité et la différence importante de niveau entre les joueurs titulaires ont été des problèmes, déjà présents depuis un moment, non résolus par Óscar.

Celta | Oscar García: "El Óscar futbolista no sería titular en ...
Objectif maintien atteint, mais, maintenant, rebondir est impératif pour le Celta (crédit : Diario As)

L’entraîneur ne reprend pas l’équipe dans de bonnes conditions, certes, mais il atteint l’objectif réajusté de maintenir le club qui vient de fêter son 97e anniversaire. Cependant, les résultats et le jeu n’étaient pas toujours au rendez-vous.

Ses choix ont parfois été décriés, comme celui de partir avec un jeu axé défense contre des équipes que le Celta avait les moyens d’inquiéter. Sa volonté de ne pas chercher à tuer le match, mais à préserver le score est un des reproches qui peut lui être fait par le public vigués. Pourtant, la direction a acté à la fin du mois de juin, avant même le maintien assuré, la prolongation d’Óscar jusqu’en juin 2021. Une décision loin de faire l’unanimité parmi les supporters.

Ces derniers estiment que leur technicien a fait le travail en garantissant la place du Celta en Primera mais qu’en ayant disputé deux tiers du championnat, il aurait pu amener l’équipe encore bien plus haut. Le choix de la facilité est pointé du doigt, remettant ainsi la volonté de la direction qui, pour certains, s’est contentée du minimum. Désormais, il ne reste plus qu’à répondre par les résultats pour Óscar afin de montrer qu’il a su saisir la chance donnée par sa direction. Cela passera par un vaste changement du type de jeu et par des victoires plus régulières en championnat.

Celta: Oscar García: "Los errores individuales nos están ...
Óscar García a déjà son mercato en tête et souhaite la venue de plusieurs joueurs, à différents postes, pour renforcer son équipe (crédit : Marca)

La menace plane, et le Celta le sait. Le club galicien a échappé de peu, pour la seconde fois consécutive, à la relégation en Segunda. Avec quatre points de moins que l’an dernier, le Celta a fait moins bien et doit impérativement s’activer pour espérer conserver une place dans l’élite. Les cadres devront continuer de briller quand les autres joueurs devront hausser leur niveau de jeu et ce collectif devra trouver, ensemble, une régularité dans ses résultats pour jouer plus haut dans le classement. Critiqué, Óscar doit voir cette prolongation comme une véritable chance, la saisir et ainsi espérer redorer le blason d’une équipe taillée pour terminer bien plus haut qu’à quelques unités de la zone rouge. Se servir des échecs pour rebondir, telle est la nouvelle mission du Celta de Vigo, club historique du championnat espagnol.

Bilan de saison 2019/20 – Real Valladolid

Quelque peu isolé au cœur du territoire espagnol, Valladolid continuera d’être une terre de football de Primera pour la prochaine saison. Grâce à la gestion saine et correcte, et à l’unité d’une équipe, le Real Valladolid a pu assurer son maintien dans l’élite du football hispanique. Entre confiance et sérénité, l’équipe de Sergio a fait ses preuves en assurant, notamment, son maintien plus tôt que l’an passé.

Une treizième place pour couronner une saison réussie pour le Real Valladolid. Remonté dans l’échelon le plus élevé du football espagnol en 2018, le club présidé par Ronaldo a assuré son maintien en championnat avec une certaine aisance bien que tout n’ait pas été si facile. Avec ce constat plus que positif, Pucela pourrait s’assurer une place sur le long-terme en Primera. La gestion parfaite et le coaching remarquable de Sergio ont emmené cette équipe vers le haut de la seconde partie de tableau. Malgré un effectif pas des plus impressionnants qualitativement, Valladolid a su accrocher une treizième place d’honneur.

Le travail de Sergio

La progression du Real Valladolid sur l’espace de ces deux dernières saisons en Primera est remarquable. Maintenu lors de l’avant-dernière journée en 2019 avec une seizième place obtenu après beaucoup de souffrances, le club blanquivioleta s’en est légèrement mieux sorti cette saison. Avec six points d’avance sur le premier relégable, contre quatre l’an passé, Valladolid a terminé à la treizième place de Liga.

Au delà de la légère progression au classement, il y a une vraie amélioration dans le jeu, la construction et la gestion de cette équipe. Le club pucelano explique aussi ses résultats par le grand travail mené par son coach, Sergio González, qui a parfaitement su faire avancer cette équipe. L’Espagnol est parvenu à trouver un bon rythme de croisière à son équipe et a régulièrement adapté son XI de départ.

Face à des concurrents directs, les cinq derniers du classement, le Real Valladolid a empoché 21 des 27 points possibles, sans aucune défaite, cette saison

Cette équipe prend donc, petit à petit, la patte de Sergio. Le technicien est en poste chez le club blanquivioleta depuis la fin de saison 2017/18. Etant encore en Segunda, il avait alors réussi à faire monter le club en première division. Sa présence à la tête de l’équipe est importante car il la fait progresser et devenir plus solide.

Le groupe de joueurs prend aussi beaucoup de confiance, la preuve en est ces matchs où le Real Valladolid a titillé les plus gros lors de cette campagne. La formation Pucela a notamment accroché le Real Madrid (1-1), la Real Sociedad (0-0), l’Atlético de Madrid (0-0), Valencia (1-1), Villarreal (1-1) ou encore le Sevilla FC (1-1). Les victoires obtenues par les Merengues et les Blaugranas au stade José Zorilla ont été difficiles tant Valladolid s’est agréablement bien battu.

Son système est aussi parfaitement manié. Durant la fin de saison, avec des matchs qui s’enchaînaient, Sergio a su organiser une excellente rotation de son groupe, donnant une chance de jouer à une grande partie de ses joueurs. Une gestion peu commune et qui a permis à son club d’assurer son maintien dans l’élite.

Sergio Gonzalez - Sergio Gonzalez Photos - Real Valladolid vs ...
Sur le banc du club, Sergio continue de faire l’unanimité au sein des supporters (crédit : Zimbio)

Dans les matchs où le Real Valladolid était loin d’être favori, il est aussi intéressant d’observer que Sergio a disposé ses joueurs en 4-2-3-1 ou bien dans un 4-3-3. Dans ces systèmes, Pucela n’a pas forcément obtenu tant de points mais n’a pas refusé le jeu face aux plus gros notamment.

Le joyau de cette équipe : la zone défensive

Ayant pour objectif le maintien, la saison du Real Valladolid est évidemment correcte. Malgré une élimination prématurée en Copa, dès les 16emes de finale, contre Tenerife, le club a affiché un bon visage. Un exercice correct renforcé par une stabilité défensive remarquable.

Valladolid a encaissé 43 buts cette saison, en Liga, classant l’équipe comme… la septième meilleure défense du championnat ! Une statistique absolument sensationnelle pour une équipe jouant normalement le bas de tableau. Il faut dire que la solidité est assurée avec Jordi Masip. Le gardien catalan occupe les cages du Real Valladolid depuis 2017 et continue de convaincre et rassurer.

À LIRE : Le bilan de la saison du Levante UD

Avec 87 parades réalisées en 35 matchs joués, Jordi Masip a une moyenne de 2.49 arrêts par match et a gardé sa cage inviolée à onze reprise. Un chiffre qui le classe aussi parmi les portiers les plus décisifs du championnat espagnol. Du point de vue du collectif, le gardien a rassuré son équipe et l’a sauvée lors de nombreuses rencontres. De plus, Masip est capable d’assumer un rôle de leader à Valladolid.

Image
Masip, stoppant un pénalty de Iago Aspas (crédit : LaLiga sur Twitter)

La ligne de quatre de Valladolid a aussi été solide grâce à sa grande révélation, Mohammed Salisu. Récemment transféré vers Southampton, le défenseur central impressionne par l’assurance et la maîtrise qu’il dégage, à seulement 21 ans. Salisu a donc été un véritable taulier dans la charnière défensive, capable de hausser son niveau de jeu de façon exceptionnelle.

Le Ghanéen a généralement été accompagné par Kiko Olivas. L’Espagnol a démontré sa constance et son intelligence défensive en plus d’avoir été décisif. Moins utilisé, le jeune Joaquín Fernández a tout de même été un élément important dans l’imperméabilité du Real Valladolid. Malgré la perte du central Ghanéen, que vous pouvez découvrir ici, Pucela possède donc encore de bonnes armes pour continuer de briller dans ce secteur du terrain.

Un effectif intelligemment construit

Des résultats se font forcément à partir d’une philosophie, d’une construction, d’une gestion et d’un effectif. Encore faut-il que ce dernier soit bien structuré. Dans ce domaine, le Real Valladolid est probablement un des clubs les mieux gérés d’Espagne, tout en étant un des plus petits budgets du championnat. Le club use régulièrement de prêts ou réalise de très bons coups qui lui permettent de mieux rebondir.

En attaque, les deux prêts consécutifs obtenus pour Enes Ünal se sont révélés être un succès. L’attaquant prêté par Villarreal, et désormais vendu à Getafe, n’a pas fait de saison flamboyante mais a répondu aux attentes. Il faut également préciser que l’attaque est le gros problème de cette équipe. Avec seulement 32 buts marqués, cette attaque est une des moins efficaces du championnat. Le recrutement d’un autre avant-centre, Sergi Guardiola, au Córdoba CF, pour quelques trois millions d’euros démontre le bon travail mené par la cellule de recrutement.

https://www.jornadaperfecta.com/blog/wp-content/uploads/2019/08/Gol-Guardiola.png
Avec huit réalisations en championnat, Sergi Guardiola vient de réaliser la meilleure saison de sa carrière en Liga (crédit : Jornada Perfecta)

Pour citer d’autres exemples, l’arrivée libre de Waldo Rubio ou encore de Óscar Plano ainsi que les 50.000€ déboursés pour racheter Toni Villa sont des opérations concluantes. Débarqué de Girona en 2018, pour un seul million d’euros, le recrutement de Rubén Alcaraz est une autre démonstration des bonnes signatures effectuées par le Real Valladolid. Capital et talentueux à Eibar, Fabián Orellana portera les couleurs blanquivioletas la saison prochaine, après être arrivé librement.

La formation est également un secteur important. Repéré en Afrique, Mohammed Salisu a pu intégrer le centre de formation du club grâce à un partenariat mis en place au Ghana. Son passage avec l’équipe B, réputée pour être de qualité, et évoluant en Segunda B, a été fructueux comme ses performances ont pu le démontrer. La cantera du Real Valladolid est un joyau où plusieurs talents, tel que Fernando Calero, aujourd’hui joueur de l’Espanyol.

Le groupe de joueurs est donc plutôt bien composé avec des arrivées intelligentes, des jeunes joueurs venant de la formation et d’autres prêtés. Pour le cas de ces derniers, le club doit également faire attention à ne pas en être trop dépendant. En effet, un simple prêt ne dure en général qu’une saison, voire deux parfois et n’est pas forcément un élément qui va s’intégrer dans le long-terme à un projet.

Óscar Plano, del Real Valladolid, Analiza la Visita a San Mamés
Óscar Plano est un des joueurs-clé de l’animation offensif pucela (crédit : El Desmarque)

Même si le club achète souvent les joueurs qui ont fait bonne impression chez lui en prêt, il faudra remplacer correctement les départs de joueurs tels Sandro Ramírez, cédé par Everton, ou encore Pedro Porro, venu de City. Valladolid enregistre tout de même les retours de prêt de plusieurs jeunes intéressants comme El Hacen (Lugo), ou bien des deux attaquants Sekou Gassama (Fuenlabrada) et Marcos André (Mirandés).

La fabuleuse gestion d’un effectif intelligemment composé par Sergio sur le long-terme se reflète donc aujourd’hui. Avec cette treizième place obtenue en Liga, le Real Valladolid vient de réaliser une saison pleine d’enseignements où les joueurs ont su trouver un bon équilibre mais le club sait qu’il doit réparer un problème offensif. Un souci qui, une fois résolue, pourrait permettre à l’équipe pucelana d’obtenir son maintien encore plus tôt dans la saison. De plus, le groupe doit continuer de se renforcer grâce au bon travail mené par le centre de formation et la cellule de recrutement. A la suite d’un exercice encourageant, beaucoup d’indices portent à croire que le futur du Real Valladolid continuera certainement de concourir en Primera dans les prochaines saisons.

Bilan de saison 2019/20 – Granada CF

« Eterna Lucha ». Une devise si bien portée et surtout deux mots qui illustrent à la perfection l’esprit et la volonté des joueurs du Granada CF lors de cette saison. Car oui, quelques mois après avoir fait chavirer le Nuevo Los Cármenes pour la remontée du club en Primera, le stade, cette fois vide, aura été le théâtre d’une qualification européenne historique.

Historique, oui. Le mot juste pour désigner l’exercice mené par les Andalous qui vont vivre leur première saison Coupe d’Europe. En plus d’avoir impressionné l’Espagne et donné une leçon de ce que l’envie dans le football pouvait amener, Granada a également réalisé un fabuleux parcours en Copa del Rey. En atteignant les demi-finales du tournoi, le promu a été la véritable révélation espagnole, faisant également émerger les talents méconnus de certains de ses joueurs. En combinant avec l’expérience et la jeunesse de son groupe ainsi qu’avec un coach plutôt jeune, le Granada CF a assurément écrit une des plus belles pages de son histoire.

Un promu déjà taillé pour jouer le haut de tableau ?

Dauphin du CA Osasuna lors du précédent exercice, Granada a donc pu retrouver l’élite que le club n’avait plus connu depuis 2017 avec cette place de lanterne rouge. A l’issue de cette saison, émergeait déjà la fierté et l’ambition d’une équipe qui se battrait coûte que coûte pour rester en Primera. Mais très vite, la direction s’est activée notamment sur le marché des transferts.

Le Granada CF a ainsi réalisé de très bon coups. L’arrivée gratuite de Roberto Soldado est une véritable réussite, les signatures en prêt de Carlos Fernández, Maxime Gonalons ou Yangel Herrera ne peuvent qu’être saluées. De plus, les recrutements à très bas prix de Darwin Machís ou encore de Domingos Duarte, pour seulement trois millions d’euros, révèlent d’un mercato judicieux et qui a porté ses fruits.

Enfin, El Grana a également su s’appuyer sur ses jeunes, en témoigne la promotion de Carlos Neva en équipe première. Le jeune espagnol aura impressionné beaucoup de monde sur son couloir gauche. Les footballeurs déjà présents au club depuis un bon moment, comme Antonio Puertas, n’auront fait que confirmer.

Domingos Duarte: «O Santiago Bernabéu tremeu» - Espanha - Jornal ...
Indéboulonnable dans le XI nazarí, le Portugais Domingos Duarte sort d’une saison réussie en défense centrale (crédit : Record)

Parti pour jouer son maintien, comme tout promu, ou presque, dans le football, les objectifs du Granada CF vont rapidement changer. Pour preuve, le club andalou occupait la première place du championnat lors de la dixième journée de championnat, avec vingt points ! Il était encore trop tôt pour tirer des conséquences, mais ce premier quart de saison était une réussite totale.

Malgré un passage à vide en fin d’année 2019, le Granada CF occupe le milieu de tableau à la mi-saison. Quelques semaines plus tôt, le club présidé par Jiang Lizhang enregistre la prolongation de contrat de son entraîneur, Diego Martínez, jusqu’en 2021, étant alors sous contrat jusqu’à la fin de l’exercice 2019/20. Une décision logique et grandement saluée par les supporters, tous très admiratifs de l’Espagnol. Arrivé en 2018, le jeune entraîneur de seulement trente-neuf ans avait promu le club en Primera dès sa première saison, avant de confirmer dans l’élite comme on le constate aujourd’hui.

Tout semble donc être sous contrôle et bien se passer en Andalousie après les dix-neuf journées disputées. A l’hiver, le club de Granada va pouvoir compter sur les prêts de Jesús Vallejo et Gil Dias. Cédé avec une option d’achat (levée par le club en fin de saison, NDLR), Dimitri Foulquier effectue son retour chez la formation nazarí tandis que Antoñín arrive de Málaga.

Granada CF: Granada shields itself against the coronavirus ...
Un mercato judicieux et à faible coût, Granada a réalisé de très bons coups (crédit : Spain’s News)

Au cours de la seconde partie de l’exercice, Granada va maintenir un court écart avec les places européennes. Dans le sprint final, plus serré que jamais, l’équipe andalouse va battre des adversaires directs tels que la Real Sociedad (2-3) ou Getafe (2-1) et accrocher des équipes comme le Valencia CF (2-2). Enfin, lors de la dernière journée, l’Europe est toujours indécise pour la sixième et septième place. Largement victorieux (4-0) d’un Athletic terrassé, la tension de l’avant-match fait place à l’allégresse et la joie de retrouver l’Europe.

Avant de pouvoir enchanter les jeudis soir du Nuevo Los Cármenes, les Granadinos devront disputer le second et troisième tour de qualification pour espérer atteindre un barrage qui les enverrait en Europa League. La route est longue, mais quand l’envie et le rêve sont associés, plus rien ne semble impossible…

L’envie et le rêve ont fait bon ménage

Européen. Demi-finaliste de Copa. Comment ne pas dire que la saison du Granada CF est un rêve ? Les attentes fixées en début de saison ont évidemment largement été dépassées. Et pourtant, cela était loin d’être prévisible lorsque l’exercice 2019/20 a débuté.

Granada, dix-huitième budget de Primera División, possédait au début de cette saison un des effectifs les plus faibles de cette Liga. Chose plutôt logique pour un promu. Les bonnes performances sont arrivées d’une équipe, avant tout, redoutable mentalement. Un groupe soudé et uni qui n’a fait que croire à ce qu’il voulait avec des joueurs qui se sont surpassés. L’équipe a su hausser son niveau bien plus haut de que ce qu’on pouvait imaginer.

Dans cette équipe, on pourrait presque y voir du fantastique. Au cours de cette campagne, le Granada CF a démontré que l’argent était loin de faire toute la différence dans le football. En voyant le maintien s’assurer plus facilement que prévu, alors c’est évidemment une vague de joie et de gaieté qui s’est emparée du club et de ses supporters.

Pourtant, au lieu de se relâcher, ayant assuré sa place dans l’élite pour la prochaine saison, Granada a continué de se battre, pour terminer le plus haut possible. Et à force d’y croire, ce qui paraissait être un rêve va en fait devenir une réalité. Mis à rude épreuve au cours de ces mois de compétition, le mental collectif de cette équipe s’est révélé être impressionnant.

À LIRE AUSSI : Le bilan de la saison de la Real Sociedad

Le parcours notable en Copa est le reflet de cette combinaison entre envie et rêve. Avant d’atteindre la demi-finale, l’équipe de Diego Martínez s’est heurtée à plusieurs adversaires, en apparence plus faibles, qui lui ont posé de sérieux soucis. Intégré au tournoi lors du premier tour, Granada va souffrir et connaître les prolongations à plusieurs reprises. Face à des équipes telles que L’Hospitalet, Badalona et Badajoz, l’équipe andalouse connaîtra des prolongations desquelles elle sortira triomphante.

Dans une édition des plus surprenantes, Granada va se défaire du Valencia CF (2-1) en quarts de finale avant de trébucher sur l’Athletic lors de la demi-finale aller-retour. Battus (1-0) et dominés à l’aller, les Andalous s’imposent (2-1) au retour mais sont éliminés par la règle des buts à l’extérieur malgré leur performance remarquable. Mais le positif à retenir est évidemment dans le contenu. Le Granada CF n’aura jamais baissé les bras, ni cessé de croire à ses rêves et aura surtout eu le mérite d’obtenir ce qu’il méritait, pour le plus grand bonheur de ses formidables supporters.

Copa del Rey | Granada - Valencia: Soldado desata la locura en ...
Face à son ancien club, Roberto Soldado inscrira un doublé libérateur pour envoyer son équipe dans le dernier carré de la compétition (crédit : Marca)

L’énergie de la jeunesse guidée par l’expérience des vétérans

Des vingt-deux ans de Yangel Herrera aux trente-cinq de Roberto Soldado, il y a un monde. L’un réalise une des premières saisons au haut niveau dans le football professionnel quand l’autre arrive sur la fin d’une carrière où il aura tout connu. C’est ce qu’a réussi à bâtir Diego Martínez : un équilibre parfait entre la jeunesse et les joueurs qui ont déjà un passé d’expérience dans le monde du football.

Le succès du Granada CF passe aussi par là. La révélation de nombreux jeunes joueurs cette saison, tels que Rui Silva ou Carlos Fernández, s’explique en partie par ce qu’ils ont pu apprendre auprès des joueurs plus âgés. En attaque, Roberto Soldado a connu un début de saison compliqué avant de finir en beauté. A trente-quatre ans, ses très belles statistiques (sept buts et cinq passes décisives) ont un lien avec son association réussie à Carlos Fernández.

En défense, Germán Sánchez a su épauler à la perfection Domingos Duarte. Les trente-deux ans de Víctor Díaz ont également été un moteur pour animer l’aile droite du Granada CF. La jeunesse a, de son côté, aussi beaucoup contribué à la qualification en Europe du club andalou. Les contributions de talents tels que Yangel Herrera, Gil Dias et Vallejo prouvent que chaque joueur de ce onze s’est senti impliqué et important pour permettre au club de connaître sa première qualification en coupe continentale.

Granada / Yangel Herrera, de baja y pendiente de pruebas médicas
Prêté par Manchester City, Yangel Herrera a été une des révélations de cette saison du côté du Granada CF (crédit : Mundo Deportivo)

Ainsi s’achève donc une saison historique pour le Granada CF. Européen pour la première fois de son histoire, demi-finaliste de Copa, l’équipe andalouse venait pourtant tout juste d’être promue dans l’élite du football espagnol. En déjouant les pronostics grâce à son mental, son esprit d’équipe et ses belles performances, plusieurs révélations ont émergé dans cette formation. Il sera difficile de retenir tout le monde. Alors que certains vont repartir de leur prêt, d’autres hésitent entre partir pour des clubs de très haut niveau ou bien prendre part à la saison européenne, sans oublier ceux qui savent déjà que quitter ce club n’est pas envisageable. En conservant cet esprit compétitif et cette volonté de toujours aller de l’avant, cette équipe sait assurément qu’elle pourra continuer d’écrire l’histoire du Granada CF. Qui a dit que les rêves n’existaient pas dans le foot ?

RCD Espanyol : un cataclysme historique difficilement explicable

De la tristesse, de la déception, de la colère, de la frustration sur les visages. Hier soir, une partie de la ville de Barcelone vivait assurément un des moments les plus sombres de son histoire. Battu 1-0 par le Barça dans le derby, l’Espanyol a pris conscience qu’il évoluerait en Segunda lors de la prochaine saison. Une catastrophe historique et qui suscite des interrogations tant sur le plan économique que sportif pour une des équipes les plus importantes du football espagnol.

Après une saison 2018/2019 aboutie, l’Espanyol de Barcelona avait toutes les raisons de croire à un exercice tout aussi réussi. Qualifiés en Europa League, qui pouvait s’attendre à ce que les Pericos réalisent une saison aussi désastreuse ? Longtemps logé dans la zone rouge et même à la dernière place, une relégation semblait de plus en plus inévitable pour le club. Et c’est toujours cette inlassable question qui revient occuper nos pensées : comment ce naufrage a-t-il pu arriver ? Avec une telle qualité d’effectif, il est difficile de l’expliquer et de le comprendre. Ce drame était peut-être inévitable depuis bien longtemps.

Un derby mou et sans envie a condamné l’Espanyol

Cet affrontement catalan était très certainement un des plus attendus, avec également d’énormes enjeux à la clé. D’un côté, un Barça sortant d’un bon match à Villarreal et jouant pour le titre, et de l’autre, l’Espanyol qui occupe la dernière place, espérant son maintien.

https://i.dailymail.co.uk/1s/2020/07/08/23/30549734-8503299-image-a-27_1594245752563.jpg
Véritable désillusion, cette descente devrait amener du changement au sein du club (crédit : Daily Mail)

L’équipe de Rufete s’est montrée peu ambitieuse dans la première période. Cherchant peu à construire en voulant alerter Raúl de Tomás devant, l’Espanyol a néanmoins eu les deux plus grosses occasions de la première période, touchant même le poteau de Ter Stegen.

En seconde période, le verrou a rapidement sauté avec un but de Suárez bien que les deux équipes aient été réduites à dix. Ensuite, l’Espanyol s’est montré frileux et a refusé de se découvrir pour tenter d’égaliser, restant avec une défense à cinq joueurs. Seul RDT (le surnom de Raúl de Tomás, NDLR) semblait se montrer combatif dans une équipe qui semblait endormie et démotivée. Aux cages, Diego López a fait le travail. C’était sans compter sur certains choix étranges de Rufete.

Après le triple coup de sifflet, les visages des joueurs témoignaient bien d’une saison ratée du début à la fin. Même si l’espoir de se maintenir était présent jusqu’à la fin, l’Espanyol semblait être une équipe paralysée par la peur de descendre.

L’incompréhension autour d’un effectif de qualité

Comment expliquer une telle déroute ? L’histoire d’un club important en Espagne, un budget qui se portait bien et des joueurs taillés pour jouer l’Europe, comme c’était le cas cette saison, qui ont finalement dû bagarrer dans le bas de tableau. Incompréhensible, oui. Mais le fait que l’Espanyol joue le maintien, ce qui était imprévisible, n’a t-il pas paralysé psychologiquement le club ?

Il n’y qu’à observer. Adri Embarba, Raúl de Tomás, transfert hivernal crucial sur qui les espoirs du club reposaient, Wu Lei, ou encore Jonathan Calleri en attaque. Un gardien expérimenté à la riche carrière tel que Diego López, un jeune milieu prometteur comme Marc Roca, ou de qualité à l’image de Sergi Darder. Une défense composée d’Espinosa, Calero, Cabrera, et même Javi López. Tout ce beau monde n’a pas pu empêcher la descente du club.

Avec un faible bilan de cinq succès et neuf matchs nuls en 34 matchs pour 21 défaites, l’Espanyol n’a que très rarement touché autant le fond dans son histoire. L’entité catalane vit sa cinquième relégation en seconde division depuis sa création, en 1900.

A la mi-saison, le club était déjà bien mal embarqué en occupant la dernière place, avec seulement quatre unités de retard sur Vigo, 17e. Pourtant sorti leader de son groupe, l’Espanyol a rapidement été contraint d’aligner une équipe remaniée en 16e de finale, pour pouvoir se concentrer sur LaLiga, et s’est logiquement fait éliminer par Wolverhampton.

Crónica del Wolverhampton - RCD Espanyol, 4-0 - Bolsamanía.com
Europa League : Étrillé 4-0 en Angleterre, le club catalan a sauvé l’honneur en s’imposant 3-2 au retour (crédit : Bolsamania)

Avec le remaniement du staff sportif et l’arrivée d’Abelardo, fin décembre, l’Espanyol a entamé une série de résultats corrects et chargés d’espoir. Du début de l’année civile 2020 à l’arrêt des compétitions, début mars, le club n’aura connu que trois revers, se permettant même d’accrocher Sevilla, l’Athletic, l’Atlético et même le Barça. Beaucoup de matchs nuls donc, avec deux succès à la clé. Dans cette période, les cadres du club s’affirment un peu plus et se démarquent. L’Espanyol semble aller mieux.

La longue pause de trois mois a malheureusement cassé cette dynamique plutôt bonne. Au retour du championnat, l’Espanyol bat Alavés deux buts à zéro. Alors que l’on pensait les Blanquiazules partis pour redémarrer fort, ils s’inclineront sur leur six prochaines rencontres, après avoir accroché Getafe (0-0). La victoire contre Alavés était peut-être en trompe l’œil du fait que les Basques aient été réduits à dix dès la vingtaine de minutes, en raison de l’expulsion du gardien Pacheco.

Malgré une dernière tentative de changement d’entraîneur, l’Espanyol échouera à se maintenir en perdant contre des adversaires directs tel que Leganés. La dernière mission des Catalans sera désormais de terminer le plus haut possible dans la zone rouge, et d’éviter la place de lanterne rouge.

LaLiga: Espanyol confirmó su descenso tras caer en el Derbi de ...
Attendu au tournant, RDT n’aura pas pu sauver le club de la relégation (crédit : Récord)

Des changements impuissants sur le banc

Relégable 33 journées sur 34 possibles, il est clair que la situation de l’Espanyol n’a guère évolué au cours de la saison. Même si l’espoir a été présent, jusqu’à il y a encore quelques matchs, les Pericos ont occupé la zone rouge très longtemps. Avec quatre entraîneurs différents dans ce même exercice, ces changements se sont révélés impuissants et n’ont que très peu changé les choses.

Au cours de la saison, le club n’a jamais occupé mieux que la position de premier-non relégable. Un contraste fort après un exercice précédent où les Catalans avaient réalisé leur meilleur classement en Liga depuis quatorze ans, sous les ordres de Rubi.

C’était justement son départ vers le Betis, au début du moins de juin 2019, où il a récemment été limogé, qui a amené David Gallego, occupant alors le poste d’entraîneur de l’équipe B, à prendre les commandes de l’équipe première. Destitué dès la huitième journée de Liga, avec seulement cinq point pris, c’est Pablo Machín qui prendra la relève.

Paciencia agotada en la afición: "Gallego vete ya" – La Contra ...
Le mauvais début de saison de l’Espanyol avec Gallego aura été lourd de conséquence (crédit : La Contra Deportiva)

Sans poste depuis mars 2019 et son limogeage du Sevilla FC, le technicien espagnol signe d’abord un contrat de deux saisons avec l’Espanyol. Les résultats ne changent absolument pas depuis son arrivée en octobre. L’équipe est balayée par l’Athletic (3-0), l’Atlético (3-1), Osasuna (2-4) et ne parvient pas à décrocher la moindre victoire devant son public. De début octobre à fin décembre, l’Espanyol s’amuse en Ligue Europa mais décroche en Liga si bien que Machín sera également renvoyé.

Remplacé par Abelardo avant la fin de l’année 2019, l’Espanyol veut repartir sur de bonnes bases. L’objectif est plus ou moins réussi avec les résultats évoqués un peu plus haut dans l’article. Cependant, voyant que le club s’écroule de nouveau au retour de la pause du coronavirus et stagne en bas de tableau, la direction, critiquée pour sa mauvaise gestion par les supporters, s’impatiente et veut tenter un ultime changement en nommant Rufete, alors directeur sportif, à la tête de l’équipe.

Nommé le 27 juin dernier et confirmé jusqu’à la fin de saison, il compte actuellement un bilan de quatre revers en autant de matchs, dans l’incapacité d’éviter ce qui semblait inévitable depuis un moment. Quatre techniciens en une saison donc mais, au final, pas vraiment de changement majeur. Des nouveautés sur le banc qui auront, en plus de ça, demandé beaucoup d’adaptation aux joueurs alors que le temps pressait.

Abelardo aura réussi à installer une cohésion d’équipe et a stabilisé ce groupe mais l’impatience de la direction et sa gestion moyenne de la crise ont aussi contribué à ce désastre tristement historique.

LaLiga | El quinto descenso del Espanyol, el único antes de acabar ...
Rufete, au centre, en compagnie du président Chen Yansheng, à gauche (crédit : AS)

Le désastre sur le mercato

Durant le mercato estival 2019, l’Espanyol avait enregistré la perte de joueurs importants tels que Borja Iglesias, vers le Betis, ou encore Mario Hermoso vers l’Atlético de Madrid. Avec l’arrivée de Jonathan Calleri, en prêt, et la promotion en équipe première de Víctor Campuzano pour l’attaque ainsi que le prêt de Bernardo Espinosa ou encore le transfert de Fernando Calero en défense centrale, ces deux départs ont-ils été correctement gérés ? Le club réalise aussi quelques bons coups en prenant des joueurs libres, mais qui joueront peu.

Peu dépensier durant la pré-saison donc, l’Espanyol va s’alarmer lors de l’hiver 2020. Recrue la plus chère de l’histoire du club pour 20.5M€, Raúl de Tomás débarque en Catalogne, accompagné d’Embarba sur les ailes. L’objectif est de redynamiser une attaque trop faible et de solidifier une faible défense en signant Leandro Cabrera.

Avec une quarantaine de millions d’euros déboursés sur ce mercato de mi-saison, en comptant l’arrivée d’Oier en gardien numéro deux, l’Espanyol va devoir se réorganiser. Malheureusement, ces transferts effectués pour sauver l’équipe n’auront rien apporté, qualifiés comme des panic-buy. Peut-être que ce mercato n’avait pas été suffisamment travaillé et que la direction avait acheté pour se donner bonne conscience et espérer se sauver.

https://estaticos.sport.es/resources/jpg/9/1/1579543242119.jpg
Arrivé en provenance de Getafe, Leandro Cabrera était voué à renforcer une défense à la dérive (crédit : Sport)

Sur le terrain, ces joueurs auront fait partie des meilleurs certes, profitant aussi de la nomination d’Abelardo sur le banc qui a apporté du neuf, mais leurs performances n’auront pas servi à éviter cette descente en Segunda.

C’est donc une relégation qui sera dure à digérer pour une équipe qui a disputé ses 26 dernières saisons en Primera División. Dans un exercice raté du début à la fin, l’Espanyol aura tenté par tous les moyens de se maintenir dans l’élite mais sans vraiment chercher une certaine stabilité ou cohésion sportive. Les recrues ont été utiles mais trop peu marquantes alors que le changement de coach à plusieurs reprises n’aura fait qu’obliger l’équipe, déjà en dessous psychologiquement, à se réadapter. L’Espanyol devra désormais tenter de revenir rapidement en Primera pour espérer vivre à nouveau des moments plus rayonnants dans son histoire.